En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

05.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

06.

Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement

07.

Ce discret courant souterrain qui fragilise puissamment nos démocraties

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

05.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

06.

Cette nouvelle ère politique que vient s’ouvrir avec la marche contre l’islamophobie

ça vient d'être publié
pépites > International
Dictature
Ouïghours : Xi Jinping a donné l'ordre d'être "sans pitié"
il y a 12 heures 7 min
light > Culture
Discrimination
L'actrice Mo'Nique accuse Netflix de la sous-payer car elle est une femme noire
il y a 12 heures 55 min
pépite vidéo > Culture
Pour les fans de la famille royale
The Crown : la saison 3 est disponible sur Netflix
il y a 13 heures 41 min
pépites > France
Noyau dur
Acte 53 des Gilets jaunes : 28.000 manifestants selon la police, 40.000 selon les organisateurs
il y a 15 heures 8 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'Inde veut aller explorer Vénus en 2023 ; Mars : les fluctuations de l’oxygène décontenancent la Nasa
il y a 15 heures 27 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Dérèglement climatique : ce que la technologie pourrait apporter pour contenir les incendies géants
il y a 18 heures 51 min
décryptage > France
Un an déjà

Acte 53 des Gilets jaunes : statu quo en attendant décembre

il y a 19 heures 30 min
décryptage > International
Moderne... mais féroce

En Arabie Saoudite, « réforme » rime avec « répression »

il y a 19 heures 53 min
décryptage > France
Agriculture

Revenus désastreux des agriculteurs : et si les banques étaient juridiquement en partie responsables ?

il y a 19 heures 54 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Comment la momie de Ramsès II a bénéficié d'une "seconde jeunesse" grâce à une exposition organisée à Paris en 1976

il y a 19 heures 55 min
pépites > Europe
Désastre
Venise : un milliard d'euros de dégâts ; une troisième montée des eaux attendue
il y a 12 heures 30 min
pépites > Santé
Drame
Deux tiers des Français ont déjà renoncé à se faire soigner
il y a 13 heures 18 min
pépite vidéo > France
Casseurs
Acte 53 des Gilets jaunes : d'importants dégâts sur la place d'Italie à Paris
il y a 14 heures 33 min
pépites > Politique
Baisse
Popularité : Emmanuel Macron perd un point en novembre
il y a 15 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

SOS Europe en détresse ?

il y a 18 heures 33 min
décryptage > Santé
Danger

Les super bactéries font encore plus de morts qu’on le croyait

il y a 19 heures 19 min
décryptage > Politique
Sectarisme à tous les étages

Ce discret courant souterrain qui fragilise puissamment nos démocraties

il y a 19 heures 36 min
décryptage > Economie
Un but bien défini

La politique économique de Trump, une politique parfaitement prévisible

il y a 19 heures 53 min
décryptage > International
Automne chinois

Hong Kong ou l’illustration que la Révolution de velours tchèque ne serait plus possible 30 ans après ?

il y a 19 heures 54 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

il y a 19 heures 55 min
© ERIC FEFERBERG / AFP
© ERIC FEFERBERG / AFP
Réformes structurelles

Recherche trois milliards désespérément : ces économies que le gouvernement pourrait (pourtant) faire sans s’enfermer dans une logique du rabot

Publié le 28 juillet 2019
Il manquerait 3 milliards pour boucler le projet de budget 2020. L'objectif serait de tomber à 2,1% de déficit public, après un déficit qui approchera les 110 milliards en 2019. Malgré une réunion marathon vendredi à Bercy, l'affaire n'est pas encore bouclée. Seule certitude, et la plus gênante: l'Etat ne taillera pas dans ses effectifs pléthoriques, alors même que la réforme de la fonction publique le permettrait. Une fois de plus, la technostructure préserve son mode de vie dispendieux et échappe aux efforts demandés au pays.
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Il manquerait 3 milliards pour boucler le projet de budget 2020. L'objectif serait de tomber à 2,1% de déficit public, après un déficit qui approchera les 110 milliards en 2019. Malgré une réunion marathon vendredi à Bercy, l'affaire n'est pas encore bouclée. Seule certitude, et la plus gênante: l'Etat ne taillera pas dans ses effectifs pléthoriques, alors même que la réforme de la fonction publique le permettrait. Une fois de plus, la technostructure préserve son mode de vie dispendieux et échappe aux efforts demandés au pays.

Le budget 2020 peine à être bouclé. Selon les fuites dans la presse, il manquerait encore 3 milliards pour réduire le déficit à 2,1%, ce qui est un chiffre en soi mauvais. La France devrait avoir, depuis longtemps, rejoint le peloton des pays à l'équilibre budgétaire. Reste que pour parvenir à cet objectif modeste, le gouvernement est à la peine et cherche comment trouver le 0,15% de PIB qui lui manque encore pour y parvenir. 

Un budget 2020 anti-classes moyennes et anti-entreprises

Les premières pistes avancées puiseraient dans le registre quasi-habituel de Bercy: cibler les classes moyennes et les entreprises par des mesures de derrière les fagots. Il semblerait que la suppression des allocations familiales pour les plus aisés soit remise sur la table, alors même que les politiques savent le danger de cette mesure, qui exclut de la solidarité nationale, in fine, les familles indigènes au profit des familles immigrées.

Parallèlement, l'avantage fiscal sur le gazole non routier qui profite largement au secteur du bâtiment pourrait disparaître. On retrouve ici le recours commode aux thèmes de l'écologie pour récupérer de l'argent partout où cela est possible. En l'espèce, la mesure rapporterait entre 750 et 800 millions d'euros dans un secteur déjà lourdement frappé par la baisse de la construction. Mais qu'importe, il ne s'agit que de maçons, d'artisans, de petites gens aux mains sales qui fument des clopes et roulent au diesel, loin des beaux quartiers et des bonnes manières du 7è arrondissement. 

Bercy a également rabâché son antienne sur les allègements de cotisations sociales au-dessus de 1,6 SMIC, réputées inutiles et coûteuses. Ce mantra superstitieux du ministère des Finances cache une conviction taboue qui structure la "pensée" de la haute fonction publique: 1,6 SMIC constitue la borne haute des salaires français, au-delà de laquelle tout impétrant doit payer le prix fort pour le défi qu'il lance aux lois de l'égalité républicaine. Que cela soit dit: au-delà de 1,6 SMIC, le salaire est susceptible d'être prélevé pour financer la "solidarité" nationale, celle qui permet de transformer le pays en une masse roturière indifférenciée où tous les sujets sont, de manière interchangeable, soumis au bon plaisir de l'aristocratie. 

Le train de vie de l'Etat précieusement protégé contre les économies

Pendant que les crânes d'œuf bercyens se grattent la tête pour savoir comment ratiboiser un peu plus un pays aux abois, une seule certitude s'impose: aucune économie ne sera demandée aux services de l'Etat, auto-proclamés victimes de coupes sombres totalement injustes. 

Sur ce point, la haute fonction publique s'embarrasse de moins en moins de discrétion ou de précaution pour dévoiler son jeu, fondé sur l'idée simple selon laquelle être fonctionnaire régalien est créateur de privilèges. Les observateurs auront par exemple remarqué que la réforme des retraites devrait préserver le privilège du départ à 52 ans pour les policiers, et le supprimer pour les aides soignantes ou les infirmières. Selon une étrange logique, il serait donc plus pénible de porter un uniforme de policier qu'une blouse d'aide-soignante...

Ce deux poids deux mesures décidé unilatéralement par ceux qui font les règlements vaut pour l'ensemble des interventions publiques. Ainsi, les dépenses de fonctionnement (c'est-à-dire le coût des services de l'Etat hors masse salariale) ne cesse d'augmenter. Il devrait approcher les 55 milliards d'euros en fin d'année, soit l'équivalent du budget de l'Education Nationale. L'Etat est le seul agent économique de ce pays qui, malgré la digitalisation, fonctionne avec des moyens en augmentation constante malgré un déficit toujours plus important en volume. 

Mais le point le plus critique tient évidemment à cette masse salariale pléthorique dans laquelle l'Etat a renoncé à tailler pour conserver la paix sociale. Comme l'a indiqué Gérald Darmanin, les suppressions d'emploi dans les services de l'Etat seront réduites à la portion congrue. On ne verra rien d'autre dans cette décision qu'une défense obstinée des privilèges de la fonction publique. 

Le scandale du prélèvement à la source sans suppression d'emplois

Limiter à 2.000 postes les suppressions d'emploi dans la fonction publique relève du scandale démocratique. Faut-il ici rappeler les transferts de mission sans compensation décidés par l'Etat auprès d'autres acteurs ces dernières années? Le ministère de l'Intérieur a transféré les titres d'identité aux communes. Le ministère des Finances a transféré la collecte de l'impôt sur le revenu aux entreprises et peut-être, à terme, aux URSSAF. Il s'apprête à transférer d'autres collectes aux bureaux de tabac. 

En contrepartie de ces allègements nets de charge, une saignée de 50.000 emplois à l'Intérieur, et de 50.000 emplois à la direction générale des finances publiques devraient logiquement intervenir. Rappelons qu'en 2011, il avait fallu supprimer 100.000 emplois pour pratiquer la première baisse de masse salariale dans les services de l'Etat depuis de nombreuses années. Cette baisse de 100.000 emplois, correspondant à des réductions de mission, constitue donc une sorte de mesure minimaliste en-deçà de laquelle un gouvernement raisonnable ne devrait pas descendre. 

Mystérieusement (ou non), le corps préfectoral et la technocratie bercyenne ont obtenu d'Edouard Philippe, de Bruno Le Maire et de Gérald Darmanin (tous trois prétendus horriblement libéraux par la gauche) une reculade en bonne et due forme sur ces logiques évidentes. Plutôt que de chercher des économies là où elles sont indiscutables, c'est-à-dire dans l'aristocratie d'Etat, on préfère taper le maçon, l'artisan, l'ouvrier, ou l'entreprise qui paie ses salariés au-dessus du SMIC. 

Tout ceci n'a ni queue ni tête. Les privilèges d'Etat rompront tôt ou tard la paix sociale. 

La haute fonction publique, entre défense des privilèges et incompétence

Il est vrai que pour purger l'administration préfectorale ou fiscale de ses coûteux sureffectifs, il faut des hauts fonctionnaires de qualité, courageux et capables de prendre le risque de changer leur organisation. Ces qualités-là sont, depuis de nombreuses années, bannies par une énarchie victime de sa propre décadence. 

Au fil des ans, l'énarchie ne privilégie plus dans ses rangs que les vices qui peu à peu gangrènent l'action publique et le pays lui-même. Paradis de la bien-pensance élitaire, la haute fonction publique se pense détentrice de la vérité, d'une vérité unique, et se vit comme entourée de Gaulois réfractaires à tout changement. En haut, les lumières, en bas, la caverne obscure où des êtres frustres, plus proches de l'animal que de l'humain, s'esbaudissent avec force grognements, canettes de bière, et matches de football. 

Forte de cette vision où la hiérarchie est crispée sur des principes intangibles (un directeur ne fraie pas avec un chef de bureau qui ne fraie pas avec un rédacteur, et un directeur ne partage pas de réflexion avec un chef de bureau qui, à son tour,...), la haute fonction publique a décrété, par paresse, par mollesse, par incapacité à piloter du changement, que les suppressions d'emplois dans le service public n'ont pas de sens. 

Officiellement, il s'agit de protéger le service public. En réalité, aucun haut fonctionnaire n'est équipé intellectuellement pour piloter le changement dans son périmètre. Avec le temps, la politisation et la subordination au pouvoir sont devenus les seuls critères de promotion dans l'administration. Attendre de ces officiers d'état-major qu'ils remportent des batailles à la tête de leurs soldats est évidemment un leurre. Ces gens-là sont payés pour chanter quotidiennement les louanges de leur ministre, pas pour commander des services et les emmener dans une aventure à succès. 

Sans une profonde purge dans la haute fonction publique, sans un grand remplacement de l'étiquette aristocratique par le talent de la guerre, les finances publiques ne sont pas prêtes d'être assainies. Et les Français continueront à se faire plumer pour financer le train de vie de ces gens-là. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

05.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

06.

Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement

07.

Ce discret courant souterrain qui fragilise puissamment nos démocraties

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

05.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

06.

Cette nouvelle ère politique que vient s’ouvrir avec la marche contre l’islamophobie

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vieux croco
- 28/07/2019 - 16:05
comment faire ?
bien d'accord avec cet article mais rien n'y fait , ils verrouillent le système et les gouvernements de tous bords s'y cassent les dents.
C'est pourtant le noeud du problème .
Macron lui même rentre à la niche alors que c'est le peuple qui aboie pour avoir à boire .
17 milliards en plus d'un côté contre 17 en moins de l'autre . Et non ce sera 17 en moins pour les moyens du privé qui auront de plus en plus soif.
La seule solution reste la baisse de la masse salariale du secteur public et une meilleure productivité qui ne vient jamais .
zelectron
- 28/07/2019 - 13:17
L E D E A L ?
Tout se passe comme si . . . . . . Macron et ses copains (complices) de Bercy avaient conclu un deal : je vous garde vos privilèges et même je les améliore, en échange vous me foutez une paix royale.
Benvoyons
- 28/07/2019 - 12:10
Bien évidemment les Analysuers des services sont des personnes
qui permettent à tous les employés de l'Administration de participer à l'amélioration des coûts & de l'efficience des Services. Les postes ne peuvent s’améliorer sans la participation de tous même si cela doit s'organiser par des mutations.
Les Danois ont un peu plus de gens dans l'Administration car cette administration accepte les réformes pour son efficience & pour réduire ses coûts. Ainsi l’État Danois n'a pas besoin d'avoir une dette de 100% mais simplement d'une dette de 35%.