En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

02.

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

03.

Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette

04.

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

05.

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

06.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

07.

Voilà les techniques les plus utilisées par les escrocs en ligne et autres pirates informatiques

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

05.

"Le plaisir sexuel est simplement divin" a déclaré le pape François. Il nous étonnera toujours…

06.

Et si l’impact psychologique du COVID-19 nous exposait à un danger politique majeur

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

05.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Il y pense en se rasant
Présidentielle : Xavier Bertrand se dit "plus déterminé que jamais"
il y a 17 min 8 sec
pépites > International
Balance à droite
Cour suprême américaine : Donald Trump veut nommer "très rapidement" une remplaçante à Ruth Bader Ginsburg
il y a 54 min 2 sec
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Vaincre l’ennemi intérieur

il y a 2 heures 11 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

L’impossible équation du coronavirus

il y a 3 heures 4 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment Emmanuel Macron, via ses réformes, attise la France inflammable

il y a 3 heures 7 min
décryptage > International
Mère de vertu

Patience et prudence, piliers de la réponse iranienne à l'agressivité américaine

il y a 3 heures 8 min
décryptage > International
Danger ?

Frédéric Encel : "L’usage cynique du Covid-19 par des régimes autoritaires et/ou expansionnistes et des mouvances religieuses pose problème"

il y a 3 heures 9 min
décryptage > Santé
Effet indirect

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

il y a 3 heures 12 min
décryptage > Politique
Démarche de réfléxion

Jean Leonetti : "Le gouvernement a montré les limites de l’ambiguïté du « en même temps »"

il y a 3 heures 13 min
pépites > International
Menace
Les Etats-Unis accusent le Hezbollah de stocker du nitrate d'ammonium en Europe
il y a 19 heures 35 min
pépites > Education
Education
Polémique : un lycée de Rome demande à des élèves de ne pas porter de mini-jupes pour ne pas troubler les professeurs
il y a 30 min 38 sec
pépites > Politique
Cote
Popularité : Macron en hausse, Castex en baisse
il y a 1 heure 15 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé
il y a 2 heures 19 min
décryptage > Défense
Bonnes feuilles

Les 100 mots de la guerre : civils, colombes et commandement

il y a 3 heures 5 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Liberté d’expression, fake news et post-vérité : un jeu de dupes

il y a 3 heures 7 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : bobards pour une border !

il y a 3 heures 8 min
décryptage > High-tech
Piratage automne hiver 2020/21

Voilà les techniques les plus utilisées par les escrocs en ligne et autres pirates informatiques

il y a 3 heures 11 min
décryptage > Science
Survivants

Pourquoi les oiseaux ont survécu aux impacts d'astéroïdes géants et pas les dinosaures

il y a 3 heures 12 min
décryptage > Société
Agitateurs

Islamistes, décoloniaux, écolos zozo et autres dangers pour la démocratie : ce continent immergé qui prospère sur le web

il y a 3 heures 13 min
pépites > Economie
Blacklist
Interdiction de TikTok aux Etats-Unis : la Chine annonce des mesures de rétorsion
il y a 20 heures 18 min
© Fabrice COFFRINI / AFP
© Fabrice COFFRINI / AFP
Dans le secret des dieux

Bilderberg 2019 : les fondamentaux quasi-naïfs du groupe qui déchaîne les passions complotistes

Publié le 04 juin 2019
Le groupe de Bilderberg s’est retrouvé ce week-end à Montreux. Comme chaque année, mystère total sur ce que les 130 personnalités les plus puissantes du monde se sont dit.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le groupe de Bilderberg s’est retrouvé ce week-end à Montreux. Comme chaque année, mystère total sur ce que les 130 personnalités les plus puissantes du monde se sont dit.

Comme chaque année depuis 70 ans, les membres du groupe de Bilderberg se sont retrouvés en conclave à Montreux, en Suisse au Fairmont Montreux Palace, pendant tout le week-end. Et comme chaque année, rien n’a filtré. Pas d’images, pas de presse, pas de réseaux sociaux, donc pas de commentaires, pas de décision. Officiellement, on ne sait rien, ni sur les participants, ni sur les thèmes proposés à la discussion.  

Quand on sait que ce groupe invite les personnalités les plus puissantes, les plus influentes et les plus riches du monde pour un séminaire ultra-chic, mais ultra-fermé et confidentiel, l’opération alimente tous les fantasmes d’une société secrète qui détiendrait un pouvoir occulte mais absolu sur la planète. A côté, le symposium de Davos, c’est du grand spectacle mondain donné en pâture aux cadres sup du capitalisme international. A Davos, plus de 2000 participants se retrouvent avec des représentants de toute la presse internationale, autant dire que tout se sait. A Bilderberg, ils étaient cette année 130 environ, autant dire que ça relève plus du conclave que de l'évènementiel.

Alors pour percer le mystère, il faut gratter, interroger quelques participants qui accepteront de raconter mais sous le sceau du secret le plus total. Pas de nom, pas de source.

Secret total, sauf que cette année, le club a mis en ligne sur son site la liste des participants prévus et inscrits. On n’est donc pas sûr qu’ils soient tous venus. Ceci étant, le ministre français de l’économie Bruno Le Maire était convié, ainsi que le sherpa pour l'Europe et le G20 de Emmanuel Macron, Clément Beaune. Un historien spécialiste de la Chine et conseiller pour l’Asie à l’institut Montaigne, François Godement. Coté PDG de multinationales françaises, il y avait Patrick Pouyanné de Total, Patrice Caine de Thales, Thomas Buberl de AXA.

Coté dirigeants étrangers, il fallait compter avec Mike Pompeo, le secrétaire d’Etat américain de Donald Trump, Jose Manuel Barroso, l'ancien président de la Commission européenne et aujourd'hui président d'honneur de Goldmann Sachs, le premier ministre des Pays-Bas Mark Rutte, la ministre allemande de la défense Ursula Von der Leyne. On pouvait aussi croiser Satya Nadella, PDG de Microsoft, Jens Stoltenberg, le secrétaire général de l'Otan, Matteo Renzi l’ancien chef du gouvernement italien, Willem Alexander, le roi des Pays-Bas, Jared Kushner le gendre de Donald Trump, Tidjane Thiam, le président du Crédit suisse.

Très compliqué d’avoir une liste exhaustive, d’autant que ce séminaire durait 4 jours et que rares étaient les personnalités à avoir pris les 4 jours complets. Beaucoup plus important est la chartre des travaux et l’engagement de confidentialité pris par tous les invités.

Les participants viennent et parlent à Bilderberg en leur nom personnel, donc ils n’engagent pas les organisations ou les entreprises dans lesquelles ils ont des fonctions. Comme le soulignait l’un des participants, ça ne nous autorise pas, pour autant, à dire n’importe quoi.

Les organisateurs parlent de réunions informelles sans aucune résolution, recommandation ou vote. Dans ces conditions, tout est possible.

Le président du groupe de Bilderberg cette année était un français, Henri de Castries, l’ancien patron d'Axa, et président de l’Institut Montaigne. Lui, d’ordinaire si prolixe et si pédagogique s’est fendu d’un commentaire laconique précisant que les échanges avaient été très fructueux, intéressants et inspirants.

Alors, ne soyons pas naïfs, toutes ces personnalités en profitent pour faire du business, mais l’objectif premier est de vérifier si les diagnostics que chacun fait dans son pays, son entreprise ou son gouvernement sont sur la même longueur d’onde.

Les grandes questions qui étaient à l’ordre du jour ne surprendront personne. Les réponses en revanche sont sans doute plus transgressives et moins politiquement correctes.

Sur l’avenir de l’Europe, on retrouve le clivage entre ceux qui travaillent et aspirent à plus d’Europe et de fédéralisme, et ceux qui limitent l’Europe à une zone de grand marché.

Sur la mondialisation, les freins et les dégâts collatéraux ont été enregistrés, les gilets jaunes étaient dans la tête des Français mais là encore, les dirigeants se partagent entre deux sensibilités. Entre ceux qui rêvent d’une gouvernance mondiale et ceux plus pragmatiques qui estiment que les dysfonctionnements doivent faire l’objet d’accord bilatéraux.

Sur le Brexit, les relations avec la Chine et la Russie, sur les changements climatiques, les cyber- menaces ou l’utilisation des réseaux sociaux, beaucoup de généralités mais on s’aperçoit quand même que des divergences existent plus que par le passé. Autrefois, on pensait que l’effondrement du mur de Berlin allait ouvrir la porte sur un monde nouveau de la concurrence loyale. Un monde où l‘Occident aurait pu faire accepter ses valeurs. Beaucoup reconnaissent qu’ils se sont un peu trompés. Il faudra donc modifier un peu les trajectoires.

Notamment sur la nécessité de la régulation politique. Comme à Davos, les dirigeants du monde ne considèrent plus que le monde a besoin de plus de concurrence, mais sans doute de régulation. Pour plusieurs raisons :

- la finance est omniprésente, et encore beaucoup trop cristallisée sur le court terme ;

- les grandes entreprises du digital sont sans doute trop puissantes, trop globales et difficilement contrôlables 

- la Chine, acteur majeur de la mondialisation, a sans doute commencé à tomber le masque en dévoilant ses ambitions politiques 

- Quant à la lutte contre le réchauffement climatique, on commence à considérer au niveau mondial, que ça n’est pas dans les pays occidentaux qu’il faut faire porter l’effort mais dans les pays émergents. Mieux vaudrait sans doute consacrer des investissements à aider les émergents à développer des énergies alternatives plutôt qu’à faire des économies de bout de chandelle en Europe. Les plus gros pollueurs de la planète sont les Etats–Unis, la Chine et l’Inde. Si on exclut les Etats-Unis qui vont prendre du temps avant de prendre conscience des difficultés, il faut savoir qu’actuellement ni la Chine ni l’Inde n’a les moyens de changer son modèle de production énergétique, sauf à mettre une croix sur leurs ambitions de croissance ce que personne dans le monde ne souhaite. Par conséquent, une campagne intelligente de lutte pour la protection de l’environnement devrait passer par des investissements occidentaux dans les pays émergents.

Compte tenu du poids important des influences américaines dans des groupes de réflexion comme Bilderberg ou comme Davos, on est encore loin de pouvoir amorcer une évolution.

Le club de Bilderberg a donc bien encore cette année alimenté un fantasme sur les questions essentielles comme le multilatéralisme et surtout le climat. Mais que les partenaires les plus concernés aient accepté d’en parler à huis-clos représentent déjà un début d’évolution.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
JEG4ATLANTICO
- 05/06/2019 - 11:46
Le complotisme de l’anticomplotisme
Il y a pire folie que de voir des complots partout, c’est de n’en voir nulle part.
Lire le très bon article: Le complotisme de l’anticomplotisme
https://www.monde-diplomatique.fr/2017/10/LORDON/57960
Phlt1
- 04/06/2019 - 15:27
Analyse fine.
Où on s'aperçoit que bien que prudente et juste, elle ne peut éviter les réactions complotistes.!. La théorie du complot se nourrit de deux éléments entrelacés: d'une part du décalage entre la réalité qu'on imagine (ex: les USA sont tout puissants, avec un système de sécurité parfait grâce à la NSA) et la vraie réalité des événements (ex: mais les USA se prennent l'attentat monstre du 11 Septembre), et d'autre part la tendance naturelle de l'esprit humain à considérer l'imperfection comme une faute. Ca donne une théorie du complot autour du 11 Septembre alors qu'il s'agit - bêtement - des lacunes existantes dans les systèmes US qui sont loin d'être parfaits et qui ne sont pas non plus ce que l'on croit. Parce que la vérité est que sur cette planète,les alliances se font et se défont aussi vite que la lumière, que ceux qui veulent museler un système, un peuple ou une économie en rêvent mais sont bien incapables - pour l'instant - de l'appliquer face à la complexité de la réalité. Le problème de la théorie du complot est qu'elle rassure bêtement en simplifiant le monde (le bien est ici, le mal est là) alors qu'on devrait se concentrer sur sa complexité pour en résoudre les problèmes.
clo-ette
- 04/06/2019 - 11:52
ah
parce qu'ils parlent aussi de la lutte contre le réchauffement climatique ! Et qu'est qu'ils prônent ? Et qu'en disent ceux qui pensent qu'il est du à l'activité du soleil ?