En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

06.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

07.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 1 heure 45 min
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 2 heures 48 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

il y a 3 heures 6 min
décryptage > Economie
Taxes

Dépenses publiques et fiscalité : plus ça change, moins ça change…

il y a 3 heures 25 min
décryptage > Economie
Panorama de la crise

COVID-19 : comment dire de faire attention ?

il y a 3 heures 51 min
décryptage > High-tech
12 CYBER-MENACES PRÉOCCUPANTES

Quand les cyberattaques menacent de faire dérailler les prochaines élections présidentielles, et pèsent au même titre que la pandémie de coronavirus sur nos démocraties

il y a 4 heures 47 min
décryptage > Politique
Crèdul*

Vous avez aimé les raffarinades de Raffarin ? Vous adorerez les lapalissades de Castex

il y a 5 heures 16 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

il y a 5 heures 49 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

COVID-19 : ce qu’il est encore possible de faire malgré une situation hors de contrôle

il y a 6 heures 26 min
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 22 heures 45 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 2 heures 16 min
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 2 heures 54 min
pépites > Politique
Elections
Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way
il y a 3 heures 23 min
pépites > Economie
Diplomatie
Appel au boycott de produits français : "Pas question de céder au chantage" Geoffroy Roux de Bézieux, solidaire du gouvernement français
il y a 3 heures 46 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Etats-Unis : ce n'est pas seulement une élection présidentielle. C'est un choix de civilisation

il y a 4 heures 30 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

il y a 4 heures 59 min
pépites > Santé
Coronavirus
"Autour de 100.000 cas" de Covid-19 par jour, en France selon Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique
il y a 5 heures 33 min
décryptage > France
Clash des confessions

Boycott pour "attaques contre l’islam" : saurons-nous éviter notre guerre du Liban à nous ?

il y a 6 heures 5 sec
pépites > Santé
Coronavirus
L'épidémie de Covid-19 a franchi un nouveau seuil avec 52.010 nouveaux cas en 24 heures, selon les chiffres officiels publiés hier soir
il y a 6 heures 56 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 23 heures 12 min
© GAIZKA IROZ / AFP
© GAIZKA IROZ / AFP
Atlantico Business

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

Publié le 05 décembre 2019
Les Français sont majoritairement d’accord avec la nécessité de réformer le système de retraite, mais refusent le modèle que propose le gouvernement. Le résultat, c’est qu’ils vont se porter sur les PER proposés par les assureurs. Forcément.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Français sont majoritairement d’accord avec la nécessité de réformer le système de retraite, mais refusent le modèle que propose le gouvernement. Le résultat, c’est qu’ils vont se porter sur les PER proposés par les assureurs. Forcément.

Surréaliste. Après avoir encensé les systèmes de retraite par répartition, les Français vont finir par se ruer sur les systèmes de retraite individuelle par capitalisation. L’horreur du flou et du vide vont les faire tomber dans un paradoxe incroyable.

Le succès de la grève général va obliger le gouvernement à abandonner l‘essentiel de la réforme qui s’organisait,  pour sauver le système par répartition. Du coup, le succès de la grève va pousser les Français à souscrire des plans d’épargne retraite qui fonctionnent, qu’on le veuille ou non, selon les logiques de la capitalisation. Les produits d’épargne retraite disponibles sur le marché sont déjà nombreux. La loi Pacte qui vient d’être votée a d’ailleurs élargi l’offre. Comme si on avait anticipé l’échec de la réforme. 

C’est assez incroyable, il existe une opposition latente dans ce pays, contre le système capitaliste en général et qui se traduit sur le terrain politique par une grogne et une colère populaire contre le modèle incarné par Emmanuel Macron. Mais sur le fond, il existe des forces puissantes pour protéger et élargir le système de l’économie de marché et du capitalisme, puisqu’il n’existe aucun système alternatif crédible.

On est donc dans une situation bloquée.

1er point : les Français sont majoritairement favorables à une réforme des systèmes de retraite. Ils savent que les modèles sont fragiles, compte tenu des incertitudes économiques et surtout des projections démographiques. Ils savent que la durée de vie s’allonge, que le rapport entre le nombre d’actifs et le nombre d’inactifs se détériore.

2e point : Ils considèrent que l’existence de régimes spéciaux, à la SNCF ou ailleurs dans la fonction publique, est un facteur d’inégalités de moins en moins supportable, surtout quand ces régimes sont en déficit et doivent en appeler au contribuable pour se maintenir en équilibre.

Globalement donc, les Français sont plutôt d’accord avec le concept de l’universalité, avec la retraite par points et avec un report de l’âge de départ à la retraite ou un allongement de la durée de cotisation, ce qui dans la plupart des cas, revient au même.

3e point, et c’est là où ça bloque. Les négociations ont été tellement mal conduites, l’information a été tellement confuse et le gouvernement a été si maladroit dans l’exposé de son projet, que les inconvénients immédiats l’ont emporté sur les avantages à venir. Les perdants se sont coagulés alors qu‘il n’y a vraiment rien de commun entre un cheminot qui a peur de perdre l’avantage d’un départ à la retraite très favorable, un fonctionnaire de l’Education nationale qui a peur de perdre le bénéfice de calculer sa retraite sur la base de ses six derniers mois de salaire, alors que le régime universel prendrait en compte la totalité de sa carrière. Aucun rapport avec la profession d’avocat dont le régime est très bénéficiaire d’abord parce qu‘il est bien géré avec une situation démographique favorable.

La juxtaposition de toutes ces situations engendre une manifestation sociale assez hétéroclite mais suffisamment puissante pour menacer l’ordre public et conduire le gouvernement à reculer.

Il aurait été sans doute possible de négocier le rachat des particularismes, régime par régime. Il aurait sans doute été possible de procéder autrement, mais c’est assez facile à dire. On n‘oublie que cette réforme faisait partie du programme d’Emmanuel Macron et qu’il a été élu parce qu’il apportait un effort de modernité, mais là encore, c’est assez facile à rappeler sauf que ça n‘a aucune utilité pour redresser la situation.

Parce qu’il existe des solutions, évidemment, et parce que les Français refuseront le risque de la faillite du système, ils choisiront des solutions individuelles.

4e point, on en parle peu, mais les manifestations contre la réforme des retraites se sont accompagnées par une montée en puissance des souscriptions de plan d’épargne retraite. Ces PER sont proposés par les entreprises du privé ou public ou alors à titre individuel. Les sociétés d’assurance ont bien compris que l’échec de la réforme et les difficultés des régimes étatiques officiels leur ouvraient un potentiel de marché considérable. 

Les Français, qui sont si attachés au principe de la répartition et de la solidarité, vont se ruer sur les plans d’épargne retraite, exactement comme ils se sont rués sur l‘assurance vie.

L’épargne disponible est considérable. L’épargne potentielle est toute aussi importante. Elle servira à financer des compléments de retraites dans la mesure où les systèmes étatiques sont en risque de faillite.

C’est d’autant plus vrai que le produit des PER trouve sa rentabilité et sa solidité en s’investissant dans l’économie et pourquoi pas dans l’économie responsable (socialement et environnementale), ce qui n’est pas le cas avec l’assurance vie qui est fléchée vers le financement des déficits publics.

On va atterrir sur une situation très paradoxale. Les Français qui se déclarent extrêmement attachés au modèle socio-économique appuyé sur le principe de la solidarité et sur la technique de la répartition entre les actifs et les inactifs se préparent finalement à entrer tête baissée dans la logique de l’économie de marché, de capitalisme et des principes de l’assurance pour se protéger, eux et leur famille.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hoche38
- 06/12/2019 - 07:26
Merveilleux optimisme!
Le système financier est en faillite, sa solvabilité n'est entretenue que par des injections massives de liquidités par les banques centrales et il se trouve encore d'honnêtes intermédiaires pour vendre des plans d'épargne qui en toute hypothèse ne seront jamais honorés sinon avec de la monnaie de singe.
Anouman
- 05/12/2019 - 10:11
PER
Se reporter sur un PER serait rationnel mais à condition de cotiser moins. Et je n'ai pas compris que c'était ce qui était envisagé.
ajm
- 05/12/2019 - 09:22
Le coût de la capitalisation
Il faut raison garder : pour un homme de 65 ans qui part à la retraite, il faut environ 150000 euros de capital accumulé pour avoir une rente de 500 euros nets par mois et il faudra nettement plus si les taux restent durablement à leur niveau actuel. Il faudra pouvoir accumuler pas mal d'argent en activité, en payant les traites de sa maison, les impôts, la CSG, les cotisations du régime universel etc..dans les grandes entreprises il y aura peut-être des abonnements de l'employeur, ailleurs ?