En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Une arme de destruction massive contre l’écriture inclusive : le boycott

03.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

04.

Les conseillères de l’Elysée avaient alerté et dénoncé des comportements misogynes au plus haut sommet de l’Etat en 2018

05.

Une femme considérée comme très malheureuse pourra avorter jusqu’au dernier jour de sa grossesse

06.

L’enseigne Cultura boycottée par des clients pour son utilisation de l’écriture inclusive

07.

Les idées cocktails originales de l’été : le Framboise Fizz, dégustez de l’armagnac frais, sans vous ruiner

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

06.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

04.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

05.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

06.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

ça vient d'être publié
décryptage > Santé
Transport collectif

Train ou avion ? Le point sur les risques d’être contaminé par la Covid-19

il y a 12 min 54 sec
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : Cognac Tonic, mieux que le Gin, optez pour un cocktail d’été "trendy"

il y a 50 min 53 sec
décryptage > High-tech
Mort de la concurrence ?

Pourquoi nous surfons de moins en moins en dehors de Google

il y a 1 heure 44 min
décryptage > International
"Le Liban n'est pas seul"

Beyrouth : le rêve éveillé de l'Elysée sur l'Orient

il y a 2 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "La clé USB" de Jean-Philippe Toussaint, l’art de rendre romanesque l’univers de l’informatique

il y a 13 heures 38 min
pépites > International
Voix de la France
Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique
il y a 14 heures 22 min
pépites > Faits divers
Centre-ville du Havre
Fin de la prise d'otages dans une agence bancaire du Havre
il y a 15 heures 48 min
pépites > Politique
#MeToo
Les conseillères de l’Elysée avaient alerté et dénoncé des comportements misogynes au plus haut sommet de l’Etat en 2018
il y a 17 heures 29 min
light > People
Contexte pesant
Michelle Obama confie souffrir d'une "légère dépression"
il y a 18 heures 48 min
pépite vidéo > International
"Le Liban n’est pas seul"
Emmanuel Macron est arrivé au Liban pour coordonner et participer à l’aide internationale
il y a 21 heures 17 min
décryptage > France
Fines lames

La France orange mécanique (complément d’information) : merci de ne pas oublier les couteaux

il y a 33 min 55 sec
décryptage > Consommation
Origines des produits

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

il y a 1 heure 17 min
décryptage > Loisirs
"Voyage, voyage"

Ces pays où continuent à partir les Français malgré le Coronavirus

il y a 2 heures 1 min
décryptage > Economie
Relance européenne

L’Euro fort, bonne ou (très) mauvaise nouvelle pour la reprise ? Le match des arguments

il y a 2 heures 54 min
pépite vidéo > Politique
Solidarité avec le peuple libanais
Liban : retrouvez l’intégralité de la conférence de presse d’Emmanuel Macron à Beyrouth
il y a 14 heures 3 min
pépites > Histoire
Mémoire
Japon : commémorations à Hiroshima, 75 ans après la première bombe atomique de l’histoire
il y a 15 heures 13 min
light > Science
Peau robotique
Inspirés par Star Wars, des scientifiques ont créé une peau artificielle révolutionnaire
il y a 16 heures 30 min
pépite vidéo > Politique
Bain de foule
Dans les rues de Beyrouth, Emmanuel Macron a entendu la colère du peuple libanais
il y a 18 heures 14 min
pépites > France
Nouveau drame
Le Mans : un policier a été tué par un chauffard lors d’une intervention
il y a 20 heures 39 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Darmanin défend la police (et lui-même); Marianne étrille EELV; Le Havre, port tué par la CGT; Guerre culturelle : Zemmour dénonce la bêtise de la droite qui croit avoir gagné alors que la gauche domine; Les secrets du nouveau modèle CNews
il y a 22 heures 49 min
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
Serpent de mer

Fraude sociale : pourquoi il est temps de changer notre système de solidarité

Publié le 04 septembre 2019
Eric Verhaeghe revient sur la question de la fraude sociale et de la sécurité sociale à l'occasion de la publication du rapport de la députée LREM, Carole Grandjean, et de la sénatrice UDI, Nathalie Goulet.
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eric Verhaeghe revient sur la question de la fraude sociale et de la sécurité sociale à l'occasion de la publication du rapport de la députée LREM, Carole Grandjean, et de la sénatrice UDI, Nathalie Goulet.

La fraude sociale est un serpent de mer qui réapparait régulièrement dans l’actualité. Après une note de l’ACOSS révélée cet été, qui estimait la fraude à environ 8 milliards d’euros, essentiellement du fait du travail dissimulé, une députée LREM, Carole Grandjean, et une sénatrice UDI, Nathalie Goulet, annoncent elle-même un prochain rapport d’information sur le sujet avec un nouveau chiffrage. Les deux parlementaires ont fait le buzz en dénonçant d’ores et déjà les incohérences du registre national d’identification des personnes physiques, qui considérerait comme encore vivantes des millions de personnes mortes. La polémique devrait sévir. Mais le rapport touche-t-il bien le problème?

Selon les deux parlementaires, qui  n’en sont qu’à un rapport d’étape sur la fraude, l’Etat ne contrôle pas assez la vie des citoyens, ce qui multiplie les risques de fraude. Face à un Registre National d’Identification avec 84,2 millions de personnes nées en France inscrites comme vivantes, dont 3 millions de centenaires, il faut prendre des mesures nouvelles: imposer un certificat annuel de vie à produire, obliger tous les Français à déclarer leur changement de domicile, interdire le versement des prestations sociales sur des comptes étrangers.

On connaît la musique: pour récupérer quelques milliards mal chiffrés, on met en place de nouvelles usines à  gaz pour tout le monde. Et dans quelques années, un rapport découvrira que ces usines à gaz sont elles-mêmes contournées et appellent de nouvelles usines à gaz.

La fraude sociale, cet inchiffrable mistigri

En l’état, on prendra compte avec des pincettes les résultats de ce rapport qui n’est pas encore rédigé, et qui libre en pâtures à des oreilles complaisantes, promptes à crier au loup, des chiffres qui font le buzz mais que personne n’a eu le temps de vérifier ni d’expliquer. Car, à lire le rapport entre les lignes, l’existence de 3 millions de centenaires encore vivants dans le Registre National, à comparer aux 20.000 centenaires réels recensés, induit qu’il existe une fraude de plusieurs millions d’assurés. En admettant l’hypothèse que chaque centenaire bénéficie (en fourchette basse) de 15.000 euros de retraites par an, ils seraient à eux seuls responsables d’une fraude de 45 milliards, soit 10% environ des prestations de la sécurité sociale.

Avant de crier au scandale, on prendra donc le temps d’approfondir le sujet et bien vérifier cette source, qui est très éloignée des vérités connues ce jour. D’autant que ce rapport ne retient comme source de fraude que les fraudes à l’identité. Mais on sait qu’il existe bien d’autres sources de fraude, qu’il s’agisse de fraudes aux prestations classiques (par exemple le mensonge sur la situation de l’assuré, qui se fait passer pour invalide, ou isolé alors qu’il est en couple), ou de fausses déclarations (émanant de professionnels de santé qui « inventent » des soins).

On peut d’ailleurs s’interroger sur le sens des responsabilités dont font preuve deux parlementaires qui communiquent bien avant la publication de leur rapport sur des chiffres mal étayés.

La sécurité sociale n’aime pas lutter contre la fraude

Dans ces polémiques sur l’ampleur de la fraude, la sécurité sociale porte elle-même sa part de responsabilité. Depuis plusieurs années, les rapports et les mises en garde se succèdent pour pointer les failles dans les contrôles. Il n’est pas si loin le temps où la Cour des Comptes suspectait 3 milliards de fraudes à la Caisse Nationale aux Allocations Familiales, dont le directeur montait alors sur ses grands chevaux pour expliquer qu’elle ne pouvait pas dépasser le milliard.

En outre, une simple addition du nombre d’assurés déclarés par chaque organisme de sécurité sociale permettait de savoir, de longue date, qu’il existait un gap de 20 millions entre le nombre de personnes recensées sur le territoire et le nombre d’assurés sociaux. Aucune autorité ne semble s’en être jamais préoccupé ni n’avoir eu la volonté d’éclaircir le problème.

Tous ces éléments nourrissent de longue date le fantasme de fraudes massives, dont le coût serait bien supérieur au déficit de la sécurité sociale. Dans l’opinion, ils agitent la vieille peur de l’Algérie qui ferait vivre jusqu’à cent cinquante ans la grand-mère décédée de longue date, mais dont on continue à percevoir la pension. Cette peur ne manque pas d’être paradoxale, puisque la majorité En Marche a, l’an dernier, facilité l’accès des Algériens aux soins en France…

La sécurité sociale organise-t-elle son propre malheur?

Sur le fond, il existe une méthode radicale pour diminuer drastiquement le nombre de fraudeurs sociaux. Ceux-ci sont en effet (en dehors des usurpations d’identité, qui sont un phénomène bien spécifique et sur lequel on attend le chiffrage des parlementaires) largement produits par la complexité des règles et des conditions d’attribution des prestations. On invente, notamment dans le domaine des allocations familiales, des prestations sous des conditions tellement spécifiques qu’elles prêtent le flanc à la fraude, parfois à l’insu même des bénéficiaires.

On retiendra ici l’exemple de l’ACCRE, dont aucun conseiller de Pôle Emploi ne donne une version claire du fonctionnement. Pour bénéficier de cette aide, il faut pratiquement être un fraudeur obligatoire.

Une solution simple consisterait, pour limiter fortement la fraude, à simplifier en profondeur la logique de distribution. Au lieu de cibler des situations précises pour déclencher des prestations, il y aurait plus de sagesse à transformer la machine à prestations en revenu universel. Dans un système où les milliards de cotisations seraient redistribués non aux médecins, aux hôpitaux et aux retraités, sous forme de chèque, mais à chaque assuré, de sa naissance à sa mort, sous forme d’avoir sur un contrat de protection sociale de son choix, il n’y aurait plus de fraude…

La mécanique serait simple: chaque assuré, tout  au long de sa vie, disposerait d’un  crédit mensuel d’environ 800 euros pour souscrire au contrat famille, santé ou retraite qu’il déciderait. Ne relèverait plus de la solidarité nationale que ce qui le justifie vraiment: les maladies graves, qui seraient prises en charge gratuitement, et les accidents du travail.

Dans cet univers, on ne parlerait plus d’attributions frauduleuses de prestations sociales. Celles-ci seraient un droit universel.

Cet article à été initialiement publié sur le site Le courrier des stratèges : ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
PhloxxX
- 09/09/2019 - 06:25
Non le revenu universel n'est pas la solution
1- cela n'évitera pas l'inscription frauduleuse de bénéficiaires notamment étrangers, sauf que dans l'hypothèse de l'auteur de l'article ce serait à vie.
2- cela n'évitera pas la majoration du bénéfice de la prestations à des personne qui ne seront jamais déclarée comme décédée.
Je ne vois pas ce qu'il peut y avoir de compliquer à réaliser des croisements de données pour limiter les fraudes, il suffit d'une réelle volonté politique et d'imposer des objectifs et des résultats à des administrations !
zelectron
- 05/09/2019 - 07:44
Je n'utilise pas les sevices de la sécu ni sociaux
et pourtant comme tt le monde je paye , je paye, je paye, mais comme je n'ai jamais été malade ni privé d'emploi je me demande pour qui je paye ? je ne me sens pas solidaire des escrocs patentés ni des personnels pléthoriques de ces organismes infestés de gauchistes.
Quant à ma retraite (je j'ai prise à 66 ans) je n'en touche qu'un tiers puisqu'il faut bien dilapider l'argent en particulier auprès d'une foultitude de centenaires et autres habitants de cimetières lointains sans compter les agents de la seuneuceufeu et autres calamités d'ayants pas droits.
tubixray
- 04/09/2019 - 17:25
20 millions
Tel est l'écart entre la population française recensée et le nombre d'assurés sociaux !
3 millions de centenaires!
Combien de millions ou de milliards de prestations versées sur des comptes étrangers?
La république en marché qui incite les algériens à se faire soigner en France !
Nous vivons vraiment dans un pays dirigé et administré par des abrutis abreuvés d'idéologie de gauche, le soviétisme en fait.
Quelle honte.