En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

06.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

ça vient d'être publié
light > Sport
"Etat de santé confidentiel"
Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1
il y a 5 heures 3 min
pépite vidéo > Santé
Prouesse médicale
Une opération de deux soeurs siamoises s'est déroulée avec succès
il y a 5 heures 59 min
pépites > Santé
Réponse du gouvernement
Crise à l'hôpital : Emmanuel Macron dit avoir "entendu la colère et l'indignation" et promet des mesures fortes
il y a 7 heures 20 min
décryptage > Société
Rhétorique hochet

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

il y a 8 heures 40 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 13 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 9 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Greco" au Grand Palais : Greco, ce génie...

il y a 10 heures 26 min
pépites > International
Bras de fer
Recep Tayyip Erdogan considère que les propos d'Emmanuel Macron sur l’Otan et la Turquie sont "inacceptables"
il y a 11 heures 50 min
décryptage > Europe
Facilité

Souveraineté numérique : attention aux pièges de l’ambition politique européenne

il y a 12 heures 52 min
décryptage > Consommation
Enchères Patek Philippe

Une montre en acier adjugée à 28 millions d’euros, c’est extravagant, mais n’est-ce pas indécent ?

il y a 13 heures 39 min
décryptage > International
Lueur d'espoir

Quand l’Amérique du Sud trahit les espoirs de la gauche radicale … à moins que ce ne soit l’inverse

il y a 14 heures 16 min
pépites > Europe
Voix de la France
La candidature de Thierry Breton à la Commission européenne a été validée par les eurodéputés
il y a 5 heures 35 min
pépites > International
Lourd bilan
Cessez-le-feu à Gaza après deux jours d'affrontements
il y a 7 heures 2 min
pépite vidéo > France
Incendie
Le toit de la mairie d'Annecy a été ravagé par les flammes
il y a 7 heures 53 min
pépites > France
Coup de sang
Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"
il y a 8 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un amour sans résistance" de Gilles Rozier : interroge intelligemment en laissant la place à plusieurs interprétations

il y a 10 heures 19 min
light > High-tech
Mickey détrône Netflix
10 millions de personnes se sont abonnées à Disney + en un seul jour
il y a 11 heures 24 min
décryptage > Politique
Engagement

Combats de gauche : alerte à la supériorité morale

il y a 12 heures 31 min
décryptage > Santé
Manger avec Atlantico

Vous n'aimez pas les épinards ? Cette étude scientifique vous explique pourquoi

il y a 13 heures 3 min
décryptage > Politique
Espèce protégée ?

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

il y a 14 heures 3 min
décryptage > International
Crise

Fin de l’histoire : leçons planétaires d’une démission bolivienne

il y a 14 heures 22 min
© LUDOVIC MARIN / AFP
© LUDOVIC MARIN / AFP
Popularité

Quand ses supporters parlent d’Emmanuel Macron, c’est l’amour fou...

Publié le 26 septembre 2019
Selon la dernière enquête de l’Observatoire de la politique nationale réalisée par BVA pour Orange, RTL et La Tribune, la popularité d'Emmanuel Macron et d'Edouard Philippe est en légère hausse.
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon la dernière enquête de l’Observatoire de la politique nationale réalisée par BVA pour Orange, RTL et La Tribune, la popularité d'Emmanuel Macron et d'Edouard Philippe est en légère hausse.

La dernière enquête de l’Observatoire de la politique nationale réalisée par BVA pour Orange, RTL et La Tribune enregistre une légère remontée de popularité pour le couple exécutif : le Président et son Premier ministre gagnent 3 points (par rapport au mois dernier). Pour la première fois depuis « l’été meurtrier » de 2018 la popularité d’Emmanuel Macron franchit la barre des 35% : ce sont 37% des personnes interrogées qui déclarent avoir une « bonne opinion » du chef de l’Etat. L’impopularité est toujours largement majoritaire (63% de mauvaises opinions) mais le chef de l’Etat semble avoir regagné le terrain perdu.

Si l’on compare l’évolution de la popularité d’Emmanuel Macron à ses deux derniers prédécesseurs, on peut identifier des éléments communs et des éléments spécifiques à l’actuel chef de l’Etat : tous ont connu une descente vers l’impopularité pendant les deux premières années et des périodes (temporaires) de reconquête partielle de l’opinion ; mais personne n’a connu la séquence qu’Emmanuel Macron vient de traverser en moins d’un an : l’enfer puis le purgatoire… Les évolutions enregistrées depuis le Grand débat national ont remis en selle Emmanuel Macron sans que l’on puisse parler d’une véritable renaissance de son image dans l’opinion : le « nouveau Macron », transformé par les Gilets jaunes, est officiellement arrivé mais les Français en doutent très largement tout en reconnaissant en partie les efforts.

Pour mieux comprendre la situation actuelle de la popularité d’Emmanuel Macron et les logiques de sa reconquête de l’opinion, il faut prendre en compte un élément essentiel : Emmanuel Macron, sans doute proche en cela de Nicolas Sarkozy, dispose dans l’opinion d’un « fan club », un clan de supporters qui le porte aux nues et qui est prêt à lui pardonner ses « erreurs de jeunesse », à soutenir ses efforts, à comprendre ses évolutions. Ce segment est celui à partir duquel la reconquête actuelle de l’opinion s’est manifestée en premier.

L’enquête de BVA permet d’analyser en profondeur les logiques du soutien inconditionnel que ce « fan club » apporte à son héros. Les verbatims d’une question ouverte sur l’image du chef de l’Etat montrent que les opinions positives vis-à-vis d’Emmanuel Macron expriment avant tout une admiration sans limites pour l’audace réformatrice qui lui est prêtée. C’est le cœur et le point cardinal du « macronisme d’opinion » : la valorisation d’un jeune Président qui « essaie », qui « tente de réformer » une France menacée de déclin, que les précédents présidents et gouvernements auraient laissée aller à sa tendance naturelle, celle de se reposer sur ses acquis. Le « macronisme d’opinion » c’est aussi l’apologie de l’agir, de l’action, de regarder la réalité « en face », de l’affronter.

Saisis à travers une analyse propositionnelle du discours, les verbatims qui expriment les opinions positives vis-à-vis d’Emmanuel Macron nous livrent certains de leurs secrets. Il ressort de l’analyse que le style argumentatif dominant est bien celui de l’agir : les verbes « factifs », ceux qui désignent une dynamique ou une action, couvrent plus de la moitié des verbes utilisés (56%). Quelques verbatims sont particulièrement éloquents de ce style : « il travaille, fait des propositions, essaie de faire remonter la France. Il réforme le pays. Les reformes avancent » nous dit une retraitée proche de LR, disposant d’une belle retraite et qui a voté Fillon puis s’est abstenue au second tour en 2017 ; « il essaie de faire les réformes nécessaires. Il tente de faire bouger les choses pas toujours avec succès mais au moins il essaye » nous dit une femme d’une cinquantaine d’années, diplômée du supérieur et appartenant aux professions intermédiaires, qui a voté François Fillon puis Emmanuel Macron en 2017.

Emerge également des verbatims la figure de l’audace face à la résignation, de la jeunesse qui veut tout bousculer quitte à passer en force. Cette valorisation de l’audace et la bienveillance avec laquelle le « fan club » d’Emmanuel Macron lui manifeste un soutien inconditionnel se mute parfois en hagiographie lyrique : « Il est brillant, intelligent. Merci d’avoir un Président à la hauteur (…) merci, notre président, son équipe excellente. J’adore, nous n’avons jamais eu une personne aussi brillante depuis des décennies » s’enflamme une retraitée qui n’a que 1000 euros de retraite par mois. Les retraités sont d’ailleurs en nombre parmi les opinions élogieuses à propos d’Emmanuel Macron : les séniors voient dans leur jeune héros celui qui incarne un pays sauvé d’extrême justesse de la fatalité, du déclin, des abîmes. Tel un Jupiter sorti du rang, propulsé pour sauver le pays, un combattant qui triomphe des obstacles et qui ne veut que nous ouvrir les yeux sur le « nouveau monde ». Emmanuel Macron en « action man » réformateur, guidé par une mission sacrée : nous « réformer », nous « sauver » !

L’analyse du discours identifie clairement une construction narrative mythologique. Cette construction est en train de se dérouler sous nos yeux car le « macronisme d’opinion » est un processus, quelque chose qui se fait dans l’action et par l’action. La descente aux enfers du héros fait partie intégrante de cette construction : il faut que le héros surmonte un obstacle infranchissable pour accéder au statut de héros mythologique…

Décidément quelle aventure passionnante à suivre !  Amené à expliquer pourquoi il soutient autant Emmanuel Macron, l’un des membres de son « fan club » nous a répondu : « c’est personnel »… résumant ainsi toute la dimension d’affect qui existe dans ce lien. Entre Emmanuel Macron et ses supporters, c’est vraiment du sérieux… !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 26/09/2019 - 16:41
Je me demande si les votes n'ont pas été bouleversés
...depuis le vote des femmes... Voter deux fois pour Mitterrand qui ne s'occupait que de leur sexe, pour Chirac qui se douchait fréquemment en campagne ne serait peut-être pas le fruit du hasard. J'imagine donc facilement le parcours du jeunot "style Fursac", parsemé de culottes pleines de senteurs, jetées comme des pétales de fleurs.
evgueniesokolof
- 26/09/2019 - 11:56
Y en a marre
des ratiocinations de Cautres! Demandez à Bendidons de nous commenter un sondage sur la popularité de Castorama auprès des onanistes: la au moins cela aura de l'intérêt
Anouman
- 26/09/2019 - 11:35
Amour fou
On sait bien bien que l'amour rend aveugle. Sinon comment pourraient-ils l'apprécier.