En direct
Best of
Best of du 11 au 17 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

02.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

03.

Arretmaladie.fr permet d’obtenir un arrêt maladie en 3 minutes sur internet mais déclenche la colère de la sécurité sociale. Sauf que...

04.

Epidémie de gastro-entérites : tout ce qu’il faut savoir pour éviter d’attraper le norovirus

05.

Chine : un virus mystérieux inquiète les autorités chinoises. Et désormais l'OMS

06.

La bombe démographique européenne : à partir de 2021, la population diminuera

01.

Ce boulevard qui devrait s’ouvrir au RN… mais ne s’ouvre pas tant que ça

02.

"Des profondeurs de nos cœurs" : un livre qui ébranle l'Eglise

03.

LR : le tigre de papier

04.

Jeanne Balibar (« Les Misérables ») veut qu'on enseigne les mathématiques en arabe !

05.

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

06.

« Voulez-vous que l'air soit plus pur ? » : le référendum que Macron ne peut pas perdre !

ça vient d'être publié
pépites > Politique
A torts ou à raison ?
Violences policières : Sibeth Ndiaye défend les forces de l'ordre
il y a 5 heures 36 min
pépites > Politique
"10, 9, 8... boum"
Donald Trump raconte l'élimination du général Qassem Soleimani par les forces américaines
il y a 8 heures 2 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Proxima Centauri c : y a-t-il une superterre à 4,2 années-lumière du Soleil ? ; Bételgeuse : sa baisse de luminosité décryptée par Sylvie Vauclair
il y a 11 heures 58 min
décryptage > International
Fiche de lecture

Goliath : le livre choc sur la manière dont les citoyens occidentaux ont organisé la dangereuse impuissance des démocraties (et la surpuissance des géants du web)

il y a 13 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Daniel Pennac, rêveur sacré

il y a 13 heures 27 min
décryptage > International
Disparition passée inaperçue

Avec la mort du sultan d'Oman, quel avenir pour la diplomatie conciliatrice au Moyen-Orient ?

il y a 13 heures 28 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Attentat de Charlie Hebdo, entraves à la laïcité : vers le rétablissement du délit de blasphème ?

il y a 13 heures 30 min
décryptage > Religion
Bonnes feuilles

Comment le dieu social s’est installé dans l’inconscient des musulmans

il y a 13 heures 31 min
décryptage > Religion
Au nom de l'islam

Malik Bezouh : « Le fondamentalisme musulman ne sera pas défait à coups de proclamation de morale creuses »

il y a 13 heures 50 min
décryptage > Economie
Une bromance

Ce que “l’amitié” entre Donald Trump et Bernard Arnault révèle de la manière dont l’Europe a échappé au pire de la guerre commerciale. Sans que rien ne soit gagné...

il y a 14 heures 30 min
light > Politique
Une nouvelle vie
Royaume-Uni : le prince Harry et son épouse Meghan Markle renoncent à leur titre d'altesse royale
il y a 7 heures 7 min
pépites > Politique
Numéro 1
Municipales 2020, Paris : Anne Hidalgo prend la première place
il y a 10 heures 32 min
décryptage > Tribunes
De nouveaux enjeux

Les étranges voeux d’Emmanuel Macron pour l’environnement en 2020

il y a 12 heures 41 min
décryptage > Economie
Un constructeur qui tient la route

Baisse des ventes mondiales d’automobiles : comment Renault est parvenu à limiter la casse même sans Carlos Ghosn

il y a 13 heures 26 min
décryptage > Politique
On a besoin de lui !

M'jid el Guerrab (plus connu sous le sobriquet de "l'homme au casque") va-t-il reprendre du service auprès de Ségolène Royal ?

il y a 13 heures 27 min
décryptage > International
Contre-intuitif

Pourquoi, contrairement aux apparences, l'Iran a gagné face aux Etats-Unis

il y a 13 heures 29 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Système de santé en France : les dérives de la gestion administrative et du manque d’engagement et de courage du pouvoir politique

il y a 13 heures 30 min
décryptage > Social
Bonnes feuilles

Paris brûle-t-il ? : les Gilets jaunes face au "mépris" d’Emmanuel Macron

il y a 13 heures 31 min
décryptage > Politique
Etre pris la main dans le sac

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

il y a 14 heures 12 min
décryptage > Politique
La factrice sonne toujours deux fois

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

il y a 14 heures 55 min
© Brendan Smialowski / AFP
© Brendan Smialowski / AFP
Pas si simple

Économie américaine : les "experts" nous diraient que Trump se trompe...

Publié le 01 septembre 2019
Selon Jean-Claude Trichet, le ralentissement de l'économie mondiale "est provoqué par les pays avancés et tout particulièrement par les États-Unis". Mais les choses sont infiniment plus compliquées.
Henri Temple est expert international, professeur de droit économique, co-directeur de l'ouvrage collectif de ''Qu'est-ce qu'une nation en Europe ? '' (Sorbonne).  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Henri Temple
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Henri Temple est expert international, professeur de droit économique, co-directeur de l'ouvrage collectif de ''Qu'est-ce qu'une nation en Europe ? '' (Sorbonne).  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon Jean-Claude Trichet, le ralentissement de l'économie mondiale "est provoqué par les pays avancés et tout particulièrement par les États-Unis". Mais les choses sont infiniment plus compliquées.

L'hebdomadaire Valeurs Actuelles (29 août/4 septembre) affirme, sous la plume d'un éditorialiste : « si les Américains sont confiants dans l'avenir de leur économie, les experts eux ne le sont pas ... »

Ce propos pessimiste et un peu hautain s'appuie sur ''les experts '' en l’occurrence Jean-Claude Trichet ancien président de la BCE. M.Trichet (JDD 25 août) a dit que : « le ralentissement de l'économie est mondial et il est très visible. Il est provoqué par les pays avancés et tout particulièrement par les États-Unis ». Or les choses sont infiniment plus compliquées et même bien différentes. Il est donc nécessaire de réfléchir un tant soit peu.

Les ''experts'' : M. Trichet est un expert, mais en quoi ? En banque et en finance, pas en économie. Le serait-il que l'on objecterait que les économistes sont divisés en factions irréconciliables, dont certaines sont devenues idéologues, anti libérales, politisées, et d'autres, au contraire, des propagandistes stipendiés de l'ultralibéralisme et du système. Assez étrangement ces factions sont d'accord sur au moins un point : Trump allait être un désastre (comme Orban, Poutine, Bolsonaro , Salvini, Johnson…tous suivis par leurs peuples). En 2016 ils étaient nombreux à annoncer déjà ce ''désastre'' : comme Paul Krugmann, le Nobel d'économie, Martin Wolf l’économiste en chef du Financial Times, et tout ce que l'Amérique compte de gauchistes et de bobos. Or Trump a dynamisé une relance sans précédent de l'économie américaine en termes d'emploi, de pouvoir d'achat et d'investissements. Un autre Nobel d'économie Edmund Phelps prédisait en 2018 que ''la croissance actuelle des Etats-Unis est artificielle car elle est juste dopée par les mesures fiscales, une récession aura lieu en 2019 ''. S'est-elle produite ? En 2017 déjà M. Trichet s'était dit ''très inquiet des mesures protectionnistes de Trump, qui risquent d'être perçues de manière très agressive par les marchés !" Il est vrai qu'il s'était déjà trompé sur tout ''l'expert'' : sur les crises grecques et les crises sociales, les quantitative easings ; et bien sûr, en 2018, sur l'euro : ''en stabilisant les prix (sic!), la monnaie unique a contribué à soutenir le pouvoir d’achat'' (un truisme faux ce qui est un comble) .

Quant à son rôle auto proclamé de prophète annonciateur de la crise des subprimes en 2008 il est largement apocryphe et de toute façon il n'avait rien fait pour la prévenir, se contentant après coup de refinancer avec l'argent public les banques qui avaient le plus fauté.

La récession mondiale : Le concept de récession mondiale existe-t-il ? La notion de récession s'applique à un pays ou un groupe de pays interdépendant en tant que phénomène de ralentissement de la croissance du PIB ou une chute de ce PIB pendant 2 ou 3 trimestres consécutifs. Et aux USA on y ajoute (ce qui est plus proche du réel) la baisse des revenus, de la production industrielle, de l'emploi, de la consommation des ménages. Le PIB selon les statistiques en Europe donne en revanche un poids relatif important aux produits financiers : que resterait-il du PIB français ou, pire, allemand, si on retirait le produit de la finance spéculative (et non pas productive) du calcul du PIB ? En réalité n'est-il pas grotesque, du fond de nos croissances européennes anémiées voire négatives, de vouloir jouer la maîtresse d'école vis à vis des USA ? La ''locomotive'' allemande est en panne car elle avait (comme la Chine) tout misé sur l'exportation. Est-ce sain ? On voit la réponse. Surtout si on la compare avec celle qui vient de la rive gauche de l'Atlantique : avec une croissance d'au moins 2,6 % en 2019 (dixit FMI) les USA auront un taux plus vrai, et trois fois supérieur à celui de l'Allemagne ! Entre temps le PIB chinois (dont le calcul est si mystérieux) ne cesse de baisser : c'est exactement ce que le président Trump voulait : un re-transfert de richesses vers les USA. Est-ce illégitime ?

Les inconnues : il y a néanmoins, il ne faut pas se le dissimuler, des inconnues redoutables, suspendues au dessus du pari de D.Trump et de l'économie mondiale.

- les deux sont à la merci de l'éclatement - qui vient - des bulles : celle des dettes souveraines, celle des dettes privées, de la bulle spéculative et de la bulle monétaire (émission scripturale). 63 000 milliards de dollars pour la première, 184.000 milliards de dollars en 2017 (FMI) pour la seconde et des montants gigantesques non calculés pour les deux autres. On signalera que la Chine - qui ne s'est pas embarrassée des critères budgétaires à la Maastricht - a une dette souveraine de 300 % de son PIB, ratio qui, du fait de la baisse du PIB, se détériore encore.

Ces bulles n'attendent plus que l'épingle qui les fera éclater en chaîne laissant les riches aussi riches et les pauvres plus pauvres : qui dans le rôle de l'épingle ? Une crise sociale chinoise enflammée par la mèche de Hong Kong ? Un redépart de feu islamique ? Une crise ''Gilet Jaune'' puissance 10 ? Un fiasco du Brexit ? Ou tout simplement la non réélection de Trump en novembre 2020 ?

- car la deuxième inconnue c'est de savoir si, dans un aussi bref laps de temps, les USA vont réussir leur réindustrialisation à l'abri de droits douane ou de quota égalisateurs de la concurrence déloyale venue d'un régime inédit : une dictature répressive, national-socialiste-ultra-libérale.

Ce qui frappe l'observateur de Sirius, éloigné des passions, vanités, turbulences et compromissions, c'est la décadence de la pensée occidentale, en général, économique en particulier. Il suffirait d'un peu de dialectique et de sincérité.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 02/09/2019 - 13:48
Sursauts !
Heureux de constater que je ne suis seul !

Tout comme Moneo, j'avais sursauté en lisant cette phrase assassine qui, si je comprends bien, est sensée résumer la politique de Donald Trump !

Évidemment, Atlantico n'est pas un site qui fait la promotion du Souverainisme et du Populisme !

Si l'on prend la peine de relire cet article, on trouve, un peu plus haut, un paragraphe qui aborde la question des bulles spéculatives.
Pour deux d'entre elles, cet auteur avance un total de près de 250 mille milliards de dollars !

Cela me provoque un petit sourire de commisération en repensant à l'un des abonnés-commentateurs, qui nous expliquait, il y a quelques jours, que les banques disposent désormais d'importants fonds propres, et que les craintes au sujet du prochain Krach sont parfaitement absurdes !
moneo
- 02/09/2019 - 11:37
OUCH .....
je lis : "d'un régime inédit : une dictature répressive, national-socialiste-ultra-libérale. "

comment en si peu de mots écrire autant de contre sens...une dictature nationale socialiste ' la je vois bien ( j'ai lu Mein Kampf) et en même temps libéral là je m ' interroge?
l'auteur sait il ce qu'est le Libéralisme ?Encore une fois Bastiat:" l Etat est la plus grande fiction par laquelle tout le monde s'efforce de vivre aux dépens de tout le monde."...Quand on sait qu'Hitler avait 2 ennemis 1/ le communisme mais se définissait comme socialiste , nationaliste et raciste ( essentiel le racisme les aryens étaient la race supérieure ) et 2/ le libéralisme capitaliste dirigé par les juifs (il aurait pu noter que les concepteurs du communisme étaient tous juifs) j'ai du mal à comprendre ce bougli boulga sémantique.on croirait lire 1984..
Cervières
- 01/09/2019 - 21:02
Date de l'article?
L'article signalé date de Mai 2017. Il parle donc de la croissance économique des années Obama qui a été totalement anémique (comme celle du New Deal de Roosevelt qui n'a fait qu'aggraver les mauvais choix fait par son prédécesseur).