En direct
Best of
Best of du 12 au 18 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Une France, deux sentiments nationaux concurrents ?

02.

Ce que François Hollande semble ne (toujours) pas comprendre à la nature de la crise de défiance qui déstabilise les démocraties occidentales

03.

Logement : il faut faire tout le contraire de la politique d’Anne Hidalgo !

04.

La haine des bien-pensants : ils voient tous ceux qui ne pensent pas comme eux comme des invalides !

05.

L’État décide de porter plainte après les accusations d'un homme qui prétendait que la France était "raciste"

06.

Attention à vos smartphones, les cas de piratage sont de plus en plus fréquents

07.

Le prince William est "inquiet" pour son frère

01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Des slips sur des statues de nus à l'UNESCO ! Pour ne pas heurter "certaines sensibilités"…

04.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

05.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

06.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Une France, deux sentiments nationaux concurrents ?

03.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

04.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

05.

Pression islamiste : quelles leçons de la guerre froide et du "containment" de la menace intérieure communiste ?

06.

Plus urgent que le vote de l'interdiction du voile en sorties scolaires, le combat contre un anti-racisme dévoyé

ça vient d'être publié
pépites > France
Impact à Montpellier, Toulouse et Perpignan
Intempéries : le trafic SNCF fortement impacté dans le sud de la France jusqu'au 4 novembre
il y a 1 min 24 sec
pépite vidéo > International
Tentative d'apaisement
Chili : le président Sebastian Piñera demande pardon et propose des mesures sociales
il y a 1 heure 43 min
light > Science
Big One ?
Californie : une importante faille tectonique se réveille après 500 ans d'inactivité
il y a 4 heures 41 min
pépites > High-tech
Révolution ?
Google dévoile des progrès majeurs dans le calcul quantique
il y a 5 heures 43 min
pépites > Justice
"Diffamation publique"
L’État décide de porter plainte après les accusations d'un homme qui prétendait que la France était "raciste"
il y a 7 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Unbelievable" : ... mais vrai !

il y a 8 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Hors normes" d'Eric Tolédano et Olivier Nakache : les réalisateurs d'Intouchables nous embarquent dans un film irrésistible

il y a 9 heures 27 min
décryptage > Science
Espace

Les effets du voyage spatial sur le corps humain

il y a 10 heures 27 min
décryptage > France
Repli ?

Une France, deux sentiments nationaux concurrents ?

il y a 11 heures 25 min
décryptage > Société
Tout nouveau, tout beau

L'amour sur Instagram ? C'est de l'art !

il y a 12 heures 4 min
Jamais mieux servi que par soi-même
Chine : des tueurs à gages condamnés pour avoir essayé de sous-traiter leur projet criminel
il y a 1 heure 33 sec
pépites > Politique
Polémique maltaise
Matignon : Sandro Gozi, le conseiller d'Edouard Philippe, annonce sa démission
il y a 3 heures 2 min
pépites > Faits divers
Enquête
L'homme arrêté au musée de Saint-Raphaël a été hospitalisé d'office
il y a 5 heures 13 min
pépites > Politique
Avenir de la droite
Christian Jacob dévoile le nouvel organigramme des Républicains
il y a 6 heures 19 min
pépite vidéo > Défense
Promesses tenues ?
Syrie : la Turquie et la Russie évoquent un "accord historique"
il y a 8 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Oublier Klara" d'Isabelle Autissier : une saga familiale qui s’étire des goulags staliniens à la décomposition de l’URSS

il y a 9 heures 12 min
décryptage > Société
Conséquences bénéfiques ?

L'impact social de la flexibilité des horaires de travail

il y a 9 heures 58 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 22 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 10 heures 44 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

Bruges - PSG : 0-5, Avec un Mbappé fulgurant, le PSG caracole en tête de son groupe

il y a 11 heures 51 min
décryptage > Société
Il n'y a rien à voir...

La haine des bien-pensants : ils voient tous ceux qui ne pensent pas comme eux comme des invalides !

il y a 12 heures 18 min
© SAUL LOEB / AFP
© SAUL LOEB / AFP
Langue de bois s'abstenir

Une étude des universités de Harvard et de Berkeley démontre qu’en politique les propos clivants et politiquement incorrects paient

Publié le 19 septembre 2019
Une étude réalisée par des chercheurs des universités de Harvard et de Berkeley montre le bénéfice du politiquement incorrect.
Arnaud Benedetti est professeur associé à l'Université Paris-Sorbonne. Il vient de publier Le coup de com' permanent (éd. du Cerf, 2017) dans lequel il détaille les stratégies de communication d'Emmanuel Macron.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Arnaud Benedetti
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Arnaud Benedetti est professeur associé à l'Université Paris-Sorbonne. Il vient de publier Le coup de com' permanent (éd. du Cerf, 2017) dans lequel il détaille les stratégies de communication d'Emmanuel Macron.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une étude réalisée par des chercheurs des universités de Harvard et de Berkeley montre le bénéfice du politiquement incorrect.

Atlantico.fr : Selon cette étude, en utilisant un mot ou une expression politiquement "incorrect" à la place d'un mot "correct", les gens feraient plus confiance à l'orateur. Est-ce l'un des mécanismes permettant d'expliquer le succès des populistes actuellement ? Cela fonctionne-t-il pour tous les partis ?

Arnaud Benedetti : L'étude publiée dans le Journal of Personality and Social Psychology est intéressante à beaucoup d'égards. Elle montre qu'une des façons de séduire en politique, c'est d'utiliser des "étiquettes" (labels en anglais) incorrectes, c'est à dire un langage qui n'est pas convenu. Le résultat intéressant, c'est aussi que cette efficacité n'est pas orientée politiquement : des publics libéraux comme des publics conservateurs sont séduits de la même manière (si le discours produit porte sur des sujets qui les concerne). 

Cela étant, pour répondre à votre question, le succès des populistes ne peut être réduit à l’usage d’une sémantique. Pour que les mots performent, il faut des conditions de production de leur efficience. C’est le contexte politique, social, culturel qui prime d’abord. Sans ce contexte, les mots sont inaudibles. Les déterminants socio-politiques priment. Faire de la communication le gage d’un succès, c’est réduire l’action politique à une pensée magique. Pour autant si "le politiquement incorrect " gagne en apparence du terrain, c’est parce que la com’ qui transgresse rencontre les préoccupations de classes sociales qui se sentent dépossédés économiquement, culturellement, politiquement. La com’ est indissociable de l’histoire qui se fait. Elle est tout au plus un adjuvant qui permet à un moment donné à des leaders d’imposer leur rhétorique et les enjeux qu’ils entendent promouvoir.

L'étude souligne un inconvénient au niveau politique : l'orateur semble moins chaleureux et bienveillant. Le politiquement incorrect peut-il être manié de manière calculée par un homme politique sans qu'il ne se retourne contre lui ?

Effectivement, c'est que l'étude indique : l'orateur qui utilise ce que les chercheurs appellent les étiquettes incorrectes paraît moins bienveillant, plus froid, mais plus authentique.  

Cela étant, il faudrait surtout effectuer une analyse fine de la réception des discours. Les opinions publiques sont hétérogènes. Un discours n’est pas reçu de la même manière selon que vous êtes un petit commerçant d’une zone périphérique ou un cadre supérieur d’une grande métropole , un chômeur ou un fonctionnaire, une femme jeune diplômée ou une mère de famille issue d’une zone rurale... Le discours de la transgression rencontre un indéniable succès chez celles et ceux pour lesquels la représentation de l’avenir se caractérise par une appréciation pessimiste de ce qui les attend et de ce qui attend leurs enfants. Si la mobilité sociale est en panne, l’appel à un discours plus brutal, plus dénonciateur a plus de chances d’être entendu. La brutalité des mots est d’autant mieux acceptée parmi les catégories sociales en souffrance qu’elle leur procure le sentiment que le " parler cash" n’est pas une dénégation du réel, de leur réalité quotidienne. C’était le fameux slogan de Jean-Marie Le Pen dans les années 80 , celui qui « dit tout haut ce que les français pensent tout bas". Trump à sa façon, Salvini aussi et d’autres encore illustrent ce processus de déconstruction des codes du " politiquement correct ". Cette déconstruction est rendue possible encore une fois parce que l’anomie de secteurs entiers de la société est au rendez-vous. La com’ est indissociable de la sociologie.

A quel point cet attrait pour le politiquement incorrect est-il lié à l'époque et à la société concernées ? Comment expliquer que le politiquement correct ne séduise pas avec la même intensité dans différents pays ?

Le politiquement correct a tout d’abord toujours été l’apanage des élites, des faiseurs d’opinion. Il a été la forme post-moderne de ce que le théoricien des relations publiques, Edward Bernays , a appelé en son temps “ la fabrique du consentement “. Sa réception n’a jamais forcément pénétré les classes populaires. Et si les classes moyennes y ont consenti, c’est parce qu’elles estimaient dans leur ensemble que leur situation socio-économique pouvait s’en accommoder. À partir du moment où elles se sentent précarisées , voire en voie de disparition, elles constituent un réceptacle potentiel aux discours de rupture populiste.

La légitimité du  "politiquement correct" est percutée par l’insécurité économique, sociale, territoriale, culturelle. Cette dernière peut varier d’un pays à l’autre, d’une culture politique à l’autre mais elle trouvera toujours dans la rhétorique populiste un exutoire à ses ressentiments et à ses frustrations. À ceci se rajoute le sentiment que les élites parlent une langue fausse, morte , désincarnée qui vise à dissimuler la réalité. La force des rhéteurs populistes est de ramener sur la table de l’espace public cette part de réalité que les plus défavorisés, les plus déclassés ont le sentiment de vivre, voire de vivre réellement. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Une France, deux sentiments nationaux concurrents ?

02.

Ce que François Hollande semble ne (toujours) pas comprendre à la nature de la crise de défiance qui déstabilise les démocraties occidentales

03.

Logement : il faut faire tout le contraire de la politique d’Anne Hidalgo !

04.

La haine des bien-pensants : ils voient tous ceux qui ne pensent pas comme eux comme des invalides !

05.

L’État décide de porter plainte après les accusations d'un homme qui prétendait que la France était "raciste"

06.

Attention à vos smartphones, les cas de piratage sont de plus en plus fréquents

07.

Le prince William est "inquiet" pour son frère

01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Des slips sur des statues de nus à l'UNESCO ! Pour ne pas heurter "certaines sensibilités"…

04.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

05.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

06.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Une France, deux sentiments nationaux concurrents ?

03.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

04.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

05.

Pression islamiste : quelles leçons de la guerre froide et du "containment" de la menace intérieure communiste ?

06.

Plus urgent que le vote de l'interdiction du voile en sorties scolaires, le combat contre un anti-racisme dévoyé

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
JLH
- 19/09/2019 - 18:57
livre à lire
Je conseille sur le sujet du politiquement correct, pas seulement politiquement d'ailleurs, je conseille de lire le dernier livre de Bret Ellis : "WHITE". A part une traduction désagréable, avec plein d'américanismes qui modifie le texte original, ce livre décrit la monté de l'oppression du politiquement correct entre 1991 et maintenant. Revenant des USA après une visite de 3 jours autour de la Toussaint 2017, deux jours avant la présidentielle, et 7 ou 8 ans après mon dernier séjour, j'ai été effaré des conneries que j'ai entendues, du discours "sociétale" de H. Clinton, et des propos non "révoltés" de quelques amis qui en avaient ras le bol de cette répression permanente : çà va passer, çà passer on reviens à la réalité US, pas celle des universités, de NY ou Palo Alto.
evgueniesokolof
- 19/09/2019 - 12:43
Très intéressant
Décalage ( comme d'habitude on se demande quel bras cassé les rédige) et les commentaires
Le titre donne à penser, qu'en tant que tels, les propos politiquement incorrects seraient mieux reçus ce qui donnerait un pouvoir propre au langage.
Benedetti corrige fort bien: s'ils le sont, c'est parce qu'ils correspondent à un vécu des catégories dominées
A bien y réfléchir, les propos politiquement corrects sont très bien perçus par Boboland alors même que "féminicide" est un concept scandaleux et ordurier....ou que défendre l'Islam est scandaleux
Donc l'étude d'Harvard n'apporte rien (encore qu'on ne nous en fournit pas le détail) sinon des pépéttes à ceux qui l'ont réalisée
ajm
- 19/09/2019 - 10:42
Discutable.
Pas très convainquant. Être politiquement incorrect A DROITE sans vous cachez quand vous avez une " position " sociale même très relative n'est pas payant du tout, au contraire. Demander par exemple à un professeur d'université ou à un chercheur un peu climato sceptique qui n'est pas très proche de la retraite de s'exprimer en public sur le réchauffement climatique , il vous répondra qu'il risque gros. Même si votre prestige est très grand et votre carrière assurée, on vous attaquera d'autres façons, voir Zeymour avec ses procès en cascade.