En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

03.

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

04.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

05.

François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste

06.

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

07.

Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
Effets de la parole présidentielle
Déconfinement : la SNCF a connu une hausse de 400% des ventes de billets de train juste après les annonces d’Emmanuel Macron
il y a 4 heures 18 min
light > Sport
"El Pibe de Oro"
Mort de la légende du football argentin, Diego Maradona, à l’âge de 60 ans
il y a 6 heures 34 min
pépites > Politique
"Le changement, c’est maintenant"
François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste
il y a 8 heures 7 min
pépites > France
Séparatisme
Le Conseil d'Etat confirme la dissolution de l'association BarakaCity et la fermeture de la Grande mosquée de Pantin
il y a 9 heures 49 min
décryptage > France
Chantier titanesque

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

il y a 12 heures 12 min
Farce
Le Premier ministre canadien piégé par l'appel téléphonique d'une fausse Greta Thunberg
il y a 12 heures 33 min
décryptage > Sport
Bryson DeChambeau

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

il y a 12 heures 56 min
light > People
Santé
Dans une contribution publiée dans le New York Times, Meghan Markle raconte qu'elle a fait une fausse couche cet été
il y a 13 heures 20 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

il y a 13 heures 36 min
pépites > International
Avion
Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens
il y a 13 heures 57 min
Futur best-seller
L'enquête fleuve de Society sur l’affaire Xavier Dupont de Ligonnès va être publiée sous le format d’un livre accessible dès le 9 décembre
il y a 5 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Madre" de Rodrigo Sorogoyen : un thriller bouleversant sur une mère en deuil de son fils…

il y a 7 heures 33 min
pépites > Economie
Changement de stratégie
IBM envisagerait la suppression de près d’un quart de ses effectifs en France
il y a 9 heures 19 min
Big Brother
Comment passer inaperçu sur l'avenue du Bonheur, truffée de caméras, à Pékin
il y a 10 heures 53 min
décryptage > Politique
Elus locaux

Radicalisation : pour un meilleur partage de l'information

il y a 12 heures 22 min
décryptage > France
Contradictions

Covid et terrorisme : deux poids, deux mesures. Pourquoi le Conseil constitutionnel s’est placé dans une contradiction qui risque de lui porter préjudice

il y a 12 heures 37 min
pépites > Politique
Désaveu
Loi sécurité globale : 30 abstentions, 10 votes contre chez LREM, la majorité envoie un avertissement à Gérald Darmanin
il y a 13 heures 35 sec
décryptage > Consommation
Alimentation

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

il y a 13 heures 21 min
décryptage > International
Big Brother

Un QR code santé pour voyager : bienvenue dans le monde selon Xi Jinping

il y a 13 heures 54 min
pépite vidéo > Economie
"Quoi qu’il en coûte"
Bruno Le Maire : "Nous nous fixons 20 années pour rembourser cette dette Covid"
il y a 14 heures 18 min
© MEHDI FEDOUACH / AFP
© MEHDI FEDOUACH / AFP
Entretien

Comment le déficit d’intellectuels en accord avec les aspirations des catégories populaires contribue largement au blocage politique de nos démocraties

Publié le 10 novembre 2019
François-Bernard Huyghe publie "L’art de la guerre idéologique" (éditions du Cerf). Dans cet entretien pour Atlantico, François-Bernard Huyghe évoque le fonctionnement des idéologies, le mouvement des Gilets jaunes ou bien encore le sentiment de rupture entre la population et les élites.
François-Bernard Huyghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François-Bernard Huyghe est directeur de recherches à l’Iris. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François-Bernard Huyghe publie "L’art de la guerre idéologique" (éditions du Cerf). Dans cet entretien pour Atlantico, François-Bernard Huyghe évoque le fonctionnement des idéologies, le mouvement des Gilets jaunes ou bien encore le sentiment de rupture entre la population et les élites.

Atlantico.fr : Dans son dernier ouvrage, L'Art de la guerre idéologique(Le Cerf, Nov. 19), François-Bernard Huyghe revient sur le fonctionnement d'une idéologie et sur son rôle dans le corps social. 

Au cours du mouvement des gilets jaunes, Gilles Legendre avait eu la phrase suivante pour expliquer la révolte : "nous avons été trop intelligents, trop subtils". Ce propos n'est-il pas symptomatique de l'approche idéologique actuelle chez les élites ? 

François-Bernard Huyghe : Outre qu’il n’est pas très futé de dire à ceux que l’on gouverne qu’ils sont stupides, cette phrase culte exprime du mépris de classe (bloc élitaire, diplômés, ouverts, insérés, optimistes, versus populaires, périphériques, en perte de confiance, bloquées dans le descenseur social, etc.). Elle traduit aussi une naïveté technocratique : 1 il y a des problèmes politiques, ils appellent une solution technique, 2 comme nous sommes les meilleurs, notre solution est universellement valable 3 ceux qui la refusent ne peuvent agir que par incompréhension (bêtes) ou saisis par de mauvaises passions (méchants). Pas d’alternative.

Pouvez-vous revenir sur les facteurs capables d'expliquer le sentiment de rupture de plus en plus vif entre la population et les élites ?

Ils sont de trois ordres. 

Économiques et sociaux. C’est ce que décrivent force enquêtes et essais :  bénéficiaires de la mondialisation contre perdants (par exemple ceux qui sont assignés à vivre quelque part (les somewhere, disent les anglais opposés aux bobos cosmopolites). D’où des revendications de protection matérielle, des discours anti-riches, rétablir l’ISF p.e.

 Il y a une dimension politique : les gilets jaunes, ou les forces dites populistes, se sentent mal représentées par la classe politique. Elles sont inquiètes de la mondialisation et réclament, de façon souvent confuse, plus de souveraineté et de démocratie directe hors des appareils traditionnels. Avec un sentiment identitaire : « nous sommes le peuple ».

Il y a une dimension culturelle et idéologique. C’est la conviction que gouvernants, médias, experts, etc. sont dans le déni de réalité et que discours moralisant libéral-libertaire sur la performance, la modernité, la tolérance, les différences, etc dissimule des intérêts et une hégémonie. Face à un peuple qui souffre de son impuissance et veut devenir visible.

Comment faut-il comprendre les anathèmes qui sont lancés quotidiennement envers les intervenants médiatiques qui heurtent le politiquement correct, à l'image d'Eric Zemmour ou encore très récemment Julie Graziani ? 

Je ne mettrai pas ces critiques du système sur le même plan ! Reste que dans nos sociétés d’indignation perpétuelle où l’on prouve sa vertu en dénonçant des franchissements de ligne, le discours libéral et/ou libertaire a ses repoussoirs idéologiques : complotistes, populistes, extrémistes, etc. Pointer les dangers moraux des discours dits de haine ou « qui nous divisent », c’est s’auto-légitimer au nom  des dangers que l’on combat et exclure des critiques du domaine du débat raisonnable : psychiatriser ou traduire en termes d’anti-valeurs non discutables. D’où l’utilité d’épouvantails émissaires.

Vous revenez sur la loi contre la manipulation de l'information promulguée en 2018 par Emmanuel Macron. Qu'est-ce que cette loi nous apprend sur la conception que les élites se font de leur place dans la société ?  

Elle relève du  méta-complotisme : si les gens votent mal ou manifestent, c’est parce qu’ils sont désinformés  par des complotistes (éventuellement Russes ou trolls en ligne) ; sinon, ils se rangeraient à l’évidence du bien et du juste. Bénéfice accessoire : décrédibiliser les discours adverses comme « infox » ou haine, c’est renforcer son propre contrôle. Y compris en incitant les grandes plateformes d’Internet à retirer les contenus politiquement incorrects.

Que pensez-vous du caractère ludique et festif des groupes écologiques comme "Extinction Rebellion" qui appellent "ceux en qui germent l'amour et la révolte pour le vivant"à occuper les villes et à organiser des actions ? Comment l'écologie se positionne-t-elle dans le champ idéologique actuel ?

Une certaine théâtralité masque peut-être des ambiguïtés. Il y a ceux qui préconisent des mesures vertes, surtout par incitation et changement de mentalité et en saupoudrent leur programme, mais sans remettre en cause le principe de croissance. Et il y a des catastrophistes, qui posent le dilemme en termes de poursuite de l’activité humaine et réchauffement climatique ou survie des espèces -. Mais ils esquivent la question du pouvoir : comment concilier ce grand tête-à- queue anti-productiviste avec la démocratie et l’accord des gouvernés ?

Quel rôle jouent les nouvelles technologies dans les conflits entre l'idéologie des élites et ceux qui la critiquent ? 

Il serait caricatural de dire que par nature les médias classiques sont pro élite et idéologie dominante, et les nouveaux médias pro contestation et protestation. Mais les réseaux sociaux où chacun est émetteur et propagateur et où l’on rencontre ceux qui vous ressemblent favorisent le contre-discours dit populiste.

Dans la conclusion de votre essai, vous doutez de la capacité des idéologies anti-progressistes et illibérales à les remplacer à court terme. Dans quelle mesure la peur intervient-elle dans cette difficulté à fonder une alternative ? Ne peut-on espérer un changement idéologique plus favorable aux classes populaires et moyennes d'ici les années à venir ?

Électoralement divisé (vote RN, LFI, abstention ou nul), le bloc populaire manque de cohérence idéologique, d’intellectuels organiques comme aurait dit Gramsci pour mettre en forme ses aspirations ; il manque aussi de capacités de s’allier avec d’autres groupes (classes moyennes, retraités effrayés par le désordre ou le risque institutionnel, plus jeunes dépolitisés). Il manque donc du bon message, des bonnes médiations (des relais) des bons médias... C’est beaucoup mais regardez une carte du monde et voyez comment progresse l’illibéralisme. 

François-Bernard Huyghe publie "L’art de la guerre idéologique" aux éditions du Cerf

Lien vers la boutique Amazon : ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 10/11/2019 - 23:15
Hommes d'état ou idéologues.
La France n'a que faire de purs intellectuels ou idéologues au pouvoir , créateurs d'idéologie ou de systèmes qui immanquablement sont sources de catastrophes, les Lenine, Mao ou Hitler...les grands politiques efficaces, Richelieu, Bonaparte-Napoleon ( même le III), De Gaulle...sont des hommes d'action d'abord , supérieurement lucides et intelligents mais l'intellect chez eux est toujours subordonné à l'objectif et à l'efficacité, mélange d'ambition et de réalisme, conciliation des contraires au lieu de leur exacerbation, caractère, volonté et courage et SURTOUT sens d'une destinée, d'une aventure et d'une transmission à la fois personnelles et collectives, à l'opposé de la cuistrerie et de l'imposture de la " table rase" et de la " start up nation", version " cool" de la barbarie révolutionnaire.
hoche38
- 10/11/2019 - 13:14
Un article de qualité.
Merci Monsieur Huygue pour cette analyse raisonnablement engagée mais honnête et sans prétention, dans la mesure où elle laisse son jugement au lecteur et lui permet d'aller un peu plus loin. C'est exactement ce qu'on peut attendre d'Atlantico.
Phlt1
- 10/11/2019 - 11:59
La conclusion est très juste...
pour le reste c'est incomplet, parce qu'est oubliée une chose essentielle: ce qu'il y a de plus important dans la nature même de l'être humain. Et c'est là où le conditionnement de l'idéologie socialiste a gagné: ne ramener l'être humain qu'à sa condition matérielle, avec des chiffres, des analyses économiques qui ont pour conséquences des positions intellectuelles qui au final ne résolvent rien, que l'on soit d'un côté ou de l'autre, c'est à dire dans la classiques opposition riches/pauvres, intellectuels/manuels, ouverts/repliés, etc, etc.. Tant que cette façon manichéenne de penser la réalité continue (issue de l'idéologie marxiste), aucune solution ne sera trouvée...alors qu'elles existent. Mon opinion est qu'il s'agit là de l'enjeu français du 21ème siècle: se débarrasser définitivement du conditionnement de l'idéologie de gauche qui a largement débordé sur la droite et qui bloque toute évolution, toute identité, toute énergie (elle est d'ailleurs construite pour ça, pour bloquer le peuple au profit de la nomenklatoura). Décidément, on s'ennuie dans ce pays qui se regarde le nombril...sans le trouver.!.