En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
© AFP POOL / AFP
Bonnes feuilles

Georges Pompidou : "Gouverner, c'est contraindre"

Publié le 16 juin 2019
Rédigé dans la foulée de Mai 1968, interrompu par son élection à la présidence de la République, cet essai politique d'envergure de Georges Pompidou ("Le nœud gordien", réédité chez Perrin) ne fut publié qu'après sa mort en 1974. Le dauphin du général de Gaulle livre une réflexion puissante et souvent novatrice sur la France qu'il sait au croisement de son destin. Extrait 2/2.
Georges Pompidou a été Premier ministre de 1962 à 1968 et le dix-neuvième président de la République française entre juin 1969 et avril 1974.  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Georges Pompidou
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Georges Pompidou a été Premier ministre de 1962 à 1968 et le dix-neuvième président de la République française entre juin 1969 et avril 1974.  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédigé dans la foulée de Mai 1968, interrompu par son élection à la présidence de la République, cet essai politique d'envergure de Georges Pompidou ("Le nœud gordien", réédité chez Perrin) ne fut publié qu'après sa mort en 1974. Le dauphin du général de Gaulle livre une réflexion puissante et souvent novatrice sur la France qu'il sait au croisement de son destin. Extrait 2/2.

Gouverner, c’est contraindre. Contraindre les individus à se plier à des règles, dont chacune, à tout moment, va contre l’intérêt immédiat de tel ou tel. Les contraindre à payer des impôts, à donner à l’armée un temps de leur jeunesse et, parfois, leur vie. Les contraindre à obéir à des autorités administratives dont le poids leur apparaît aussi lourd que les motivations incompréhensibles. Les contraindre à accepter la loi de la majorité qui veut que le citoyen puisse critiquer mais non contester la légitimité du pouvoir contre lequel il s’est, personnellement, prononcé. Gouverner, c’est faire prévaloir sans cesse l’intérêt général contre les intérêts particuliers, alors que l’intérêt général est toujours difficile à définir et prête à discussion, tandis que l’intérêt particulier est ressenti comme une évidence et s’impose à chacun sans qu’il y ait place pour le doute. Gouverner, c’est, en somme, conduire les hommes collectivement dans des voies et vers des objectifs qui ne leur sont ni naturels, ni clairement perceptibles, ni conformes à leurs aspirations immédiates. Le gouvernement, c’est donc bien la « répression » au sens où l’entend Freud. 

On comprend donc que les peuples bien gouvernés, disons les peuples faciles à bien gouverner, soient « en général des peuples qui pensent peu », suivant le mot d’André Siegfried. On comprend aussi que plus un peuple est par nature individualiste et pénétré des droits de l’individu, plus il est rebelle à la notion de gouvernement. 

Il suffit de regarder vivre les Français pour prendre conscience de leur inaptitude naturelle profonde à accepter d’être gouvernés. Voyez-les, par exemple, au volant de leur voiture. Chacun est prêt à utiliser sauvagement la priorité qu’il détient ou croit détenir, à considérer l’autre conducteur comme doté de toutes les tares intellectuelles et mêmes morales, et cela en bonne conscience, avec la conviction permanente et viscérale de son bon droit et des torts d’autrui. Si le représentant de l’autorité – en l’occurrence l’agent de la circulation – intervient, cette intervention n’est pas acceptée comme l’expression du droit, mais regardée comme un abus, au mieux, une erreur qui prête à discussion sans fin et à colères plus ou moins rentrées. L’agent qui verbalise n’est pas le représentant de la loi dressant contravention pour violation de celle-ci, mais un ennemi qui vous cherche querelle, par bêtise, méchanceté ou vocation. 

Car, à l’égard de l’État et de ses représentants, la réaction naturelle du Français est la méfiance, l’hostilité doublée d’une sorte de complexe d’infériorité. L’État lui apparaît comme une machine implacable et absurde qui lui est extérieure et dont on ne peut attendre rien de bien. S’il évoque telle ou telle décision gouvernementale, le Français ne dit pas, ne pense pas : « Notre Gouvernement a décidé », ou même « le Gouvernement a décidé ». Il dit : « Ils ont décidé », ou, plutôt, « Ils ont encore décidé… » ; « Ils vont augmenter les impôts… » ; « Ils ne sont pas capables de… » ; « Ils voudraient nous faire croire que… » 

Cet égocentrisme profond, cette désolidarisation permanente se développent d’ailleurs suivant des cercles concentriques. Il y a les droits de l’individu. Mais il y a ceux de sa famille, non moins évidents, non moins méconnus. Il y a ceux de sa profession, dont chacun est persuadé qu’elle est la plus maltraitée, la plus frappée fiscalement, la plus entravée dans son développement légitime. Il y a les intérêts de sa ville, de son département, de sa région, qui lui apparaissent bafoués, sacrifiés au département voisin, à la région voisine… 

Peuple en apparence ingouvernable donc, et qui n’a cessé depuis deux cents ans de maudire ses dirigeants, avant de les renverser, au point que les crises politiques se transforment presque toujours en crises de régime parce qu’en fin de compte c’est le fondement même de l’autorité de l’État qui est constamment remis en cause, et qu’il semble qu’on ne puisse jamais évoluer, mais qu’il faille sans cesse détruire avec l’illusion que ce qu’on mettra à la place n’aura rien de commun avec ce que l’on connaissait.

Extrait du livre de Georges Pompidou, "Le noeud gordien", publié et réédité chez Perrin. 

Lien vers la boutique : ICI 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ces raisons pour lesquelles le marché de l’immobilier n’est pas vraiment favorable à ceux qui veulent se loger malgré des taux d’intérêt historiquement bas

02.

Un million de personnes veulent envahir la zone 51 aux Etats-Unis

03.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

04.

Implants cérébraux : se dirige-t-on vers un accroissement des inégalités sans précédent dans l’histoire de l’humanité ?

05.

Dépenses publiques : Emmanuel Macron s’est-il définitivement converti au chiraquo-hollandisme ?

06.

Vous croyez que l'Algérie a gagné par 1:0 ? Erreur : le score final est de 3:0 !

07.

Risque terroriste : British Airways et la Lufthansa suspendent des vols vers l'Egypte

01.

Ces raisons pour lesquelles le marché de l’immobilier n’est pas vraiment favorable à ceux qui veulent se loger malgré des taux d’intérêt historiquement bas

02.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

03.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

04.

Le Sénégal triompha de la Tunisie par 1-0 : les supporters sénégalais se livrèrent alors en France à une orgie de violences

05.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

06.

Critiquée pour son poids, Miss France réplique : "Moi au moins, j’ai un cerveau"

01.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

02.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

03.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

04.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

05.

François de Rugy a démissionné

06.

Les trois (fausses) excuses de Macron pour ne pas mettre en œuvre son programme de réduction de dépenses publiques

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pharamond
- 17/06/2019 - 19:00
"les choses ont-elles changé"
"les choses ont-elles changé" et non pas changées!
Pharamond
- 17/06/2019 - 15:48
La tare
"Les dissensions pathologiques des français",c'est ainsi que G.Pompidou considérait,avec raison, les françaises et les français au sortir de mai 68. Cinquante ans plus tard, les choses ont-elles changées? Non. C'est une tare indélébile qu'aucun gouvernement,de gauche,de droite ou "d'en même temps" ne peut réduire.Nous sortons de l'Histoire.
ajm
- 16/06/2019 - 23:05
Contrainte et principe de réalité
Les Français ont fait, à des moments critiques, comme en 1981, des choix désastreux . Il est normal qu'ils en subissent les conséquences . Les élites reflètent les peuples et inversement . La dette et les déficits sont la conséquence d'une addiction collective d' une grande partie du peuple Français à la dépense publique, payée ou supposée payée, par les autres, les riches, le grand capital, les exploiteurs, les multinationales, le roi de Prusse, la planche à billets, etc..mais les payeurs, in fine, c'est eux. La contrainte dont parle Pompidou, beaucoup l'on oublié mais le réel se manifeste toujours et se venge le moment venu.