En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

04.

Coronavirus : l’après crise sera violente

05.

Corona, le virus qui rendait les humoristes moins drôles et les célébrités lourdingues

06.

Chloroquine : Didier Raoult revient sur ses travaux, les prouesses réalisées en Chine et sur la situation de la crise sanitaire dans un entretien à Radio Classique

07.

Covid-19 : les images du pape François, seul au Vatican, pour une bénédiction "Urbi et Orbi"

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 1er avril en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 7 min 4 sec
light > Culture
Impact de l’affaire Matzneff
Jean-Marie Gustave Le Clézio décide de quitter le jury du Prix Renaudot
il y a 1 heure 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Boussole" de Mathias Enard : un livre d’une érudition éblouissante

il y a 3 heures 31 min
pépites > International
Bataille de chiffres
Coronavirus : les autorités américaines estiment que la Chine a menti sur le nombre de morts et falsifié les chiffres
il y a 4 heures 12 min
pépites > Economie
Nouvelles demandes
Les Etats-Unis comptabilisent désormais 6,6 millions de chômeurs de plus en une semaine
il y a 5 heures 57 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
La droite réfléchit à sa stratégie de rebond, Valeurs Actuelles l’enfonce (en même temps que les autres); Marine Le Pen surfe sur la colère des réseaux sociaux, le gouvernement balance sur elle; Tracer sans fliquer ?; Tensions sur l’approvisionnement
il y a 7 heures 23 min
pépite vidéo > Politique
Scénarios du déconfinement
Mission d’information : retrouvez l’intégralité de l’audition d’Edouard Philippe et d’Olivier Véran
il y a 8 heures 29 min
décryptage > Défense
Soutien

Covid-19 : la garde nationale aux abonnés absents

il y a 9 heures 57 min
décryptage > Media
Candidats

France Télévisions : la bataille pour la présidence de l’audiovisuel public se lance (timidement)

il y a 10 heures 34 min
décryptage > Economie
Cicatrices

Coronavirus : l’après crise sera violente

il y a 11 heures 6 min
pépites > Terrorisme
Rebondissement
Meurtre de Daniel Pearl : le Pakistan annule la peine de mort d’Omar Sheikh, le citoyen britannique condamné
il y a 57 min 27 sec
light > Science
Découvertes scientifiques
Selon des chercheurs allemands, l'Antarctique était recouvert d'une forêt luxuriante qui abritait des dinosaures
il y a 2 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le grand écart, Chronique d’une démocratie fragmentée" de Pascal Perrineau : une analyse en profondeur des revendications et colères sociales

il y a 3 heures 46 min
pépites > Défense
Ennemi invisible
Opération Barkhane : quatre soldats français ont été contaminés par le coronavirus
il y a 5 heures 31 min
pépites > Europe
"Mea Culpa"
Coronavirus : la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, s'excuse auprès de l'Italie
il y a 7 heures 2 min
pépites > Santé
Chiffres inquiétants
Covid-19 : 570 décès auraient déjà été enregistrés dans les Ehpad depuis le début de l'épidémie dans le Grand Est
il y a 7 heures 54 min
décryptage > International
Cavalier seul ?

Pétrole : l’Arabie saoudite contribue à l’effondrement de l’économie mondiale

il y a 9 heures 41 min
décryptage > International
Cité de Dieu

Brésil : les gangs remplacent l’Etat

il y a 10 heures 22 min
décryptage > Société
Confinement

Inquiétudes sur le monde qui vient

il y a 10 heures 49 min
décryptage > Politique
Brouillage sur la ligne

Rhétorique officielle et officieuse au temps du corona

il y a 11 heures 29 min
© ALBERTO PIZZOLI / AFP
© ALBERTO PIZZOLI / AFP
Atlantico Business

BCE : Christine Lagarde engage le match contre la déflation

Publié le 04 novembre 2019
Christine Lagarde, officiellement présidente de la BCE depuis le 1er novembre, va découvrir ce matin à Francfort, la tâche qui va être la sienne : écarter le risque de stagnation.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christine Lagarde, officiellement présidente de la BCE depuis le 1er novembre, va découvrir ce matin à Francfort, la tâche qui va être la sienne : écarter le risque de stagnation.

En arrivant ce matin à son bureau de Francfort, Christine Lagarde sait qu’on attend beaucoup plus son talent et son habileté politique que son expertise technique et monétaire.

Christine Lagarde a hérité d’une situation assez compliquée à résoudre. Mario Draghi lui a laissé une zone Euro en risque de stagnation, une politique monétaire laxiste qui parait incontournable mais qui est de plus en plus contestée par les représentants d’Europe du Nord. Ça ressemble à la quadrature du cercle.

1er point, l’économie de la zone Euro s’est nettement ralentie depuis l’été dernier et l’horizon s’est obscurci. Christine Lagarde le sait. La dernière assemblée annuelle du FMI qu’elle dirigeait encore s’est ouverte en octobre dernier sur une révision à la baisse des prévisions de la croissance mondiale de l’économie mondiale. Pour le FMI, le monde terminera l’année 2019 à 3 % de croissance mondiale, c’est à dire à un taux qui s’avère le plus bas depuis la crise financière. L’Europe prend évidemment sa part dans un ralentissement imputable aux incertitudes géopolitiques ( Moyen-Orient principalement ) et durcissement des rapports commerciaux lié aux risques de la guerre commerciale entre les USA et la Chine et aux risques du Brexit.

La crise de 2008 qui aurait dû provoquer un élan de solidarité internationale a généré des tentations protectionnistes qui ont hypothéqué la possibilité d’une reprise durable.

2e point, dans cette conjoncture incertaine, les banquiers centraux ont maintenu des politiques monétaires non conventionnelles qui permettent l’injection massive de liquidités pour éviter que les systèmes économiques ne s’asphyxient et pour éviter le risque de contraction ou de blocage de l’activité économique mondiale comme en 2008- 2009. Cette politique monétaire revient à faciliter les rachats d’actifs aux banques qui peuvent en contrepartie émettre des crédits de fonctionnement ou d’investissement avec une pratique de taux d’intérêt très bas, taux courts comme taux longs. Cette politique continue d’être appliquée généreusement par la Réserve fédérale, la banque d’Angleterre, la banque du Japon et évidemment la Banque centrale européenne.

Mario Draghi a, au moment de son départ, confirme qu'il fallait poursuivre cette politique pour soutenir l’activité et protéger la zone euro des effets du retournement mondial.

3e point, et c’est là où le travail de Mme Lagarde va être un peu délicat, cette politique monétaire qu‘elle approuve évidemment sur le plan théorique suscite désormais beaucoup de critiques à l'intérieur même de la zone Euro et jusqu’au conseil de la BCE.

Christine Lagarde a expliqué longuement qu'il fallait sans doute profiter de cette conjoncture monétaire pour investir dans la transformation structurelle des économies, dans la préparation de la transition écologique, et dans le renforcement des structures bancaires, sans parler bien sûr de la nécessité de redresser la gestion des budgets d’État qui sont pour la plupart beaucoup trop endettés.

Cela dit, Christine Lagarde a beau justifier le statu quo et l’action de Mario Draghi par des arguments qui tiennent la route dans un colloque d’experts, elle se retrouve confrontée aux contraintes politiques qui s’exercent sur les marchés et dans les différents pays membres de la zone Euro.

D’abord , il est évident que les politiques accommodantes (rachats d’actifs, taux bas et injections de liquidités) sont désormais confrontées à l'hostilité de ceux qui considèrent que ces pratiques ont alimenté des déficits budgétaires qui vont se révéler extrêmement dangereux. Parmi les opposants à la politique de la BCE, on trouve principalement les Allemands et la plupart des pays du Nord de l’Europe : le gouverneur de la Bundesbank, Jens Weidmann comme celui de la Banque des Pays-Bas qui expliquent que cette politique monétaire revient à organiser un financement monétaire des déficits publics ce qui est interdit par les traités, mais aussi et c’est assez nouveau deux Français : François Villeroy de Galhay, gouverneur de la Banque de France et Benoit Coeuré, membre du directoire de la BCE sous la présidence Draghi.

Ensuite, beaucoup d’observateurs soulignent la fragilité et même la vulnérabilité des banques ou des sociétés d’assurance-épargne provoquée par la généralisation des taux bas. Le système bancaire ne trouve plus la rentabilité dans son activité de base qui est le commerce de l'argent. Les banques ont tendance à limiter leur activité de crédit à des opérations qui offrent des garanties en actif, dont principalement l’immobilier avec le risque de constituer une bulle. Il y a donc un risque de fragilisation des banques.

Enfin, la scène monétaire offre aussi des opposants qui considèrent que l’argent facile exonère les Etats à faire des efforts de réformes des dépenses publiques. Le plus curieux dans cette affaire est de retrouver dans ce camp-là les représentants de la France. Alors que l’Etat français a usé et abusé du déficit. Ce qui est vrai, c’est qu’un Etat qui s’endette s’enrichit. La France a fait 5 milliards d’économie sur les charges de la dette grâce à l’abaissement des taux.

Mais ce qui est vrai aussi, c’est que le stock de dettes grossit et personne ne sait ce qui peut se passer si les taux se retournent et il faudra bien que les taux reviennent à des niveaux plus positifs.

Christine Lagarde va donc être confrontée à tous ces défis, redressement progressif des taux, sécurisation des banques, encouragement à des investissements économiques et surveillance des bulles ( immobilières ou financières ).

Le problème était principalement technique avec Mario Draghi. Il sera principalement politique pour Christine Lagarde qui va devoir convaincre les États membres de la zone euro que la responsabilité de l'équilibre et du redressement incombe à deux choses : l’effort national que chacun peut faire et la coordination des politiques économiques entre les Etats membres. Christine Lagarde n‘a pas encore osé parler de mutualisation (le mot est encore tabou en Europe) mais une fois le Brexit terminé, il faudra bien en parler.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

04.

Coronavirus : l’après crise sera violente

05.

Corona, le virus qui rendait les humoristes moins drôles et les célébrités lourdingues

06.

Chloroquine : Didier Raoult revient sur ses travaux, les prouesses réalisées en Chine et sur la situation de la crise sanitaire dans un entretien à Radio Classique

07.

Covid-19 : les images du pape François, seul au Vatican, pour une bénédiction "Urbi et Orbi"

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 04/11/2019 - 12:44
On sent....
qu'après cette brillante analyse on est éclairé sur la situation et les enjeux économiques. Si Sylvestre n'existait pas , il faudrait un ultimatum à Dieu pour le créer.
Mais on est rassuré: JMS a avalé le Brexit et la bonne nouvelle c'est qu'il n'y a pas de Boat people anglais demandant l'asile à Calais!
Juste une suggestion à JMS pour le faire cauchemarder: imaginons que l'Euro explose ( hein, je sais bien que ce serait pire que le fait Que Greta tombe enceinte de Yann Moix): on aurait alors , vraisemblablement un détachement du continent avec un bloc allemand: la Germanie et son Lebensraum et un conglomerat latin dont la monnaie s'effriterait comme autrefois la lire italienne avec la perfide Albion ricanant sur son île: l'équivalent de la division de l'empire romain; le sud envahi par les descendants des Vandales et le Nord attendant la chute de Constantinople (les turcs sont déjà la)