En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

05.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

07.

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Déconfinement en trois étapes
Covid-19 : retrouvez l’intégralité de l’allocution d’Emmanuel Macron sur le déconfinement
il y a 6 heures 31 min
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 9 heures 33 min
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 10 heures 24 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 11 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 13 heures 41 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 14 heures 35 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 15 heures 51 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 16 heures 31 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 17 heures 2 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 17 heures 36 min
pépites > Politique
Calendrier du déconfinement
Covid-19 : Emmanuel Macron confirme que "le confinement pourra être levé" le 15 décembre "si les objectifs sanitaires sont atteints"
il y a 6 heures 56 min
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 9 heures 58 min
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 11 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 13 heures 26 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 13 heures 59 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 15 heures 25 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 16 heures 1 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 16 heures 58 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 17 heures 32 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 17 heures 54 min
© Reuters
© Reuters
Atlantico-Business

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

Publié le 03 décembre 2019
L’ensemble des industriels de la filière automobile a envahi Bercy hier pour convaincre l‘administration, les responsables politiques mais aussi l’opinion publique et les syndicats, que le secteur était à la veille d’une crise historique. L’exemple d’anticipation est tellement rare qu’on n’est pas sur qu’il soit entendu.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’ensemble des industriels de la filière automobile a envahi Bercy hier pour convaincre l‘administration, les responsables politiques mais aussi l’opinion publique et les syndicats, que le secteur était à la veille d’une crise historique. L’exemple d’anticipation est tellement rare qu’on n’est pas sur qu’il soit entendu.

Des chiffres et des faits. C’est sans doute la première fois que toute une filière industrielle se retrouve solidaire pour prévenir d’un avis de tempête. L’initiative en revient à Luc Chatel, le discret président de la Plateforme automobile, une organisation qui regroupe l’ensemble de tous les acteurs qui participent à la filière automobile, en dehors des structures syndicales.  C’est déjà, lui, Luc Chatel, qui avait eu l’idée en 2008, alors qu’il était ministre de l’Industrie, de réunir des Etats généraux de l’automobile. A l’époque, il n’avait pas le choix. Le secteur était en train de s’effondrer sous les coups et contre coups de la crise financière internationale. Année terrible qui a failli mettre à plat tout le secteur. A l’époque, il a fallu que l’État béquille l’ensemble des entreprises et oblige les actionnaires de chaque entité à prendre eux aussi leur responsabilité, ce que la plupart ont fait sur la base de stratégies de redressement nouveau. A l’époque, même les syndicats ont accepté de signer des accords de compétitivité. 

Dans la forme, ce qui se passe aujourd’hui ressemble un peu à la grande messe de fin 2008, on y retrouve tous les acteurs. Mais dans le fond, c’est totalement différent. On était dans la panique et l’urgence absolue. Il fallait sauver Renault, Peugeot-Citroën et leurs sous- traitants. Aujourd’hui, c’est évidemment plus difficile puisqu‘on raisonne à froid, alors que la conjoncture reste encore soutenue après huit années de croissance quasi euphorique. Depuis le début de l’année, l’activité mondiale s’est nettement ralentie. La Chine et l’Inde ont très nettement sous-performé. Or, pour l’automobile européenne, la croissance était importée des pays émergents. Et tous les spécialistes affirment que le marché mondial est arrivé à un niveau qui est difficile à dépasser. D’autant que les injonctions politiques entre la Chine et les USA ont servi de catalyseurs à la prise de conscience internationale que le système était mur pour ralentir. 

Le ralentissement chinois, la baisse de dynamisme du marché américain après 8 ans d’expansion très rapide dopée par un crédit gratuit ou presque, ont fini par toucher l‘industrie européenne depuis la fin de l’année dernière. 

Globalement, le premier semestre de l’année s’est terminée en baisse de 3%. Le deuxième semestre ne sera pas meilleur et l’année se terminera au niveau de 15 millions de véhicules vendus, soit moins que ce qu‘en 2007 avant les subprimes. Le marché américain va baisser davantage.  

Le résultat de ce ralentissement est que les capacités de production sont sous-employées. Cela dit, l’appareil de production a suffisamment de flexibilité pour éviter la casse sociale. Personne ne craint un effondrement comme en 2008. 

Ce qui inquiète tous les responsables aujourd’hui est beaucoup plus grave. Le retournement du cycle est gérable, mais l’industrie est face à des facteurs d’évolutions structurelles extrêmement anxiogènes. 

Il y a des facteurs exogènes bien connus qu‘il faut surveiller comme les incertitudes de la politique américaine et l’évolution du conflit avec la Chine. Mais en vérité, personne ne croit que le président Trump érigera les murs du protectionnisme qu‘il menace de mettre en place. Les incertitudes liées au Brexit sont beaucoup plus impactantes pour l’activité que les tweets de Donald Trump.  

Il y a surtout des mutations structurelles qu’il va leur falloir assumer, parce qu’ils vont provoquer des bouleversements extrêmement puissants. 

La première porte sur le changement de motorisation avec le passage à l’électrique.  Pour l’industrie automobile mondiale, c’est une révolution. D’autant que beaucoup de constructeurs ont fait la promesse commerciale d’offrir des gammes de voitures électriques complète entre 2023 et 2025. L’électrification de la motorisation des produits de marques françaises représente 250 milliards d’euros d’investissement. Mais c’est toute la filière qui doit se retrousser les manches. Les constructeurs, les fabricants de batteries (qui sont pour l’instant principalement chinois) et les équipements de distributions d’électricité. 

La deuxième série de mutation porte sur la connectique et sur l’autonomie. L’autonomie des automobiles n’est ni pour demain, ni pour après demain. Elle va demander du temps, de la recherche et des investissements. En revanche, la digitalisation des voitures va progresser très vite. La question simple qui va se poser sera de savoir qui, dans la chaine de valeur fournira la digitalisation. Les constructeurs eux-mêmes ou les grands du digital qui ne sont pas français ? Les investissements colossaux avoisinent les 100 milliards d’euros. 

Le troisième défi porte sur les changements d’attitude des clients. Entre la location et le partage des voitures, entre Uber et Blablacar, la façon d’utiliser une voiture automobile est en train de changer. D’autant que le client de la ville sera très différent du client de province ou de campagne. La réponse à ces changements appartient aux constructeurs, mais les constructeurs en sont encore au Moyen-Age avec un client qui attend forcement une innovation forte dont il ne soupçonne même pas la façon dont il les appréhendera. 

Maintenant qui est concerné ? 

Les constructeurs, leurs actionnaires, les sous-traitants et l’Etat forcément. Non pas pour subventionner l’industrie comme en 2008, mais pour créer un écosystème favorable. 

L’équation est très simple. Pour fonctionner normalement, pour investir, les acteurs de la filière ont besoin d’investir massivement. Et pour investir, il faut pouvoir délivrer des marges opérationnelles suffisantes aux financiers, et surtout si les taux d’intérêt sont bas. 

En 2008, on estime qu’une voiture d’origine française était pénalisée de 1000 euros par rapport à une voiture étrangère (y compris allemande). A l’époque, le gouvernement a pris la décision de supprimer la taxe professionnelle. La production française est revenue au niveau de compétitivité mondial moyen. Avec en plus, les accords de compétitivité et le CICE,  les efforts de consolidation, les marges opérationnelles se sont nettement améliorées au cours des 8 dernières années. 

Aujourd’hui, le décor a changé. A quelques mois des risques de tempête, la compétitivité des produits et services français est retombée. 

D’où la demande d’un plan d’urgence. Les constructeurs peuvent engager des plans stratégiques mais en l’état des réglementations (les normes) et de la fiscalité (les impôts de production qui ont beaucoup augmenté), ils ont surtout besoin qu’on leur dégage l’horizon et peut être qu‘on leur desserre un peu le calendrier de la transition écologique. Maintenant, va-t-on entendre l’analyse et ses conséquences ? Le passé nous a montré que l’Etat devient intelligent dans la crise. C’est à dire quand il n’a pas le choix. Mais aujourd’hui comme en 2007, personne ne croit vraiment que la tempête arrive. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zelectron
- 04/12/2019 - 14:06
La robotisation est à la traîne !
moins de m'a tu vu coûteux , plus de pragmatisme . . .
clo-ette
- 04/12/2019 - 10:17
Le pire
ce sera la voiture qui roule toute seule.
Monde2Bestfriend
- 03/12/2019 - 23:22
Les politiques n'ont pas à imposer un agenda technologique!
Les décisions imbéciles de nos politiciens qui se servent de l'écologie comme un faire valoir, tout comme il le faisait avec le social dans le temps, risquent d'entraîner par le fond notre industrie automobile déjà mal en point pour la production en tant que tel sur le sol national. La chasse au Diesel est criminelle alors qu'il a peut être 100 fois moins d'impact sur la santé des gens que le tabac où la France reste l'un des + gros consommateurs en Europe (l'essentiel des Pb respiratoires sont liés à une pollution domestique). L'Electrique ne progresse finalement que très peu et il ne sera pas prêt en 2024 quand les moteurs thermiques seront bannis à Paris notamment. Voir mon blog sur le sujet.