En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

02.

Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête

03.

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

04.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

07.

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
décryptage > France
Majorité pacifique

Sera-t-il possible d’inverser le tragique déclin des institutions françaises en évitant la case violence ?

il y a 20 min 55 sec
décryptage > Sport
L’hymne sans la joie

PSG / Manchester United : les Parisiens confondent Ligue des champions et ligue d’égoïstes

il y a 1 heure 9 min
pépites > Terrorisme
Justice
Plainte du ministre de l'Intérieur contre un blog du site Mediapart qui accuse la police d'avoir exécuté l'agresseur du professeur de Conflans parce que ce terroriste est musulman
il y a 1 heure 31 min
light > Justice
High-Tech
Le ministère américain de la Justice a ouvert une enquête contre Google pour abus de position dominante au détriment de ses concurrents
il y a 1 heure 47 min
pépites > Politique
Terrorisme
François Fillon réagit après le meurtre du professeur de Conflans estimant qu'il ne peut pas rester silencieux face à ce drame
il y a 2 heures 18 min
décryptage > Politique
Pire que la fachosphère : la lachosphère

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

il y a 2 heures 36 min
pépite vidéo > Education
Mort de Samuel Paty
Marine Le Pen : "Les enseignants n'ont pas le soutien de leur hiérarchie"
il y a 2 heures 49 min
décryptage > Politique
Ambiguïtés ?

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

il y a 4 heures 6 min
décryptage > Santé
Couvre-feu jusqu’à l’été ?

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

il y a 4 heures 33 min
pépites > Justice
Terrorisme
Conflans : sept personnes déférées en vue de l’ouverture d’une information judiciaire, selon le Parquet national antiterroriste
il y a 4 heures 58 min
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

il y a 42 min 53 sec
décryptage > Economie
Espoir face à la pandémie

Le rebond (modéré) de la croissance chinoise est-il une bonne ou une mauvaise nouvelle ?

il y a 1 heure 19 min
décryptage > Politique
Lutte contre le séparatisme

Julien Aubert : "La détermination d’Emmanuel Macron face à l’islamisme relève plus de l’air du temps que de la conviction"

il y a 1 heure 36 min
décryptage > Science
Osiris Rex

La NASA est sur le point d’entrer en contact avec l’astéroïde Bennu et voilà ce que ça pourra nous apporter

il y a 2 heures 10 min
décryptage > Santé
Un mal pour un bien

Couchés plus tôt ou plus tard...? Ce que nos habitudes du confinement nous enseignent sur l’impact prévisible du couvre-feu

il y a 2 heures 32 min
pépites > Justice
Terrorisme
Samuel Paty le professeur tué à Conflans a démenti avoir commis la moindre infraction quand les policiers l'ont interrogé après la plainte d'un parent d'élève
il y a 2 heures 49 min
décryptage > Education
Profession sacrifiée

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

il y a 3 heures 24 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Face à l’aggravation de la crise, Bruno Le Maire renforce les mesures de soutien mais évite toute nouvelle contrainte réglementaire

il y a 4 heures 25 min
pépites > Santé
Coronavirus
Le ministre de la Santé annonce une rallonge budgétaire de 2,5 milliards d'euros pour les hôpitaux et les soignants (qui bénéficieront d'une majoration de 50 % des heures supplémentaires)
il y a 4 heures 33 min
pépites > Politique
"Les actions s'intensifieront"
Lutte contre l'islamisme : Emmanuel Macron annonce la dissolution du collectif "Cheikh Yassine" et s'engage à "intensifier" les actions
il y a 16 heures 57 min
© DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP
© DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP
Atlantico-Business

Les milieux d’affaires britanniques lâchent Boris Johnson parce qu’il est devenu inaudible tant qu’il n’expliquera pas la réalité du deal qu’il souhaite

Publié le 05 septembre 2019
Les Anglais ont du mal à comprendre la réalité du projet de Boris Johnson. S’il veut sortir de l’Union européenne pour faire de l'Angleterre une immense zone affranchie des contraintes fiscales, sociales et environnementales, les Anglais vont le lâcher complètement.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Anglais ont du mal à comprendre la réalité du projet de Boris Johnson. S’il veut sortir de l’Union européenne pour faire de l'Angleterre une immense zone affranchie des contraintes fiscales, sociales et environnementales, les Anglais vont le lâcher complètement.

Selon les milieux d’affaires britanniques, Boris Johnson est complètement embourbé politiquement parce que son projet est devenu inaudible. Le champion du Brexit est arrivé au pouvoir en promettant de sortir son pays de l’Union européenne au 31 octobre avec ou sans accord. Il continue de clamer sa détermination de préférer renégocier un deal, qu’il peut le faire, qu’il en aurait le temps si l'Union européenne l'acceptait. Il considère que c’est Bruxelles qui le pousse à sortir sans deal, et vient expliquer au peuple britannique que tous les ennuis lui viennent de l’Union européenne.

Le problème, c’est que l’argumentaire de Boris Johnson est devenu inaudible. Incompréhensible. Le Parlement n’y adhère pas, le peuple dont une majorité a souhaité un Brexit, s’inquiète maintenant des conséquences et les milieux d’affaires sont en train de le lâcher.

Le discours de Boris Johnson est devenu inaudible parce que, maintenant qu’il est en responsabilité, on ne comprend pas la réalité de son projet et notamment le deal qu’il souhaiterait. Il refuse l’accord qui a été établi au terme de 2 années de négociation, par Theresa May, mais il ne dit pas quel autre accord on pourrait mettre en place. Alors, il a focalisé le débat sur la question de l’Irlande mais il ne peut pas se résoudre à remettre en place une frontière physique entre les deux Irlande et retomber dans les affres d’une partition, personne n’en veut. Il prétend qu’il y aurait d’autres solutions mais personne n‘est capable de les présenter.

Cela dit, si les parlementaires ont repris la main sur l’agenda, si Boris Johnson a perdu sa majorité, si les milieux d’affaires ont eux aussi lâché l’affaire, c’est que la Grande-Bretagne commence à comprendre quel est le vrai projet des partisans d’un Brexit sans deal. Et qu‘il serait temps de le dire franchement, ce qui n’a jamais été fait jusqu'à maintenant.

Le vrai projet est d’installer un modèle britannique complètement dérégulé pour avoir les moyens d’assumer la compétition internationale. Retrouver cette liberté qui avait fait la force et la puissance de l’empire Britannique au 19e et 20ème siècle.

Déréguler le système britannique reviendrait à l’affranchir des règles et des normes qui, en matières fiscale et sociale, encadrent le commerce international et notamment le fonctionnement de l’Union européenne. Bref, créer en Grande-Bretagne un espace économique avec une fiscalité très light, très peu de normes en matière sociale.

Reproduire le modèle qui est un peu celui du Luxembourg ou surtout celui de Singapour. Alors, cette perspective avait trouvé quelques échos plutôt favorables dans les milieux conservateurs britanniques, sauf que concrètement un tel modèle est difficilement applicable dans un pays aussi grand que la Grande-Bretagne. Le Luxembourg est un pays minuscule très contrôlé par l'Union européenne. Quant à Singapour, le pays est protégé par le voisin chinois et surtout, il n’est pas sous contrainte de la démocratie.

Une Grande-Bretagne fonctionnant comme une immense zone franche et comme un paradis fiscal est quasiment impossible à installer.

D’abord parce que l’économie britannique est profondément inscrite dans les systèmes de production mondialisée. La Grande-Bretagne n’est pas comme Singapour, une immense salle de trading financier avec une main d’œuvre d’esclaves étrangers qui font les travaux d’entretien. La Grande-Bretagne est un vrai pays avec des ressources qu’elle doit vendre. Des échanges commerciaux extrêmement complexes.

Ensuite, parce que nous avons besoin de garanties sur les normes sociales, environnementales et de santé. L’Union européenne, en dépit de tous ses défauts, apportent aux consommateurs ce type de garanties. Les consommateurs britanniques ont eux-mêmes ce type d’exigences, les salariés britanniques ont besoin des minima sociaux. L’appareil de production britannique ne peut pas s’affranchir de toutes ces contraintes qui offrent des garanties de qualité, de sécurité et d’hygiène.

Enfin, l’Europe et le reste du monde ne peut pas tolérer l’organisation d’un paradis fiscal aussi important et à leurs portée. Les Anglais ne peuvent pas s’exonérer de payer des impôts parce que les Anglais ont besoin de services publics et sociaux, ils ont besoin d’investissement que ce soit sur le terrain des équipements collectifs, ou pour faire face aux besoins de la transition écologique. Alors le privé peut répondre à ce type de besoin, mais encore faut-il qu’il ait un minimum de règles à respecter, règles de protection sociale des plus démunis, règles d’équité fiscale. 

Pour toutes ces raisons, Boris Johnson aura du mal à faire passer son vrai projet. Il est revenu à la case départ.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benvoyons
- 08/09/2019 - 09:50
En effet l'UK ne peut pas se mettre en situation d'être en
dessous de l'Irlande, qui elle est Européenne ( Entreprises 12,5% ), car à ce moment là, l'UK ne couvrirait pas du tout les charges, du train de vie de son pays. Même si elle se mettait à 12,5%, cela n'intéresserait personne, car l'UK ne sera plus dans l'UE & de son marché libre de 550millions d'habitants.

https://www.idaireland.fr/newsroom/publications/taxation_in_ireland_2015_fra_hr
TPV
- 06/09/2019 - 16:55
Inaudible? Il faut se laver les oreilles
Out! Pas très compliqué...OUT!
gerint
- 06/09/2019 - 07:47
Il faut sortir de l’UE
Et retrouver notre souveraineté. L’Italie a des soucis majorés par l’UE, la Grèce est écrasée, et nous avons perdu toute notre capacité à nous sortir de mauvais pas