En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

04.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

05.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

06.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

07.

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 5 heures 25 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 6 heures 3 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 8 heures 46 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 9 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 10 heures 47 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 13 heures 32 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 13 heures 43 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 14 heures 4 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 14 heures 43 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 14 heures 49 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 5 heures 45 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 7 heures 47 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 9 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 10 heures 41 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 13 heures 25 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 13 heures 40 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 13 heures 54 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 14 heures 8 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 14 heures 46 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 14 heures 50 min
© AFP POOL / AFP
© AFP POOL / AFP
Bonnes feuilles

Georges Pompidou : "Gouverner, c'est contraindre"

Publié le 16 juin 2019
Rédigé dans la foulée de Mai 1968, interrompu par son élection à la présidence de la République, cet essai politique d'envergure de Georges Pompidou ("Le nœud gordien", réédité chez Perrin) ne fut publié qu'après sa mort en 1974. Le dauphin du général de Gaulle livre une réflexion puissante et souvent novatrice sur la France qu'il sait au croisement de son destin. Extrait 2/2.
Georges Pompidou
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Georges Pompidou a été Premier ministre de 1962 à 1968 et le dix-neuvième président de la République française entre juin 1969 et avril 1974.  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédigé dans la foulée de Mai 1968, interrompu par son élection à la présidence de la République, cet essai politique d'envergure de Georges Pompidou ("Le nœud gordien", réédité chez Perrin) ne fut publié qu'après sa mort en 1974. Le dauphin du général de Gaulle livre une réflexion puissante et souvent novatrice sur la France qu'il sait au croisement de son destin. Extrait 2/2.

Gouverner, c’est contraindre. Contraindre les individus à se plier à des règles, dont chacune, à tout moment, va contre l’intérêt immédiat de tel ou tel. Les contraindre à payer des impôts, à donner à l’armée un temps de leur jeunesse et, parfois, leur vie. Les contraindre à obéir à des autorités administratives dont le poids leur apparaît aussi lourd que les motivations incompréhensibles. Les contraindre à accepter la loi de la majorité qui veut que le citoyen puisse critiquer mais non contester la légitimité du pouvoir contre lequel il s’est, personnellement, prononcé. Gouverner, c’est faire prévaloir sans cesse l’intérêt général contre les intérêts particuliers, alors que l’intérêt général est toujours difficile à définir et prête à discussion, tandis que l’intérêt particulier est ressenti comme une évidence et s’impose à chacun sans qu’il y ait place pour le doute. Gouverner, c’est, en somme, conduire les hommes collectivement dans des voies et vers des objectifs qui ne leur sont ni naturels, ni clairement perceptibles, ni conformes à leurs aspirations immédiates. Le gouvernement, c’est donc bien la « répression » au sens où l’entend Freud. 

On comprend donc que les peuples bien gouvernés, disons les peuples faciles à bien gouverner, soient « en général des peuples qui pensent peu », suivant le mot d’André Siegfried. On comprend aussi que plus un peuple est par nature individualiste et pénétré des droits de l’individu, plus il est rebelle à la notion de gouvernement. 

Il suffit de regarder vivre les Français pour prendre conscience de leur inaptitude naturelle profonde à accepter d’être gouvernés. Voyez-les, par exemple, au volant de leur voiture. Chacun est prêt à utiliser sauvagement la priorité qu’il détient ou croit détenir, à considérer l’autre conducteur comme doté de toutes les tares intellectuelles et mêmes morales, et cela en bonne conscience, avec la conviction permanente et viscérale de son bon droit et des torts d’autrui. Si le représentant de l’autorité – en l’occurrence l’agent de la circulation – intervient, cette intervention n’est pas acceptée comme l’expression du droit, mais regardée comme un abus, au mieux, une erreur qui prête à discussion sans fin et à colères plus ou moins rentrées. L’agent qui verbalise n’est pas le représentant de la loi dressant contravention pour violation de celle-ci, mais un ennemi qui vous cherche querelle, par bêtise, méchanceté ou vocation. 

Car, à l’égard de l’État et de ses représentants, la réaction naturelle du Français est la méfiance, l’hostilité doublée d’une sorte de complexe d’infériorité. L’État lui apparaît comme une machine implacable et absurde qui lui est extérieure et dont on ne peut attendre rien de bien. S’il évoque telle ou telle décision gouvernementale, le Français ne dit pas, ne pense pas : « Notre Gouvernement a décidé », ou même « le Gouvernement a décidé ». Il dit : « Ils ont décidé », ou, plutôt, « Ils ont encore décidé… » ; « Ils vont augmenter les impôts… » ; « Ils ne sont pas capables de… » ; « Ils voudraient nous faire croire que… » 

Cet égocentrisme profond, cette désolidarisation permanente se développent d’ailleurs suivant des cercles concentriques. Il y a les droits de l’individu. Mais il y a ceux de sa famille, non moins évidents, non moins méconnus. Il y a ceux de sa profession, dont chacun est persuadé qu’elle est la plus maltraitée, la plus frappée fiscalement, la plus entravée dans son développement légitime. Il y a les intérêts de sa ville, de son département, de sa région, qui lui apparaissent bafoués, sacrifiés au département voisin, à la région voisine… 

Peuple en apparence ingouvernable donc, et qui n’a cessé depuis deux cents ans de maudire ses dirigeants, avant de les renverser, au point que les crises politiques se transforment presque toujours en crises de régime parce qu’en fin de compte c’est le fondement même de l’autorité de l’État qui est constamment remis en cause, et qu’il semble qu’on ne puisse jamais évoluer, mais qu’il faille sans cesse détruire avec l’illusion que ce qu’on mettra à la place n’aura rien de commun avec ce que l’on connaissait.

Extrait du livre de Georges Pompidou, "Le noeud gordien", publié et réédité chez Perrin. 

Lien vers la boutique : ICI 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pharamond
- 17/06/2019 - 19:00
"les choses ont-elles changé"
"les choses ont-elles changé" et non pas changées!
Pharamond
- 17/06/2019 - 15:48
La tare
"Les dissensions pathologiques des français",c'est ainsi que G.Pompidou considérait,avec raison, les françaises et les français au sortir de mai 68. Cinquante ans plus tard, les choses ont-elles changées? Non. C'est une tare indélébile qu'aucun gouvernement,de gauche,de droite ou "d'en même temps" ne peut réduire.Nous sortons de l'Histoire.
ajm
- 16/06/2019 - 23:05
Contrainte et principe de réalité
Les Français ont fait, à des moments critiques, comme en 1981, des choix désastreux . Il est normal qu'ils en subissent les conséquences . Les élites reflètent les peuples et inversement . La dette et les déficits sont la conséquence d'une addiction collective d' une grande partie du peuple Français à la dépense publique, payée ou supposée payée, par les autres, les riches, le grand capital, les exploiteurs, les multinationales, le roi de Prusse, la planche à billets, etc..mais les payeurs, in fine, c'est eux. La contrainte dont parle Pompidou, beaucoup l'on oublié mais le réel se manifeste toujours et se venge le moment venu.