En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé

02.

Selon « Le Monde », Abdouallakh Anzorov, l’auteur de l’attentat, a donné plusieurs centaines d’euros à des élèves du collège en échange d’informations pour identifier le professeur

03.

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

04.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

05.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

06.

Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant

07.

Comment les comparateurs en ligne menacent la survie de pans entiers de l’industrie des services en France

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Emmanuel Macron, le Gorbatchev de la technostructure française ?

ça vient d'être publié
light > Politique
Principe de précaution
Coronavirus : Brigitte Macron décide de se mettre à l'isolement pendant 7 jours après avoir été cas contact
il y a 10 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"On purge bébé" de Georges Feydeau : un vaudeville comme on les aime

il y a 11 heures 6 min
pépites > Justice
Enquête en cours
Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant
il y a 12 heures 46 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les régions vont diffuser un livre de caricatures dans les lycées
il y a 13 heures 53 min
décryptage > Economie
Evolution de la pandémie

Panorama COVID-19 : maintenant, c’est l’Europe qui est la plus touchée par les nouveaux cas

il y a 16 heures 31 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Pour une publication massive des caricatures

il y a 16 heures 51 min
light > Economie
Voiture propre
La Chine, leader dans le domaine des voitures électriques - avec 138 modèles sur son marché, contre 60 en Europe, et seulement 17 aux États-Unis - abrite aussi le premier constructeur mondial
il y a 17 heures 32 min
Alimentation
La Chine se met à aimer le lait après l'avoir ignoré pendant plusieurs générations
il y a 18 heures 41 min
décryptage > Terrorisme
Reculer pour mieux sauter

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

il y a 19 heures 14 min
décryptage > Finance
Impact de la pandémie

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

il y a 19 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Covid-19 et réchauffement climatique" de Christian de Perthuis : une analyse qui mérite un détour, comme tout témoignage sincère, mais avec ses limites

il y a 10 heures 50 min
pépites > Politique
Chaises musicales
Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé
il y a 11 heures 56 min
light > France
Magie de Noël menacée
Covid-19 : le marché de Noël des Tuileries est annulé à Paris suite au coronavirus
il y a 13 heures 21 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Choisir la mort ou la Mort. La France a fait son choix

il y a 15 heures 54 min
décryptage > International
MilkTea

« L’alliance du thé au lait » : le mouvement du refus de l’expansionnisme chinois s’étend en Asie

il y a 16 heures 43 min
light > High-tech
Justice
Instagram visé par une enquête de la Commission irlandaise pour la protection des données
il y a 17 heures 4 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Couvre-feu : et les meilleures solutions pour les télé-apéros sont...
il y a 17 heures 57 min
pépite vidéo > France
Lutte contre le fondamentalisme
Conflans-Sainte-Honorine : "Nous ne pouvons pas laisser faire ce genre de fatwas en ligne", selon Gérald Darmanin
il y a 18 heures 55 min
décryptage > Politique
Stratégie

LR contraint de s’allier à LREM pour survivre ? Les faux calculs de Christian Estrosi

il y a 19 heures 38 min
rendez-vous > Santé
Zone Franche
Coronavirus : le scandale caché du sous-investissement mortuaire
il y a 20 heures 16 min
© WILLIAM WEST / AFP
© WILLIAM WEST / AFP
Remède pire que le mal

Pourquoi les applis qui comptent les calories peuvent exacerber les troubles de l’alimentation

Publié le 09 juillet 2019
Nombre d'utilisateurs d'applications visant à surveiller leur alimentation confient avoir développé des troubles alimentaires à la suite de leur utilisation, notamment à cause de leurs messages culpabilisants.
Catherine Grangeard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Catherine Grangeard est psychanalyste. Elle est l'auteur du livre Comprendre l'obésité chez Albin Michel, et de Obésité, le poids des mots, les maux du poids chez Calmann-Lévy.Elle est membre du Think Tank ObésitéS, premier groupe de réflexion...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nombre d'utilisateurs d'applications visant à surveiller leur alimentation confient avoir développé des troubles alimentaires à la suite de leur utilisation, notamment à cause de leurs messages culpabilisants.

Atlantico : La BBC révèle dans une enquête que bon nombre des applications de comptage de calories créent des messages punitifs ou humiliants dès que l'utilisateur mange trop. Nombre d'utilisateurs ont confié avoir développé des troubles alimentaires à la suite de l'utilisation de ce type d'applications. Qu'est-ce que cela vous inspire ? 

Catherine Grangeard : Ça ne vous surprendra pas, je parie : si chaque personne est unique, comment une appli peut convenir à tout le monde ? Ensuite, si une personne a besoin d’une appli pour cet acte si naturel que se nourrir, n’est-ce pas qu’à la base elle a déjà un léger (au minimum) problème ? Enfin, déléguer à qui que ce soit ce contrôle, qu’est- ce que ça peut donner ? Le pire, sans doute ! (Sauf pour les personnes derrière qui font leurs choux gras et ce qui explique la prolifération de ces applis…)

Qu’est- ce que les gens recherchent pour se soumettre ainsi ? Quel degré d’abandon de soi y a-t -il tapi dans l’ombre ? Tout ceci est extrêmement inquiétant.

Les conseils nutritionnels sont pourtant largement diffusés. Qui ignorerait que les aliments ultra-transformés sont plus nocifs que ceux qui sont naturels ? Qui n’aurait pas la faculté de jugement nécessaires pour un choix entre un aliment gras et sucrés et d’autres plus sains ? Au secours ! Retrouvons le minimum de bon sens pour gérer sa vie !

Créer une appli avec des messages punitifs, c’est grave. Les utiliser pose vraiment question. Toute recherche d’une maltraitance est un signe pathologique. Qu’y a- t-il dessous ? Les troubles alimentaires ne sont qu’une manifestation, visible d’une problématique globale de mal-être. Une réelle vulnérabilité mène à de telles extrémités. Toujours, le manque profond de confiance en soi est la base pour accepter une telle prise de pouvoir sur soi.

Aucun contrôle législatif n’existe donc pour ces applis ? Ce dernier point confirme alors qu’il faut les fuir.

Quelles conséquences psychiques et physiques peuvent avoir ces messages sur un utilisateur ou une utilisatrice ? Peut-il entrer dans une spirale infernale ? 

L’obsession qui mène à l’appli va bien évidemment s’amplifier avec elle. Déjà, revenons sur qui choisit ces applis. Réfléchissons un peu, tout de même ! Déléguer ce contrôle de soi doit bien avoir un sens pour ces personnes qui se font si peu confiance qu’il leur parait nécessaire de s’en remettre à un outil ayant le savoir et la compétence…. Qu’est ce qui est grave à ce point pour que la recherche d’une servitude volontaire s’empare d’une personne et la conduise à cette appli ?

De là, l’appli gère puisque c’est ce qu’on lui demande ! J’insiste lourdement sur ce comportement totalement ahurissant que de chercher à l’extérieur de soi le moyen de se réguler. Je conseille bien sûr de réviser la nutrition pour se redonner confiance. Ensuite de lire « La femme qui voit de l’autre côté du miroir » ! Cette autopromo est salvatrice ! C’est la raison pour laquelle Dahnée Leportois et moi nous avons écrit ce livre. Dans ce roman très adapté à la saison estivale, nous montrons les tours et détours pour se libérer de ces applis, mais pas uniquement, aussi des injonctions qui sont derrière des comportements plus nocifs les uns que les autres et détruisant le peu de confiance en soi qui y menait…

La spirale est vraiment à décomposer pour s’en sortir. Les conséquences psychiques comme physiques vont à l’encontre des objectifs initiaux. Il vaut mieux commencer par le commencement et consulter ! Avant d’en arriver à s’aliéner à une appli qui décide, félicite ou punit, comprendre la démarche s’impose. L’adulte veut- il rester mineur ? (Et qui contrôle qu’aucun mineur n’utilise l’appli, puisque les infos données ne sont que déclaratives ?) Comment sait-  on que c’est vraiment « de son plein gré » qu’une personne, en toute connaissance de cause, adhère ? Vous voyez bien que l’on aborde maintenant des questions de fond. Déléguer sa faculté de jugement ne saurait être sans conséquences ! C’est un process qui aggrave les troubles préexistants. Ces troubles du comportement alimentaire (TCA) sont parfois vraiment graves.

Faudrait-il que ces applications fassent plus de sensibilisation et échangent davantage sur le cheminement de l'utilisateur ? Pourquoi veut- il perdre du poids, comment peut-il le faire sans se mettre en danger ou s'auto-flageller par exemple ? 

Effectivement, « POURQUOI ? » doit venir au début avant le « COMMENT ». Pourquoi a- t-on un réel problème de poids, ou mieux pourquoi est-ce considéré comme tel ?

Il vaut mieux consulter, en face à face, et non par le truchement d’applis où vous ne savez pas du tout qui est derrière. J’en connais qui sont créées par des médecins mais croyez-vous qu’ils sont derrière leur ordi à longueur de journées et de nuits ? S’il y a des interactions, c’est avec un pool de personnes…

Plus la personne a tenté de démarches, plus l’insuccès est rendez-vous, plus elle est fragile. Sa vulnérabilité l’entraîne vers n’importe quoi. Nous avons une urgence à remettre les choses d’aplomb.

Une appli n’est pas là pour sensibiliser. C’est l’arbre qui cache la forêt. La réelle raison d’être est mercantile. C’est un marché ! Puisque la population grossit et qu’un idéal de minceur est entretenu, qu’inventer ?

Chaque personne ayant des moments de détresse vis-à-vis de son poids est une cible potentielle. Certaines applis vont avoir un discours élaboré pour donner confiance à la clientèle visée, le marketing est là pour offrir les messages adaptés et attirer ce segment de population. Y compris sous des allures très sérieuses. Et bien sûr, certaines applis sont pires que d’autres.

Le danger est réel et pour terminer je rappelle que 95 % des régimes aboutissent à des prises de poids. Le poids n’est pas un souci extérieur à la personne. Elle est concernée dans sa globalité de personne. Ainsi, cessons de considérer les kilos, comme n’étant rien d’autres qu’une question de chiffres sur une balance. Toute la personne, psychique comme physique, a besoin de creuser pourquoi elle irait vers ce type de d’applis. Pour ces outils, comme pour d’autres sujets, il est indispensable de revenir au POURQUOI ! Si les TCA se multiplient, quelles en sont les causes ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
OLYTTEUS
- 10/07/2019 - 20:11
applications
C'est fou ce que les jeunes croient dans les applications pour tout et rien; j'ai plus de 60ans et voit ces choses comme l'auteur de l'article: un mal non nécessaire,une servitude redondante.