En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

04.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

05.

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

06.

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

07.

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

06.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
engagement
Rencontre avec le plus jeune maire de France
il y a 13 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition : "Soulages au Louvre" de Pierre Soulages

il y a 13 heures 25 min
pépites > Société
Devoir de mémoire
Enfin un hommage marseillais à Arnaud Beltrame
il y a 13 heures 52 min
décryptage > Terrorisme
Motivations

Dans la tête du tueur de Hanau

il y a 15 heures 21 min
pépites > Santé
Quid du 4ème vol de rapatriés ?
Le point sur les conditions d'accueil des rapatriés français
il y a 16 heures 32 min
light > People
Et madame Griveaux dans tout ça ?
La réaction de la femme de Griveaux
il y a 18 heures 23 min
décryptage > Santé
Ces maladies qu’une bonne alimentation aide à combattre

Une bonne alimentation augmentera vos chances de guérison

il y a 19 heures 46 min
décryptage > International
loin des mille et une nuits

Le jugement des chercheurs français à Téhéran : un signal politique de la part de l'Iran

il y a 21 heures 32 sec
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros
il y a 21 heures 57 min
décryptage > Education
la vie devant soi

Non, la réussite professionnelle ne s'obtient pas (uniquement) via un parcours scolaire en ligne droite

il y a 22 heures 58 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 13 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : "Trahison" de Harold Pinter : Pour Michel Fau et Harold Pinter

il y a 13 heures 39 min
pépites > Economie
Dans la rue
Baisse des mobilisations contre la réforme des retraites
il y a 14 heures 49 min
pépites > Sport
Dopage
Docteur Mabuse au banc des accusés
il y a 16 heures 32 sec
pépite vidéo > Politique
La paille et la poutre
Castaner et la vie privée d'Olivier Faure
il y a 17 heures 16 min
pépites > Terrorisme
Fusillades à Hanau
Fusillades tragiques en Allemagne
il y a 19 heures 3 min
décryptage > Justice
Célérité pour les uns, lenteur pour les autres

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

il y a 20 heures 43 min
décryptage > Politique
Des mots pour ne rien dire

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

il y a 21 heures 44 min
décryptage > Europe
Epreuve de force

Quel budget pour l’Europe post Brexit ? Petit diagnostic de l’état de l‘Union

il y a 22 heures 15 min
décryptage > Economie
Might makes right

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

il y a 23 heures 14 min
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
Sale temps pour les keynésiens

Les Gilets jaunes ont-ils vraiment sauvé la croissance ?

Publié le 31 octobre 2019
L’acquis de croissance de 1,2% paraît être une faible performance au regard des milliards d’euros injectés en faveur du pouvoir d’achat depuis le début de l’année.
Denis Ferrand est Docteur en économie de l’Université Pierre Mendès-France de Grenoble, Directeur Général de Coe-Rexecode depuis décembre 2008. Il est l'auteur de perspectives économiques mondiales 2014-2015 de Coe-Rexecode. Il est également...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Philippe Delsol est avocat fiscaliste et président de l'Iref (Institut de recherches économiques et sociales).Il est l'auteur de l'ouvrage L’injustice fiscale ou l’abus de bien commun (publié en février 2016 chez Desclée de Brouwer). 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Denis Ferrand
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Denis Ferrand est Docteur en économie de l’Université Pierre Mendès-France de Grenoble, Directeur Général de Coe-Rexecode depuis décembre 2008. Il est l'auteur de perspectives économiques mondiales 2014-2015 de Coe-Rexecode. Il est également...
Voir la bio
Jean-Philippe Delsol
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Philippe Delsol est avocat fiscaliste et président de l'Iref (Institut de recherches économiques et sociales).Il est l'auteur de l'ouvrage L’injustice fiscale ou l’abus de bien commun (publié en février 2016 chez Desclée de Brouwer). 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’acquis de croissance de 1,2% paraît être une faible performance au regard des milliards d’euros injectés en faveur du pouvoir d’achat depuis le début de l’année.

Atlantico.fr : Les chiffres de la croissance française pour le troisième trimestre 2019 ont été dévoilés : elle a été de 0,3%. L’acquis de croissance, si on projette un niveau de PIB inchangé sur le quatrième trimestre, serait donc de 1,2%. Ce résultat montre à la fois la résilience de l’économie française quand on la compare par exemple aux économies allemande ou italienne, mais le chiffre reste faible.

Quelle part a joué la politique budgétaire et fiscale du gouvernement dans ce résultat contrasté ?

Denis Ferrand : Ce qui est en train de se passer, c’est simplement que les conditions de la croissance sont en train de muter. C’est ce que j’appelle l’inversion des polarités de la croissance. On a eu depuis trois ans une croissance qui a été tirée par l’investissement et plutôt freinée par la consommation. Là on est en train d’arriver dans une période inverse : l’investissement des entreprises comme celui des administrations est en voie de ralentissement, mais cet effet est remplacé par une consommation un peu plus soutenue. C’est une substitution de moteurs et non une accélération de la croissance qui se dessine. On reste sur notre rythme de croissance, sur ce qu’on est en capacité d’extraire structurellement. Mais ce rythme-là se fait par des modalités différentes. A l’intérieur de la demande interne, ce ne seront pas les mêmes postes qui soutiendront la croissance.

Le pari est donc gagné si l’on considère qu’il était de relancer les dépenses de consommation, mais le verre n’est qu’à moitié plein si on prend la dynamique de croissance qui est celle que l’on observe actuellement. Quand on met de l’argent pour soutenir le revenu des ménages, inévitablement on en retrouve une partie dans le comportement de dépense des ménages. Si vous regardez sur l’année 2019, pour l’instant on ne connaît que les deux premiers trimestres en termes de revenus des ménages. Sur l’année, on peut anticiper que le pouvoir d’achat du revenu des ménages progressera de 2,4%, donc quasiment deux fois plus vite que la croissance qui va probablement s’établir à 1,3%. On a donc un effet de soutien du pouvoir d’achat qui est tout à fait important, qui tient en partie aux mesures fiscales adoptées en réponse au mouvement des Gilets jaunes. La fiscalité enlève chaque année l’équivalent en moyenne depuis sept, huit ans, 0,8 point de revenu des ménages. Si vous prenez la première partie de l’année, les évolutions de la fiscalité ont contribué 0,1 point de revenu. On a donc une petite progression du revenu cette année associée à la baisse des impôts et des cotisations là où habituellement les impôts et les cotisations l’amputent. Cet élément de stimulation s’est dans un premier temps retrouvé dans l’épargne, il va désormais se retrouver un peu plus dans un surcroît de consommation des ménages

En revanche, ce qu’il faut aussi regarder, c’est la manière dont on répond à cette consommation. Ce qu’on remarque, notamment sur ce trimestre en particulier, c’est que c’est la consommation de biens qui a accéléré, de manière assez marquée. Cela faisait depuis 6 trimestres que la consommation de biens reculait, sauf donc au troisième trimestre 2019 où elle a fortement accéléré (+3,8 % en rythme annualisé sur un seul trimestre pour la consommation de biens). De manière coïncidentes – et cela a probablement un lien – on se rend compte que l’on a eu au cours du trimestre écoulé une accélération des importations. Vous avez certes de la dépense de consommation en plus, qui tient aussi au fait que les prix ne bougent pas trop, que l’emploi soit encore en progression assez sensible, qui tient aussi aux impôts et cotisations en léger recul. Mais une partie de cette consommation est satisfaite par des importations : il y a une fuite de la croissance.

Jean-Philippe Delsol : Cela a un lien direct et indirect avec ces mesures-là. Les mesures d’urgence n’ont pas rétabli la confiance, or le mouvement des Gilets jaunes a été l’expression profonde d’un manque de confiance. Aujourd’hui, on a beau prendre des mesures pour donner de l’argent aux uns ou aux autres, les gens ne vont pas forcément se dépêcher de les dépenser et de relancer une machine qui souffre. Le problème est plus profond que cela. Et nos concitoyens ne sont pas bêtes non plus. Ils savent bien que quand l’Etat dépense plus, il faut qu’il trouve de l’argent. Cet argent, il va le trouver en s’endettant ou en prélevant plus. Tout cela crée de l’incertitude et de la crainte, donc de la méfiance. C’est ce qui explique que la France est toujours à la peine.

Les études économiques sont toutes convergentes pour souligner qu’il y a au-delà d’un certain niveau de prélèvement vraiment à redouter pour la croissance. C’est exactement ce qu’il se passe. Au global, la modeste baisse de prélèvements global est compensée par une augmentation de l’endettement.

Comment expliquer la résilience de la croissance française à la tendance à la récession qu’on observe par ailleurs dans d’autres pays européens ?  

Denis Ferrand : La croissance est évidemment supérieure à ce qu’on observe dans d’autres pays européens, indéniablement. De ce point de vue-là, c’est un facteur de résilience que d’avoir une consommation soutenue. Mais il ne faut pas non plus oublier que cette résilience, elle procède de ce qui, en temps de croissance plus soutenue, est aussi une de nos faiblesses, à savoir une moindre ouverture à l’extérieur et un poids moindre de l’industrie par rapport à d’autres pays d’Europe. Les mouvements qu’on observe actuellement sont souvent dictés par l’extérieur, et l’extérieur cela concerne en premier lieu les échanges de produits industriels. Quand vous êtes relativement moins industrialisé et relativement moins ouvert  vers l’extérieur, nécessairement vous êtes moins frappés par les conséquences d’un commerce extérieur chancelant à l’échelle mondiale qui est quand même le premier facteur du ralentissement économique récent.

Jean-Philippe Delsol : L’économie française est plus immobile. Elle réagit moins à la hausse ou à la baisse parce qu’elle est prisonnière de mécanismes très étatisés. C’est une des économies mondiales qui est la plus socialisées. Elle est donc moins sujette aux modifications de l’environnement de marché. C’est ce qui explique qu’elle est moins en croissance quand les économies ont une croissance plus forte, et qu’elle est moins impactée lors de moments de reflux de la croissance ou lors de crise. Ceci étant, c’est ce qui explique que la France perd année après année de la croissance et donc de la richesse. Il suffit de regarder aujourd’hui le montant du PIB par habitant au sein de l’UE. La France est plutôt dans la moyenne baisse : elle s’établit à 32830 euros de PIB/habitant/an en 2018. Le Luxembourg, c’est 83470 euros de PIB/habitant/an. L’Irlande : 57960 euros de PIB/habitant/an, près du double de la France… Même la Belgique est au-dessus. On peut continuer longtemps. La France est un pays moyen parce qu’il meurt de réglementations et de fiscalité. Nous sommes les champions de l’OCDE en termes de prélèvement obligatoire.

Comment expliquer que certains défendent des politiques d’inspiration keynésienne ?

Jean-Philippe Delsol : C’est une mauvaise réponse à une question qui ne se posait pas. Quand vous regardez le mouvement des Gilets jaunes, la demande n’était pas principalement d’augmenter les aides publiques aux personnes les plus modestes. Elle était de permettre à ces personnes d’avoir les moyens de vivre de leur travail. La principale réponse qu’on lui a apportée a été d’augmenter de 10% la prime d’activité. Ce n’est pas du tout ce qui était demandé. C’est une déception de plus.

Le keynésianisme a démontré depuis longtemps, et partout, son échec. Il y a cela étant des situations dans lesquelles il peut être justifié : Keynes lui-même était plus mesuré sur l’efficacité des dépenses publiques que ce qu’on lui fait dire aujourd’hui. Ce n’est qu’en période de récession et de crise que les dépenses peuvent éventuellement créer un choc de croissance. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

04.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

05.

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

06.

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

07.

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

06.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
gerint
- 01/11/2019 - 11:34
Les Français ont le droit de vouloir
Plus de fonctionnaires en estimant qu’ils rendent la vie plus douce mais pas avec l’Euro. Et en acceptant plus d’impôts ce qui est pour ce point globalement le cas. Reste quand-même à ne pas exagérer, à ne pas hypertrophier le rôle de l’état jusqu’à l’abolition de toute liberté, de l’envie d’entreprendre en prenant des risques sans qu’employer soit une galère
francisquinze
- 01/11/2019 - 10:52
Il y a BIP marchand et PIB non marchand
Un est oxygène, l'autre de l'azote pur.
Ce n'est pas le même effet sur la vie économique, selon le principe de Lavoisier.
Nous sommes le pays où l'on a découvert le cycle de l'oxygène et la respiration puis sommes devenus quelques siècles plus tard par notre addiction à la dette, le chantre de l'asphyxie économique.
Le PIB est le produit intérieur BRUT et pas NET !
Or quand un mammouth a plus de masse brute que de muscles nets il finit toujours par s'affaler.
(ça c'est le principe de Newton)
Reste à savoir si l'économie obéit au principe de la physique ou de la chimie ou à uniquement à l'irrationnel...
Rappelons que le dette mondiale publique et privée atteint 380% du PIB mondial.
Tout ça pour dire que les discussions de nos grands experts économiques ne sont que de l'enfumage et que c'est bien l'irrationnel qui a pris le pouvoir économique.
On ne maîtrise plus rien, si ce n'est l'épaisseur de l'écran de fumée.
francisquinze
- 01/11/2019 - 10:32
Que d'absurdités, il nous faut gober !
Si les GJ ont créé de la croissance, alors il faut refaire l'expérience et aller aller au bout de la logique, créer des emplois de fonctionnaires pour dépaver les boulevards, les balancer contre les vitrines, cocher les forces de l'ordre, ravager le mobilier urbain, les monuments nationaux, à la place des Gilets Jaunes, et en embaucher autant pour tout reconstruire !
On créerait ainsi une bien plus foret augmentation du PIB !