En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Roses fauves" de Carole Martinez : les femmes attirent et piquent autant que les roses... un conte envoûtant, merveilleux et cruel

il y a 3 heures 57 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Aubrey Beardsley (1872-1898)" au Musée d'Orsay : 1re monographie en France de l’étrange et virtuose illustrateur

il y a 3 heures 23 min
pépites > Terrorisme
Enquête en cours
Attentat à Nice : l'assaillant serait un Tunisien de 21 ans arrivé par Lampedusa
il y a 6 heures 50 min
pépites > International
Multiples attaques
Arabie saoudite : un vigile du consulat français à été blessé au couteau à Djeddah
il y a 7 heures 44 min
pépites > France
Vigilance des forces de l'ordre
Un islamiste radical armé d'un couteau a été interpellé dans le centre de Lyon
il y a 8 heures 30 min
light > Religion
Vatican
Attentat à Nice : le pape François "prie pour les victimes et leurs proches"
il y a 9 heures 28 min
décryptage > Environnement
Plan vélo

Et pendant ce temps-là se poursuivait joyeusement la guerre absurde contre la voiture

il y a 11 heures 43 min
pépite vidéo > France
Pensées aux victimes
Attaque à Nice : l’Assemblée nationale observe une minute de silence
il y a 12 heures 30 min
décryptage > Société
Second Impact du Covid-19

Petits conseils pour gérer son anxiété face à une actualité déprimante et angoissante

il y a 13 heures 12 min
décryptage > Santé
Bis repetita

Isolement des cas positifs : le ratage massif qu’Emmanuel Macron feint de ne pas voir (et qui pourrait faire échouer le 2ème déconfinement)

il y a 14 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Avant la retraite" de Thomas Bernhard : il est encore fécond le ventre…

il y a 3 heures 11 min
pépites > Politique
Réalité du confinement
Jean Castex et les ministres du gouvernement ont dévoilé les différentes mesures et aménagements liés au reconfinement
il y a 3 heures 47 min
pépite vidéo > Religion
Emotion
Attaque à Nice : le glas a résonné dans les églises de France en hommage aux victimes
il y a 7 heures 11 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Macron s’inquiète de l’affaiblissement de Castex, les islamo-gauchistes refusent d’assumer leurs responsabilités; Le juteux business des ex-politiques; Olivier Véran, l’homme qui dit qu’on n’a pas voulu l’écouter sur la gravité du Covid
il y a 8 heures 6 min
pépites > France
Opération Sentinelle
Attentat à Nice : Emmanuel Macron réhausse de "3.000 à 7.000" le nombre de militaires déployés sur le sol français
il y a 8 heures 44 min
pépites > Terrorisme
Menace terroriste
Attentat à Nice : Jean Castex indique que le plan vigipirate a été réhaussé au niveau "urgence attentat" partout en France
il y a 9 heures 50 min
décryptage > Sport
Moïse prophète en son Paris

Basaksehir/PSG : Paris, sauvé des eaux par Moïse

il y a 12 heures 5 min
décryptage > Consommation
Leçons du 1er confinement

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

il y a 12 heures 57 min
décryptage > France
Pression sur l'exécutif

Meurtre de Samuel Paty, islam et liberté d’expression : réseaux sociaux arabes, élites anglo-saxonnes, l’étau fatal qui étrangle la France

il y a 13 heures 52 min
décryptage > Economie
"Quoi qu'il en coûte"

Reconfinement : le prix que nous sommes prêts à payer pour sauver une vie est-il en train de flamber ?

il y a 14 heures 50 min
© Greg Baker / AFP
© Greg Baker / AFP
Fausse longévité

70 ans après la fondation de la République populaire, le Parti communiste chinois n’est plus du tout ce qu’il était

Publié le 01 octobre 2019
Tout confirme le changement du Parti Communiste Chinois depuis 1949. Pourtant, le parti continue de revendiquer la continuité.
Antoine Brunet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Antoine Brunet est économiste et président d’AB Marchés.Il est l'auteur de La visée hégémonique de la Chine (avec Jean-Paul Guichard, L’Harmattan, 2011). 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Tout confirme le changement du Parti Communiste Chinois depuis 1949. Pourtant, le parti continue de revendiquer la continuité.

Atlantico : La République Populaire de Chine fête ses 70 ans. Peut-on remettre en question la continuité que revendique un tel anniversaire ?

Antoine Brunet : Il y a une continuité manifeste : depuis 70 ans, sans discontinuité, le Parti Communiste Chinois (PCC) domine la population chinoise en lui imposant un régime politique qui est franchement totalitaire. 

En 1949, le PCC s’est emparé du pouvoir à Pékin non pas à l’issue d’un processus électoral mais au terme d’une épreuve de force militaire avec le Kuomintang, un autre parti politique qui  avait combattu lui aussi l’occupant japonais et qui postulait lui aussi à exercer le pouvoir.

Ce qu’il est important de retenir, c’est que jamais la population chinoise n’a validé cette appropriation, exclusive et prolongée, du pouvoir politique par le PCC. Quand Mao proclama la victoire de son armée sur celle du Kuomintang, il se félicita de ce que son parti révolutionnaire avait ainsi atteint son objectif, la conquête du pouvoir en Chine et qu’en conséquence, le pouvoir politique lui revenait très normalement. Il se garda bien alors de procéder à quelque consultation démocratique de la population chinoise.

Depuis lors, le PCC démontre qu'il entend bien ne jamais lâcher le pouvoir absolu dont il s'est emparé. Il s'emploie à faire obstruction à toute alternance politique à la tête de la Chine : au cours des 70 années qui nous séparent de 1949, jamais aucun scrutin au suffrage universel n’a été autorisé en Chine : pas de scrutin législatif ou présidentiel ; pas non plus de scrutin territorial ou municipal ni même de scrutin d’ordre syndical ou professionnel. 

Le PCC fait par ailleurs obstruction à tout ce qui pourrait engendrer l’embryon d’un contrepouvoir. Aucune association n'est autorisée en dehors du Parti Communiste Chinois ou de ses associations filles. Toutes les religions (bouddhiste, chrétienne, musulmane, falun gong...) sont chroniquement persécutées. Même des personnalités devenues célèbres au titre de leur action humanitaire ont fait l’objet de tracasseries (ou même d’incarcération) dès lors que le PCC les jugeait dangereuses parce que trop populaires. 

Et, comme dans tout régime totalitaire, un formidable système répressif est en place pour dissuader toute forme d’opposition ou même de dissidence. Cela va du score social et des punitions sociales dont il est assorti jusqu’aux incarcérations hors de toute procédure judiciaire préalable et jusqu’aux « camps de rééducation » où des méthodes orwelliennes sont mises en œuvre pour arracher l’autocritique et la rétractation télévisées d’opposants pourtant résolus.

Cette redoutable continuité, de 1949 à 2019, du régime totalitaire chinois ne doit toutefois pas masquer une énorme discontinuité, celle qui est intervenue après la mort de Mao en 1976 et après la nomination de son successeur Deng Tchao Ping en 1979. 

Quels sont les grands axes politiques, économiques et idéologiques de cette fracture après 1979 ?

Le Parti Communiste Chinois sous Mao était très analogue au Parti Communiste d’Union Soviétique (PCUS) sous Lénine et Staline. Il avait beaucoup recruté dans les milieux populaires. Il se réclamait de la lutte des classes, de la révolution et de la construction du socialisme. Mao remplaça d’ailleurs sans délai le capitalisme par le collectivisme ( une économie qui est dirigée directement par l’Etat-Parti et qui est centralisée depuis les ministères). Le résultat fut désastreux et aboutit même à des catastrophes économiques et sociales comme la Grande Famine qui accompagna la politique dite du Grand Bond en avant (1958-1962). La survie même du Parti Communiste finit par être menacée lorsque, pour se maintenir au pouvoir en dépit de ses échecs, Mao lança la Révolution Culturelle (1966-1976) qui faisait appel au mouvement des Gardes Rouges pour le soutenir contre l’appareil du Parti Communiste.

Quand Deng succéda enfin à Mao, les cadres du Parti Communiste étaient tétanisés. Pour leur assurer que le PCC survivrait et conserverait le monopole du pouvoir, Deng leur fit admettre d’accepter et d’opérer quatre ruptures simultanées :

1) Deng et le PCC décident alors de basculer brusquement du collectivisme au capitalisme, sous la forme particulière du capitalisme d'Etat : l’économie est dorénavant organisée autour d’entreprises privées qui sont autonomes et qui recherchent le profit maximum ; toutefois, ces entreprises ne doivent jamais contrarier la stratégie du Parti et, en cas de conflit interne ou externe, elles doivent même se subordonner à la stratégie du Parti. Mais ce capitalisme d’Etat n’a pas besoin de se conjuguer à la démocratie ; il s’articule sans difficulté au régime politique totalitaire qui est maintenu intact ; au total, se forme une configuration nouvelle que l’on peut désigner comme « capitarisme ».

2) Par ailleurs, le PCC modifie brusquement son recrutement. Sa composition sociale qui s’articulait au projet collectiviste qui vient d’être abandonné n’est plus adaptée au capitalisme d'Etat fraichement installé : le PCC s'ouvre aux propriétaires et aux dirigeants des entreprises nouvellement apparues, aux officiers supérieurs, aux universitaires, aux ingénieurs et aux managers, aux scientifiques, aux artistes, aux professionnels de la santé.... En règle générale, c’est l’appareil du Parti qui prend l’initiative de proposer la cooptation aux personnes qu’il a préalablement ciblées au vu de leur compétence mais aussi de leur conformité politique. Et malheur à ceux qui, sollicités par le PCC, refuseraient de devenir membres du PCC. Grâce à ce processus, petit à petit, ce sont tous les "professionnels" de la Chine qui viennent se fédérer au sein du PCC (85 millions de membres).

3) Le PCC modifie totalement son projet fondateur et son idéologie : il n'est plus question de lutte de classe ni de construire le socialisme. Il est seulement question de construire une société dite harmonieuse. Le PCC entreprend de convaincre et en tout cas de faire admettre à la population chinoise que le régime politique totalitaire (combiné au capitalisme d’Etat) est le régime le plus approprié pour lui assurer la prospérité et pour redonner à la Chine le premier rang au monde. Tout son discours idéologique vise désormais à ce que la population chinoise accepte de renoncer à la démocratie, aux élections au suffrage universel et à toutes les libertés de base (droit d'association, droit d'expression, droit de réunion, droit de manifestation, droit de grève, droit de pratiquer la religion de son choix) et pour que la population se résigne à confier, totalement et définitivement, son destin au Parti Communiste. Le nouvel axe idéologique du PCC, c'est désormais la condamnation explicite de la démocratie et des droits de l’individu. C’est d’ailleurs cette détestation absolue de la démocratie qui amènera en 1989 le PCC à mettre fin dans le sang aux manifestations héroïques de Tian An Men

4) Enfin, le PCC procède à une quatrième rupture beaucoup moins connue. Il organise au début des années 80 une véritable dictature sur le prolétariat. De quoi s’agit-il ?Le remplacement du collectivisme par le capitalisme d’Etat a provoqué brutalement la fermeture de nombreuses usines en particulier dans les provinces intérieures. Les ouvriers et ouvrières concernés se retrouvent au chômage alors que n’existe aucun dispositif d’indemnisation. La règle, héritée des empereurs et maintenue par le PCC, c’est que les ouvriers et les paysans ne peuvent quitter sans autorisation préalable leur province natale pour ne autre province. Les provinces côtières stimulées par le capitalisme et les perspectives d’exportation connaissent un boom économique. Le PCC laisse faire les migrations massives de l’intérieur vers la côte tout en refusant d’octroyer les autorisations. Résultat ? Grâce à cela, l’industrie côtière dispose de millions de travailleurs qui sont des travailleurs sans papier, des mingong (240 millions de personnes). Ces adultes vivent loin de leurs parents et de leurs enfants. Ils sont le plus souvent logés dans de simples dortoirs à proximité des usines. Ils vivent et travaillent dans la crainte que le moindre faux pas les renvoie sans avenir dans leur province natale. Au total, ils se résignent à des salaires horaires de misère (très inférieurs même à ceux qui prévalent au Mexique). C’est cette surexploitation des ouvriers mingong qui explique le succès mondial des produits made in China et le succès de la stratégie commerciale internationale du PCC.

Au total, après ces quatre ruptures, la physionomie de la société chinoise en 2019 ne ressemble plus du tout à celle des années Mao (1949-1976). Le seul élément inchangé, c’est le monopole absolu du pouvoir politique dont dispose le PCC. A un régime totalitaire axé sur le collectivisme a succédé en 1979 un régime totalitaire axé sur le capitalisme d’Etat. Mais le totalitarisme est toujours là.

Pourquoi le parti cherche-t-il tant à revendiquer cette continuité malgré tout ?

Le PCC est mobilisé pour faire admettre sa légitimité à la population. La population sait trop bien que le Parti est tout-puissant mais il faut aussi lui faire admettre qu’il est omniscient, qu’il ne se trompe jamais. Dans les textes où le PCC analyse l’effondrement en 1989 du « parti-frère », le PCUS, il explique que l’autocritique de Staline opérée publiquement par Khrouchtchev à partir de 1956 a joué un rôle majeur. Le PCC en a tiré pour leçon qu’il ne faut jamais reconnaître publiquement les virages qu’il opère. Le Parti est passé en 1979 du collectivisme inspiré par Marx et Lénine à un capitalisme d’Etat violemment anti-ouvrier. Un virage historique considérable. Chut. Il faut tout masquer. C’est la raison pour laquelle Marx et Mao continueront à être vénérés officiellement. A n’en pas douter, si, dans le secret de son cerveau,  Xi retient encore un élément de la littérature marxiste, ce n’est certainement pas la construction du socialisme, ce serait bien plutôt la dictature du Parti que recommandait Marx.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ullman
- 01/10/2019 - 20:59
CLAIRVOYANCE
Sauf erreur, grâce à l’OMC qui lui a concédé un statut privilégié toujours d’actualité, la CHINE est devenue « L’ATELIER DU MONDE », en situation monopolistique.
Nous sommes ainsi devenus les CLIENTS CAPTIFS du pays le plus totalitaire du monde, le plus impérialiste, le plus militariste.
Nous avons aussi DONNÉ à la CHINE une bonne part de notre technologie et elle nous a VOLÉ le reste.
Bravo aux DIRIGEANTS OCCIDENTAUX !
« AUX GRANDS BENÊTS, LA PLANÈTE RECONNAISSANTE ». Encore merci…
salamander
- 01/10/2019 - 17:17
1984
George Orwell en "rêvait".
Xi l'a fait.

Le régime chinois est une dictature communiste orwellienne.
Quelle horreur.