En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

02.

Liban : les images de la catastrophe et des explosions au port de Beyrouth

03.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

04.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

05.

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

06.

Dérèglement climatique : une nouvelle étude écarte le scénario du pire. Mais aussi le meilleur…

07.

Une nouvelle souche plus contagieuse du coronavirus aurait été identifiée au Vietnam

01.

Ce que son opposition au projet ITER révèle de la véritable nature de Greenpeace

02.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

03.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

04.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

05.

Jerusalema : ça fait longtemps que ça n’était pas arrivé mais 2020 s’est trouvée un tube de l’été planétaire

06.

Pères et maris dangereux ? Quand Alice Coffin oublie opportunément les guerres judiciaires sans fondements menées par des mères sans scrupules

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

03.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

04.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

05.

Quelles mesures rapides pour stopper la multiplications des violences au quotidien ?

06.

Statues déboulonnées : la Martinique est-elle encore en France ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Eva" de Simon Liberati

il y a 9 heures 30 min
pépites > International
Catastrophe
Liban : des dégâts importants et de nombreux morts après deux fortes explosions au port de Beyrouth
il y a 11 heures 21 min
pépites > Politique
Travaux parlementaires
Benjamin Griveaux sera chargé d'une mission parlementaire sur l'alimentation des jeunes
il y a 15 heures 4 min
pépites > High-tech
Failles exploitées
Covid-19 : Interpol alerte sur une hausse des cyberattaques "exploitant la peur"
il y a 15 heures 59 min
décryptage > International
Tensions entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan

Haut-Karabagh : plaidoyer d’un député français pour la paix et l’avenir

il y a 17 heures 18 min
décryptage > Culture
À la recherche du tube de l'été

Foxylight, avec son dernier titre "Past Vision", ouvre la voie au rock néo-psychédélique français. Et c'est très réussi

il y a 19 heures 36 min
décryptage > France
C’est la faute du confinement

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

il y a 20 heures 16 min
décryptage > Europe
Politique migratoire

Immigration illégale : traduire Matteo Salvini devant les tribunaux est-il vraiment une bonne idée ?

il y a 21 heures 4 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Malgré la pandémie, les entreprises françaises devraient maintenir les projets d’augmentations de salaires prévues avant le Covid

il y a 21 heures 47 min
décryptage > Société
IMG

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

il y a 22 heures 22 min
pépite vidéo > International
Scènes de chaos
Liban : les images de la catastrophe et des explosions au port de Beyrouth
il y a 10 heures 20 min
light > Media
Délai supplémentaire
France Télévisions : confirmation de l'arrêt de France Ô "à compter du 23 août", la fin de France 4 est reportée d'un an
il y a 14 heures 23 min
pépite vidéo > Europe
Deux ans après le drame
Italie : les images de l'inauguration du nouveau pont de Gênes
il y a 15 heures 39 min
pépites > Politique
Soutien du chef de l'Etat
Emmanuel Macron annonce le versement de la prime Covid pour les aides à domicile
il y a 16 heures 35 min
décryptage > Politique
Antifascisme de pacotille

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

il y a 18 heures 26 min
décryptage > Santé
Bienfaits salvateurs

Au temps du Covid, le sourire aussi est contagieux, mais pour notre plaisir !

il y a 19 heures 55 min
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : avec le Cassis Colosseum, la crème de cassis trouve sa place au premier rang de la photo de classe

il y a 20 heures 45 min
décryptage > High-tech
Données personnelles

Pourquoi TikTok vous menace même si vous ne l’utilisez jamais

il y a 21 heures 20 min
décryptage > Environnement
Politiques énergétiques

Dérèglement climatique : une nouvelle étude écarte le scénario du pire. Mais aussi le meilleur…

il y a 22 heures 4 min
pépites > Santé
Lutte contre la pandémie
Une nouvelle souche plus contagieuse du coronavirus aurait été identifiée au Vietnam
il y a 1 jour 8 heures
© MYCHELE DANIAU / AFP
© MYCHELE DANIAU / AFP
WikiAgri

La stratégie du Sénat pour amender la loi Egalim sans attendre

Publié le 10 novembre 2019
Les sénateurs ont l'intention de déposer une proposition de loi afin de modifier certains aspects de la loi Alimation (loi Egalim). Des pans entiers de l'agriculture sont menacés sans une correction rapide des textes.
WikiAgri
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
WikiAgri est un pôle multimédia agricole composé d’un magazine trimestriel et d’un site internet avec sa newsletter d’information. Il a pour philosophie de partager, avec les agriculteurs, les informations et les réflexions sur l’agriculture. Les...
Voir la bio
Antoine Jeandey
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Antoine Jeandey est rédacteur en chef de WikiAgri, pôle multimédia agricole composé d’un magazine trimestriel et d’un site internet avec sa newsletter d’information. Lancé en début d’année 2012, WikiAgri a pour philosophie de partager, avec les...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les sénateurs ont l'intention de déposer une proposition de loi afin de modifier certains aspects de la loi Alimation (loi Egalim). Des pans entiers de l'agriculture sont menacés sans une correction rapide des textes.

"Il y a urgence", "il faut faire vite", "on ne peut pas attendre deux ans comme cela était prévu"... Les sénateurs qui ont présenté à la presse leur intention de déposer une proposition de loi pour modifier certains aspects de la fameuse loi Alimentation (ou Egalim) ont tous dit la même chose, chacun avec leurs mots : des pans entiers de notre agriculture risquent la catastrophe sans correction rapide des textes votés voilà à peine plus d'un an.

Ce mardi, la petite salle du Sénat prévue pour la conférence de presse donnée par le groupe de suivi de la loi Egalim au Sénat fut vite saturée, tant l'intérêt pour le sujet est grand, tant pour les médias économiques que pour ceux destinés aux consommateurs et bien sûr aux agriculteurs. A la base, un constat unanime sur le manque d'efficacité de la loi par rapport à ses objectifs initiaux. Ensuite, il convenait d'identifier des points précis sur lesquels il était possible d'intervenir, mais aussi la méthode à utiliser pour parvenir à être écouté "pour le bien de tous", sans confrontation politicienne trop appuyée.

Augmenter les prix pour les consommateurs n'a pas eu d'effet pour les producteurs

"Nous ne voulons pas remettre en cause la loi en elle-même, précise ainsi d'emblée Sophie Primas, sénatrice (LR) des Yvelines et présidente de la commission des affaires économiques. Nous ne sommes pas dans une opposition, mais dans la proposition, après un constat amer après seulement un an d'exercice de la loi. Nous ne sommes pas dans le cadre d'une nouvelle loi agricole, même si nous aurions matière. Notre rôle ici consiste à retoucher la loi Egalim de telle manière que nos propositions puissent être adoptées par la majorité de l'Assemblée nationale, de façon à sauver les entreprises dont la situation a empiré depuis la mise en oeuvre de la loi."

Qu'en termes diplomatiques ces choses-là sont dites ! On comprend entre les mots prononcés qu'il y aurait vraisemblablement matière à une critique sévère, mais qu'il faut à tout prix l'éviter pour ne pas froisser le pouvoir en place et lui faire condescendre à sauver les entreprises qu'il a lui-même mis en difficulté... Selon les sénateurs, "la loi a beaucoup déçu", car elle n'a pas apporté les effets escomptés, parfois même au contraire. Et Daniel Gremillet en particulier ajoute : "On ne peut pas trahir les paysans ni tromper les consommateurs".

Les trois sénateurs présentant les travaux du groupe de suivi (son président, Daniel Gremillet sénateur LR des Vosges, et les deux rapporteurs, Michel Raison, sénateur LR de Haute-Saône, et Anne-Catherine Loisier, sénatrice UDI de Côte-d'Or) ont d'abord exposé leurs constats, en mettant le doigt sur plusieurs dysfonctionnements. Ainsi, ils ont noté une inflation de 1 % des produits alimentaires à la vente, qui ne "se retrouve pas dans les rémunérations des producteurs", alors qu'évidemment c'était le but de la loi. L'effet de "ruissellement" jusqu'au producteur espéré avec l'augmentation des prix pour le consommateur n'apparait donc pas (en d'autres termes, les intermédiaires ont augmenté leurs marges au passage).

Amers constats sur des effets inverses aux objectifs affichés par la loi

En rentrant dans le détail, les marques de distributeurs (MDD) ont vu leurs prix baisser dans les rayons, tandis que les marques, elles, augmentent sensiblement. Tant et si bien que, au niveau de l'exposition dans les rayons, comme le montre cette infographie ci-dessous fournie par le Sénat, ce sont les PME qui se sont trouvées pénalisées.

 

En cause, le relèvement du seuil de revente à perte (SRP). Les sénateurs stipulent ainsi, selon le document remis à la presse : "l'étude d'impact de la loi Egalim affirmait que "le relèvement du SRP vise à renforcer l'équilibre général de la négociation au profit des entreprises de teille petite ou moyenne, grâce à une meilleure péréquation entre produits". De ce point de vue, la loi Egalim est pour l'instant un échec."

Par ailleurs, les mesures d'encadrement des promotions sont également mises en cause par le groupe sénatorial, qui les estime, pour certaines entreprises au moins, "à contre-courant de l'esprit des états généraux : non seulement [ces entreprises] ont dû augmenter leur taux de promotions alors même que la mesure entendait les réduire, mais surtout la hausse de leur taux de promotions est devenue une charge pour les entreprises dans la mesure où en pratique ce sont les producteurs qui les financent". Ils notent également que "les fabricants de produits saisonniers souffrent de l'encadrement des promotions en volume, les achats des consommateurs sur ces produits relevant de l'impulsion. Sans soutien promotionnel, leurs ventes s'effondrent."

Enfin, les sénateurs se sont aperçus que la clause de renégociation des prix en cas de forte hausse ou forte baisse des matières premières était "inopérante". Un exemple précis : le porc, dont les cours sont repartis à la hausse de 45 % en 2019 (en grande partie en raison de la peste porcine africaine qui a décimé les élevages chinois), qui a obligé les industriels à renégocier les prix avec les grandes surfaces, avec des fortunes pour le moins diverses. "Or, exposent les sénateurs, si les charcuteries viennent à fermer, derrière les producteurs de porcs n'auront plus où vendre..."

Trois mesures d'urgence sous la forme d'une proposition de loi

Pour lutter contre ces effets indésirables, les sénateurs déposent une proposition de loi visant à adopter trois mesures d'urgence pour rectifier la loi Egalim.

1. sortir de l’encadrement des promotions en volume les produits les plus saisonniers et permettre l’examen, au cas par cas, de la situation des PME en difficulté ;
2. expérimenter une clause de révision automatique des prix, à la hausse comme à la baisse, pour les filières où cela est le plus nécessaire, notamment le porc ;
3. revenir à la volonté initiale du législateur concernant l’ordonnance sur les coopératives agricoles en supprimant la possibilité pour le juge de sanctionner financièrement les coopératives ayant pratiqué une rémunération des apports abusivement basse.

La proposition de loi en question devrait être examinée en janvier 2020.

Des propositions limitées à ce que la majorité serait prête à accepter

A travers les réponses aux questions posées lors de la conférence de presse allant au-delà de l'exposé sénatorial, on comprend que les sénateurs, qui ont auditionné quantité d'entreprises agricoles, grandes et petites, et d'organismes de tous les genres, auraient voulu aller plus loin. Ils comprennent ainsi que d'autres filières animales que celle du porc soient en difficulté (bovins, ovins...), mais "nous ne voulons proposer une nouvelle loi agricole qui ne serait pas acceptée ensuite à l'Assemblée par sa majorité".

Concernant le contexte de libre-échange (CETA, Mercosur...), qui influe (ou influera) tant pour les consommateurs que pour les producteurs en termes de qualité comme de concurrence, les sénateurs s'en tiennent à une résolution qui figure dans la loi, selon laquelle il est désormais interdit d'importer des produits de qualité inférieure à ceux produits en France. Tout en sachant que les termes d'un accord international de libre-échange l'emporte sur ceux des lois nationales. "Mais au moins notre volonté est affichée, et ceux qui ne la respecte pas devront ensuite rendre des comptes...", conclut Sophie Primas. Oui mais, pour certains, il sera alors trop tard...

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires