En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Emmanuel Macron a téléphoné à Jean-Marie Bigard. Et après il appellera Yassine Belattar, un autre humoriste ?

04.

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

05.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

06.

Tsunami de licenciements en vue : quel destin pour les chômeurs du Covid-19 ?

07.

(Enième ) plan de sauvetage de l’industrie automobile française : une obsession politique contre-productive

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

05.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

05.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

06.

Mais au fait, quel est le plan des « anti-mondialisation-libérale » pour empêcher des dizaines de millions de personnes dans le monde de retomber dans la grande pauvreté ?

ça vient d'être publié
pépites > Justice
Justice
Fraude fiscale : Patrick Balkany est condamné en appel à cinq ans de prison, son épouse Isabelle à quatre ans d’emprisonnement
il y a 18 min 4 sec
décryptage > Economie
Plan de relance

Le gouvernement contaminé par le virus du micro-management

il y a 2 heures 54 min
décryptage > Economie
Soutien face à la crise

(Enième ) plan de sauvetage de l’industrie automobile française : une obsession politique contre-productive

il y a 3 heures 58 min
décryptage > Economie
Crise économique

Tsunami de licenciements en vue : quel destin pour les chômeurs du Covid-19 ?

il y a 4 heures 31 min
décryptage > France
Polarisation du débat

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

il y a 5 heures 12 min
décryptage > Politique
Zombie qui s’ignore

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

il y a 5 heures 43 min
pépite vidéo > Economie
Plan de soutien "massif"
Soutien au secteur automobile : retrouvez l’intégralité du discours d’Emmanuel Macron
il y a 19 heures 24 min
Relance de la consommation
Le Printemps Haussmann à Paris va pouvoir rouvrir ses portes suite à une décision de justice
il y a 21 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mandela, une philosophie en actes" de Jean-Paul Jouary : un essai intéressant qui appelle néanmoins pas mal de réserves…

il y a 22 heures 39 min
pépites > Politique
"Agir ensemble"
Création d’un 10e groupe politique, situé dans la majorité, à l’Assemblée nationale
il y a 23 heures 15 min
pépite vidéo > Science
Bond de géant pour l’humanité
Plus que quelques heures avant le premier vol habité de SpaceX
il y a 45 min 41 sec
décryptage > France
Hexagone

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

il y a 3 heures 11 min
décryptage > Société
Univers cauchemardesques

Pourquoi les oeuvres dystopiques déprimantes attirent tant de gens par temps de pandémie ?

il y a 4 heures 19 min
décryptage > Politique
Des hommes, des vrais !

Emmanuel Macron a téléphoné à Jean-Marie Bigard. Et après il appellera Yassine Belattar, un autre humoriste ?

il y a 4 heures 52 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Macron se réinvente en ministre de l’Industrie très gaullien… dans un environnement concurrentiel totalement différent

il y a 5 heures 31 min
light > People
"Cauchemar"
Le ténor Andrea Bocelli révèle avoir été atteint par le coronavirus
il y a 18 heures 14 min
pépites > Economie
"Se battre pour l’emploi et l’industrie"
Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques
il y a 20 heures 25 min
pépites > Santé
Immunité
Coronavirus : les malades faiblement atteints pourraient être immunisés, selon une nouvelle étude
il y a 21 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’empreinte du dieu" (Tome 4 de la saga "Gens du Nord") de Maxence Van der Meersch : cet été 2020 marchez en Flandres dans les empreintes du dieu

il y a 22 heures 55 min
pépites > Politique
Bataille pour Paris
LREM : Agnès Buzyn annonce qu'elle est toujours candidate pour le second tour des municipales à Paris
il y a 23 heures 53 min
© Reuters
© Reuters
Le niveau monte ?

Apprentissage, créations d’emploi, créations d’entreprise : les vraies bonnes nouvelles et les moins évidentes derrière les chiffres records de ces derniers jours

Publié le 06 juin 2019
Adecco annonce 3,5 millions de projets d'embauche pour 2019, tandis qu'une étude d'Euler-Hermes prévoit une augmentation des créations d'entreprise de 10%.
Thomas Carbonnier est avocat associé au sein du Cabinet Equity Avocats. Il intervient en droit des affaires et fiscalité pour une clientèle composée de chefs d’entreprises et de PME. Il enseigne la fiscalité en DSCG à l’INTEC (CNAM) et le droit de l...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bertrand Martinot, collaborateur de l'Institut Montaigne, est économiste, ancien délégué général à l'emploi et à la formation professionnelle. Co-auteur notamment, avec Franck Morel, de "Un autre droit du travail est possible" (Fayard, mai 2016). 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thomas Carbonnier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thomas Carbonnier est avocat associé au sein du Cabinet Equity Avocats. Il intervient en droit des affaires et fiscalité pour une clientèle composée de chefs d’entreprises et de PME. Il enseigne la fiscalité en DSCG à l’INTEC (CNAM) et le droit de l...
Voir la bio
Bertrand Martinot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bertrand Martinot, collaborateur de l'Institut Montaigne, est économiste, ancien délégué général à l'emploi et à la formation professionnelle. Co-auteur notamment, avec Franck Morel, de "Un autre droit du travail est possible" (Fayard, mai 2016). 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Adecco annonce 3,5 millions de projets d'embauche pour 2019, tandis qu'une étude d'Euler-Hermes prévoit une augmentation des créations d'entreprise de 10%.

Atlantico : Au total, Adecco a comptabilisé pour 2019 quelque 3,5 millions projets d'embauches. Un chiffre supérieur aux 2,6 millions avancés par Pôle emploi dans sa dernière enquête "Besoins en main-d'oeuvre". S'agit-il d'une vraie bonne nouvelle ou d'un chiffre en trompe-l’œil ?

Bertrand Martinot : Tout d'abord, je ne connais pas la méthodologie adoptée par Adecco pour établir ces chiffres. Et d'une enquête à l'autre (Pôle emploi, l'Apec), les méthodologies sont différentes. Quoi qu'il en soit, tous ces baromètres montrent une très forte augmentation des embauches pour l'ensemble de l'année 2019. D'autre part, ils montrent une progression assez forte de la proportion d'embauches en CDI. Troisième constat - et les chiffres de l'INSEE le corroborent -, il y a une forte progression, également, des créations nettes d'emplois. Donc, que l'on regarde les baromètres prospectifs sur l'année ou les chiffres déjà établis, on constate à chaque fois une augmentation très forte de l'emploi. Il faut donc évidemment s'en réjouir, il n'y a pas de "mais" et de "si". La conjoncture de l'emploi est bonne.

Pour concilier cette très bonne nouvelle avec la réalité que le chômage baisse assez peu, une seule explication, qui est comptable : la population active est probablement très dynamique. Parce que les gens partent de plus en plus tard à la retraite. Le serpent se mord d'ailleurs la queue, parce que plus la conjoncture de l'emploi est bonne, plus les seniors prolongent leur période d'activité ; et par ailleurs, cette bonne conjoncture de l'emploi attire des jeunes sur le marché du travail qui, sinon, seraient restés davantage dans les études. L'explication est comptable puisque la population active est calculée en additionnant les personnes ayant un emploi et celles étant au chômage. La population est donc dynamique, et peut-être davantage que ce que l'on imagine. 

Selon une étude de l'assureur-crédit Euler-Hermes, les créations d'entreprises devraient augmenter de 10% en France, après +9,3% l'an dernier et +6,2% en 2017, soit une septième année consécutive de progression, a souligné Euler Hermes dans un communiqué. Est-ce un indicateur d'un vrai redressement de l'économie française ou s'agit-il d'une fausse bonne nouvelle ?

Thomas Carbonnier : Il s’agit probablement d’un chiffre en trompe l’oeil. Suivants les chiffres publiés par la CCI Entreprendre, depuis 2016 la part des entreprises créés avec des salariés s'élève à 4% seulement ! Les deux tiers des entreprises en France sont des TPE et 30% d’entre elles n'assurent même pas l'équivalent d'un smic annuel à temps plein, charges patronales comprises. Il s’agit souvent de chômeurs arrivant en fin de droits tentent l’expérience entrepreneuriale pour tente de joindre financièrement les deux bouts en fin de mois.

Ainsi, si la création d’entreprises est toujours une heureuse nouvelle, elle est aussi un indicateur des tensions sur le marché du travail, tensions qui n’ont pas été apaisées par le raccourcissement de la durée de prescription des rappels de salaires et le plafonnement indemnités salariales devant le conseil de prud’hommes et les juridictions sociales. Rares sont les travailleurs qui se sentent une âme d’entrepreneur. Beaucoup fondent une Très Petite Entreprise (TPE) uniquement pour tenter de retrouver une source de revenus. Rares sont ceux qui espèrent faire fortune avec une idée innovante. 

Statut  juridique,  montant investi  à la création, niveau de formation, expérience professionnelle du créateur et secteurs d’activités sont des facteurs déterminants pour la pérennité des entreprises… 

L’Etat français est devenu un véritable junkie qui s’est coupé des réalités de terrains. Les impôts sont devenus sa drogue préférée. Il y a recours sans modération et met en œuvre réformes sur réformes sans connaître les préoccupations et des réalités économiques de terrains des travailleurs (salariés ou indépendants). Pauvre France.

Bertrand Martinot : En parallèle, les entrées en apprentissage ont atteint un record en 2018-2019, puisque 310 000 jeunes sont entrés dans le dispositif, selon les chiffres de la Dares, service des statistiques du ministère du travail. La démocratisation de ce type de formation est-elle une bonne nouvelle pour l'économie française ?

C'est une très bonne nouvelle aussi pour l'économie française, qui vient après de très très mauvaises nouvelles. Puisque l'apprentissage, sous le quinquennat Hollande, s'était effondré, la faute à l'apathie des autorités d'alors. Et tout particulièrement sur les premiers niveaux de qualification, là où l'apprentissage a la plus forte valeur ajoutée (sur les niveaux CAP et bac pro). À partir de 2016, à la suite des élections régionales de décembre 2015, ont été portées à la tête des conseils régionaux, des personnalités qui, dans leur quasi-totalité ou dans leur totalité, sont des fervents défenseurs de l'apprentissage. Ce qui n'était pas le cas durant la mandature précédente. Il y avait un certain nombre de présidents, notamment socialistes, qui ne faisaient pas grand chose pour l'apprentissage, car ce dernier était considéré suspect. C'était le cas, par exemple, en Île-de-France, dans les Hauts-de-France. Et désormais, dans ces deux cas, il y a désormais des personnalités très engagées dans l'apprentissage qui ont pris la tête de ces régions. 

Et comme les régions, jusqu'à cette année, étaient à la manœuvre, cela a plutôt influé sur les bons chiffres. Les régions se sont mobilisées financièrement, mais pas seulement. Elles ont également fait joué toutes les synergies qu'elles ont à leur disposition, entre les missions locales, les incitations au CFA à aller recruter les jeunes, à aller sur le terrain ; les synergies, aussi, entre le CFA et Pôle emploi - qui peut aussi orienter les jeunes - ; le travail avec les associations, avec le secteur de l'économie sociale. J'interprète donc ces bons chiffres comme le résultat de ces facteurs et d'une bonne conjoncture générale : quand l'emploi général va bien, l'apprentissage ne va pas mal. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires