En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

07.

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
pépites > France
Appel au calme
Le CFCM considère que les "musulmans ne sont pas persécutés" en France
il y a 22 min 23 sec
pépites > International
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine
La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France
il y a 2 heures 10 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 5 heures 29 min
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 6 heures 7 min
pépites > Politique
Elections
Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way
il y a 6 heures 37 min
pépites > Economie
Diplomatie
Appel au boycott de produits français : "Pas question de céder au chantage" Geoffroy Roux de Bézieux, solidaire du gouvernement français
il y a 7 heures 10 sec
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Etats-Unis : ce n'est pas seulement une élection présidentielle. C'est un choix de civilisation

il y a 7 heures 44 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

il y a 8 heures 13 min
pépites > Santé
Coronavirus
"Autour de 100.000 cas" de Covid-19 par jour, en France selon Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique
il y a 8 heures 47 min
décryptage > France
Clash des confessions

Boycott pour "attaques contre l’islam" : saurons-nous éviter notre guerre du Liban à nous ?

il y a 9 heures 13 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les propos de Clémentine Autain contre l'islamophobie ont été récupérés et détournés par un média proche des Frères musulmans
il y a 1 heure 4 min
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 4 heures 58 min
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 6 heures 2 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

il y a 6 heures 20 min
décryptage > Economie
Taxes

Dépenses publiques et fiscalité : plus ça change, moins ça change…

il y a 6 heures 39 min
décryptage > Economie
Panorama de la crise

COVID-19 : comment dire de faire attention ?

il y a 7 heures 5 min
décryptage > High-tech
12 CYBER-MENACES PRÉOCCUPANTES

Quand les cyberattaques menacent de faire dérailler les prochaines élections présidentielles, et pèsent au même titre que la pandémie de coronavirus sur nos démocraties

il y a 8 heures 1 min
décryptage > Politique
Crèdul*

Vous avez aimé les raffarinades de Raffarin ? Vous adorerez les lapalissades de Castex

il y a 8 heures 30 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

il y a 9 heures 2 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

COVID-19 : ce qu’il est encore possible de faire malgré une situation hors de contrôle

il y a 9 heures 40 min
© LUDOVIC MARIN / AFP
© LUDOVIC MARIN / AFP
Popularité

Quand ses supporters parlent d’Emmanuel Macron, c’est l’amour fou...

Publié le 26 septembre 2019
Selon la dernière enquête de l’Observatoire de la politique nationale réalisée par BVA pour Orange, RTL et La Tribune, la popularité d'Emmanuel Macron et d'Edouard Philippe est en légère hausse.
Bruno Cautrès
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon la dernière enquête de l’Observatoire de la politique nationale réalisée par BVA pour Orange, RTL et La Tribune, la popularité d'Emmanuel Macron et d'Edouard Philippe est en légère hausse.

La dernière enquête de l’Observatoire de la politique nationale réalisée par BVA pour Orange, RTL et La Tribune enregistre une légère remontée de popularité pour le couple exécutif : le Président et son Premier ministre gagnent 3 points (par rapport au mois dernier). Pour la première fois depuis « l’été meurtrier » de 2018 la popularité d’Emmanuel Macron franchit la barre des 35% : ce sont 37% des personnes interrogées qui déclarent avoir une « bonne opinion » du chef de l’Etat. L’impopularité est toujours largement majoritaire (63% de mauvaises opinions) mais le chef de l’Etat semble avoir regagné le terrain perdu.

Si l’on compare l’évolution de la popularité d’Emmanuel Macron à ses deux derniers prédécesseurs, on peut identifier des éléments communs et des éléments spécifiques à l’actuel chef de l’Etat : tous ont connu une descente vers l’impopularité pendant les deux premières années et des périodes (temporaires) de reconquête partielle de l’opinion ; mais personne n’a connu la séquence qu’Emmanuel Macron vient de traverser en moins d’un an : l’enfer puis le purgatoire… Les évolutions enregistrées depuis le Grand débat national ont remis en selle Emmanuel Macron sans que l’on puisse parler d’une véritable renaissance de son image dans l’opinion : le « nouveau Macron », transformé par les Gilets jaunes, est officiellement arrivé mais les Français en doutent très largement tout en reconnaissant en partie les efforts.

Pour mieux comprendre la situation actuelle de la popularité d’Emmanuel Macron et les logiques de sa reconquête de l’opinion, il faut prendre en compte un élément essentiel : Emmanuel Macron, sans doute proche en cela de Nicolas Sarkozy, dispose dans l’opinion d’un « fan club », un clan de supporters qui le porte aux nues et qui est prêt à lui pardonner ses « erreurs de jeunesse », à soutenir ses efforts, à comprendre ses évolutions. Ce segment est celui à partir duquel la reconquête actuelle de l’opinion s’est manifestée en premier.

L’enquête de BVA permet d’analyser en profondeur les logiques du soutien inconditionnel que ce « fan club » apporte à son héros. Les verbatims d’une question ouverte sur l’image du chef de l’Etat montrent que les opinions positives vis-à-vis d’Emmanuel Macron expriment avant tout une admiration sans limites pour l’audace réformatrice qui lui est prêtée. C’est le cœur et le point cardinal du « macronisme d’opinion » : la valorisation d’un jeune Président qui « essaie », qui « tente de réformer » une France menacée de déclin, que les précédents présidents et gouvernements auraient laissée aller à sa tendance naturelle, celle de se reposer sur ses acquis. Le « macronisme d’opinion » c’est aussi l’apologie de l’agir, de l’action, de regarder la réalité « en face », de l’affronter.

Saisis à travers une analyse propositionnelle du discours, les verbatims qui expriment les opinions positives vis-à-vis d’Emmanuel Macron nous livrent certains de leurs secrets. Il ressort de l’analyse que le style argumentatif dominant est bien celui de l’agir : les verbes « factifs », ceux qui désignent une dynamique ou une action, couvrent plus de la moitié des verbes utilisés (56%). Quelques verbatims sont particulièrement éloquents de ce style : « il travaille, fait des propositions, essaie de faire remonter la France. Il réforme le pays. Les reformes avancent » nous dit une retraitée proche de LR, disposant d’une belle retraite et qui a voté Fillon puis s’est abstenue au second tour en 2017 ; « il essaie de faire les réformes nécessaires. Il tente de faire bouger les choses pas toujours avec succès mais au moins il essaye » nous dit une femme d’une cinquantaine d’années, diplômée du supérieur et appartenant aux professions intermédiaires, qui a voté François Fillon puis Emmanuel Macron en 2017.

Emerge également des verbatims la figure de l’audace face à la résignation, de la jeunesse qui veut tout bousculer quitte à passer en force. Cette valorisation de l’audace et la bienveillance avec laquelle le « fan club » d’Emmanuel Macron lui manifeste un soutien inconditionnel se mute parfois en hagiographie lyrique : « Il est brillant, intelligent. Merci d’avoir un Président à la hauteur (…) merci, notre président, son équipe excellente. J’adore, nous n’avons jamais eu une personne aussi brillante depuis des décennies » s’enflamme une retraitée qui n’a que 1000 euros de retraite par mois. Les retraités sont d’ailleurs en nombre parmi les opinions élogieuses à propos d’Emmanuel Macron : les séniors voient dans leur jeune héros celui qui incarne un pays sauvé d’extrême justesse de la fatalité, du déclin, des abîmes. Tel un Jupiter sorti du rang, propulsé pour sauver le pays, un combattant qui triomphe des obstacles et qui ne veut que nous ouvrir les yeux sur le « nouveau monde ». Emmanuel Macron en « action man » réformateur, guidé par une mission sacrée : nous « réformer », nous « sauver » !

L’analyse du discours identifie clairement une construction narrative mythologique. Cette construction est en train de se dérouler sous nos yeux car le « macronisme d’opinion » est un processus, quelque chose qui se fait dans l’action et par l’action. La descente aux enfers du héros fait partie intégrante de cette construction : il faut que le héros surmonte un obstacle infranchissable pour accéder au statut de héros mythologique…

Décidément quelle aventure passionnante à suivre !  Amené à expliquer pourquoi il soutient autant Emmanuel Macron, l’un des membres de son « fan club » nous a répondu : « c’est personnel »… résumant ainsi toute la dimension d’affect qui existe dans ce lien. Entre Emmanuel Macron et ses supporters, c’est vraiment du sérieux… !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 26/09/2019 - 16:41
Je me demande si les votes n'ont pas été bouleversés
...depuis le vote des femmes... Voter deux fois pour Mitterrand qui ne s'occupait que de leur sexe, pour Chirac qui se douchait fréquemment en campagne ne serait peut-être pas le fruit du hasard. J'imagine donc facilement le parcours du jeunot "style Fursac", parsemé de culottes pleines de senteurs, jetées comme des pétales de fleurs.
evgueniesokolof
- 26/09/2019 - 11:56
Y en a marre
des ratiocinations de Cautres! Demandez à Bendidons de nous commenter un sondage sur la popularité de Castorama auprès des onanistes: la au moins cela aura de l'intérêt
Anouman
- 26/09/2019 - 11:35
Amour fou
On sait bien bien que l'amour rend aveugle. Sinon comment pourraient-ils l'apprécier.