En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce qui se passe vraiment lorsqu’un parfait inconnu devient un ami proche quasi instantanément

02.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

03.

Pour la France, la dette est magique, plus on en fait, plus on s’enrichit... alors pourquoi se priver ?

04.

Trump - Biden : un débat chaotique qui ne devrait pas changer les lignes

05.

Rébellion corporatiste des magistrats : il faut sauver le soldat Dupond-Moretti

06.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

07.

La délinquance de jeunes venus pour la plupart du Maghreb explose à Paris

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

La coupe est pleine. Insurrection ? Désobéissance ? Révolte ? Les PME et TPE ont-elles encore le choix ?

05.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

06.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

01.

Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine

02.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

03.

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

04.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

05.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

06.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

ça vient d'être publié
light > Culture
Lecteurs orphelins
Quino, le dessinateur et scénariste argentin, créateur du personnage de "Mafalda", est mort à l'âge de 88 ans
il y a 4 heures 34 min
pépites > Justice
Mesures de restrictions
Covid-19 : la justice confirme la fermeture des bars et des restaurants à Aix-en-Provence et à Marseille
il y a 6 heures 52 min
pépites > Politique
Rapport
Soupçons de détournement de fonds publics : le conseil régional d'Ile-de-France visé par des perquisitions
il y a 7 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mon Cousin" de Jan Kounen : l’enfant terrible du cinéma français s’est amusé à "lifter" les codes des films de duos à la Francis Veber

il y a 9 heures 13 min
pépites > France
Affolement sur les réseaux sociaux
Détonation à Paris : un avion a franchi le mur du son
il y a 9 heures 43 min
light > Société
Croc Top
55% des Français se prononcent pour une interdiction des tee-shirts laissant apparaître le nombril dans les lycées
il y a 11 heures 21 min
décryptage > Politique
A voté

Oui, il faut abaisser à 16 ans l’âge du droit de vote

il y a 11 heures 55 min
décryptage > Société
Etincelles

Ce qui se passe vraiment lorsqu’un parfait inconnu devient un ami proche quasi instantanément

il y a 12 heures 16 min
pépite vidéo > Politique
Démocrates Vs Républicains
Présidentielle américaine : retrouvez le premier débat entre Donald Trump et Joe Biden
il y a 12 heures 45 min
décryptage > International
Course à la Maison Blanche

Trump - Biden : un débat chaotique qui ne devrait pas changer les lignes

il y a 13 heures 3 min
pépites > Défense
Guerre
L'Azerbaïdjan va combattre jusqu'au "retrait total" des Arméniens du Karabakh
il y a 6 heures 24 min
décryptage > Politique
CAMPAGNE ÉLECTORALE

LR intermittent : mais à quoi a donc joué Gérard Larcher pendant les sénatoriales ?

il y a 7 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Cabaret Louise" de Régis Vlachos : quand l'histoire de la révolutionnaire Louise Michel est revisitée, complètement décalée, avec des incursions en mai 1968 et avec les Gilets jaunes

il y a 8 heures 52 min
light > High-tech
Pas Perdu
Un système d'adresse gratuit pour localiser avec précision n'importe quel endroit dans le monde
il y a 9 heures 32 min
Bulles
Une marque de champagne propose un millésime 2010 bien que cette année-là soit considérée comme à oublier
il y a 10 heures 16 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

A la découverte des Emirats arabes unis

il y a 11 heures 21 min
light > Economie
Crise
Disney supprime 28.000 emplois sur 100.000 employés dans ses parcs aux USA
il y a 12 heures 1 min
décryptage > Science
Imagination

Bonne nuit les petits (cyborgs) : le MIT développe une technologie pour téléguider les rêves

il y a 12 heures 30 min
light > High-tech
Sécurité
Amazon One : un nouveau système de paiement en magasin, un scanner qui analyse votre main
il y a 12 heures 55 min
décryptage > Economie
Espoir

Les ménages américains ont connu un boom de leur pouvoir d’achat pendant les années 2010. Voilà les leçons que l’Europe pourrait en retenir

il y a 13 heures 29 min
© SAUL LOEB / AFP
© SAUL LOEB / AFP
Langue de bois s'abstenir

Une étude des universités de Harvard et de Berkeley démontre qu’en politique les propos clivants et politiquement incorrects paient

Publié le 19 septembre 2019
Une étude réalisée par des chercheurs des universités de Harvard et de Berkeley montre le bénéfice du politiquement incorrect.
Arnaud Benedetti
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Arnaud Benedetti est professeur associé à l'Université Paris-Sorbonne. Il vient de publier Le coup de com' permanent (éd. du Cerf, 2017) dans lequel il détaille les stratégies de communication d'Emmanuel Macron.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une étude réalisée par des chercheurs des universités de Harvard et de Berkeley montre le bénéfice du politiquement incorrect.

Atlantico.fr : Selon cette étude, en utilisant un mot ou une expression politiquement "incorrect" à la place d'un mot "correct", les gens feraient plus confiance à l'orateur. Est-ce l'un des mécanismes permettant d'expliquer le succès des populistes actuellement ? Cela fonctionne-t-il pour tous les partis ?

Arnaud Benedetti : L'étude publiée dans le Journal of Personality and Social Psychology est intéressante à beaucoup d'égards. Elle montre qu'une des façons de séduire en politique, c'est d'utiliser des "étiquettes" (labels en anglais) incorrectes, c'est à dire un langage qui n'est pas convenu. Le résultat intéressant, c'est aussi que cette efficacité n'est pas orientée politiquement : des publics libéraux comme des publics conservateurs sont séduits de la même manière (si le discours produit porte sur des sujets qui les concerne). 

Cela étant, pour répondre à votre question, le succès des populistes ne peut être réduit à l’usage d’une sémantique. Pour que les mots performent, il faut des conditions de production de leur efficience. C’est le contexte politique, social, culturel qui prime d’abord. Sans ce contexte, les mots sont inaudibles. Les déterminants socio-politiques priment. Faire de la communication le gage d’un succès, c’est réduire l’action politique à une pensée magique. Pour autant si "le politiquement incorrect " gagne en apparence du terrain, c’est parce que la com’ qui transgresse rencontre les préoccupations de classes sociales qui se sentent dépossédés économiquement, culturellement, politiquement. La com’ est indissociable de l’histoire qui se fait. Elle est tout au plus un adjuvant qui permet à un moment donné à des leaders d’imposer leur rhétorique et les enjeux qu’ils entendent promouvoir.

L'étude souligne un inconvénient au niveau politique : l'orateur semble moins chaleureux et bienveillant. Le politiquement incorrect peut-il être manié de manière calculée par un homme politique sans qu'il ne se retourne contre lui ?

Effectivement, c'est que l'étude indique : l'orateur qui utilise ce que les chercheurs appellent les étiquettes incorrectes paraît moins bienveillant, plus froid, mais plus authentique.  

Cela étant, il faudrait surtout effectuer une analyse fine de la réception des discours. Les opinions publiques sont hétérogènes. Un discours n’est pas reçu de la même manière selon que vous êtes un petit commerçant d’une zone périphérique ou un cadre supérieur d’une grande métropole , un chômeur ou un fonctionnaire, une femme jeune diplômée ou une mère de famille issue d’une zone rurale... Le discours de la transgression rencontre un indéniable succès chez celles et ceux pour lesquels la représentation de l’avenir se caractérise par une appréciation pessimiste de ce qui les attend et de ce qui attend leurs enfants. Si la mobilité sociale est en panne, l’appel à un discours plus brutal, plus dénonciateur a plus de chances d’être entendu. La brutalité des mots est d’autant mieux acceptée parmi les catégories sociales en souffrance qu’elle leur procure le sentiment que le " parler cash" n’est pas une dénégation du réel, de leur réalité quotidienne. C’était le fameux slogan de Jean-Marie Le Pen dans les années 80 , celui qui « dit tout haut ce que les français pensent tout bas". Trump à sa façon, Salvini aussi et d’autres encore illustrent ce processus de déconstruction des codes du " politiquement correct ". Cette déconstruction est rendue possible encore une fois parce que l’anomie de secteurs entiers de la société est au rendez-vous. La com’ est indissociable de la sociologie.

A quel point cet attrait pour le politiquement incorrect est-il lié à l'époque et à la société concernées ? Comment expliquer que le politiquement correct ne séduise pas avec la même intensité dans différents pays ?

Le politiquement correct a tout d’abord toujours été l’apanage des élites, des faiseurs d’opinion. Il a été la forme post-moderne de ce que le théoricien des relations publiques, Edward Bernays , a appelé en son temps “ la fabrique du consentement “. Sa réception n’a jamais forcément pénétré les classes populaires. Et si les classes moyennes y ont consenti, c’est parce qu’elles estimaient dans leur ensemble que leur situation socio-économique pouvait s’en accommoder. À partir du moment où elles se sentent précarisées , voire en voie de disparition, elles constituent un réceptacle potentiel aux discours de rupture populiste.

La légitimité du  "politiquement correct" est percutée par l’insécurité économique, sociale, territoriale, culturelle. Cette dernière peut varier d’un pays à l’autre, d’une culture politique à l’autre mais elle trouvera toujours dans la rhétorique populiste un exutoire à ses ressentiments et à ses frustrations. À ceci se rajoute le sentiment que les élites parlent une langue fausse, morte , désincarnée qui vise à dissimuler la réalité. La force des rhéteurs populistes est de ramener sur la table de l’espace public cette part de réalité que les plus défavorisés, les plus déclassés ont le sentiment de vivre, voire de vivre réellement. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
CHABLIS
- 19/09/2019 - 18:57
livre à lire
Je conseille sur le sujet du politiquement correct, pas seulement politiquement d'ailleurs, je conseille de lire le dernier livre de Bret Ellis : "WHITE". A part une traduction désagréable, avec plein d'américanismes qui modifie le texte original, ce livre décrit la monté de l'oppression du politiquement correct entre 1991 et maintenant. Revenant des USA après une visite de 3 jours autour de la Toussaint 2017, deux jours avant la présidentielle, et 7 ou 8 ans après mon dernier séjour, j'ai été effaré des conneries que j'ai entendues, du discours "sociétale" de H. Clinton, et des propos non "révoltés" de quelques amis qui en avaient ras le bol de cette répression permanente : çà va passer, çà passer on reviens à la réalité US, pas celle des universités, de NY ou Palo Alto.
evgueniesokolof
- 19/09/2019 - 12:43
Très intéressant
Décalage ( comme d'habitude on se demande quel bras cassé les rédige) et les commentaires
Le titre donne à penser, qu'en tant que tels, les propos politiquement incorrects seraient mieux reçus ce qui donnerait un pouvoir propre au langage.
Benedetti corrige fort bien: s'ils le sont, c'est parce qu'ils correspondent à un vécu des catégories dominées
A bien y réfléchir, les propos politiquement corrects sont très bien perçus par Boboland alors même que "féminicide" est un concept scandaleux et ordurier....ou que défendre l'Islam est scandaleux
Donc l'étude d'Harvard n'apporte rien (encore qu'on ne nous en fournit pas le détail) sinon des pépéttes à ceux qui l'ont réalisée
ajm
- 19/09/2019 - 10:42
Discutable.
Pas très convainquant. Être politiquement incorrect A DROITE sans vous cachez quand vous avez une " position " sociale même très relative n'est pas payant du tout, au contraire. Demander par exemple à un professeur d'université ou à un chercheur un peu climato sceptique qui n'est pas très proche de la retraite de s'exprimer en public sur le réchauffement climatique , il vous répondra qu'il risque gros. Même si votre prestige est très grand et votre carrière assurée, on vous attaquera d'autres façons, voir Zeymour avec ses procès en cascade.