En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

02.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

03.

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

04.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

05.

Un des policiers qui suspectent, à tort, 6 jeunes dans une voiture, tire, sans raison, deux coups de feu sur eux, il n'a pas fait l'objet de sanction

06.

10000 volontaires sont recherchés pour mesurer les conséquences psychologiques de la crise sanitaire

07.

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
décryptage > International
Stratégie de lutte

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

il y a 33 min 44 sec
pépites > Politique
Article 24
Emmanuel Macron a recadré Gérald Darmanin mais pas question de se séparer de lui
il y a 1 heure 7 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

il y a 1 heure 33 min
pépites > Politique
Liberté de la presse
L'article 24 contesté de la loi «sécurité globale» sera réécrit
il y a 16 heures 53 min
pépites > Culture
Littérature
Le prix Goncourt est attribué à Hervé Le Tellier pour son roman «L'Anomalie» chez Gallimard
il y a 18 heures 32 min
pépites > Société
Exode
Un Français sur dix a quitté sa résidence principale à l'occasion du deuxième confinement, un million de plus que lors du premier confinement
il y a 21 heures 25 min
pépites > Justice
Police
Un des policiers qui suspectent, à tort, 6 jeunes dans une voiture, tire, sans raison, deux coups de feu sur eux, il n'a pas fait l'objet de sanction
il y a 22 heures 33 min
décryptage > Economie
Perte de pouvoir d'achat

La crise du Covid pourrait faire perdre aux Britanniques 1350 euros sur leur rémunération annuelle d’ici 2025. Quid des Français ?

il y a 23 heures 14 min
décryptage > Santé
Protocole ultra-renforcé

Delta Airlines lance un programme pour réduire le risque de contamination Covid à 1 sur 1 million sur ses vols transatlantiques. Pourquoi ne pas s'en inspirer pour des Noëls en famille sans risque ?

il y a 23 heures 46 min
pépite vidéo > Justice
Jour J
Le procès de Nicolas Sarkozy pour corruption dans "l'affaire des écoutes" reprend aujourd'hui
il y a 1 jour 12 min
décryptage > Economie
Destruction massive de productivité

Pourquoi les booms immobiliers sapent notre futur économique

il y a 57 min 59 sec
décryptage > Education
Personne n’en veut

« Cherche professeur pour remplacer Samuel Paty »

il y a 1 heure 27 min
décryptage > Politique
Gardiens de la paix

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

il y a 1 heure 49 min
décryptage > Politique
Un mea culpa qui fera date

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

il y a 17 heures 33 min
pépites > Santé
Wanted
10000 volontaires sont recherchés pour mesurer les conséquences psychologiques de la crise sanitaire
il y a 18 heures 47 min
décryptage > Economie
LES ENTREPRENEURS PARLENT AUX FRANÇAIS

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

il y a 21 heures 29 min
décryptage > Economie
Panorama

COVID-19, vaccins, politique et vérités

il y a 22 heures 51 min
pépites > Politique
Dilemme
Emmanuel Macron pris au piège de la loi sur la sécurité globale et de l'article 24, Darmanin sur le grill
il y a 23 heures 23 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus : la Haute Autorité de Santé recommande de vacciner en 5 phases avec priorité aux Ehpad
il y a 1 jour 4 min
décryptage > Politique
Surprise Surprise

Comment la gauche a subitement découvert les vertus de la vidéosurveillance

il y a 1 jour 1 heure
© ATTA KENARE / AFP
© ATTA KENARE / AFP
Peu efficace

Mauvaise passe pour l’Iran dans sa stratégie de contrôle du Moyen-Orient

Publié le 27 octobre 2019
Alors que l'Iran semble engranger les victoires politiques et gagner en influence au Moyen-Orient (Irak, Syrie…) la république islamique a du mal à convertir ses succès en véritable vision socio-économique.
Clément Therme
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Clément Therme est chercheur pour le programme Moyen-Orient de l’Institut international d’études stratégiques (IISS) de Londres. Il a notamment contribué à l’ouvrage Iran. La prière des poètes aux éditions Nevicata (mai 2017). 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que l'Iran semble engranger les victoires politiques et gagner en influence au Moyen-Orient (Irak, Syrie…) la république islamique a du mal à convertir ses succès en véritable vision socio-économique.

Atlantico : Alors que l'Iran a pu étendre son influence en Irak et en Syrie et que la guerre au Yémen s'enlise au détriment de l'Arabie Saoudite, Téhéran se présente plus que jamais comme la puissance majeure au Moyen-Orient. A quel point cette mainmise sur la région est-elle solide ?

Clément Therme : Il y a souvent cette idée que l’Iran aurait des ambitions « hégémoniques », voire « impériales » sur la scène régionale. Cette dimension « nationaliste » ou « impériale » attribuée à l’Iran se confond, en particulier dans le monde arabe, avec celle, révolutionnaire, de la République islamique. Pourtant, si dans le discours politique à usage interne on a vu émerger un islamo-nationalisme au début des années 90, force est de constater que dans les mondes musulmans, la République islamique s’efforce de mettre en avant la face religieuse islamique de l’identité du régime plutôt que la dimension nationale. Bien sûr, dans l’imaginaire des élites politico-religieuses les deux se confondent, mais ce discours est désormais contesté, avec les manifestations contre le régime (2009 puis 2017-2018) et à l’extérieur où les communautés soutenues par la République islamique renvoient souvent les religieux iraniens à leur identité ethno-nationale, que ce soit en Irak, dans le golfe Persique, au Pakistan ou en Afghanistan. A cette fragilité idéologique sur la scène politique interne et externe de la politique régionale de Téhéran depuis 1979 s’ajoute le risque d’effondrement économique qu’elle implique. En effet, le régime de sanctions économiques contre l’Iran mise en œuvre par Washington est en partie fondé sur la nature « terroriste » des réseaux d’influence khomeynistes au Moyen-Orient et plus largement dans les mondes musulmans. Pour 2019, selon le FMI, la récession en Iran devrait atteindre près de 9,5% soit une réduction de près d’un dixième de la richesse du pays…

De plus, après le retrait américain de l’accord sur le nucléaire du 14 juillet 2015, en 2018, l’Iran a un temps tenu ses engagements, avant de changer de ligne au mois de mai 2019, faisant craindre un embrasement. Un risque qu’a renforcé l’attaque du 14 septembre 2019 sur des installations pétrolières saoudiennes, imputée à Téhéran par les États-Unis et l’Arabie saoudite. La situation géostratégique de tensions militaires accrues au Moyen-Orient est essentiellement liée au retrait américain de l’accord sur le nucléaire iranien. Cette décision a créé les conditions d’une confrontation militaire potentielle avec la République islamique : en déclenchant une confrontation économique avec elle, en prenant des mesures qui conduisent à tenter de réduire à zéro les exportations pétrolières iraniennes, les États-Unis ont pris le risque d’un affrontement militaire avec Téhéran. Sur le plan économique, l’Iran n’a pas les moyens de rivaliser avec Washington avec des exportations pétrolières qui se situent entre 200 000 et 400 000 barils par jour au mois d’octobre 2019.

L'Irak il y a quelques semaines et désormais le Liban sont en proie à des soulèvements populaires de très grande ampleur, réclamant des réformes, notamment sur le plan économique. La stratégie d'influence iranienne, efficace pour amener au pouvoir des régimes pro-Téhéran, propose-t-elle un système socio-économique pérenne dans la durée pour les pays concernés ?

Il n’existe pas de modèle d’ « économie islamique » positif proposé par la République islamique que ce soit au Liban ou en Irak. Par ailleurs le modèle théocratique iranien n’est pas pertinent dans des sociétés diverses et multiconfessionnelles où les citoyens chiites ne constituent une écrasante majorité de la population. Cette fusion théologico-politique (théorie de la tutelle du juriste-théologien, velayat-e faqih) n’est d’ailleurs revendiquée que par une minorité des chiites au Moyen-Orient. Enfin, la mauvaise santé de l’économie iranienne ne permet pas à l’Iran de faire rêver les populations de la région puisque la jeunesse iranienne elle-même rêve d’exil et reste majoritairement fascinée par la réussite économique occidentale en général et le succès économique américain en particulier. En revanche, les réseaux d’influence iraniens se nourrissent idéologiquement des sentiments anti-américains qui sont très présents dans la région en raison notamment des erreurs de la politique étrangère américaine (guerre d’Irak en 2003, retrait de l’Accord sur le nucléaire en 2018 ou abandon des Kurdes en 2019). A cela s’ajoute le cynisme de l’Occident en matière de droits de l’homme comme le montre les ventes d’armes de Washington, Paris ou Londres qui alimentent le conflit au Yémen et contribuent au désastre humanitaire dans ce pays. Autrement dit, le soft power iranien se nourrit plus des contradictions occidentales avec notamment leurs alliances avec les régimes autoritaires du Golfe qui signent la fin du discours sur les « valeurs » dans la politique étrangère des Etats démocratiques que sur l’exportation d’un « modèle socio-économique » vertueux que l’on pourrait appliquer aux autres pays de la région.

Qui pourrait bénéficier d'une perte d'influence de Téhéran dans la région ?

La contestation populaire contre l’influence iranienne au Liban ou en Irak doit se comprendre dans le contexte de deux systèmes politiques clientélistes au sein desquels les alliés politiques de Téhéran sont très puissants. Cette influence sécuritaire de Téhéran est aujourd’hui remise en cause par la « rue arabe ». Cela ne doit néanmoins pas faire oublier qu’une partie significative des services de sécurité des deux pays sont dans une relation de connivence avec Téhéran. Il y a des récits insistant alternativement sur l’augmentation ou le reflux de l’influence iranienne au Moyen-Orient depuis 2003 et la guerre d’Irak mais surtout depuis les printemps arabes de 2011. Mais c’est d’abord l’affaiblissement des Etats arabes qui a permis à l’Iran de développer ses réseaux d’influence. Cela ne signifie pas pour autant que l’Iran est une puissance « hégémonique » au Moyen-Orient. En effet, la principale faiblesse de la politique régionale iranienne n’est pas liée à l’évolution du contexte régional mais plutôt à son coût économique exorbitant et à son impopularité auprès de l’opinion publique iranienne. Ainsi, la question est plutôt de savoir jusqu’à quant la population iranienne va accepter le jeu à somme nulle proposer par les autorités de la République islamique entre une stabilité qui serait fondée sur ces réseaux d’influence au Moyen-Orient et le développement socio-économique du pays.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 29/10/2019 - 16:40
ça y est on a compris
"va accepter le jeu à somme nulle proposer par les autorités"
le gros boudin voilé qui brandit un panneau " tu n'as qu'à le quitté"bosse à la rédaction d'Atlantico !
Marie Esther
- 27/10/2019 - 11:29
vivement que les ayatollahs tombent
au Liban, le Hezbollah commence a craindre. Il y a eu trop de cercueils revenant de Syrie, il y a trop de refugies palestiniens et syriens, la corruption est generalisee dans les elites au pouvoir depuis 20 ans, le Hezbollah a dimimne les salaires de ses miliciens.
Dans le sud, fief des chiites et en particulier du Hezbollah, a Nabatyie les manifestations ont continue apres le discours du Sayyed. Debut de la fin ? ce serait trop beau
Quant a l'Iran, je ne sais pas si elle a une politique moyen orientale hegemonique mais ils veulent toujours de leur autoroute Iran, Irak Syrie, Mediterranee
Comme tous les 2 jours , il y a un imbecile au pouvoir ou dans l'armee (Souleimani, Salami,... ) qui couinent qu'ils vont detruire Tel Aviv et Israel, il ne faudra pas qu'ils s'etonnent s'ils ont des problemes.
J'aime les Iraniens et je deteste definitivement les ayatollahs