En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

03.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

06.

La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France

07.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

ça vient d'être publié
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 1 heure 6 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 1 heure 41 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 2 heures 2 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720 ?

il y a 2 heures 56 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 3 heures 39 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 4 heures 27 min
décryptage > Politique
Trouvaille linguistique

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

il y a 4 heures 52 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Trump ou Biden : les deux candidats ont un seul et même remède pour sauver l’économie, endetter l’Amérique

il y a 4 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 18 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et Maintenant ?" de Eirin Forsberg et Gilles La Carbona : comment devient-on une femme battue alors que tout semblait si parfait ?

il y a 19 heures 14 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 1 heure 15 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 1 heure 58 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 2 heures 35 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 3 heures 11 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 4 heures 2 min
pépites > Justice
Terrorisme
Selon Gérald Darmanin, le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) est une officine contre la République
il y a 4 heures 45 min
décryptage > Politique
Cendres et bouillie

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

il y a 4 heures 55 min
décryptage > Economie
Mesures d'urgence

Sommet social : et s’il y avait une seule réforme à faire par ces temps de pandémie, laquelle serait-elle ?

il y a 5 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 19 heures 2 min
pépites > France
Appel au calme
Le CFCM considère que les "musulmans ne sont pas persécutés" en France
il y a 20 heures 2 min
© Reuters
© Reuters
Réforme de fond

Cette révolution politique toute simple qui pourrait permettre de reconquérir la confiance des électeurs (sans avoir besoin de réviser la constitution)

Publié le 17 juin 2019
C'est l'une des prérogatives des parlementaires : l'évaluation des politiques publiques. Au programme de l'Assemblée Nationale lundi 17 juin : ce rôle est paradoxalement peu connu, notamment par les députés eux-mêmes.
Tris Acatrinei Aldea
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Fondateur du projet Arcadie sur la veille des parlementaires Français. Ancienne assistante parlementaire. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
C'est l'une des prérogatives des parlementaires : l'évaluation des politiques publiques. Au programme de l'Assemblée Nationale lundi 17 juin : ce rôle est paradoxalement peu connu, notamment par les députés eux-mêmes.

Atlantico : Concrètement de quoi parle-t-on quand on mentionne la mission constitutionnelle d'évaluation des politiques publiques des parlementaires ? Comment cela se traduit-il dans les faits ? 

Tris Acatrinei : La réforme constitutionnelle de 2008 a donné une nouvelle mission aux parlementaires : évaluer les politiques publiques, sur le modèle de ce qui se fait au Royaume-Uni. L'idée était que le législateur ne travaille plus seulement avant la loi mais après, qu'il mesure l'impact de ces textes, qu'il corrige éventuellement sa rédaction ou qu'il l'adapte. 

Dans le cadre français, ça s'est matérialisé par trois commissions spécifiques à l'Assemblée nationale : la MEC (mission d'évaluation et de contrôle) directement inspirée par le National Audit Office britannique, la MECSS (mission d'évaluation et de contrôle des lois de financement de la sécurité sociale) et le CEC (Comité d'évaluation et de contrôle). 

Les deux premières commissions sont vraiment inscrites dans un cadre budgétaire mais le CEC est déjà plus libre et les sujets sont variés. Par exemple, Ugo Bernalicis et Jacques Maire - dans le cadre de cette commission - ont travaillé sur une mission d'évaluation de la lutte contre la délinquance financière mais on peut également citer l'évaluation des missions régaliennes en Seine-Saint-Denis, le suivi de l'évaluation de la prise en charge de l'autisme ou encore la lutte contre la contrefaçon. 

En résumé, cela se traduit par une sorte de travail d'enquête et d'audit des parlementaires, qui se matérialise par un rapport. Mais, la traduction de ce rapport par une législation ad hoc reste de l'initiative du Gouvernement, ce qui est dommage. 


11 ans après la réforme constitutionnelle de 2008 qui a fait émerger cette mission constitutionnelle, quel bilan tirer ?

Les trois commissions précédemment énumérées ont un bilan dont elles n'ont pas à rougir et les députés qui choisissent de s'y investir font un travail de qualité. Objectivement, ces commissions souffrent des mêmes maux que le CESE : une absence totale de visibilité. Il y a très peu de pédagogie et de vulgarisation qui sont faites sur leurs travaux alors que la somme d'expertise est impressionnante. Force est de reconnaître que la façon dont Ugo Bernalicis a parlé et fait parler du rapport co-écrit avec Jacques Maire a eu le mérite de rappeler au grand public l'existence de cette troisième mission du député

L'expertise est là mais la traduction concrète par des mesures législatives ou réglementaires paraît vaporeuse. Si on prend l'exemple du sujet de l'action régalienne dans le 93 par le CEC , le groupe a travaillé, a remis un rapport mais il n'y a rien eu. Alors que le rapport pointait des dysfonctionnements en matière de ressources humaines, aucune politique n'a été mise en place et il suffit de lire le journal de Saint-Denis pour le constater. 


Quels sont les freins structurels et conjoncturels qui empêchent le bon exercice de cette mission constitutionnelle

Lors de la rédaction du deuxième rapport du Projet Arcadie sur l'activité réelle des députés, j'ai été surprise de constater qu'une part importante des députés ne savaient même pas ce qu'étaient l'évaluation des politiques publiques. Ne jetons pas la pierre à l'actuelle législature car leurs prédécesseurs ne faisaient pas mieux. Le premier frein vient donc de l'intérieur même de l'Assemblée nationale. 

Le deuxième est celui de la pédagogie et de la vulgarisation. Un gros travail de communication doit être fait pour que les citoyens comprennent bien que le député a aussi un rôle d'auditeur et que cela ne se borne pas à trois questions écrites ou orales et qu'ils puissent aussi y participer. Ils sont les premiers à éprouver les politiques publiques. Instaurer des antennes locales permettrait aussi de retisser du lien et réinvestir le champ politique dont ils se sentent exclus. 

Le troisième est plus spécifique à la MEC et MECSS : le refus de communication des données par les administration. En entretien, une député me rapportait qu'elle avait accès plus facilement aux données statistiques, financières et comptables lorsqu'elle était dans le secteur privé que depuis qu'elle était député. L'administration centrale fait une grossière erreur en ne communiquant pas les informations nécessaires aux parlementaires. C'est un non-respect de notre Constitution. Elle laisse aussi le champ libre aux représentants d'intérêts, qui ont tout le loisir d'arriver avec leurs expertises, leurs données chiffrées et leurs analyses aux députés, qui n'ont aucune autre information pour comparer. 

Le quatrième est temporel : les députés n'ont pas assez de temps. Le calendrier législatif est trop chargé, trop désordonné et ne laisse pas les députés travailler sereinement les textes. Comment peut-on bien légiférer pour résoudre un problème donné si on n'a pas le temps d'auditer correctement, d'interroger, d'aller sur le terrain ? On peut déplorer la place des représentants d'intérêts dans la rédaction législative mais force est de constater qu'ils arrivent avec des diagnostics et des solutions, certes biaisés mais ils ont compris que le législateur n'a que 24h dans une journée et que ce n'est pas une machine.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zelectron
- 17/06/2019 - 18:16
peut-être qu'une escouade de CRS ferait bouger les lignes
en interpellant les hauts fonctionnaires qui font preuve de résistance envers les demandes des députés ?
l'exemple le plus flagrant reste la cour des comptes et ses rapports circonstanciés avec suggestions de mesures appropriées, LETTRES MORTES ! depuis si longtemps . . .
Loupdessteppes
- 17/06/2019 - 15:33
Et les votations citoyennes, régionales et locales ?
Comme en Suisse : c'est pour le 22ème siècle ou quoi ?
J'accuse
- 17/06/2019 - 12:18
Un RIC sur ce sujet majeur s'impose
La France est le pays des rapports... enterrés.
La production est forte mais stérile: tout le monde a entendu parler du rapport annuel de la Cour des Comptes remis au président de la République, et tout le monde sait qu'il ne débouche jamais sur rien.
Toutes ces commissions, parlementaires ou pas, devraient avoir le pouvoir -et la volonté- de saisir la justice sur les gaspillages massifs et fraudes qui ne le sont pas moins, constatés partout (absolument partout) où de l'argent public est utilisé.
Si la presse française (télévisée et écrite) faisait son travail d'information populaire au lieu de relayer la propagande gouvernementale, ces rapports seraient étalés régulièrement sur la place publique, et on y accorderait toute l'importance voulue : c'est notre argent qu'on dilapide derrière de hauts murs et dans des silences complices !
La première mission des élus est de gérer correctement l'argent public, et ils ne le font pas du tout.
Alors oui, il faut réformer la Constitution pour que le peuple sache exactement ce qu'on fait avec son argent.
Mais qui a le pouvoir de la réformer ? Ceux qui ne veulent pas qu'on les prenne les doigts dans la confiture.