En direct
Best of
Best of du 12 au 18 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

02.

Ce que la médiation Blanquer-Taché dit vraiment de LREM

03.

Attention à vos smartphones, les cas de piratage sont de plus en plus fréquents

04.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

05.

Pourquoi les chiffres officiels sur l’immigration ne décrivent que très approximativement la réalité française

06.

Un chef étoilé mange dans son restaurant : 14 000 euros de redressement de l'Ursaff

07.

Corse : mobilisation pour la lutte contre une mafia... qui n’existe pas

01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

05.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

06.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Faits divers
Héroique
Etats-Unis : Il désarme un élève armé d'un fusil à pompe en lui faisant un câlin
il y a 14 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : "Sept ans de réflexion" : Une farce (un peu trop lourde) sur l'adultère

il y a 15 heures 55 min
light > Insolite
Dur à avaler
Un chef étoilé mange dans son restaurant : 14 000 euros de redressement de l'Ursaff
il y a 18 heures 9 min
décryptage > Environnement
Découvrons l'écoféminisme

"Ma planète, ma chatte, sauvons les zones humides" !

il y a 19 heures 54 min
décryptage > Economie
Experte

Esther Duflo à Bercy, vite. Mais pas comme ministre

il y a 20 heures 28 min
décryptage > France
Mauvais prisme

Pourquoi les chiffres officiels sur l’immigration ne décrivent que très approximativement la réalité française

il y a 20 heures 48 min
décryptage > France
Interdit d'interdire

Pourquoi la France devrait résister à la tentation de répondre par des interdictions à tous les défis qu’elle rencontre

il y a 21 heures 2 min
décryptage > Economie
Manque d’ambition ?

PLF 2020 : l’étonnante stabilité de la ventilation des dépenses publiques françaises à travers le temps

il y a 21 heures 13 min
décryptage > Culture
Culture

"Miroir du temps" d'André Suarès : une occasion précieuse de découvrir une pensée d’une inventivité débridée et salutaire

il y a 1 jour 9 heures
pépite vidéo > International
Ultimatum
Liban : nouvelle journée de mobilisation contre la classe politique et la corruption
il y a 1 jour 11 heures
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Vania : Une même nuit nous attend tous" : "Oncle Vania" revisité

il y a 15 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le roman de la France- une histoire de la liberté" de Laurent Joffrin : Tome 1, de Vercingétorix à Mirabeau

il y a 16 heures 1 min
décryptage > Education
Tous égaux

Discriminations positive à l’entrée dans les Grandes écoles : l’égalitarisme en mode délire

il y a 19 heures 49 min
décryptage > Economie
Dépenses très privées

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

il y a 20 heures 12 min
décryptage > High-tech
La Minute Tech

Attention à vos smartphones, les cas de piratage sont de plus en plus fréquents

il y a 20 heures 39 min
décryptage > Justice
L'armée des ombres

Corse : mobilisation pour la lutte contre une mafia... qui n’existe pas

il y a 20 heures 54 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Brexit : si vous avez aimé les deux premières saisons, vous serez passionné par la troisième

il y a 21 heures 10 min
décryptage > Politique
En même temps

Ce que la médiation Blanquer-Taché dit vraiment de LREM

il y a 21 heures 25 min
"Climate change"
Jane Fonda et Sam Waterston ont été arrêtés lors d'une manifestation pour le climat
il y a 1 jour 10 heures
pépites > Justice
Défense
Rachida Dati dénonce une "instrumentalisation" dans le cadre de l'information judiciaire dans l'affaire Ghosn
il y a 1 jour 11 heures
© Andrew CABALLERO-REYNOLDS / AFP
© Andrew CABALLERO-REYNOLDS / AFP
Atlantico-Business

Sous prétexte de soutenir la croissance, les taux d’intérêt négatifs reviennent à créer un impôt mondial perçu sur l’épargne des classes moyennes

Publié le 23 septembre 2019
Les taux d’intérêt négatifs représentent une opportunité pour financer des dettes gratuitement... Sauf qu’ils agissent comme un nouvel impôt mondial perçu sur l’épargne populaire pour financer des déficits publics.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les taux d’intérêt négatifs représentent une opportunité pour financer des dettes gratuitement... Sauf qu’ils agissent comme un nouvel impôt mondial perçu sur l’épargne populaire pour financer des déficits publics.

En fin de semaine dernière, la Réserve fédérale américaine a encore baissé ses taux directeurs de 0,25%, entrainant une nouvelle baisse des conditions de crédit partout dans le monde des opérations de crédit. Les particuliers peuvent s’endetter pour acheter de l’immobilier à des taux proches de zéro. Quant aux grandes entreprises, aux Etats prospères comme l’Allemagne ou la France, c’est « champagne » : ils peuvent financer leurs dépenses budgétaires à des taux négatifs. 

A priori, c’est tout bénéfice et sans doute très durable. C’est même assez miraculeux puisqu’à ces conditions, plus on s’endette, plus on s’enrichit. Cette situation très inhabituelle provoque une évolution dont on a du mal à évaluer les effets à moyen et long terme, mais crée des débats sérieux auxquels on a du mal aujourd'hui à apporter des réponses.

 

Le premier débat porte sur l’impact macroéconomique des taux bas. A priori les banques centrales en sont venues à baisser les taux d’intérêt avec à la clef des masses de liquidités. Cette politique monétaire accommodante avait pour objectif de soutenir l’activité économique. Le raisonnement se tient. Avec des taux bas, les agents économiques peuvent s’endetter facilement et investir dans l’activité. Sauf qu’aujourd’hui, la plupart des pays sont sortis de la crise de liquidités née en 2008-2009, qui avait bloqué tous les modèles économiques. L’économie américaine, par exemple, tourne à plein régime et est même en situation de plein emploi. Dans beaucoup de pays développés, les taux bas ou même négatifs n‘ont pas entrainé de croissance mais ils ont autorisé des bulles spéculatives sur l’immobilier (le prix au mètre carré a dépassé les 10 000 euros dans la plupart des grandes métropoles mondiales)  et sur les actifs financiers – avec des marchés d’actions au plus haut. Les taux négatifs ont permis aussi aux États de financer leur déficit budgétaire plutôt que de travailler à la réduction des déficits. C’est évidemment le cas de la France. Donc au niveau macro-économique, l’effet produit n’a pas été celui qui était attendu.  Ces taux ont cependant le mérite de permettre aux gouvernants de ne pas demander des efforts de rigueur.  La hausse des indices boursiers provoque aussi un effet richesse qui calme le jeu social, surtout aux Etats-Unis où les épargnants ont leur retraite investie sur des marchés actions.

 

Le deuxième débat porte sur la gestion des banques et des sociétés d’assurance. Les banques et les sociétés d’assurance ont beaucoup de mal à rester en équilibre. Leur métier, c’est de faire des crédits à un taux légèrement supérieur à celui auquel elles rémunèrent les épargnants ou les déposants. Si les taux sont durablement négatifs, les banques et les sociétés d’assurance se retrouvent dans le rouge. Elles ne savent pas gérer une telle situation d’autant que les ratios prudentiels qu’on leur impose en Europe leur interdisent de prendre des risques. Donc, les banques et les sociétés d’assurance évitent de reprendre des risques dans l’économie de marché et d’une façon générale opteront pour des placements garantis par l‘Etat (obligations publiques) ou garantis par une valeur d’actifs sécurisés. D ‘où le succès de l’immobilier et la hausse des prix. Cette situation ne peut pas durer, d‘où la tentation des systèmes financiers de faire payer les dépôts et l’épargne en général.

 

Le troisième débat va ouvrir la porte à la rémunération des dépôts. Les clients de la banque Rothschild viennent d’être prévenus. Ils vont payer pour leurs dépôts en banque. Certaines banques qui gèrent des fortunes avaient déjà levé le tabou en faisant payer les dépôts, supérieurs à plusieurs millions, qui dormaient sur des comptes courants. L’épargne de précaution, pour le plus grand nombre, pourrait devenir payante dans les banques plus traditionnelles. La plupart d’entre elles inventent actuellement des subterfuges pour récupérer des recettes auprès de leur client. Elles augmentent leur frais de fonctionnement, font appel au digital et facture quantités de services autour du dépôt ou des paiements. Bref d’une façon ou d’une autre, il va falloir payer pour que l’argent puisse dormir en paix. 

C’est assez incroyable parce que cette affaire de taux d’intérêt négatif revient à imposer une nouvelle taxe aux épargnant. 

 

Le quatrième débat va porter sur cet impôt nouveau qui ne dit pas son nom et pourtant. On a supprimé l’impôt sur la fortune dans la plupart des pays occidentaux (la France a été le dernier à le faire) mais en acceptant et même en souhaitant des taux négatifs, on crée un nouvel impôt qui ne dit pas son nom mais qui agit comme tel. 

Alors, ça n’est pas la première fois que l’économie fonctionne avec des taux négatifs. Le demi-siècle précédent (entre 1950 et 2000) a été financé à des taux négatifs. Les taux d’intérêt perçus sur le crédit étaient de 8% en moyenne avec une inflation à plus de 10%. Ça voulait dire que le taux réel était de -2%, négatif. La génération issue de la guerre a financé la reconstruction des routes, des écoles, l ‘immobilier et le plein emploi avec des taux réels négatifs. 

La formule n’était pas si mauvaise. Sans doute, sauf qu‘aujourd’hui, elle est inapplicable. 

Les taux réels négatifs étaient possibles parce que le crédit finançait principalement des équipements et des investissements longs ... et parce qu‘il y avait une inflation qui masquait les taux réels et donnait l’illusion de l’enrichissement. La croissance servait à l’impôt et à l’amélioration de la vie quotidienne. L’inflation mettait de l’huile dans les rouages sociaux. Mais l’inflation n’était possible que parce que les économies étaient fermées. 

Ne rêvons pas, l’inflation avait beaucoup de défaut qui sont devenus à partir des années 1970, insupportables et qui freinaient la machine. En généralisant les taux réels négatifs, elles faisaient payer les épargnants et les rentiers. La capacité d’épargne a été une vertu en voie de disparition. D’où les politiques anti-inflationniste et de rigueur. Au niveau budgétaire comme au niveau monétaire. 

 

Le cinquième débat pour profiter des taux zéro ou négatifs. Avant que l’épargne ne disparaisse, les banques centrales qui ont racheté quantité de crédit de mauvaise qualité pour garantir les liquidités, multiplient les appels à l’investissement de long terme. 

D’où les projets de financer les équipements collectifs et la transition écologique à taux négatifs. D’où l’idée de desserrer les ratios prudentiels des banques européennes pour les autoriser à prendre plus de risques qu’elles en n’en prennent actuellement. Et si les banques prenaient plus de risques en finançant l’économie de marché, elles pourraient mieux rémunérer les épargnants ou les déposants.  

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

02.

Ce que la médiation Blanquer-Taché dit vraiment de LREM

03.

Attention à vos smartphones, les cas de piratage sont de plus en plus fréquents

04.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

05.

Pourquoi les chiffres officiels sur l’immigration ne décrivent que très approximativement la réalité française

06.

Un chef étoilé mange dans son restaurant : 14 000 euros de redressement de l'Ursaff

07.

Corse : mobilisation pour la lutte contre une mafia... qui n’existe pas

01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

05.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

06.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 24/09/2019 - 17:43
C'est du JMS pur sucre
Evidemment qu'on a compris que l'injection de liquidités n'avait eu aucun effet sur l'économie réelle mais avait alimenté la bulle financière. On le savait même quand JMS ne pensait que par la bourse
Et merci de nous apprendre qu'à l'époque des trente glorieuses, on a fonctionné avec des taux réels négatifs et que cela marchait
La différence entre hier et aujourd'hui , c'est qu'on investissait, ce que l'on ne peut plus faire aujourd'hui en Europe car c'est d'une part plus avantageux de le faire ailleurs ou que c'est interdit par la terreur verte en particulier!
Alors, les banques vont crever: bien fait pour elles. Elles vont taxer les dépôts, eh bien on retirera les dépôts et on fera un bas de laine ou alors on les placera dans l'immobilier qui rapporte 5% en location!
Et je suis déjà passé sur une banque en ligne en retirant mon fric au mutuel et en me marrant à l'idée que le con suffisant qui était incapable de gérer mes prélèvements va se retrouver au chomdu!
Gnagnagna isn't it Bendidoudidons
ajm
- 23/09/2019 - 16:00
risque de crédit.
Contrairement à ce que semble penser JMS, les banques ne sont pas là pour prendre de "vrais" risques mais au contraire pour les calculer et les minimiser, ce qui est logique quand on prête 100 pour 4 de fonds propres ( ou un peu moins) et que la marge brute maximum ( avant coûts de gestion ) , même pour des risques très moyens, se situe en général en dessous de 1% l'an dans la zone euro en tout cas, les bons risques corporate étant proche de zéro et se finançant directement sur les marchés, comme les états.
ajm
- 23/09/2019 - 15:19
Emprunteur net.
Et les classes moyennes, elles n'empruntent pas pour acheter leur maison ou leur appartement ? Dans la région parisienne la maison où l'appartement familial vaut difficilement moins qu'un demi million d'euros, beaucoup plus que l'épargne financière moyenne des membres de cette classe moyenne. La plupart des personnes de la classe moyenne, en tout cas jusqu'à l'âge de la retraite, sont d'abord des emprunteurs nets ( d'épargne).