En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'Union européenne envisage d'exclure la Hongrie et la Pologne du fonds européen de relance

02.

Crise économique : l'OCDE prévoit que la planète va se redresser en 2021... sauf l'Europe qui restera à la traîne. Mais pas par hasard

03.

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

04.

Valéry Giscard d'Estaing : « Brexit ou pas, l'Europe à 28 n’est pas gouvernable sans réformes profondes... »

05.

Et maintenant les skieurs... Qui arrêtera le gouvernement dans sa folle (et sanitairement vaine) dérive sur les libertés publiques ?

06.

Covid-19 : les anciens présidents américains Barack Obama, George W. Bush et Bill Clinton sont prêts à se faire vacciner en direct

07.

Michel Onfray a contracté la Covid-19

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

03.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

04.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

05.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

02.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

03.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

04.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

05.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

06.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

ça vient d'être publié
Montrer l’exemple
Covid-19 : les anciens présidents américains Barack Obama, George W. Bush et Bill Clinton sont prêts à se faire vacciner en direct
il y a 8 heures 51 min
pépite vidéo > Politique
Allocution présidentielle
Retrouvez l’intégralité du discours d’Emmanuel Macron en hommage à Valéry Giscard d’Estaing
il y a 9 heures 43 min
pépite vidéo > Politique
Disparition de VGE
Mort de Valéry Giscard d’Estaing : retrouvez l’analyse de Jean-Sébastien Ferjou dans "Soir Info"
il y a 11 heures 4 min
pépites > Media
Déprogrammation
Mort de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron décide de reporter son entretien à Brut de 24 heures
il y a 16 heures 13 min
pépites > Europe
Grisbi
L'Union européenne envisage d'exclure la Hongrie et la Pologne du fonds européen de relance
il y a 16 heures 42 min
pépites > Politique
Hommage du chef de l’Etat
Mort de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron s'exprimera à 20 heures pour lui rendre hommage
il y a 17 heures 27 min
pépite vidéo > Politique
Hommage
Mort de Valéry Giscard d’Estaing : retrouvez les cinq moments-clés de sa vie politique
il y a 19 heures 20 min
décryptage > Justice
Suites judiciaires

Attaque contre un producteur de rap : mais à quoi servira vraiment l'emprisonnement de deux des quatre policiers violents ?

il y a 20 heures 1 min
décryptage > France
Ministre de l'Intérieur

Petit monde parisien contre M. et Mme Toutlemonde en province : l’opinion se construit-elle vraiment comme le défend Gérald Darmanin ?

il y a 20 heures 35 min
décryptage > Politique
Mort de l'ancien chef de l'Etat

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

il y a 21 heures 40 min
pépites > Santé
Conférence de presse
Covid-19 : Jean Castex confirme que « la vaccination sera gratuite pour tous »
il y a 9 heures 17 min
pépites > Politique
Hommage à l’ancien chef de l’Etat
Décès de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron décrète un jour de deuil national le mercredi 9 décembre
il y a 10 heures 12 min
pépites > Santé
Menaces pour la course aux vaccins
IBM alerte sur des cyberattaques en série sur la chaîne logistique des vaccins contre la Covid-19
il y a 12 heures 21 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Sarkozy coache Darmanin, Macron tance ses ministres; Hidalgo n’a aucune ambition mais un sens du devoir pour la France; Le Point s’inquiète des milliards de l’argent magique du Covid, Marianne des vaccins
il y a 16 heures 28 min
pépites > Santé
Campagnes de tests
L'Assemblée nationale se prononce en faveur du dépistage systématique du Covid-19
il y a 17 heures 16 sec
décryptage > France
Conseil supérieur de l’audiovisuel

Contrôle de l’accès au porno des mineurs : le CSA étale son inculture technique

il y a 18 heures 56 min
décryptage > France
Gardiens de la paix

Police, une institution à bout de souffle… républicain ?

il y a 19 heures 47 min
décryptage > Science
Recherche scientifique

Cette découverte du programme d’intelligence artificielle de Google qui révolutionne la biologie et la médecine

il y a 20 heures 9 min
décryptage > Europe
Vision européenne

Valéry Giscard d'Estaing : « Brexit ou pas, l'Europe à 28 n’est pas gouvernable sans réformes profondes... »

il y a 21 heures 12 min
pépites > Finance
L'après coronavirus
Coronavirus et économie : la fin du «quoi qu’il en coûte» divise l'entourage présidentiel
il y a 21 heures 43 min
© DANIEL ROLAND / AFP
© DANIEL ROLAND / AFP
Atlantico-Business

Dans l’attente de la crise, ambiance électrique sur le salon automobile de Francfort

Publié le 11 septembre 2019
Personne n’en doute. L’industrie mondiale ne dissimule plus les menaces qui pèsent sur son avenir. Francfort, le salon emblématique de « la voiture automobile » sera ouvert demain par Angela Merkel dans un climat complètement plombé.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Personne n’en doute. L’industrie mondiale ne dissimule plus les menaces qui pèsent sur son avenir. Francfort, le salon emblématique de « la voiture automobile » sera ouvert demain par Angela Merkel dans un climat complètement plombé.

Les constructeurs allemands ont choisi de mettre l’accent sur les changements apportés par l‘électrique. Ca fait mode et chic. Ils affirment tous que la voiture de Monsieur tout le monde ne va pas coûter plus cher que les voitures classiques à moteur thermique, mais personne ne les croit .

Ils lancent en tête de gondole les plus luxueux de leurs modèles, comme Porsche ou BMW pour affronter les provocations de Tesla sur les marchés haut de gamme, mais les amoureux de très belles voitures ne les entendent pas de cette oreille. Et pour cause, s’ils aiment les Porsche, c’est aussi pour le bruit unique au monde que font les moteurs. Tesla peut toujours rouler mais pas avec des esthètes de la voiture. 

Le salon 2019 de Francfort est sans doute le dernier avant la crise dont personne n’est capable de dire de quel type de modèle et surtout d’industrie cette crise qui s’annonce va accoucher, mais tout le monde est convaincu que les changements ou les dégâts seront sévères. Entre la conjoncture liée aux effets de cycle, les facéties du client, les modes, la peur du réchauffement climatique ou des embouteillages et la révolution digitale, les experts sont enfin d’accord pour reconnaître que l’horizon est bouché. 

Passons sur le fait que ce salon sera inauguré par une chancelière, Angela Merkel, très fragilisée, en fin de mandat et qui fera donc ses adieux à cette industrie. Pas de quoi faire la fête.  

La perspective de crise a découragé beaucoup de constructeurs qui, n’ayant pas le moral, ont annulé leur présence. Et pas des plus marginaux. Fiat-Chrysler n’est pas venu, General- Motors, Toyota, Renault-Nissan, Peugeot, Citroën, Volvo , Tesla .. Et même Rolls Royce ou Bentley qui appartiennent pourtant à des Allemands se sont fait porter pâle. Personne n’a de temps, ni d’argent à perdre. 

« Francfort cette année, il n’y a que des coups à prendre » dit l’un d’eux. 

Des coups, les constructeurs présents et leurs visiteurs risquent même d’en prendre aux alentours du salon. Les militants écologistes, les membres d’Attac, les ONG comme Greenpeace se sont donnes rendez vous ce week end pour protester contre ce qu’ils appellent le symbole et les outils du vieux capitalisme mondialisé. Ce sont les mêmes qui vont à Davos en janvier, qui  continuent de perturber chaque année les G7 ou les G20 et qui s’étaient aussi mêlés aux gilets jaunes à Paris. Les mêmes qui se laissent infiltrer par les casseurs européens. Bref, ca peut chauffer. D’autant qu’on est à deux pas de la banque centrale européenne. 

C’est la première fois que les constructeurs automobiles sont pris pour cible par des groupes d’action politique extrémiste. Mais c’est aussi la première fois qu’ils se retrouvent confrontés à une situation qui a perdu le sens de l’équilibre. 

La crise qui s’annonce avait été dessinée il y a quelques mois par les experts du cabinet Alix Partner, indépendamment des effets internationaux. Mais bien peu d’acteurs industriels ou financiers ne les avaient pris au sérieux. Depuis les risques de guerre commerciale, les tweets de Donald Trump ou les orages du Brexit, les incertitudes sur le prix du pétrole et la certitude d’un réchauffement climatique qui mobilise les jeunes générations, tous ces évènements n’ont fait que préciser et crédibiliser les risques de crise. 

En fait, le secteur sait qu‘il a trois séries de difficultés à affronter.

La première est purement conjoncturelle. Le marché mondial est désormais orienté à la baisse et sans doute pour au moins deux ans. Les constructeurs estiment que le marché va tomber à 91 millions de véhicules en 2020 soit 3 millions de moins par rapport à 2017. 

C’est la Chine qui bat la mesure et pèse sur la situation mondiale. Alors la guerre commerciale aggrave encore la situation mais n’explique pas tout. 

Les constructeurs internationaux ont sans doute vu trop grand sur le marché chinois et se retrouvent du coup en situation de surcapacité de production. Les grands constructeurs n’utilisent pas 30% de leurs équipements en Chine. D’où les opérations d’assainissement et de dégagement. 

Cela dit, cette surcapacité est aussi vraie aux Etats-Unis. Le marché américain va perdre 2 millions d’immatriculations d’ici 2021. 

D’ailleurs, un indice qui ne trompe pas : la course aux rabais, aux ristournes et aux soldes. Sans parler de la multiplication des crédits auto qui pourraient alimenter une surchauffe sur le front des subprimes. 

En Europe, la situation n’est guère brillante parce que les constructeurs doivent se mettre en règle avec les normes CO2, ce qui effondre complètement les ventes de diesel. Cet effondrement n’est pas compensé, ni par la carburation essence, encore moins par l’électrique.

Alors, les écologistes convaincus voudraient croire au succès de l’électrique, mais l’électrique ne se vend pas. Trop cher, batteries trop compliquées à recharger, autonomie trop réduite. Il faudrait en plus vérifier l’empreinte carbone 

Le problème, c’est que si l’électrique n‘a pas de succès, les écologistes eux en ont. Donc, les constructeurs se sentent obligés de les écouter. 

La deuxième série de difficultés est financière. Le monde de l’automobile a bénéficié de plusieurs années très exceptionnelles, il se retrouve aujourd’hui face à une baisse des volumes, donc à une baisse des marges opérationnelles qui va s’aggraver. Au même moment, les constructeurs sont obligés d’investir massivement dans l’électrique, les batteries, le digital et l’autonomie. Ils doivent d’un coté gérer l’obsolescence des vieux équipements et installer les équipements innovants. C’est colossal. 

La troisième série de difficultés va porter sur les effets de tels soubresauts sur le périmètre des grands groupes mondiaux. On va forcément entrer dans une phase de consolidation. L’entente cordiale entre Renault et Nissan a explosé l’année dernière parce qu‘il fallait changer le modèle pour le renforcer. Cette obligation est incontournable. L’arrivée de Fiat-Chrysler dans le jeu des grands acteurs européens est aussi inéluctable. 

Enfin, il reste dans le monde (en dehors de l’Allemagne qui est déjà très consolidée) beaucoup de constructeurs moyens qui avaient parié sur des stratégies de niche, pour protéger leur indépendance, mais qui vont être obligés de se trouver des alliés. 

Les constructeurs présents à Francfort, et les autres d’ailleurs, vont essayer de vendre des voitures, c’est leur job. Mais ils vont aussi jouer au Monopoly version automobile qui va démarrer en marge. Ce n’est pas forcément leur job mais c’est leur souci. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Papy Geon
- 11/09/2019 - 17:19
Quid de l’harmonie écologique européenne ?
Pour jeter un pavé dans la mare, je signale que nos amis Belges paient depuis des lustres, une taxe à la mise en service (l’équivalent de notre punition CO2 pour la carte grise), mais aussi et surtout une taxe annuelle de roulage !! Par contre (j’y reviens !), comme dans de très nombreux pays européens, la vitesse sur route ordinaire est chez eux de 90 km/h. J’ai visité la Roumanie, et vous assure que c’est la même chose chez nos amis européens de l’est. Lorsque ces personnes viennent chez nous, ils se font surprendre. Mais nous sommes les meilleurs, bien entendus, avec des idées sur tout…mais surtout des idées géniales pour semer la zizanie. Et nous allons bientôt nous apercevoir que nos joujoux à piles, silencieux, bien nerveux, mais surtout bien lourds (1450 kgs minimum pour rouler en ville), vont aggraver les blessures, ainsi que les dommages aux véhicules en cas d’accident. Voilà un nouveau problème pour nos guignols qui nous emm… avec leur 80 km/h. Cela pourrait les occuper le reste de leur vie, étant donné leur propension à ne remuer que des idées de shadoks.
ajm
- 11/09/2019 - 14:00
Test.
Le test des voitures électriques c'est de pouvoir faire le trajet Paris Bretagne Vannes ou Lorient ou Sud-Ouest Paris- Arcachon on s'arrêtant seulement UNE FOIS, pendant 30 minutes maximum , attente compris dans la station, pour recharger. Tant que ce ne sera pas possible, la voiture électrique restera un truc pour bobos juste bon pour faire de l'intra urbain dans les grandes métropoles.
Papy Geon
- 11/09/2019 - 10:08
Et les manipulateurs en profitent…
Pendant que les constructeurs tentent de s’adapter aux exigences des écologistes, en fabriquant des jouets à batteries, lourds et finalement dangereux, certains journalistes aux ordres en profitent pour s’engouffrer dans un processus de manipulation. Car leur romance n’a rien à voir avec l’écologie, mais a pour finalité de nous faire accepter une augmentation drastique de certaines taxes. Les pénalités d’immatriculation associées aux nouvelles normes d’émission de CO2 dès 2020, risquent de faire imploser les budgets des utilisateurs, mais surtout les chiffres d’affaires des constructeurs. Ce mardi sur BFM, un « journaliste spécialiste » branché anti-SUV, s’est penché sur le cas d’un modèle citadin, en prétendant qu’en le surélevant de quelques centimètres, il prenait 200 kgs d’embonpoint, d’où une augmentation des émissions de CO2 (comparaison entre 208 et 2008). Car un véhicule surélevé est un SUV, bien entendu. La réalité est la suivante : la 208 pèse 1075 kgs, la 2008 1090 kgs, et pour rire un peu, la e 208 pèse 1455 kgs. Cherchez l’erreur, et pensez à tous ces gens, loin de chez nous, qui vont remuer des quantités de terres énormes pour nous approvisionner… en terres rares.