En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

03.

Beyrouth : la maison de Carlos Ghosn a été détruite par les explosions

04.

Une arme de destruction massive contre l’écriture inclusive : le boycott

05.

Train ou avion ? Le point sur les risques d’être contaminé par la Covid-19

06.

Les idées cocktails originales de l’été : le Framboise Fizz, dégustez de l’armagnac frais, sans vous ruiner

07.

Ces pays où continuent à partir les Français malgré le Coronavirus

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

06.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

04.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

05.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

06.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

ça vient d'être publié
pépites > International
Espoir pour les familles
Explosions à Beyrouth : un compte Instagram aide les habitants de la ville à retrouver les personnes disparues
il y a 6 heures 49 min
pépite vidéo > Environnement
Filière menacée
Pesticides : une dérogation accordée par le gouvernement pour sauver la culture de la betterave
il y a 8 heures 22 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le singe prend un bain et quand Mademoiselle souffle vingt bougies : c’est l’actualité aoûtienne des montres
il y a 9 heures 38 min
light > Culture
Disparition
Mort du philosophe Bernard Stiegler à l’âge de 68 ans
il y a 12 heures 14 min
pépite vidéo > Santé
Recommandations
Canicule et coronavirus : les bons gestes à adopter
il y a 13 heures 18 min
décryptage > France
Fines lames

La France orange mécanique (complément d’information) : merci de ne pas oublier les couteaux

il y a 16 heures 6 min
décryptage > Consommation
Origines des produits

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

il y a 16 heures 50 min
décryptage > Loisirs
"Voyage, voyage"

Ces pays où continuent à partir les Français malgré le Coronavirus

il y a 17 heures 34 min
décryptage > Economie
Relance européenne

L’Euro fort, bonne ou (très) mauvaise nouvelle pour la reprise ? Le match des arguments

il y a 18 heures 27 min
pépite vidéo > Politique
Solidarité avec le peuple libanais
Liban : retrouvez l’intégralité de la conférence de presse d’Emmanuel Macron à Beyrouth
il y a 1 jour 5 heures
pépites > International
Liban
Explosions à Beyrouth : le président libanais Michel Aoun rejette l’organisation d’une enquête internationale
il y a 7 heures 28 min
Liban
Beyrouth : la maison de Carlos Ghosn a été détruite par les explosions
il y a 9 heures 5 min
pépites > France
Enquête
Incendie à Anglet : un mineur de 16 ans mis en examen pour "destruction volontaire"
il y a 11 heures 32 min
pépites > Santé
0.800.06.66.66
Canicule et vague de chaleur : le ministre de la Santé, Olivier Véran, annonce la création d’un numéro vert
il y a 12 heures 54 min
décryptage > Santé
Transport collectif

Train ou avion ? Le point sur les risques d’être contaminé par la Covid-19

il y a 15 heures 45 min
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : Cognac Tonic, mieux que le Gin, optez pour un cocktail d’été "trendy"

il y a 16 heures 23 min
décryptage > High-tech
Mort de la concurrence ?

Pourquoi nous surfons de moins en moins en dehors de Google

il y a 17 heures 16 min
décryptage > International
"Le Liban n'est pas seul"

Beyrouth : le rêve éveillé de l'Elysée sur l'Orient

il y a 18 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "La clé USB" de Jean-Philippe Toussaint, l’art de rendre romanesque l’univers de l’informatique

il y a 1 jour 5 heures
pépites > International
Voix de la France
Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique
il y a 1 jour 5 heures
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
Sale temps pour les keynésiens

Les Gilets jaunes ont-ils vraiment sauvé la croissance ?

Publié le 31 octobre 2019
L’acquis de croissance de 1,2% paraît être une faible performance au regard des milliards d’euros injectés en faveur du pouvoir d’achat depuis le début de l’année.
Denis Ferrand
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Denis Ferrand est Docteur en économie de l’Université Pierre Mendès-France de Grenoble, Directeur Général de Coe-Rexecode depuis décembre 2008. Il est l'auteur de perspectives économiques mondiales 2014-2015 de Coe-Rexecode. Il est également...
Voir la bio
Jean-Philippe Delsol
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Philippe Delsol est avocat, président de l’Institut de Recherches Economiques et Fiscales, IREF, essayiste. Dernier ouvrage paru : Eloge de l’Inégalité, chez Manitoba/Belles Lettes, Novembre 2019.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’acquis de croissance de 1,2% paraît être une faible performance au regard des milliards d’euros injectés en faveur du pouvoir d’achat depuis le début de l’année.

Atlantico.fr : Les chiffres de la croissance française pour le troisième trimestre 2019 ont été dévoilés : elle a été de 0,3%. L’acquis de croissance, si on projette un niveau de PIB inchangé sur le quatrième trimestre, serait donc de 1,2%. Ce résultat montre à la fois la résilience de l’économie française quand on la compare par exemple aux économies allemande ou italienne, mais le chiffre reste faible.

Quelle part a joué la politique budgétaire et fiscale du gouvernement dans ce résultat contrasté ?

Denis Ferrand : Ce qui est en train de se passer, c’est simplement que les conditions de la croissance sont en train de muter. C’est ce que j’appelle l’inversion des polarités de la croissance. On a eu depuis trois ans une croissance qui a été tirée par l’investissement et plutôt freinée par la consommation. Là on est en train d’arriver dans une période inverse : l’investissement des entreprises comme celui des administrations est en voie de ralentissement, mais cet effet est remplacé par une consommation un peu plus soutenue. C’est une substitution de moteurs et non une accélération de la croissance qui se dessine. On reste sur notre rythme de croissance, sur ce qu’on est en capacité d’extraire structurellement. Mais ce rythme-là se fait par des modalités différentes. A l’intérieur de la demande interne, ce ne seront pas les mêmes postes qui soutiendront la croissance.

Le pari est donc gagné si l’on considère qu’il était de relancer les dépenses de consommation, mais le verre n’est qu’à moitié plein si on prend la dynamique de croissance qui est celle que l’on observe actuellement. Quand on met de l’argent pour soutenir le revenu des ménages, inévitablement on en retrouve une partie dans le comportement de dépense des ménages. Si vous regardez sur l’année 2019, pour l’instant on ne connaît que les deux premiers trimestres en termes de revenus des ménages. Sur l’année, on peut anticiper que le pouvoir d’achat du revenu des ménages progressera de 2,4%, donc quasiment deux fois plus vite que la croissance qui va probablement s’établir à 1,3%. On a donc un effet de soutien du pouvoir d’achat qui est tout à fait important, qui tient en partie aux mesures fiscales adoptées en réponse au mouvement des Gilets jaunes. La fiscalité enlève chaque année l’équivalent en moyenne depuis sept, huit ans, 0,8 point de revenu des ménages. Si vous prenez la première partie de l’année, les évolutions de la fiscalité ont contribué 0,1 point de revenu. On a donc une petite progression du revenu cette année associée à la baisse des impôts et des cotisations là où habituellement les impôts et les cotisations l’amputent. Cet élément de stimulation s’est dans un premier temps retrouvé dans l’épargne, il va désormais se retrouver un peu plus dans un surcroît de consommation des ménages

En revanche, ce qu’il faut aussi regarder, c’est la manière dont on répond à cette consommation. Ce qu’on remarque, notamment sur ce trimestre en particulier, c’est que c’est la consommation de biens qui a accéléré, de manière assez marquée. Cela faisait depuis 6 trimestres que la consommation de biens reculait, sauf donc au troisième trimestre 2019 où elle a fortement accéléré (+3,8 % en rythme annualisé sur un seul trimestre pour la consommation de biens). De manière coïncidentes – et cela a probablement un lien – on se rend compte que l’on a eu au cours du trimestre écoulé une accélération des importations. Vous avez certes de la dépense de consommation en plus, qui tient aussi au fait que les prix ne bougent pas trop, que l’emploi soit encore en progression assez sensible, qui tient aussi aux impôts et cotisations en léger recul. Mais une partie de cette consommation est satisfaite par des importations : il y a une fuite de la croissance.

Jean-Philippe Delsol : Cela a un lien direct et indirect avec ces mesures-là. Les mesures d’urgence n’ont pas rétabli la confiance, or le mouvement des Gilets jaunes a été l’expression profonde d’un manque de confiance. Aujourd’hui, on a beau prendre des mesures pour donner de l’argent aux uns ou aux autres, les gens ne vont pas forcément se dépêcher de les dépenser et de relancer une machine qui souffre. Le problème est plus profond que cela. Et nos concitoyens ne sont pas bêtes non plus. Ils savent bien que quand l’Etat dépense plus, il faut qu’il trouve de l’argent. Cet argent, il va le trouver en s’endettant ou en prélevant plus. Tout cela crée de l’incertitude et de la crainte, donc de la méfiance. C’est ce qui explique que la France est toujours à la peine.

Les études économiques sont toutes convergentes pour souligner qu’il y a au-delà d’un certain niveau de prélèvement vraiment à redouter pour la croissance. C’est exactement ce qu’il se passe. Au global, la modeste baisse de prélèvements global est compensée par une augmentation de l’endettement.

Comment expliquer la résilience de la croissance française à la tendance à la récession qu’on observe par ailleurs dans d’autres pays européens ?  

Denis Ferrand : La croissance est évidemment supérieure à ce qu’on observe dans d’autres pays européens, indéniablement. De ce point de vue-là, c’est un facteur de résilience que d’avoir une consommation soutenue. Mais il ne faut pas non plus oublier que cette résilience, elle procède de ce qui, en temps de croissance plus soutenue, est aussi une de nos faiblesses, à savoir une moindre ouverture à l’extérieur et un poids moindre de l’industrie par rapport à d’autres pays d’Europe. Les mouvements qu’on observe actuellement sont souvent dictés par l’extérieur, et l’extérieur cela concerne en premier lieu les échanges de produits industriels. Quand vous êtes relativement moins industrialisé et relativement moins ouvert  vers l’extérieur, nécessairement vous êtes moins frappés par les conséquences d’un commerce extérieur chancelant à l’échelle mondiale qui est quand même le premier facteur du ralentissement économique récent.

Jean-Philippe Delsol : L’économie française est plus immobile. Elle réagit moins à la hausse ou à la baisse parce qu’elle est prisonnière de mécanismes très étatisés. C’est une des économies mondiales qui est la plus socialisées. Elle est donc moins sujette aux modifications de l’environnement de marché. C’est ce qui explique qu’elle est moins en croissance quand les économies ont une croissance plus forte, et qu’elle est moins impactée lors de moments de reflux de la croissance ou lors de crise. Ceci étant, c’est ce qui explique que la France perd année après année de la croissance et donc de la richesse. Il suffit de regarder aujourd’hui le montant du PIB par habitant au sein de l’UE. La France est plutôt dans la moyenne baisse : elle s’établit à 32830 euros de PIB/habitant/an en 2018. Le Luxembourg, c’est 83470 euros de PIB/habitant/an. L’Irlande : 57960 euros de PIB/habitant/an, près du double de la France… Même la Belgique est au-dessus. On peut continuer longtemps. La France est un pays moyen parce qu’il meurt de réglementations et de fiscalité. Nous sommes les champions de l’OCDE en termes de prélèvement obligatoire.

Comment expliquer que certains défendent des politiques d’inspiration keynésienne ?

Jean-Philippe Delsol : C’est une mauvaise réponse à une question qui ne se posait pas. Quand vous regardez le mouvement des Gilets jaunes, la demande n’était pas principalement d’augmenter les aides publiques aux personnes les plus modestes. Elle était de permettre à ces personnes d’avoir les moyens de vivre de leur travail. La principale réponse qu’on lui a apportée a été d’augmenter de 10% la prime d’activité. Ce n’est pas du tout ce qui était demandé. C’est une déception de plus.

Le keynésianisme a démontré depuis longtemps, et partout, son échec. Il y a cela étant des situations dans lesquelles il peut être justifié : Keynes lui-même était plus mesuré sur l’efficacité des dépenses publiques que ce qu’on lui fait dire aujourd’hui. Ce n’est qu’en période de récession et de crise que les dépenses peuvent éventuellement créer un choc de croissance. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
gerint
- 01/11/2019 - 11:34
Les Français ont le droit de vouloir
Plus de fonctionnaires en estimant qu’ils rendent la vie plus douce mais pas avec l’Euro. Et en acceptant plus d’impôts ce qui est pour ce point globalement le cas. Reste quand-même à ne pas exagérer, à ne pas hypertrophier le rôle de l’état jusqu’à l’abolition de toute liberté, de l’envie d’entreprendre en prenant des risques sans qu’employer soit une galère
francisquinze
- 01/11/2019 - 10:52
Il y a BIP marchand et PIB non marchand
Un est oxygène, l'autre de l'azote pur.
Ce n'est pas le même effet sur la vie économique, selon le principe de Lavoisier.
Nous sommes le pays où l'on a découvert le cycle de l'oxygène et la respiration puis sommes devenus quelques siècles plus tard par notre addiction à la dette, le chantre de l'asphyxie économique.
Le PIB est le produit intérieur BRUT et pas NET !
Or quand un mammouth a plus de masse brute que de muscles nets il finit toujours par s'affaler.
(ça c'est le principe de Newton)
Reste à savoir si l'économie obéit au principe de la physique ou de la chimie ou à uniquement à l'irrationnel...
Rappelons que le dette mondiale publique et privée atteint 380% du PIB mondial.
Tout ça pour dire que les discussions de nos grands experts économiques ne sont que de l'enfumage et que c'est bien l'irrationnel qui a pris le pouvoir économique.
On ne maîtrise plus rien, si ce n'est l'épaisseur de l'écran de fumée.
francisquinze
- 01/11/2019 - 10:32
Que d'absurdités, il nous faut gober !
Si les GJ ont créé de la croissance, alors il faut refaire l'expérience et aller aller au bout de la logique, créer des emplois de fonctionnaires pour dépaver les boulevards, les balancer contre les vitrines, cocher les forces de l'ordre, ravager le mobilier urbain, les monuments nationaux, à la place des Gilets Jaunes, et en embaucher autant pour tout reconstruire !
On créerait ainsi une bien plus foret augmentation du PIB !