En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

02.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

03.

Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"

04.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

05.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

06.

Un archéologue britannique fouille les décombres d'une maison, située sous un couvent de Nazareth, qu'il croit être celle où le Christ a vécu enfant

07.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 39 min 7 sec
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 1 heure 53 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 2 heures 31 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 2 heures 46 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 2 heures 49 min
décryptage > Société
Pas de bébés confinement

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

il y a 2 heures 49 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)
il y a 2 heures 49 min
décryptage > Politique
Baroque

Commission sur l'article 24 de la loi "sécurité globale" : le symptôme du grave déficit de culture démocratique du quinquennat Macron

il y a 2 heures 49 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Les perdants magnifiques : Pierre Mendès France, ou la vertu du renoncement

il y a 2 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le pouvoir de la destruction créatrice" de Philippe Aghion, Céline Antonin et Simon Bunel : le capitalisme ? Une formidable capacité à créer de la croissance grâce à son pouvoir de destruction… Remarquable démonstration

il y a 14 heures 45 sec
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 1 heure 3 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : A la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 2 heures 24 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 2 heures 46 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 2 heures 49 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 2 heures 49 min
décryptage > Atlantico business
Mauvais arguments

La 5G se déploie mais beaucoup d’édiles locaux la refusent au prix de l’isolement qu’ils reprocheront ensuite à l’Etat

il y a 2 heures 49 min
décryptage > Nouveau monde
Concurrence déloyale

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

il y a 2 heures 49 min
décryptage > France
En roue libre

Violence contre un producteur : qui saura reprendre en main l’encadrement de la police ?

il y a 2 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Clint et moi" de Eric Libiot : à la fois amusante et érudite, l’exploration d’un géant du cinéma américain par un critique de grande notoriété

il y a 13 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Voyage sur la route du Kisokaidō, de Hiroshige à Kuniyoshi" au Musée Cernuschi : les relais-étapes de la route emblématique du Kisokaidō par les maîtres de l'estampe japonaise du XIXe siècle, 150 œuvres magnifiques

il y a 14 heures 13 min
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
Serpent de mer

Fraude sociale : pourquoi il est temps de changer notre système de solidarité

Publié le 04 septembre 2019
Eric Verhaeghe revient sur la question de la fraude sociale et de la sécurité sociale à l'occasion de la publication du rapport de la députée LREM, Carole Grandjean, et de la sénatrice UDI, Nathalie Goulet.
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eric Verhaeghe revient sur la question de la fraude sociale et de la sécurité sociale à l'occasion de la publication du rapport de la députée LREM, Carole Grandjean, et de la sénatrice UDI, Nathalie Goulet.

La fraude sociale est un serpent de mer qui réapparait régulièrement dans l’actualité. Après une note de l’ACOSS révélée cet été, qui estimait la fraude à environ 8 milliards d’euros, essentiellement du fait du travail dissimulé, une députée LREM, Carole Grandjean, et une sénatrice UDI, Nathalie Goulet, annoncent elle-même un prochain rapport d’information sur le sujet avec un nouveau chiffrage. Les deux parlementaires ont fait le buzz en dénonçant d’ores et déjà les incohérences du registre national d’identification des personnes physiques, qui considérerait comme encore vivantes des millions de personnes mortes. La polémique devrait sévir. Mais le rapport touche-t-il bien le problème?

Selon les deux parlementaires, qui  n’en sont qu’à un rapport d’étape sur la fraude, l’Etat ne contrôle pas assez la vie des citoyens, ce qui multiplie les risques de fraude. Face à un Registre National d’Identification avec 84,2 millions de personnes nées en France inscrites comme vivantes, dont 3 millions de centenaires, il faut prendre des mesures nouvelles: imposer un certificat annuel de vie à produire, obliger tous les Français à déclarer leur changement de domicile, interdire le versement des prestations sociales sur des comptes étrangers.

On connaît la musique: pour récupérer quelques milliards mal chiffrés, on met en place de nouvelles usines à  gaz pour tout le monde. Et dans quelques années, un rapport découvrira que ces usines à gaz sont elles-mêmes contournées et appellent de nouvelles usines à gaz.

La fraude sociale, cet inchiffrable mistigri

En l’état, on prendra compte avec des pincettes les résultats de ce rapport qui n’est pas encore rédigé, et qui libre en pâtures à des oreilles complaisantes, promptes à crier au loup, des chiffres qui font le buzz mais que personne n’a eu le temps de vérifier ni d’expliquer. Car, à lire le rapport entre les lignes, l’existence de 3 millions de centenaires encore vivants dans le Registre National, à comparer aux 20.000 centenaires réels recensés, induit qu’il existe une fraude de plusieurs millions d’assurés. En admettant l’hypothèse que chaque centenaire bénéficie (en fourchette basse) de 15.000 euros de retraites par an, ils seraient à eux seuls responsables d’une fraude de 45 milliards, soit 10% environ des prestations de la sécurité sociale.

Avant de crier au scandale, on prendra donc le temps d’approfondir le sujet et bien vérifier cette source, qui est très éloignée des vérités connues ce jour. D’autant que ce rapport ne retient comme source de fraude que les fraudes à l’identité. Mais on sait qu’il existe bien d’autres sources de fraude, qu’il s’agisse de fraudes aux prestations classiques (par exemple le mensonge sur la situation de l’assuré, qui se fait passer pour invalide, ou isolé alors qu’il est en couple), ou de fausses déclarations (émanant de professionnels de santé qui « inventent » des soins).

On peut d’ailleurs s’interroger sur le sens des responsabilités dont font preuve deux parlementaires qui communiquent bien avant la publication de leur rapport sur des chiffres mal étayés.

La sécurité sociale n’aime pas lutter contre la fraude

Dans ces polémiques sur l’ampleur de la fraude, la sécurité sociale porte elle-même sa part de responsabilité. Depuis plusieurs années, les rapports et les mises en garde se succèdent pour pointer les failles dans les contrôles. Il n’est pas si loin le temps où la Cour des Comptes suspectait 3 milliards de fraudes à la Caisse Nationale aux Allocations Familiales, dont le directeur montait alors sur ses grands chevaux pour expliquer qu’elle ne pouvait pas dépasser le milliard.

En outre, une simple addition du nombre d’assurés déclarés par chaque organisme de sécurité sociale permettait de savoir, de longue date, qu’il existait un gap de 20 millions entre le nombre de personnes recensées sur le territoire et le nombre d’assurés sociaux. Aucune autorité ne semble s’en être jamais préoccupé ni n’avoir eu la volonté d’éclaircir le problème.

Tous ces éléments nourrissent de longue date le fantasme de fraudes massives, dont le coût serait bien supérieur au déficit de la sécurité sociale. Dans l’opinion, ils agitent la vieille peur de l’Algérie qui ferait vivre jusqu’à cent cinquante ans la grand-mère décédée de longue date, mais dont on continue à percevoir la pension. Cette peur ne manque pas d’être paradoxale, puisque la majorité En Marche a, l’an dernier, facilité l’accès des Algériens aux soins en France…

La sécurité sociale organise-t-elle son propre malheur?

Sur le fond, il existe une méthode radicale pour diminuer drastiquement le nombre de fraudeurs sociaux. Ceux-ci sont en effet (en dehors des usurpations d’identité, qui sont un phénomène bien spécifique et sur lequel on attend le chiffrage des parlementaires) largement produits par la complexité des règles et des conditions d’attribution des prestations. On invente, notamment dans le domaine des allocations familiales, des prestations sous des conditions tellement spécifiques qu’elles prêtent le flanc à la fraude, parfois à l’insu même des bénéficiaires.

On retiendra ici l’exemple de l’ACCRE, dont aucun conseiller de Pôle Emploi ne donne une version claire du fonctionnement. Pour bénéficier de cette aide, il faut pratiquement être un fraudeur obligatoire.

Une solution simple consisterait, pour limiter fortement la fraude, à simplifier en profondeur la logique de distribution. Au lieu de cibler des situations précises pour déclencher des prestations, il y aurait plus de sagesse à transformer la machine à prestations en revenu universel. Dans un système où les milliards de cotisations seraient redistribués non aux médecins, aux hôpitaux et aux retraités, sous forme de chèque, mais à chaque assuré, de sa naissance à sa mort, sous forme d’avoir sur un contrat de protection sociale de son choix, il n’y aurait plus de fraude…

La mécanique serait simple: chaque assuré, tout  au long de sa vie, disposerait d’un  crédit mensuel d’environ 800 euros pour souscrire au contrat famille, santé ou retraite qu’il déciderait. Ne relèverait plus de la solidarité nationale que ce qui le justifie vraiment: les maladies graves, qui seraient prises en charge gratuitement, et les accidents du travail.

Dans cet univers, on ne parlerait plus d’attributions frauduleuses de prestations sociales. Celles-ci seraient un droit universel.

Cet article à été initialiement publié sur le site Le courrier des stratèges : ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
PhloxxX
- 09/09/2019 - 06:25
Non le revenu universel n'est pas la solution
1- cela n'évitera pas l'inscription frauduleuse de bénéficiaires notamment étrangers, sauf que dans l'hypothèse de l'auteur de l'article ce serait à vie.
2- cela n'évitera pas la majoration du bénéfice de la prestations à des personne qui ne seront jamais déclarée comme décédée.
Je ne vois pas ce qu'il peut y avoir de compliquer à réaliser des croisements de données pour limiter les fraudes, il suffit d'une réelle volonté politique et d'imposer des objectifs et des résultats à des administrations !
zelectron
- 05/09/2019 - 07:44
Je n'utilise pas les sevices de la sécu ni sociaux
et pourtant comme tt le monde je paye , je paye, je paye, mais comme je n'ai jamais été malade ni privé d'emploi je me demande pour qui je paye ? je ne me sens pas solidaire des escrocs patentés ni des personnels pléthoriques de ces organismes infestés de gauchistes.
Quant à ma retraite (je j'ai prise à 66 ans) je n'en touche qu'un tiers puisqu'il faut bien dilapider l'argent en particulier auprès d'une foultitude de centenaires et autres habitants de cimetières lointains sans compter les agents de la seuneuceufeu et autres calamités d'ayants pas droits.
tubixray
- 04/09/2019 - 17:25
20 millions
Tel est l'écart entre la population française recensée et le nombre d'assurés sociaux !
3 millions de centenaires!
Combien de millions ou de milliards de prestations versées sur des comptes étrangers?
La république en marché qui incite les algériens à se faire soigner en France !
Nous vivons vraiment dans un pays dirigé et administré par des abrutis abreuvés d'idéologie de gauche, le soviétisme en fait.
Quelle honte.