En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Selon « Le Monde », Abdouallakh Anzorov, l’auteur de l’attentat, a donné plusieurs centaines d’euros à des élèves du collège en échange d’informations pour identifier le professeur

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

06.

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

07.

L’inconscience de certains juges face au terrorisme

01.

La petite fiancée de l'Amérique

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Emmanuel Macron, le Gorbatchev de la technostructure française ?

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Chaises musicales
Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé
il y a 3 min 37 sec
light > France
Magie de Noël menacée
Covid-19 : le marché de Noël des Tuileries est annulé à Paris suite au coronavirus
il y a 1 heure 27 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Choisir la mort ou la Mort. La France a fait son choix

il y a 4 heures 1 min
décryptage > International
MilkTea

« L’alliance du thé au lait » : le mouvement du refus de l’expansionnisme chinois s’étend en Asie

il y a 4 heures 50 min
light > High-tech
Justice
Instagram visé par une enquête de la Commission irlandaise pour la protection des données
il y a 5 heures 11 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Couvre-feu : et les meilleures solutions pour les télé-apéros sont...
il y a 6 heures 3 min
pépite vidéo > France
Lutte contre le fondamentalisme
Conflans-Sainte-Honorine : "Nous ne pouvons pas laisser faire ce genre de fatwas en ligne", selon Gérald Darmanin
il y a 7 heures 2 min
décryptage > Politique
Stratégie

LR contraint de s’allier à LREM pour survivre ? Les faux calculs de Christian Estrosi

il y a 7 heures 45 min
rendez-vous > Santé
Zone Franche
Coronavirus : le scandale caché du sous-investissement mortuaire
il y a 8 heures 22 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Covid-19 : les entreprises françaises sont plus gênées par la peur de l’épidémie que par l’épidémie elle-même...

il y a 8 heures 43 min
pépites > Justice
Enquête en cours
Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant
il y a 53 min 12 sec
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les régions vont diffuser un livre de caricatures dans les lycées
il y a 1 heure 59 min
décryptage > Economie
Evolution de la pandémie

Panorama COVID-19 : maintenant, c’est l’Europe qui est la plus touchée par les nouveaux cas

il y a 4 heures 37 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Pour une publication massive des caricatures

il y a 4 heures 57 min
light > Economie
Voiture propre
La Chine, leader dans le domaine des voitures électriques - avec 138 modèles sur son marché, contre 60 en Europe, et seulement 17 aux États-Unis - abrite aussi le premier constructeur mondial
il y a 5 heures 38 min
Alimentation
La Chine se met à aimer le lait après l'avoir ignoré pendant plusieurs générations
il y a 6 heures 48 min
décryptage > Terrorisme
Reculer pour mieux sauter

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

il y a 7 heures 21 min
décryptage > Finance
Impact de la pandémie

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

il y a 8 heures 6 min
décryptage > Terrorisme
Il ne faut surtout pas faire trop de bruit

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

il y a 8 heures 35 min
décryptage > Economie
Menace pour l'emploi

Comment les comparateurs en ligne menacent la survie de pans entiers de l’industrie des services en France

il y a 8 heures 55 min
© BERTRAND GUAY / AFP
© BERTRAND GUAY / AFP
Bonnes feuilles

Pourquoi il est urgent de réconcilier le peuple et les élites ainsi que les populismes et leurs adversaires

Publié le 15 septembre 2019
Alexandre Devecchio publie "Recomposition" aux éditions du Cerf. Faut-il avoir peur des "démocraties illibérales" ? Et si l'âge des populismes était un moment de reconstruction ? Alexandre Devecchio nous fait voyager à travers le "nouveau monde populiste". Extrait 2/2.
Alexandre Devecchio
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre Devecchio est journaliste au Figaro. Il est responsable du FigaroVox.  Il a notamment publié "Recomposition" aux éditions du Cerf. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre Devecchio publie "Recomposition" aux éditions du Cerf. Faut-il avoir peur des "démocraties illibérales" ? Et si l'âge des populismes était un moment de reconstruction ? Alexandre Devecchio nous fait voyager à travers le "nouveau monde populiste". Extrait 2/2.

Malgré les succès économiques, la réélection de Donald Trump n’est pas assurée. Ceux qui avaient jugé son élection impossible prédisent désormais sa victoire en 2020. Ils n’avaient pas vu arriver le milliardaire, peut-être ne le verront-ils pas partir. Le président américain n’est pas à l’abri d’un retournement de conjoncture, d’une escalade des tensions au Moyen-Orient qui déboucherait sur des évènements imprévus. Du reste, dans une société américaine extrêmement polarisée, en pleine période de bouleversements démographiques, le résultat de l’élection de 2020 sera forcément serré. Mais, victoire de Trump ou pas, les clivages profonds qui traversent les sociétés occidentales ne disparaîtront pas rapidement. Lorsqu’on demande à Christophe Guilluy, «combien de temps encore les Gilets jaunes vont-ils manifester?», il répond sous forme de boutade: «une centaine d’années!» Le géographe souligne que vouloir reculer l’échéance du Brexit en expliquant que les Britanniques regrettaient déjà leur vote a été un échec. L’establishment a gagné du temps, mais les classes populaires n’ont pas abandonné. «Elles ont fait un diagnostic concernant la mondialisation. Après y avoir adhéré, elles ont pu constater que celle-ci les appauvrissait socialement et les fragilisait culturellement. Elles ne vont pas changer d’avis. Elles veulent préserver leurs acquis, leur capital social, leur capital culturel. Et vont s’organiser pour», constate-t-il. 

Les classes populaires ne se plieront désormais aux politiques d’adaptation que par la contrainte. De sorte que ceux qui se revendiquent «libéraux» aujourd’hui risquent demain de mettre en place des politiques coercitives ou liberticides pour imposer leur libéralisme à la majorité. C’est, semble-t-il, déjà la tentation d’Emmanuel Macron depuis la crise des Gilets jaunes. L’écologie et la «légitime» sauvegarde de la planète pourraient également à l’avenir justifier ce «libéralisme autoritaire». Il serait donc illusoire de croire que les populistes vont disparaître. Le conflit entre le « bloc populaire » et le «bloc élitaire», tel que défini par Jérôme Sainte-Marie, est appelé à se perpétuer longtemps. Au risque de dégénérer en lutte des classes stérile qui ne ferait que des perdants. 

Macron comme Trump ont tous les deux conquis le pouvoir en s’inscrivant dans cette nouvelle configuration politique. Ils sont en quelque sorte les deux faces d’une même pièce. Le premier incarne le «bloc élitaire» tandis que le second incarne le «bloc populaire». Les deux ont cependant échoué sur le même point: réconcilier les deux. Le mouvement des Gilets jaunes a révélé le gouffre qui opposait la «start-up nation» de Macron et la France des ronds-points. Il a aussi offert une occasion unique au président de la République de se transcender pour devenir le président de tous les Français. Le barnum médiatique du grand débat, qui s’adressait surtout à son propre camp, puis les élections européennes, ont permis d’éteindre les braises. Cependant, l’incendie couve toujours. Le président de la République a consolidé sa base, extrêmement minoritaire du reste, mais a radicalisé ses opposants les plus déterminés. Aucun des grands enjeux posés par la crise n’est résolu. Et si Macron est bien placé pour être de nouveau élu par défaut en 2022 avec une abstention record, seul un désastre démocratique peut en résulter. Le bilan économique du président américain peut faire pâlir d’envie le président français. Dirigeants et médias européens feraient peut-être bien de se montrer moins condescendants à l’égard de la politique hétérodoxe américaine et d’en tirer les leçons. Mais on mesure aussi la grandeur d’un homme d’État à sa capacité à dépasser les clivages et rassembler son pays. Sur ce point, comme Macron, Trump a échoué. «Je m’engage à être le président de tous les Américains», avait-il assuré dans un discours de victoire au ton inhabituellement apaisé, avant d’ajouter : «À ceux qui n’ont pas voté pour moi, je vous tends la main». À la Maison Blanche, Donald Trump a consolidé sa base, plus large que celle du président français, en exacerbant lui aussi les divisions. Il a bien été aidé en cela par le camp démocrate qui quatre ans durant n’a eu pour seul programme que le repli sur une logique identitaire et la diabolisation de Trump et de son électorat. 

Même en cas de défaite du président américain, suivi d’échecs en cascades des autres leaders populistes, scénario peu probable, le rétablissement du statu quo n’aura pas lieu. Et ce n’est pas le retour d’un fascisme à la mode des années 30, dont les populismes nationalistes actuels seraient les héritiers, qu’il faut craindre, comme le redoutent ceux qui ont toujours une guerre ou deux de retard, mais la balkanisation ou la libanisation des sociétés occidentales. La libération des forces du marché conjuguée au multiculturalisme n’a pas produit le village mondial pacifié espéré, mais au contraire le grand retour d’un féodalisme meurtrier. Pour paraphraser Jean Jaurès, on pourrait dire que la globalisation porte en elle la guerre comme la nuée porte l’orage. Non la guerre entre nations, mais la guerre du tous contre tous. Jérôme Fourquet, mieux que personne, a décrit ce processus de morcellement dans L’Archipel français. Mais ce sont toutes les sociétés occidentales qui semblent en voie de «zadisation». Les vieilles nations sont attaquées par le haut par les multinationales et pas le bas par les tribus. Sans un sursaut collectif, le nouveau monde sera celui des Gaffa et de la burka, du McWorld et du djihad comme prophétisé dès les années 90 par Benjamin Barber. L’obstination dans l’affrontement populisme/élitisme, s’il devait se prolonger, mènerait inéluctablement au chaos. 

C’est pourquoi, la raison commande de réconcilier le peuple et les élites, les populismes et leurs adversaires en conciliant les aspirations nationales des premiers avec les aspirations transnationales des seconds. David Goodhart a raison lorsqu’il affirme que le plus grand défi pour la prochaine génération est la création d’une nouvelle règle du jeu politique entre «Anywheres» et «Somewheres» qui prendrait en compte de manière plus équitable les intérêts et les valeurs des «Somewheres» sans écraser le libéralisme des «Anywheres». Ainsi seulement ceux de quelque part et ceux de n’importe où pourront recomposer un ordre politique fondé à la fois sur la souveraineté des peuples et sur la liberté des individus. Un ordre démocratique en somme. La responsabilité de cette réconciliation incombe d’abord aux «élites». D’une part, parce que ce statut dont elles se prévalent implique le devoir de prendre en compte les souffrances et les aspirations des plus humbles. D’autre part, parce que ce sont les élites qui ont fait sécession. À elles, désormais, de réintégrer le cadre national qu’elles ont déserté en tendant la main à ceux qu’elles ont injustement traités comme des «plouc-émissaires» (Philippe Muray). Cette réconciliation passe par la reconnaissance de la légitimité politique et démocratique des populismes. Ils le sont parce que les partis traditionnels ont pour l’heure échoué à répondre aux inquiétudes et aux souhaits d’une grande partie de la population. Ils le sont aussi tout simplement parce qu’ils respectent les règles du jeu démocratique: l’immense majorité d’entre eux acceptent et soutiennent le règne de la loi, les droits individuels, y compris ceux des minorités, la séparation des pouvoirs... 

Refuser de l’admettre et les rejeter hors du champ démocratique légitime, c’est prendre le risque de voir émerger des mouvements beaucoup plus radicaux et extrémistes, de voir les citoyens se replier sur leur communauté et s’identifier à des idéologies réellement meurtrières. La montée en puissance de l’islamisme en Europe, en particulier chez les jeunes, doit nous inquiéter. De même que la banalisation au sein de la gauche radicale d’un indigénisme racialiste qui enferme les individus dans des identités fantasmées. Il serait préférable par exemple de reconnaître la légitimité du Brexit et de permettre à Boris Johnson d’en assumer la mise en œuvre paisiblement. Car l’accession de l’antisémite et communautariste Jeremy Corbyn, chef de file des travaillistes, au 10 Downing Street serait bien plus préjudiciable pour les idéaux des Lumières que la victoire de n’importe quel Trump, Orbán ou Salvini. Certains présenteront peut-être ce livre comme un plaidoyer pour le populisme. C’est qu’ils auront mal lu ou qu’ils sont malhonnêtes. Il s’agit, d’abord et avant tout, d’un plaidoyer pour la démocratie. Il est illusoire de croire qu’une démocratie peut fonctionner sans élite pour la représenter et la guider. Mais il est encore plus déraisonnable de penser qu’une démocratie pourrait fonctionner sans le peuple ou, pour reprendre la célèbre formule de Bertolt Brecht, qu’on pourrait le dissoudre lorsqu’il vote «contre». «Le peuple est à ma connaissance le dépositaire le plus sûr des pouvoirs ultimes de la société», écrivait Thomas Jefferson, l’un des pères fondateurs de la démocratie américaine. Les populismes sont là pour nous le rappeler.

Extrait du livre d’Alexandre Devecchio, "Recomposition", publié aux éditions du Cerf.

Lien vers la boutique Amazon : ICI

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hoche38
- 15/09/2019 - 17:59
Où sont-elles, ces élites?
L'appel d'Alexandre Devecchio à une nouvelle solidarité des élites avec le reste du peuple éviterait sans doute la glissade vers la démocrature macronienne mais regardez autour de vous: où sont-elles, ces élites?
evgueniesokolof
- 15/09/2019 - 16:44
Plus sérieusement...
L'auteur répète l'erreur de Guilluy et ce que l'on lit partout. Les Anywhere ou gagnants de la mondialisation sont un petit nombre. Entre les Somewhere et les Anywhere, entre les perdants et les gagnants il y a la masse, majoritaire des "non perdants" ces catégories de protégés qui vont du fonctionnaire à l'employé de Décathlon. Ceux la bénéficient à la fois de la protection de leur emploi grâce à la dette et de la baisse des prix des produits importés qui compense la stagnation de leurs revenus! C'est le gros des troupes qui soutient Macroléon mais ne voit pas se profiler la roche tarpéienne: la dette ne peut s'accroître infiniment et le prix des importations va augmenter alors même que nos activités productives sont ruinées !
evgueniesokolof
- 15/09/2019 - 16:37
LA SOLUTION RESTE QUAND MÊME QUE
Bendidons soit élu président: le peuple ne serait pas déçu car il n'aurait rien compris de ce qui a été promis et il il n'y aurait même pas besoin de nommer premier ministre Mere Ubu puisque les citoyens auront préféré se décerveler eux mêmes pour éviter le supplice verbal des élucubrations bendidonesques Ah Bendidons dit le dindon, c'est quand Thanksgiving ?