En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
© MYCHELE DANIAU / AFP
Atlantico Business

Le palmarès des régions qui attirent le plus les Français révèle un début de désamour des grandes métropoles

Publié le 10 juillet 2019
Près de 4 Français actifs sur 10 cherchent un emploi dans une autre région que la leur, et notamment les Franciliens puisque 67% des actifs de région parisienne sont prêts à travailler en province.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Près de 4 Français actifs sur 10 cherchent un emploi dans une autre région que la leur, et notamment les Franciliens puisque 67% des actifs de région parisienne sont prêts à travailler en province.

Quelle surprise ! Les Français sont massivement prêts à la mobilité interrégionale, ils sont prêts à quitter la région parisienne et leurs provinces préférées sont l’Auvergne et les Rhône-Alpes.

Ces phénomènes sont révélés par le résultat de l’analyse fine des offres d’emplois consultées par près de 7 millions d’utilisateurs au 1er trimestre 2019. C’est la société Hellowork, un des 3 acteurs privés les plus importants du marché de l’emploi et qui regroupe notamment les plateformes Régions-Job, Paris-Job et Cadre. Hellowork, qui a recueilli donc des millions de demandes effectuées par des candidats à la mobilité, nous dit tout ou presque des envies de mobilité professionnelle des Français.

Et la surprise est énorme. Alors que le mouvement des gilets jaunes a révélé l’ampleur de la fracture entre deux France. Une France des métropoles inscrite dans la modernité du digital et de la mondialisation   et une France de la périphérie, perdue dans une province abandonnée par l’industrialisation et les services publics. Ce clivage ne correspond pas aux envies et aux besoins des Français.

Pour résumer le diagnostic, on constate désormais que

-Près de 4 actifs sur 10 cherchent un emploi dans une autre région

-La région Auvergne-Rhône-Alpes est celle qui attire le plus les candidats des autres régions

-67% des actifs franciliens s'intéressent à un emploi dans une autre région alors qu'ils ne sont que 33% en région

-Les Franciliens sont toujours plus enclins à une mobilité professionnelle interrégionale (+8 points versus 2018), quand les candidats en régions le sont de moins en moins (-5 points versus 2018)

Quant à la mobilité ou aux projets de mobilité des Français, ils sont finalement très simples.

1er phénomène, c’est la région Rhône-Alpes, la nouvelle Aquitaine et les pays de Loire qui forment le tiercé gagnant des régions les plus attractives. L’Ile de France est en queue des préférences avec la Bourgogne Franche Comté.

La région rhodanienne arrive donc en tête des régions qui attirent le plus de candidats d'autres régions : 12,4% des candidats qui cherchent un emploi dans une autre région le font en Auvergne-Rhône-Alpes !

Arrive ensuite la Nouvelle-Aquitaine qui progresse nettement par rapport à 2018 (12,2% soit +2 points vs 2018). On retrouve ensuite les Pays de la Loire (10,3%), PACA (9,5%), la Bretagne (9,4%), le Grand Est, l’Occitanie et les Hauts de France ou la Normandie (entre 6 et 8% des demandes).  La région parisienne n'attire plus que 5% des candidats à la mobilité régionale. Plus grave, l’Ile de France exerce une très faible attractivité, mais en plus, elle a du mal à fidéliser ses propres actifs. 2 candidats sur 3 au changement consultent des offres d’emplois dans d’autres régions que l’Ile de France.

Parmi les autres régions qui ont du mal à fidéliser leurs actifs, on trouve la Bourgogne Franche-Comté (43% regardent ailleurs), les Hauts-de-France (41%), l'Occitanie (41%) et le Centre-Val de Loire (39%).
A l'inverse, PACA (26%), la Bretagne (29%) et l'Auvergne-Rhône-Alpes (29%) sont les régions avec les actifs "les plus fidèles".

2e phénomène, les régions Auvergne-Rhône-Alpes sont également en tête des préférences pour les Parisiens.

On pensait les Parisiens attirés par la Bretagne et tout l‘arc Atlantique, en fait, c’est la région lyonnaise qui attire le plus les Franciliens. Près de 15% des Franciliens qui cherchent ailleurs le font d’abord dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, puis en Nouvelle-Aquitaine, qui n'était pourtant que 6ème l'an dernier. Suivent ensuite les Pays de la Loire, le Grand Est, la Bretagne, les Hauts-de-France et PACA, attirant chacun entre 9% et 10,5% des Franciliens. La Bourgogne Franche-Comté est lanterne rouge (3,6%).

3e phénomène, les métropoles ont toujours la cote mais surtout auprès des habitants de la région parisienne puisque Lyon attire 40% de candidats franciliens regardant vers la région Auvergne-Rhône Alpes, quand Lille attire 39% des Franciliens attirés par la région Hauts-de-France et Marseille-Aix en Provence. 45% de ceux qui se projettent en région PACA. Bref, les Parisiens aiment de moins en moins Paris mais quand ils cherchent à partir, ils ciblent en priorité Lyon ou Marseille.

A noter que les actifs des Hauts-de-France sont ceux des régions françaises les plus attirés par un job et une vie en Ile de France ; ils sont suivis de près par ceux d’Auvergne-Rhône-Alpes et du Grand Est.

Ce qui est intéressant aussi, c’est que les 3 régions les moins attractives pour les Parisiens sont le Centre-Val de Loire, la Normandie et la Bourgogne.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Si vous pensiez que la dette américaine détenue par la Chine met Washington à la merci de Pékin, ce graphique pourrait vous surprendre

02.

Guillaume Larrivé à droite toute ; François-Xavier Bellamy refuse d’enfoncer Wauquiez après les européennes ; Ziad Takieddine nie toute "machination" contre Nicolas Sarkozy ; Benjamin Griveaux ou les ravages de la transparence (anonyme)

03.

Les trois (fausses) excuses de Macron pour ne pas mettre en œuvre son programme de réduction de dépenses publiques

04.

Un Rugy de perdu, 10 populistes de retrouvés ? Quand les opérations mains propres ne produisent pas la vertu escomptée

05.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

06.

A ses ralliés, la République (En marche) pas reconnaissante

07.

Du CETA aux particules ultra-fines, comment de vraies questions sanitaires ou environnementales se transforment de plus en plus en peurs irrationnelles

01.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

02.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

03.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

04.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

05.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

06.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

04.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

05.

Et toute honte bue, François de Rugy limogea sa chef de cabinet…

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
AZKA
- 11/07/2019 - 08:58
Pas si idiots que ça
Ils sont lucides les "pov" Franciliens.
assougoudrel
- 10/07/2019 - 18:13
Personne ne veut aller à
Grenoble?!