En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

La réaction de la femme de Griveaux

05.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

06.

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

07.

Elections législatives en Iran : une abstention record et un avenir inquiétant

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

04.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

05.

L’hiver noir du macronisme : quels lendemains pour LREM ?

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

ça vient d'être publié
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'Agence spatiale européenne vous propose de passer des mois dans un lit en apesanteur ; Seti met en ligne deux pétaoctets de données pour la recherche extraterrestre
il y a 2 heures 20 min
décryptage > France
Kafkaïen

Ces fautes de l’administration française

il y a 3 heures 31 min
décryptage > International
Désaveu

Elections législatives en Iran : une abstention record et un avenir inquiétant

il y a 3 heures 53 min
décryptage > Europe
Bonnes feuilles

L’Europe face aux défis migratoires

il y a 4 heures 18 min
décryptage > Environnement
Bonnes feuilles

Agriculture : l’élevage, l’allié de la planète

il y a 4 heures 18 min
décryptage > Education
Mal adaptés

Pourquoi les plus introvertis sont injustement traités par le système scolaire

il y a 4 heures 19 min
décryptage > High-tech
Menace

Ransomware : radioscopie d'un méga risque économique sous estimé en France

il y a 4 heures 49 min
light > People
Reconversion
L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)
il y a 20 heures 51 min
pépites > International
Enquête
L’association L’Arche révèle des abus sexuels qu'aurait commis Jean Vanier, son fondateur
il y a 22 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une histoire d’amour" : Intensité discutable

il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Economie
Négociations

Brexit : vers une bataille de poissonniers

il y a 3 heures 14 min
décryptage > Media
En route vers les César de la connerie

"Mâles et blancs". Vous avez aimé la saison 1 ? Vous adorerez la saison 2 !

il y a 3 heures 44 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Pourquoi la pollution automobile aurait quand même baissé (et peut-être même plus) sans la politique anti-voitures d’Anne Hidalgo
il y a 4 heures 11 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

La colère du peuple algérien face au règne d'Abdelaziz Bouteflika

il y a 4 heures 18 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

La philosophie : ce sentiment premier de l’existence

il y a 4 heures 18 min
décryptage > International
Un homme averti n’en vaut toujours pas deux

Nouvelles ingérences électorales (de Russie ou d'ailleurs) en vue : les démocraties occidentales toujours pas vaccinées

il y a 4 heures 36 min
décryptage > Société
M'as-tu vu

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

il y a 5 heures 2 min
pépites > Société
Profilage
Le PDG de Rynair fait polémique en expliquant que les terroristes sont souvent des hommes seuls musulmans, pas des familles
il y a 21 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Serpent et la Lance Acte 1" : Un thriller Aztèque comme vous n'en avez jamais vu !

il y a 1 jour 52 min
décryptage > Culture
Too much

Start-up nation oui, anglais à l’eurovision non : qui importe quel mot dans le français d’aujourd’hui ?

il y a 1 jour 2 heures
© ludovic MARIN / POOL / AFP
© ludovic MARIN / POOL / AFP
Budget de l'Etat

Réduction des dépenses publiques : ces éléments qui manquent aux raisonnements de la Cour des comptes

Publié le 28 juin 2019
La Cour des comptes reproche à Emmanuel Macron de ne pas assez réduire les dépenses publiques. Elle devrait aussi suggérer au chef de l'Etat de conduire une restructuration générale de la dépense s'il veut apaiser la société française.
Ancien dirigeant de start-up et de PME, François-Xavier Oliveau accompagne des dirigeants d'entreprises européennes dans leur stratégie et leur transformation. Il s'intéresse aux impacts de la révolution technologique sur l'économie, la société et les...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François-Xavier Oliveau
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ancien dirigeant de start-up et de PME, François-Xavier Oliveau accompagne des dirigeants d'entreprises européennes dans leur stratégie et leur transformation. Il s'intéresse aux impacts de la révolution technologique sur l'économie, la société et les...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La Cour des comptes reproche à Emmanuel Macron de ne pas assez réduire les dépenses publiques. Elle devrait aussi suggérer au chef de l'Etat de conduire une restructuration générale de la dépense s'il veut apaiser la société française.

Atlantico : Il y a quelques jours, la Cour des comptes a identifié un dérapage de plusieurs milliards d'euros dans les dépenses de l'État et reproche au gouvernement Macron de ne pas respecter sa contrainte budgétaire en matière de dépenses publiques. En cette période hautement inflammable socialement et qui nécessite donc des dépenses de la part de l'État, comment concilier les exigences budgétaires et sociales ?

François-Xavier Oliveau : La réponse tient en un mot, suggéré d’ailleurs par la Cour des Comptes : la productivité ! Il faut absolument sortir du faux débat que vous rapportez implicitement, et qui assimile un meilleur service à plus de dépenses. L’enjeu est au contraire de rendre un meilleur service public avec moins de ressources. Cela peut sembler contradictoire, et c’est pourtant le quotidien de toutes les entreprises, qui y parviennent très bien : chaque nouvelle génération de produit ou de service est meilleure que la précédente et très souvent, à terme, moins chère grâce notamment aux progrès technologiques. Une entreprise qui ne saurait pas le faire disparaîtrait naturellement. Mais le monopole naturel de l’Etat le dispense de cette contrainte, et donc de se remettre en question. L’exigence sociale dont vous parlez, celle exprimée par les gilets jaunes, est avant tout issue d’un ras-le-bol fiscal. Revoir la dépense publique est donc exactement la bonne réponse à donner au mouvement, la seule viable à long terme. C’est un impératif pour l’Etat, d’autant que nous sommes maintenant le pays le plus déficitaire de toute la zone euro. Le besoin de pouvoir d’achat nécessite que chaque denier public soit dépensé avec pertinence et efficacité. Objectivement, on en est encore loin.

Sur quels facteurs (la croissance etc.) et acteurs économiques (la BCE et sa politique accommodante) l'État peut-il compter pour réduire ses dépenses publiques ?

Je ne compterais pas trop sur une improbable accélération de la croissance. En revanche le niveau des taux crée un environnement extrêmement favorable pour faire un travail de fond. Une vraie réforme de l’Etat se traduirait par des coûts de restructuration, et donc un accroissement temporaire de l’endettement. Les taux nuls permettant de réaliser ces efforts sans surcoût. Didier Migaud soulève aussi le risque pour la charge de la dette d’une hausse brutale des taux. Ce risque me semble en réalité limité. D’une part parce que les taux sont durablement bas pour des raisons structurelles, notamment liés à la technologie, comme je l’explique dans mon étude pour l’Institut Sapiens. De l’autre, parce que même en cas de hausse des taux, la charge de la dette continuerait à baisser par effet de stock. Sa maturité moyenne étant de huit ans, on remplace aujourd’hui typiquement des emprunts souscrits vers 2011 à des taux de 3 ou 4%. Chaque renouvellement baisse donc mécaniquement la charge de la dette, qui va continuer à diminuer encore pendant plusieurs années même si les taux remontent d’un ou deux points. Je pense donc inutile voire contre-productif de promouvoir une baisse de la dépense publique « défensive », en réponse à un risque qui a peu de chances de se matérialiser. Au contraire, la réforme de l’Etat doit être un acte positif, visant à mieux servir l’usager-contribuable à un coût optimal, notamment en s’appuyant sur les nouvelles technologies.

Le contexte est-il favorable à une refondation à long-terme de la politique budgétaire ? Comment mieux répartir la dépense dans la situation actuelle ?

Bien sûr ! Les taux sont bas et le calendrier politique est raisonnablement dégagé, sans élection nationale avant 2022. Le contexte est idéal pour une réforme de fond, et non un n-ième coup de rabot qui épuise les agents publics sans régler aucun problème. La première étape est de bien définir ce qui relève du champ public. Pour cela, il faut nbien identifier les missions et faire l’effort de comprendre leur coût. Il serait ensuite utile d’associer les Français à la réflexion, en leur posant la question sur des services non-régaliens. Un exemple concret : la redevance télévision coûte 11,50 € par mois. Pourquoi ne pas simplement poser la question aux Français : souhaitez-vous continuer à payer cet « abonnement » pour un service public de l’audiovisuel, ou préférez-vous que l’audiovisuel public soit privatisé et financé par la publicité ? Ce serait une façon de rendre très concret le droit constitutionnel du consentement à l’impôt, et de se mettre d’accord ensemble sur les vraies missions de l’Etat. Ensuite, il faut autant que possible s’inspirer des démarches d’entreprises pour repenser le service public autour de l’usager : comment lui rendre un service simple, rapide, efficace ? Les nouvelles technologies ouvrent tout un champ de possibilités nouvelles à un coût bien moindre. Des évolutions d’effectifs deviennent alors des conséquences d’une refonte en profondeur du service à l’usager, et en aucun cas un point de départ comptable. Enfin, les agents publics doivent être accompagnés dans la transition, à la fois collectivement et individuellement. Ces démarches sont utilisées couramment dans beaucoup d’organisations, privées ou publiques. Bien menées, elles sont extrêmement efficaces et permettant largement d’améliorer les offres. A l’Etat maintenant de s’en emparer et de faire sa propre refonte.
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

La réaction de la femme de Griveaux

05.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

06.

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

07.

Elections législatives en Iran : une abstention record et un avenir inquiétant

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

04.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

05.

L’hiver noir du macronisme : quels lendemains pour LREM ?

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benvoyons
- 29/06/2019 - 09:23
TV: C'est trop tard car la Puissance & la structure des Chaînes
Publiques se sont faites sans compter avec l'argent des Contribuables. Donc avant tout il faut dénationaliser & rendre indépendantes les chaînes publiques (qui pourront s'acheter ensuite pour mettre ainsi leur vraie valeur sur le marché ) puis après pouvoir accéder qu'à la publicité pour vivre. Sans cela cela serait une mortelle disposition avec une distorsion disproportionnée, qui détruira des Chaînes du Privé qui ne vivent que de la Publicité & cela depuis très longtemps par rapport au Monopole d’État actuel.
pierre de robion
- 28/06/2019 - 22:07
Cause toujours!
Dans un pays socialiste de coeur, la raison n'a pasde prise!
Seule une crise monétaire, à l'Argentine, pourra couper ce noeud gordien!
Ce n'est pas pour demain, et comme on dit chez nous: en attendant, "tan qué vire faï dé tours"!
zelectron
- 28/06/2019 - 14:13
Théodules et autres
dont vivent grassement ceux qui en font partie
https://www.ifrap.org/fonction-publique-et-administration/comites-theodule-et-autorites-administratives-poursuivre-les
nombre de "Theodule" : 400 peu ou prou !