En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
© LIONEL BONAVENTURE / AFP
Droitisation
La droite, malade de son incapacité à résister à l'intimidation morale
Publié le 07 juin 2019
Au Danemark, les sociaux-démocrates l'ont emporté avec un programme sur les questions d'immigration très proche de celui du Rassemblement National. En France, la droite a été pour des positions similaires accusée de jouer le "jeu du RN", de se "droitiser" ou encore de "flirter avec le RN".
Yves Michaud est philosophe. Reconnu pour ses travaux sur la philosophie politique (il est spécialiste de Hume et de Locke) et sur l’art (il a signé de nombreux ouvrages d’esthétique et a dirigé l’École des beaux-arts), il donne des conférences dans le...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yves Michaud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yves Michaud est philosophe. Reconnu pour ses travaux sur la philosophie politique (il est spécialiste de Hume et de Locke) et sur l’art (il a signé de nombreux ouvrages d’esthétique et a dirigé l’École des beaux-arts), il donne des conférences dans le...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Au Danemark, les sociaux-démocrates l'ont emporté avec un programme sur les questions d'immigration très proche de celui du Rassemblement National. En France, la droite a été pour des positions similaires accusée de jouer le "jeu du RN", de se "droitiser" ou encore de "flirter avec le RN".

Atlantico : S'agit-il d'une réelle droitisation de fond de LR ? Ne faut-il pas plutôt y voir une réduction de son discours par manque de convictions ?

Yves Michaud : La diabolisation des idées du FN/RN ne date pas d’hier et elle ne tient pas uniquement à la bonne conscience « de gauche », qu’elle soit de gauche...ou de droite. La diabolisation de ce parti doit tout à la mainmise de la famille Le Pen sur  lui. Jean-Marie Le Pen multiplia pendant quarante ans ses provocations pétainistes, racistes, anti-sémites, Algérie française. La séquence « femmes » du parti qui a pris le relai avec Marine Le Pen et Marion Maréchal le Pen, même avec des inflexions réelles et un changement de nom, ne modifie pas grand chose : l’étiquette Le Pen est bien accrochée. Elle a permis au parti de se rendre identifiable mais elle l’a rendu infréquentable. D’où les réactions effarouchées des partis dits « de droite », que ce soit sous Chirac, sous Sarkozy ou aujourd’hui : eux seuls sont la vraie droite ! Et puis ils s’aperçoivent un beau jour qu’ils n’ont plus d’électeurs. Faites le calcul ! 8,5 % de 50 % de votants pour LR, ça fait royalement 4,25 % de l’électorat ! Le caractère malodorant du lepénisme a fait vivre beaucoup de politiciens et d’électeurs, et pas seulement à droite, dans l’illusion que la seule et vraie droite, c’est la droite « convenable ». On ne veut surtout pas voir que la droite comprend aussi l’extrême droite. Sarkozy, bon manœuvrier, avait senti le problème mais, comme l’âne de Buridan, il resta coincé entre sa droite Buisson pas si éloignée du FN, et sa droite Guaino républicaine et presque chevènementiste. Wauquiez aussi a vu le problème, sans arriver à le traiter. De là ses doubles discours.  La malédiction demeure et elle fait des ravages. Résultat, la droite, c’est Macron.

Or, comme le montre l’exemple danois, la prise au sérieux de la pénétration islamique en Europe et autour de la Méditerranée, celle de la crise migratoire ne sont pas forcément des infamies réservées à la seule extrême droite. On peut faire l’autruche et ne pas vouloir voir que la propagande islamique ne cesse de faire des adeptes. Un bon indice en est le désintérêt quasi total des banlieues immigrées pour les élections, quelles qu’elles soient : ce n’est pas leur pays! De même il est difficile de nier que derrière la misère des migrants il y a le juteux business des passeurs et de nombreuses ONG, certaines bien intentionnées, d’autres moins.

Le résultat, la droite « convenable » se bat à reculons sur des questions dispersées, sans cohérence, ni vision d’ensemble.

Ça ne date pas d’hier. Le chiraquisme, le juppéisme, le pécressisme sont des centrismes plus ou moins modernes, avec des variantes dans le style Amstrad (Juppé) ou Apple (Pécresse).

Pour reconnaître les problèmes de manière cohérente et les aborder intelligemment, il faudrait une articulation intellectuelle solide, comme celle de Thierry Baudet en Hollande avec son FvD Forum voor Democratie – mais il n’a pas réussi pour autant sa percée aux récentes européennes.

Il faudrait aussi, de l’autre côté, que le FN/RN ne soit plus un parti « Le Pen ». Marion Maréchal Le Pen semble s’en rendre compte avec ses velléités de think tank, mais elle a quand même le chewing gum Le Pen collé à ses Louboutin. Résultat : Macron pourra continuer à régner face au RN jusqu’au jour où ça risque d’être vraiment ric-rac face au populisme. Car le fait patent est aussi celui de l’institutionnalisation graduelle mais constante du populisme RN.

La droite se retrouve-t-elle donc cantonnée à jouer un rôle caricatural qu'on lui a assujetti, par manque de fondations ? Subit-elle sur ce point une sorte d'intimidation morale paradoxale de ses adversaires ?

Même si on est dans un jeu de stratégie où chaque joueur pèse sur la place et la définition des autres, il ne faut pas tout rejeter sur l’intimidation morale par les adversaires.

D’abord la droite « convenable » a fait sienne la correction politique et morale de l’époque. Je suis effaré des dégoulinades de langue de bois, de bien-pensance et d’euphémismes dans les débats radio, télé et dans les pages « débats » ou « idées » des quotidiens.

Ensuite, les « élites » de  la droite (aujourd’hui il faut mettre des guillemets quasiment partout!) viennent, comme pour le macronisme ou le hollandisme, de l’Ena. Et donc elles ne savent quasiment rien ; elles n’ont ni savoir ni vision. Voyez comment deux énarques devenus ministres des Affaires étrangères et de camp opposé, Juppé et Fabius, ont fait preuve d’une incompétence totale sur la Syrie et la Libye, comme s’ils n’avaient jamais entendu parler de la « question d’Orient », et encore moins lu Volney (1787!).

Ensuite, une fois dans la vie politique, aller sur les marchés, rester douze heures au Salon de l’agriculture et débattre interminablement, ça donne l’air sympa, mais ça ne laisse pas beaucoup de temps pour étudier et lire. Ces gens ne font que de la politique. Ils passent de radio en télé en faisant écrire leurs livres par des journalistes qui font des ménages.

Quant au système français des think tank, il est, à une ou deux exceptions près, d’un amateurisme confondant. Un think tank français ? On s’y fait du réseau comme aux repas du Siècle. De ce point de vue, le livre de Buisson sur le septennat Sarkozy vu au jour le jour comme une pétaudière intellectuelle est désopilant – Hollande, lui, s’est chargé tout seul de faire sa propre légende avec Lhomme et Davet. Quant à Chirac….Sans remonter à Pompidou, les seuls hommes politiques un peu articulés des décennies passées – et hélas elles sont lointaines – furent Giscard, Barre et Rocard.

La droite n’est donc pas intimidée : elle est vide. Ou plutôt elle est intimidée parce qu’elle est vide. Du coup elle attrape tout : les 80km/h, la PMA, la défense du Sénat, le principe de précaution, les régimes spéciaux de retraite (mais pas ceux des inspecteurs des finances!), etc., etc. Sans oublier l’écologie ni le clonage. Souvenez-vous : Chirac voulait mettre l’interdiction du clonage dans la Constitution et Macron semble vouloir y mettre aussi « la lutte contre le changement climatique ». Pourquoi pas constitutionnaliser la suppression de la voiture de queue dans le métro pour que ses voyageurs ne se sentent pas méprisés ?

Si la droite pouvait assumer ses idées sur le plan économique notamment, cela ne lui permettrait pas de défendre sans en souffrir ses idées sur les questions d'immigration et de défense des intérêts nationaux ?

Il faudrait effectivement que la droite tente de formuler un programme cohérent et général et pas un chapelet de mesurettes. Économiquement, elle n’a aucune vision – pas plus que Macron d’ailleurs. Il lui faudrait, par exemple, cesser de parler de libéralisme. Le libéralisme économique comme libre circulation des capitaux, des entreprises, des hommes, des spéculations, on a vu ce que ça donnait. Les politiques économiques américaine et chinoise sont des politiques de réalistes qui ne s’embarrassent pas de scrupules. En revanche, s’attaquer à l’État obèse, sur-réglementé, sur-réglementeur, à la productivité faible, ce peut être une forme positive de libéralisme. Un jour qu’il devait revenir tout joyeux de la rue du Cirque, Hollande eut l’idée d’un grand « choc de simplification ». On ne vit rien venir mais voilà qui serait une riche idée. Seul Fillon avait proposé ce choc en lançant sa campagne – mais patatras, lui aussi pratiquait les emplois fictifs !

Pour revenir à plus de sérieux, il faudrait surtout se rendre compte qu’on ne peut plus analyser la droite et sa situation politique sur le mode René Rémond 1954, en ramenant la tripartition légitimiste, orléaniste, bonapartiste. La réalité française est considérablement plus compliquée et fluide. Il faut partir de la réalité socio-économique française : des fractures sociales multiples et profondes, des fractures générationnelles et technologiques profondes, des clientèles politiques très segmentées et qui consomment les programmes selon les moments et les crises. La droite a survécu tant qu’elle a réussi à trouver des chefs qui conciliaient la chèvre et le chou : Chirac, Sarkozy et, il faut bien le dire, Macron. Le « en même temps » de Chirac, c’était ce mot « naturellement » dont il accompagnait tous ses propos (« nous allons réformer la fonction publique mais naturellement sans toucher au statut des fonctionnaires…. »). Le « en même temps » de Sarkozy, c’était ses confidences périodiques avec un sourire de gamin comme quoi… « j’ai changé ». Macron lui dit carrément « en même temps ».  Plus ça change….

Bref, la situation non seulement n’est pas bonne, elle est calamiteuse.

S’y ajoutent en effet tous les facteurs sur lesquels nous n’avons aucune prise ou presque : la tenaille anti-européenne USA-Russie, la machine européenne elle-même, le réchauffement climatique et les migrations, la transformation du monde, de la pensée, de la vie par les technologies numériques. Il reste à se souvenir de Malcolm Lowry qu’aimait à citer Clément Rosset : de toute manière les choses arrivent d’une certaine manière. Lisant hier soir Saint-Simon sur la terrifiante année 1709 avec la guerre partout, les caisses vides, un épisode glacial détruisant tout, des taxes qui font mourir de faim paysans comme bourgeois, des nobles incompétents et vaniteux se disputant préséances et tabourets auprès d’un Roi Soleil bientôt pourrissant, je songeais que quatre-vingts ans plus tard….

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
02.
Un Américain a passé un an à ne manger que des aliments aux dates de péremption dépassées, voilà les leçons qu’on peut en tirer
03.
Notre-Dame de Paris : l’incendie aurait été causé par une série de négligences
04.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
05.
Arabie saoudite : mais pourquoi la France ferme-t-elle les yeux sur la condamnation à mort d’un jeune militant arrêté à 13 ans pour une manifestation à vélo ?
06.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
07.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
01.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
02.
Auchan, Carrefour, Casino : mais que vont devenir toutes ces galeries marchandes et hypermarchés qui se vident ?
03.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
04.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
05.
Crise au sein de LREM dans le Nord : six députés claquent la porte
06.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
Voulez-vous savoir dans quelle France on entend vous faire vivre ? Regardez bien l'affiche de l'UNICEF !
03.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
04.
Cash Investigation : pourquoi le traitement des semences par les multinationales est nettement plus complexe que le tableau dressé par l’émission de France 2
05.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
06.
Acte II : mais comment définir la ligne suivie par le gouvernement en matière de politique économique ?
Commentaires (18)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
spiritucorsu
- 08/06/2019 - 17:02
Coincée entre la secte en marche et le RN(suite et fin.)
Comme si cela ne suffisait pas,l'oligarchie en place qui tient la quasi totalité des médias et de la presse écrite dicte à des journalistes tenus en laisse ce qu'il convient de dire ou d'écrire et qui il faut éreinter à coup de critiques,de rumeurs d'insinuations ou de mensonges grossiers.Pour couronner le tout avec l'arrivée aux affaires du monarque président une nouvelle politique est en vigueur ,celle du coucou-caméléon,une espèce émergente cynique et sans complexe qui investit le territoire des autres et même leur nid,allant jusqu'à imiter leur aspect et leur comportement pour mieux les liquider.Avec le politiquement correcte derrière lequel se cache la police de la pensée que veut imposer la caste dominante,il faut en finir avec les airs de gazelles effarouchées dès que l'on aborde certains sujets sensibles(immigrationi,islamisme,souveraineté...C'est à ce prix que la droite enfin déculpabilisée et décomplexée redeviendra crédible et sauvera sa peau.
spiritucorsu
- 08/06/2019 - 16:43
Coincée entre la secte en marche et le RN
Coincée entre la secte en marche et le RN,la droite a perdu son fond de commerce,elle n'a pas renouvelé suffisamment son catalogue et se retrouve à la traîne de ses adversaires politiques.Quand l'offre n'est plus en adéquation avec la demande,on périclite,est si faute d'un sursaut salvateur,on persiste dans l'erreur,on disparaît,c'est la dure loi d'airain de la politique.La configuration politique est d'autant plus difficile pour la droite que sa principale composante :les Républicains s'est engagé depuis longtemps déjà dans une guerre des chefs dont on voit le résultat aujourd'hui.Par ailleurs,il faut bien se rendre compte que depuis l'époque"Mitterrand",le jeu politique est truqué,avec des associations grassement subventionnées par le contribuable qui agissent(sur ordre?) en véritable meute en instrumentant la justice dès qu'un politique fait mine d'émettre une critique ou une idée contrariante pour la doxa dominante au nom du politiquement correct.
l
Benvoyons
- 08/06/2019 - 15:09
AZKA - 07/06/2019 - 19:45 :)::)
L'Europe de l'ouest et les nations qui la composent = UE aujourd'hui & comme avec 1200 cela n'entrait pas j'ai donc mis UE qui est l'équivalent à Europe de l'Ouest & les pays qui la composent. Si la période Historique n'est pas la même la Géographie n'a absolument pas changé :)::)