En direct
Best of
Best of du 30 novembre au 6 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

COP25 : Greta Thunberg a été exfiltrée de la marche à Madrid pour des raisons de sécurité

03.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

04.

Grèves : les "blacks blocs" blancs, ça ne serait pas un peu du blackface ?

05.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

06.

Jeanne Balibar critique violemment la politique d’Emmanuel Macron, qui avait été "bouleversé" par "Les Misérables" de Ladj Ly

07.

Ce nouvel espace politique qu’ouvrent Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen (mais pas pour eux…)

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Une prise de sang pour diagnostiquer les cancers les plus courants ? Une grande étude menée par des chercheurs lyonnais le permettra bientôt

04.

L'hydrogène, combustible parfait pour remplacer le pétrole ? Pourquoi ce n'est pas si simple...

05.

Vous ne devinerez jamais pourquoi le dernier shooting photo de Selena Gomez fait polémique

06.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

01.

L’immigration, remède nécessaire pour l’équilibre des retraites et le rebond de notre économie ?

02.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

03.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

04.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

05.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Le jour où de Gaulle est tombé sous le charme de Jackie Kennedy

il y a 28 min 14 sec
décryptage > France
Bonnes feuilles

Le débat public peut-il se passer des Libéraux ?

il y a 28 min 44 sec
décryptage > France
Il n'est pas trop tard

Contre la pensée bourgeoise – celle du politiquement correct – osons être révolutionnaires !

il y a 29 min 4 sec
pépites > Justice
MoDem
François Bayrou a été mis en examen pour complicité de détournement de fonds publics
il y a 9 heures 10 min
Madrid
COP25 : Greta Thunberg a été exfiltrée de la marche à Madrid pour des raisons de sécurité
il y a 10 heures 39 min
light > Culture
The White House Plumbers
HBO prépare une série télévisée sur le scandale du Watergate
il y a 14 heures 13 min
pépite vidéo > International
Incendies
Les images impressionnantes du ciel orange à Sydney
il y a 15 heures 25 min
pépites > Société
#UberCestOver
Uber reconnaît que 6.000 agressions sexuelles ont été signalées en deux ans aux Etats-Unis
il y a 17 heures 8 min
pépites > International
Fulanis
Bernard-Henri Lévy alerte sur le massacre des chrétiens au Nigeria
il y a 17 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Funny Girl", la comédie musicale : phénoménale Funny Girl, Christina Bianco met Paris à ses pieds…

il y a 18 heures 54 min
décryptage > Sport
Bonnes feuilles

Le sportif, ce nouveau héros de temps de paix

il y a 28 min 36 sec
décryptage > International
Bonnes feuilles

Elections 2020 : les enjeux du combat face à Donald Trump

il y a 28 min 55 sec
décryptage > Economie
Paroxysme

Services publics paralysés et pression fiscale record : tous les symptômes d’une faillite programmée du système français

il y a 29 min 12 sec
light > Culture
Classe politique
Jeanne Balibar critique violemment la politique d’Emmanuel Macron, qui avait été "bouleversé" par "Les Misérables" de Ladj Ly
il y a 9 heures 33 min
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 5 décembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 11 heures 18 min
pépite vidéo > Europe
Auschwitz
Angela Merkel déclare que la mémoire des crimes nazis est "inséparable" de l'identité allemande
il y a 14 heures 42 min
pépites > France
Pédagogie
Retraites : Edouard Philippe présentera "l'intégralité du projet du gouvernement" mercredi prochain
il y a 15 heures 50 min
pépites > France
Champions du monde
La France est le pays de l'OCDE avec la fiscalité la plus lourde
il y a 17 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Samia" de Gilbert Ponté : dernière course pour Lampedusa, haletant et poignant

il y a 18 heures 47 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le sport joue avec la sphère et quand les heures se jouent sous dôme : c’est l’actualité des montres dans les tempêtes sociales
il y a 19 heures 44 min
© ALBERTO PIZZOLI / AFP
© ALBERTO PIZZOLI / AFP
Atlantico Business

BCE : Christine Lagarde engage le match contre la déflation

Publié le 04 novembre 2019
Christine Lagarde, officiellement présidente de la BCE depuis le 1er novembre, va découvrir ce matin à Francfort, la tâche qui va être la sienne : écarter le risque de stagnation.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christine Lagarde, officiellement présidente de la BCE depuis le 1er novembre, va découvrir ce matin à Francfort, la tâche qui va être la sienne : écarter le risque de stagnation.

En arrivant ce matin à son bureau de Francfort, Christine Lagarde sait qu’on attend beaucoup plus son talent et son habileté politique que son expertise technique et monétaire.

Christine Lagarde a hérité d’une situation assez compliquée à résoudre. Mario Draghi lui a laissé une zone Euro en risque de stagnation, une politique monétaire laxiste qui parait incontournable mais qui est de plus en plus contestée par les représentants d’Europe du Nord. Ça ressemble à la quadrature du cercle.

1er point, l’économie de la zone Euro s’est nettement ralentie depuis l’été dernier et l’horizon s’est obscurci. Christine Lagarde le sait. La dernière assemblée annuelle du FMI qu’elle dirigeait encore s’est ouverte en octobre dernier sur une révision à la baisse des prévisions de la croissance mondiale de l’économie mondiale. Pour le FMI, le monde terminera l’année 2019 à 3 % de croissance mondiale, c’est à dire à un taux qui s’avère le plus bas depuis la crise financière. L’Europe prend évidemment sa part dans un ralentissement imputable aux incertitudes géopolitiques ( Moyen-Orient principalement ) et durcissement des rapports commerciaux lié aux risques de la guerre commerciale entre les USA et la Chine et aux risques du Brexit.

La crise de 2008 qui aurait dû provoquer un élan de solidarité internationale a généré des tentations protectionnistes qui ont hypothéqué la possibilité d’une reprise durable.

2e point, dans cette conjoncture incertaine, les banquiers centraux ont maintenu des politiques monétaires non conventionnelles qui permettent l’injection massive de liquidités pour éviter que les systèmes économiques ne s’asphyxient et pour éviter le risque de contraction ou de blocage de l’activité économique mondiale comme en 2008- 2009. Cette politique monétaire revient à faciliter les rachats d’actifs aux banques qui peuvent en contrepartie émettre des crédits de fonctionnement ou d’investissement avec une pratique de taux d’intérêt très bas, taux courts comme taux longs. Cette politique continue d’être appliquée généreusement par la Réserve fédérale, la banque d’Angleterre, la banque du Japon et évidemment la Banque centrale européenne.

Mario Draghi a, au moment de son départ, confirme qu'il fallait poursuivre cette politique pour soutenir l’activité et protéger la zone euro des effets du retournement mondial.

3e point, et c’est là où le travail de Mme Lagarde va être un peu délicat, cette politique monétaire qu‘elle approuve évidemment sur le plan théorique suscite désormais beaucoup de critiques à l'intérieur même de la zone Euro et jusqu’au conseil de la BCE.

Christine Lagarde a expliqué longuement qu'il fallait sans doute profiter de cette conjoncture monétaire pour investir dans la transformation structurelle des économies, dans la préparation de la transition écologique, et dans le renforcement des structures bancaires, sans parler bien sûr de la nécessité de redresser la gestion des budgets d’État qui sont pour la plupart beaucoup trop endettés.

Cela dit, Christine Lagarde a beau justifier le statu quo et l’action de Mario Draghi par des arguments qui tiennent la route dans un colloque d’experts, elle se retrouve confrontée aux contraintes politiques qui s’exercent sur les marchés et dans les différents pays membres de la zone Euro.

D’abord , il est évident que les politiques accommodantes (rachats d’actifs, taux bas et injections de liquidités) sont désormais confrontées à l'hostilité de ceux qui considèrent que ces pratiques ont alimenté des déficits budgétaires qui vont se révéler extrêmement dangereux. Parmi les opposants à la politique de la BCE, on trouve principalement les Allemands et la plupart des pays du Nord de l’Europe : le gouverneur de la Bundesbank, Jens Weidmann comme celui de la Banque des Pays-Bas qui expliquent que cette politique monétaire revient à organiser un financement monétaire des déficits publics ce qui est interdit par les traités, mais aussi et c’est assez nouveau deux Français : François Villeroy de Galhay, gouverneur de la Banque de France et Benoit Coeuré, membre du directoire de la BCE sous la présidence Draghi.

Ensuite, beaucoup d’observateurs soulignent la fragilité et même la vulnérabilité des banques ou des sociétés d’assurance-épargne provoquée par la généralisation des taux bas. Le système bancaire ne trouve plus la rentabilité dans son activité de base qui est le commerce de l'argent. Les banques ont tendance à limiter leur activité de crédit à des opérations qui offrent des garanties en actif, dont principalement l’immobilier avec le risque de constituer une bulle. Il y a donc un risque de fragilisation des banques.

Enfin, la scène monétaire offre aussi des opposants qui considèrent que l’argent facile exonère les Etats à faire des efforts de réformes des dépenses publiques. Le plus curieux dans cette affaire est de retrouver dans ce camp-là les représentants de la France. Alors que l’Etat français a usé et abusé du déficit. Ce qui est vrai, c’est qu’un Etat qui s’endette s’enrichit. La France a fait 5 milliards d’économie sur les charges de la dette grâce à l’abaissement des taux.

Mais ce qui est vrai aussi, c’est que le stock de dettes grossit et personne ne sait ce qui peut se passer si les taux se retournent et il faudra bien que les taux reviennent à des niveaux plus positifs.

Christine Lagarde va donc être confrontée à tous ces défis, redressement progressif des taux, sécurisation des banques, encouragement à des investissements économiques et surveillance des bulles ( immobilières ou financières ).

Le problème était principalement technique avec Mario Draghi. Il sera principalement politique pour Christine Lagarde qui va devoir convaincre les États membres de la zone euro que la responsabilité de l'équilibre et du redressement incombe à deux choses : l’effort national que chacun peut faire et la coordination des politiques économiques entre les Etats membres. Christine Lagarde n‘a pas encore osé parler de mutualisation (le mot est encore tabou en Europe) mais une fois le Brexit terminé, il faudra bien en parler.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

COP25 : Greta Thunberg a été exfiltrée de la marche à Madrid pour des raisons de sécurité

03.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

04.

Grèves : les "blacks blocs" blancs, ça ne serait pas un peu du blackface ?

05.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

06.

Jeanne Balibar critique violemment la politique d’Emmanuel Macron, qui avait été "bouleversé" par "Les Misérables" de Ladj Ly

07.

Ce nouvel espace politique qu’ouvrent Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen (mais pas pour eux…)

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Une prise de sang pour diagnostiquer les cancers les plus courants ? Une grande étude menée par des chercheurs lyonnais le permettra bientôt

04.

L'hydrogène, combustible parfait pour remplacer le pétrole ? Pourquoi ce n'est pas si simple...

05.

Vous ne devinerez jamais pourquoi le dernier shooting photo de Selena Gomez fait polémique

06.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

01.

L’immigration, remède nécessaire pour l’équilibre des retraites et le rebond de notre économie ?

02.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

03.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

04.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

05.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof@gmail.com
- 04/11/2019 - 12:44
On sent....
qu'après cette brillante analyse on est éclairé sur la situation et les enjeux économiques. Si Sylvestre n'existait pas , il faudrait un ultimatum à Dieu pour le créer.
Mais on est rassuré: JMS a avalé le Brexit et la bonne nouvelle c'est qu'il n'y a pas de Boat people anglais demandant l'asile à Calais!
Juste une suggestion à JMS pour le faire cauchemarder: imaginons que l'Euro explose ( hein, je sais bien que ce serait pire que le fait Que Greta tombe enceinte de Yann Moix): on aurait alors , vraisemblablement un détachement du continent avec un bloc allemand: la Germanie et son Lebensraum et un conglomerat latin dont la monnaie s'effriterait comme autrefois la lire italienne avec la perfide Albion ricanant sur son île: l'équivalent de la division de l'empire romain; le sud envahi par les descendants des Vandales et le Nord attendant la chute de Constantinople (les turcs sont déjà la)