En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

05.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

06.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

07.

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

04.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

05.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

06.

Immigration : ces éléments qui manqueront au plan du gouvernement pour espérer atteindre l’efficacité (autre qu’électorale)

ça vient d'être publié
Surprise !
Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant
il y a 5 heures 42 min
pépite vidéo > Santé
(Grosse) révolution
Une société française annonce pouvoir détecter la bipolarité avec une simple prise de sang
il y a 6 heures 51 min
pépites > Politique
Too much ?
LFI demande l'ouverture d'une commission parlementaire sur "l'indépendance du pouvoir judiciaire"
il y a 7 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Journal d'un amour perdu" : Voyage dans l'intimité du deuil d'un colosse de la littérature

il y a 10 heures 25 min
light > Santé
Veggie mania
Burger King cède à la tendance vegan et lance son premier veggie Whopper
il y a 11 heures 22 min
pépites > Politique
Hospitalisation
Etats-Unis : Jimmy Carter hospitalisé après plusieurs chutes
il y a 12 heures 44 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 11 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 13 heures 54 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Levothyrox : le combat des associations pour obtenir la vérité

il y a 16 heures 45 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Le 10 mai 1981 : un jour maudit pour la droite

il y a 16 heures 46 min
décryptage > Société
Ras des pâquerettes ?

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

il y a 16 heures 47 min
light > People
Karma ?
Pete Doherty condamné à 3 ans de prison avec sursis, 2 ans de mise à l'épreuve et 5000 euros d'amende
il y a 6 heures 12 min
light > Culture
Mauvais augure
Plus de promotion pour J'accuse, le nouveau film de Polanski
il y a 7 heures 20 min
pépites > Europe
Opération conjointe
Blocage de l'autoroute A9 par des indépendantistes espagnols : la France et l'Espagne tentent de les déloger
il y a 9 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La dame de chez Maxim" : Cette dame d'autrefois nous met toujours en joie

il y a 10 heures 31 min
pépites > International
Débordements et violence
Hong Kong : un manifestant blessé par balle et un homme brûlé vif lundi 11 novembre
il y a 12 heures 7 min
décryptage > Economie
Mêmes causes, mêmes effets ?

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

il y a 13 heures 49 min
décryptage > Santé
Techno-Masochisme

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

il y a 14 heures 29 min
décryptage > Economie
(Petite) révolution

Révolution dans la Silicon Valley : les investisseurs américains veulent des entreprises rentables maintenant et pas uniquement des licornes en croissance

il y a 16 heures 46 min
décryptage > Politique
Malédiction

Guillaume Tabard : « La droite devrait s’inspirer de François Mitterrand pour faire renaître LR »

il y a 16 heures 47 min
décryptage > Economie
Commerce et stratégie

Amorce de détente : mais que veulent vraiment obtenir les Etats-Unis de la Chine ?

il y a 16 heures 48 min
© Loïc VENANCE, Marco BERTORELLO / AFP
© Loïc VENANCE, Marco BERTORELLO / AFP
Atlantico Business

Renault-Fiat : "L‘avenir de l’industrie automobile française est compromis si l’État français ne prend pas ses responsabilités"

Publié le 26 septembre 2019
Jean-Dominique Senard, président de Renault, a regretté que l’Etat Français ait bloqué le projet d’alliance avec Fiat. Il prévient le Sénat que l’avenir de l’automobile européenne est menacé.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Dominique Senard, président de Renault, a regretté que l’Etat Français ait bloqué le projet d’alliance avec Fiat. Il prévient le Sénat que l’avenir de l’automobile européenne est menacé.

« L’Etat français a pris une lourde responsabilité en bloquant le projet de mariage entre Fiat et Renault, parce que l‘avenir de l’industrie automobile européenne est très menacé par la concurrence chinoise ».

Jean-Dominique Senard, président de Renault,n’a pas mâché ses mots. Il a même été d’une rare brutalité devant les sénateurs qui avaient été très critiques de ce projet de fusion en juin dernier.

Jean-Dominique Senard ne s’en cache pas, il rêverait de voir le projet de fusion avec Fiat Chrysler revenir sur la table,parce que pour lui, la création de champions européens est vitale pour faire face à la concurrence chinoise.« Mais j’ai compris que le sujet n'est plus d'actualité », a-t-il dit devant les sénateurs lors d'une audition devant la commission des Affaires économiques du Sénat.

« Si un jour, il devait revenir dans des conditions qui seraient acceptables pour tous, je serais ravi. Mais ce n'est pas l'ordre du jour ». La page est tournée, Jean-Dominique Senard n’en reste pas moins en colère parce qu’il est convaincu que la concurrence chinoise va, dans les 5 ans, envahir la planète.

« Il y a dix ans, les Chinois n’existaient pas. Sur le seul marché des pneumatiques que je connais bien pour avoir dirigé Michelin, les Chinois tenaient 5% du marché européen il y a 5 ans. Aujourd'hui, ils contrôlent plus de 30%. Sur l’automobile, ils ont tout compris. Il y a cinq ans, on en rigolait. Aujourd’hui, ils savent faire des voitures aussi bien que nous et même mieux ».

Sans revenir en détail sur ce qui s’était passé avant l’été, quand ce projet de fusion à 30 milliards d’euros a capoté, la famille Agnelli et le management de Fiat-Chrysler ont retiré leur offre après que l’Etat français, principal actionnaire de Renault, ait demandé un délai de réflexion sans dire s’il était véritablement d’accord avec le projet.

Face aux sénateurs, le dirigeant de Renault a donc repris ce dossier en expliquant que les raisons de l’hostilité politique étaient dérisoires et secondaires par rapport à l’enjeu. Sous-entendu, on aurait étudié le dossier, discuté et négocié plutôt que de rejeter en bloc au nom d’intérêts politiques mal définis.

L’enjeu, c’est la survie du pôle français de l’industrie européenne. Le rapprochement entre Fiat-Chrysler et Renault-Nissan permettait d’acquérir une position mondiale qui va nous faire défaut.

Devant des sénateurs plutôt hostiles aux conditions de la fusion avortée, Jean-Dominique Senard a défendu à nouveau une fusion qui aurait donné selon lui à l'alliance avec Nissan une dimension encore plus mondiale.

"Essayons de nous projeter et de comprendre que si nous n'anticipons pas, à travers certains regroupements de nos unités, notamment européennes, nous n'aurons que nos yeux pour pleurer dans quelques années » a-t-il dit.

Jean-Dominique Senard a répété que l'alliance avec Nissan était "fondamentale" pour Renault.

Mais ce que les sénateurs ont retenu, c’est l’appel aux pouvoirs publics français à prendre leurs responsabilités dans un processus de consolidation. Sur le papier c’est clair, l’Etat français est l’actionnaire incontournable actuellement dans les deux groupes français. Parallèlement, les constructeurs implorent aussi les sénateurs de maintenir les aides en vigueur pour l'achat de véhicules électriques.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

05.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

06.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

07.

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

04.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

05.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

06.

Immigration : ces éléments qui manqueront au plan du gouvernement pour espérer atteindre l’efficacité (autre qu’électorale)

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires