En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
Fourmis
Mais pourquoi les Français épargnent-ils une part non négligeable du pouvoir d’achat gagné ces derniers mois ?
Publié le 26 mai 2019
Le taux d’épargne des ménages français remonte depuis fin 2018, malgré les mesures annoncées pour soutenir le pouvoir d’achat.
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le taux d’épargne des ménages français remonte depuis fin 2018, malgré les mesures annoncées pour soutenir le pouvoir d’achat.

Atlantico : Malgré des mesures annoncées par le gouvernement afin de renforcer le pouvoir d'achat, le taux d'épargne des Français est en hausse depuis fin 2018. Quelles sont les raisons principales de cette tendance des ménages à l'épargne ? Sur quoi se concentre-t-elle ?

Philippe Crevel : Depuis la fin de l’année, le taux d’épargne est en augmentation. Il retrouve les niveaux atteints durant la crise des dettes souveraines entre 2011 et 2012. Les Français sont en mode fourmis. De nombreux facteurs contribuent à cette progression, certains sont d’ordre conjoncturel, d’autres de nature plus structurelle.

La France a peur de demain ou plutôt les Français ont peur. Les incertitudes économiques et sociales les conduisent à mettre de l’argent de côté. La crise des gilets jaunes en fin d’année 2018 les a conduits à reporter leurs dépenses de consommation en les empêchant d’accéder aux centres commerciaux et aux centres-villes. Mais, au-delà des blocages, cette crise les a amenés à être prudents en matière d’achats durables. Le caractère anxiogène de la crise a pesé sur le niveau global des dépenses de consommation. Il y a certes eu un rattrapage en janvier mais qui n’a pas compensé le manque à gagner de la fin d’année.

Les variations de l’inflation influent également sur le comportement des ménages. En période de remontée des prix, les ménages augmentent traditionnellement leur effort d’épargne. Ils mettent de l’argent de côté pour se prémunir des prochaines hausses. Or, depuis plus d’un an, le pétrole et les énergies qui lui sont liées font le yo-yo.

Au-delà de la défiance et des variations des prix, il faut prendre en compte que la France vieillit. Or, une population plus âgée consomme moins et épargne davantage surtout que de plus en plus de Français estiment que les pensions de retraite seront rognées dans les prochaines années. Enfin, pour acquérir un bien immobilier compte tenu de l’augmentation des prix, les apports personnels doivent être plus importants ce qui contribue à la hausse du taux d’épargne.

Le Livret A et l’assurance vie en sont les principaux bénéficiaires de cette préférence pour l’épargne. Ainsi, pour le sixième mois consécutif, le Livret A enregistre, en avril, une collecte positive de 1,94 milliard d’euros. Avec le LDDS, la collecte s’élève à 2,46 milliards d’euros portant le gain sur les quatre premiers mois de l’année à 12,13 milliards d’euros. L’encours du Livret A bat ainsi un nouveau record à 293,6 milliards d’euros. En intégrant le LDDS, l’encours dépasse 402 milliards d’euros.

L’assurance vie a, de son côté, enregistré une collecte nette, en avril,de 3,4 milliards d’euros. Il faut remonter au mois de décembre 2012 pour retrouver une collecte supérieure.Sur les quatre premiers mois de l’année, la collecte brute est de 50,4 milliards d’euros (49,1 milliards d’euros sur la même période en 2018) et les prestations se sont élevées à 39,2 milliards d’euros (contre 41 milliards d’euros en 2018). La collecte nette atteint dans ces conditions 11,2 milliards d’euros contre 8,1 milliards d’euros en 2018.

 

Le gouvernement avait annoncé plusieurs mesures pour soutenir le pouvoir d'achat en France. Pourquoi n'ont-elles pas eu le résultat escompté ?

Les ménages ont décidé d’épargner une partie non négligeable de leurs gains de pouvoir d’achat générés par la baisse de l’inflation et les mesures prises par le Président de la République (heures supplémentaires défiscalisés, primes de fin d’année, etc.) pour traiter la crise des « gilets jaunes ». Avec le versement de l’acompte des réductions d’impôt au mois de janvier, c’est une dizaine de milliards d’euros qui ont été redistribués. Mais, pour le moment, la fourmis l’emporte sur la cigale. Le recul de l’investissement immobilier et des immatriculations de véhicules neufs sont des manifestations de cette préférence pour l’épargne financière.

Les annonces contradictoires en début d’année sur l’état de la conjoncture ont certainement inquiété les ménages qui restent dubitatifs face à l’amélioration de la situation du marché de l’emploi. Le climat de défiance est important ce qui les conduit à être prudents. Ils préfèrent conserver d’importantes liquidités et renforcer également la poche « assurance vie » en fonds euros.

Quelles pistes pourrait explorer le gouvernement d'Edouard Philippe pour inverser cette tendance ?

La restauration de la confiance ne se décrète pas. Elle se construit jour après jour. Il faut éviter les changements de caps inconsidérés. Depuis le début de l’année 2018, le gouvernement godille. Le Premier Ministre devrait énoncer clairement des objectifs : miser sur le digital, les biotechnologies, l’innovation, etc. Le Président de la République a déclaré remettre le travail au cœur de l’économie mais il faudrait que le gouvernement traduise cette incantation en actes. La désescalade des prélèvements avec un plan crédible assis sur une décrue des dépenses publiques seraient à même de relever la confiance.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
02.
Un Américain a passé un an à ne manger que des aliments aux dates de péremption dépassées, voilà les leçons qu’on peut en tirer
03.
Notre-Dame de Paris : l’incendie aurait été causé par une série de négligences
04.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
05.
Arabie saoudite : mais pourquoi la France ferme-t-elle les yeux sur la condamnation à mort d’un jeune militant arrêté à 13 ans pour une manifestation à vélo ?
06.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
07.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
01.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
02.
Auchan, Carrefour, Casino : mais que vont devenir toutes ces galeries marchandes et hypermarchés qui se vident ?
03.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
04.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
05.
Crise au sein de LREM dans le Nord : six députés claquent la porte
06.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
Voulez-vous savoir dans quelle France on entend vous faire vivre ? Regardez bien l'affiche de l'UNICEF !
03.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
04.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
05.
Acte II : mais comment définir la ligne suivie par le gouvernement en matière de politique économique ?
06.
Cash Investigation : pourquoi le traitement des semences par les multinationales est nettement plus complexe que le tableau dressé par l’émission de France 2
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
moneo
- 27/05/2019 - 18:01
simple
ils ont une trouille bleue de l'avenir
claira
- 26/05/2019 - 19:02
Trop d'incertitudes et de précarité
Bonne analyse de l'auteur .
Il occulte cependant la nécessité absolue ,avec toutes les remises en cause des statuts et l'opacité sur les retraites d' être prudents notamment pour les personnes âgées qui n'ont plus accès au crédit et qui ne trouvent plus a se loger
D'autre part il n'est plus possible pour les "particuliers " d'investir compte tenu de la rapidité des changements et des interêts quasi nuls . la bourse leur est quasiment fermée
Bercy ne rêve que de mettre le grappin sur ces "economies" ce qui serait du vol

jurgio
- 26/05/2019 - 14:44
Hier, nous avions eu Macron et on a demandé des sous
Aujourd'hui on les reçoit de Macron mais on les garde car on ne sait pas ce que Macron fera demain.