En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

02.

COVID-19 : les derniers chiffres en France ne sont pas bons. Nous allons le payer

03.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

04.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

05.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

06.

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

07.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

06.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

04.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

05.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Calendrier électoral
Présidentielle 2022 : EELV décide de repousser la désignation d’un candidat après les régionales
il y a 12 heures 7 min
light > Culture
Icône du théâtre et du cinéma
Mort de l'acteur Michael Lonsdale à l'âge de 89 ans
il y a 13 heures 59 min
pépites > Justice
ENM
Eric Dupond-Moretti propose l'avocate Nathalie Roret pour diriger l'Ecole nationale de la magistrature
il y a 15 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Bananas (&Kings)" de Julie Timmerman au Théâtre de la Reine blanche : une pièce courageuse et engagée, qui nous adresse un avertissement sans frais

il y a 17 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le métier de mourir" de Jean-René Van Der Plaetsen : spécial rentrée littéraire, un avant-poste confiné en territoire hostile. Le roman inoubliable d'une histoire vraie

il y a 17 heures 16 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

La Chine plus forte que le Covid. La France et les autres, au garde-à-vous

il y a 17 heures 42 min
pépites > Politique
Bérézina
Déroute de la République en Marche au premier tour des élections législatives partielles
il y a 19 heures 6 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Comment choisir l'iPad qu'il vous faut parmi tous les modèles qui existent désormais ?
il y a 20 heures 5 min
pépite vidéo > Politique
Campagne électorale
Marine Le Pen "réfléchit" à quitter la présidence du Rassemblement national avant la présidentielle
il y a 20 heures 44 min
light > Politique
Etourdi
Pressé, le député Jean Lassalle se gare sur un passage à niveau et bloque un train
il y a 21 heures 19 min
light > Culture
Bilan inquiétant
Journées du patrimoine : la fréquentation en net recul suite à l'impact de la crise sanitaire
il y a 13 heures 12 min
pépites > Santé
Briser les chaînes de contaminations
Coronavirus : de nouvelles mesures de restrictions vont être appliquées à Lyon
il y a 14 heures 29 min
pépites > Société
Annonces
Emmanuel Macron présentera sa stratégie de lutte contre les "séparatismes" le 2 octobre prochain
il y a 16 heures 32 min
pépites > International
Argent sale
« FinCEN Files » : l'argent sale et les grandes banques mondiales
il y a 17 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Détour" de Luce D'Eramo : survivre et revenir de l’enfer, un témoignage poignant, un livre rare

il y a 17 heures 25 min
pépites > Social
Paradoxe
La Métropole du Grand Paris est marquée par de fortes inégalités sociales qui ont augmenté
il y a 18 heures 2 min
décryptage > Economie
Evolution de l'épidémie

COVID-19 : les derniers chiffres en France ne sont pas bons. Nous allons le payer

il y a 19 heures 33 min
décryptage > Politique
Assemblée nationale

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

il y a 20 heures 19 min
décryptage > Santé
Le bouclier du sommeil profond

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

il y a 21 heures 13 min
décryptage > Europe
Camp de Moria

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

il y a 21 heures 49 min
© LUDOVIC MARIN / AFP
© LUDOVIC MARIN / AFP
Dilemme cornélien

To Be (un réformateur) or not to Be, That’s the Question pour Emmanuel Macron

Publié le 23 octobre 2019
Bruno Cautrès décrypte le dilemme cornélien d'Emmanuel Macron à mi-mandat.
Bruno Cautrès
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès décrypte le dilemme cornélien d'Emmanuel Macron à mi-mandat.

La dernière enquête de l’Observatoire de la politique nationale réalisée par BVA pour Orange, RTL et La Tribune (octobre 2019) montre, une fois encore, une stabilité de la popularité d’Emmanuel Macron, avec 37% d’opinions positives. D’une vague à l’autre de cette enquête deux éléments semblent d’ailleurs se répéter depuis l’été, voire le printemps dernier : la cote de popularité d’Emmanuel Macron évolue peu (en moyenne 34% depuis Avril 2019) et les traits d’image associés à Emmanuel Macron, en positif et en négatif, semblent figés (« le jeune réformateur qui essaie de faire bouger la France » et le « Président des riches, arrogant et distant du peuple »). La dernière vague de l’enquête fait néanmoins apparaître que l’inquiétude sociale, qui était déjà forte, semble gagner du terrain à travers les préoccupations pour les hôpitaux, les services publics et les retraites.

La faible amplitude de la dynamique d’opinion en faveur d’Emmanuel Macron depuis plusieurs mois pose la question de savoir si cette situation traduit de l’attente ou de la déception. On peut évoquer une stagnation de la popularité d’Emmanuel Macron, qui contraste singulièrement avec l’image que le Président veut donner (grosse actualité européenne et internationale, impulsion d’un nouveau débat national sur les retraites, mise sur l’agenda de la question de l’immigration). Il est tentant d’aller plus loin et d’oser une question plus forte : Emmanuel Macron n’est-il pas rattrapé par la malédiction qui a tant coûté à ses prédécesseurs, la perte de sens ou de repères identifiables fortement par les Français ? Trop de chantiers, trop d’annonces, pas assez de résultats clairement palpables en vrai par les Français (malgré quelques avancées) ? La crise des Gilets jaunes, le Grand débat national, l’Acte II, les débats ouverts mais dont on voit mal l’horizon (notamment sur les retraites) : tout cela ne finit-il pas également par rendre le message moins limpide, moins fluide, plus heurté ?

Pour en savoir davantage, l’enquête de BVA a posé deux questions supplémentaires à propos d’Emmanuel Macron à mi-mandat : une question sur l’opinion générale à propos de l’objectif de réformer la France en profondeur (les résultats sont-ils déjà là, vont-ils arriver avant la fin du quinquennat, ou ne jamais arriver ?) et une question sur la dynamique de « l’acte II » du quinquennat (Emmanuel Macron sait-il où il va ou agit-il au jour le jour ?).
Les réponses à ces deux questions en disent long et permettent de mieux comprendre l’état de stagnation de la popularité d’Emmanuel Macron, voire d’interrogations sur le chemin qu’il nous propose d’emprunter. Une forte majorité de Français interrogés (58%) pensent qu’Emmanuel Macron « agit au jour le jour » tandis que seuls 42% pensent qu’il « sait là où il va » à propos de « l’acte II » de son mandat. Une majorité (53%) pense que l’objectif de réformer en profondeur la France ne donnera pas de résultats, tandis que 31% pensent que les résultats arriveront avant la fin du quinquennat. Seuls 15% déclarent que les résultats sont déjà là !

L’analyse statistique approfondie de ces données montre que le clivage frontal entre les deux camps que tout oppose, les soutiens et les opposants à Emmanuel Macron, coupe en deux les opinions à propos de « l’acte II » et des résultats du programme de réformes d’Emmanuel Macron : ceux qui pensent que les résultats sont déjà là ou qu’ils vont arriver, appartiennent davantage aux catégories sociales aisées (ou au groupe des retraités) qui soutiennent Emmanuel Macron, se déclarent proches de LaREM, du Modem ou de l’UDI, ont voté pour Emmanuel Macron ou François Fillon à la présidentielle. Ceux qui n’ont plus de doute à propos de l’absence de résultats viennent davantage des catégories populaires (employés et ouvriers ou petits indépendants), se déclarent proches de la France insoumise, du PS mais aussi du RN, ont voté à gauche ou pour Marine Le Pen à la présidentielle.

Mais qu’en est-il lorsque l’on cumule entre elles les deux questions, celle sur le bilan des réformes et celle sur la dynamique de « l’acte II » ? L’analyse croisée des deux indicateurs montre tout d’abord qu’une écrasante majorité (77%) de ceux qui déclarent qu’Emmanuel Macron « agit au jour le jour » pensent qu’il n’y aura pas de résultats à l’issue de son mandat. Mais cette analyse met en exergue un phénomène encore plus essentiel : parmi ceux qui pensent qu’Emmanuel Macron « sait où il va », 47% déclarent que les résultats viendront d’ici la fin du quinquennat. La sociologie de ce groupe montre qu’il s’agit de « marcheurs » qui ont voté pour Emmanuel Macron, se disent proches de LaRem ou du Modem. Ils viennent plutôt des milieux favorisés. Des « marcheurs » en attente, quel paradoxe ! Ou peut-être même des « marcheurs en stand-by » quant à leur soutien vis-à-vis de l’action d’Emmanuel Macron…

A mi-mandat, Emmanuel Macron se retrouve ainsi face à un dilemme : le mouvement et l’action sont les ressorts fondamentaux de sa popularité et de son image positive parmi ses soutiens ; mais une bonne partie de ses soutiens est en attente de résultats, alors même que l’exécutif veut davantage consulter, écouter, délibérer. Dialoguer ou agir (avec des résultats tangibles à la clef), quel dilemme cornélien… !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hoche38
- 24/10/2019 - 14:59
La grande question pour "l'acte II":
Après les mauvais résultats du premier, qui va être le prochain "dircom"?
mymi
- 24/10/2019 - 08:40
Dilemme
Choix du titre incorrect : en effet si le dilemme est cornélien,, to be or not to be c'est du Shakespeare !!!!
mahesa
- 24/10/2019 - 05:04
Réformateur de quoi ?
Facile de réformer les impôts en tapant sur la classe moyenne +et-, et d'exonerer les riches +et ++, facile de taxer le carburant et les voitures diesel par des contrôles incessants et ruineux et d'exonerer les avions et bateaux qui font les fortunes de ses financiers, facile d'augmenter les tarifs gaz et EDF et d'enrichir les actionnaires des éoliennes... Macron n'a rien fait d'autre que de servir ceux qui l'ont placé à l'Élysée. De quelles réformes parle t'on ? Les contrats de travail ? Le chômage ? Le bordel, oui.