En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’Europe paralysée face au péril turc : cette question brûlante à poser à Emmanuel Macron

02.

Le chauffeur de Bayonne a été lynché à mort : le ministre des transports a osé parler « d’incivilités » !

03.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

04.

Monsieur, madame, le, la maire de Lyon…

05.

Quand le budget européen prévu pour gérer les crises agricoles est affecté au maintien des migrants syriens en Turquie

06.

Le Ségur de la Santé, ou la victoire de la bureaucratie sur l'intérêt général

07.

Coronavirus : la pandémie entraîne une chute de la consommation de viande sans précédent depuis des décennies

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

04.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

05.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

06.

Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

03.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

04.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

05.

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

06.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

ça vient d'être publié
pépites > Economie
EMPLOI
Macron annonce une exonération de cotisations et 300.000 contrats d'insertion pour les jeunes
il y a 2 heures 16 min
pépites > Santé
SANTÉ
Macron souhaite le masque obligatoire dans tous les lieux publics clos
il y a 3 heures 34 min
light > France
FÊTE PERCHÉE
Un DJ va mixer en haut de la grande échelle des pompiers
il y a 4 heures 7 min
pépites > France
CORONAVIRUS
Le nombre de cas de Covid-19 double tous les deux jours à Marseille
il y a 4 heures 49 min
pépite vidéo > France
DÉFILÉ
14 juillet : Trois miraculés d’une intervention au Mali vont défiler
il y a 5 heures 37 min
décryptage > Société
Des mots pour mentir

Le chauffeur de Bayonne a été lynché à mort : le ministre des transports a osé parler « d’incivilités » !

il y a 7 heures 12 min
décryptage > France
BACCALAURÉAT 2020

Baccalauréat 2020 : la cuvée coronavirus a été livrée

il y a 7 heures 37 min
décryptage > Economie
WIKI AGRI

Quand le budget européen prévu pour gérer les crises agricoles est affecté au maintien des migrants syriens en Turquie

il y a 8 heures 4 min
décryptage > Europe
UNION EUROPÉENNE

Union européenne : la réglementation sur les travailleurs routiers déchirent les Européens

il y a 8 heures 50 min
décryptage > Politique
POLITIQUE

L’Europe paralysée face au péril turc : cette question brûlante à poser à Emmanuel Macron

il y a 9 heures 54 min
pépite vidéo > Santé
FÊTE NATIONALE
Emmanuel Macron souhaite rendre le masque obligatoire dans les lieux publics clos
il y a 2 heures 27 min
light > Insolite
BON APPÉTIT
Une cliente trouve une tête de lézard dans sa bolognaise, l'enseigne s'excuse
il y a 3 heures 42 min
pépites > France
COMMÉMORATION
Nice commémore les quatre ans de l'attentat de Nice
il y a 4 heures 20 min
pépites > France
FRANCE
"MACRON ASPHYXIE L'HÔPITAL" une banderole déployée durant la cérémonie
il y a 5 heures 19 min
décryptage > Media
L'ART DE LA PUNCHLINE

Un 14 juillet en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 6 heures 40 min
décryptage > Société
Inclusivement vôtre

Monsieur, madame, le, la maire de Lyon…

il y a 7 heures 28 min
décryptage > International
INTERNATIONAL

Que fait la France - trop souvent et encore seule - au Sahel ?

il y a 7 heures 47 min
décryptage > Politique
POLITIQUE

Le Ségur de la Santé, ou la victoire de la bureaucratie sur l'intérêt général

il y a 8 heures 26 min
décryptage > Science
SCIENCE

Coronavirus, 2eme vague et crise économique : 2020, l’été de la grande dissonance cognitive

il y a 9 heures 30 min
pépite vidéo > Loisirs
Ouverture du Royaume
Après 4 mois de fermeture, Disneyland Paris réouvre ses portes ce mercredi
il y a 1 jour 6 min
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
Fourmis

Mais pourquoi les Français épargnent-ils une part non négligeable du pouvoir d’achat gagné ces derniers mois ?

Publié le 26 mai 2019
Le taux d’épargne des ménages français remonte depuis fin 2018, malgré les mesures annoncées pour soutenir le pouvoir d’achat.
Philippe Crevel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le taux d’épargne des ménages français remonte depuis fin 2018, malgré les mesures annoncées pour soutenir le pouvoir d’achat.

Atlantico : Malgré des mesures annoncées par le gouvernement afin de renforcer le pouvoir d'achat, le taux d'épargne des Français est en hausse depuis fin 2018. Quelles sont les raisons principales de cette tendance des ménages à l'épargne ? Sur quoi se concentre-t-elle ?

Philippe Crevel : Depuis la fin de l’année, le taux d’épargne est en augmentation. Il retrouve les niveaux atteints durant la crise des dettes souveraines entre 2011 et 2012. Les Français sont en mode fourmis. De nombreux facteurs contribuent à cette progression, certains sont d’ordre conjoncturel, d’autres de nature plus structurelle.

La France a peur de demain ou plutôt les Français ont peur. Les incertitudes économiques et sociales les conduisent à mettre de l’argent de côté. La crise des gilets jaunes en fin d’année 2018 les a conduits à reporter leurs dépenses de consommation en les empêchant d’accéder aux centres commerciaux et aux centres-villes. Mais, au-delà des blocages, cette crise les a amenés à être prudents en matière d’achats durables. Le caractère anxiogène de la crise a pesé sur le niveau global des dépenses de consommation. Il y a certes eu un rattrapage en janvier mais qui n’a pas compensé le manque à gagner de la fin d’année.

Les variations de l’inflation influent également sur le comportement des ménages. En période de remontée des prix, les ménages augmentent traditionnellement leur effort d’épargne. Ils mettent de l’argent de côté pour se prémunir des prochaines hausses. Or, depuis plus d’un an, le pétrole et les énergies qui lui sont liées font le yo-yo.

Au-delà de la défiance et des variations des prix, il faut prendre en compte que la France vieillit. Or, une population plus âgée consomme moins et épargne davantage surtout que de plus en plus de Français estiment que les pensions de retraite seront rognées dans les prochaines années. Enfin, pour acquérir un bien immobilier compte tenu de l’augmentation des prix, les apports personnels doivent être plus importants ce qui contribue à la hausse du taux d’épargne.

Le Livret A et l’assurance vie en sont les principaux bénéficiaires de cette préférence pour l’épargne. Ainsi, pour le sixième mois consécutif, le Livret A enregistre, en avril, une collecte positive de 1,94 milliard d’euros. Avec le LDDS, la collecte s’élève à 2,46 milliards d’euros portant le gain sur les quatre premiers mois de l’année à 12,13 milliards d’euros. L’encours du Livret A bat ainsi un nouveau record à 293,6 milliards d’euros. En intégrant le LDDS, l’encours dépasse 402 milliards d’euros.

L’assurance vie a, de son côté, enregistré une collecte nette, en avril,de 3,4 milliards d’euros. Il faut remonter au mois de décembre 2012 pour retrouver une collecte supérieure.Sur les quatre premiers mois de l’année, la collecte brute est de 50,4 milliards d’euros (49,1 milliards d’euros sur la même période en 2018) et les prestations se sont élevées à 39,2 milliards d’euros (contre 41 milliards d’euros en 2018). La collecte nette atteint dans ces conditions 11,2 milliards d’euros contre 8,1 milliards d’euros en 2018.

 

Le gouvernement avait annoncé plusieurs mesures pour soutenir le pouvoir d'achat en France. Pourquoi n'ont-elles pas eu le résultat escompté ?

Les ménages ont décidé d’épargner une partie non négligeable de leurs gains de pouvoir d’achat générés par la baisse de l’inflation et les mesures prises par le Président de la République (heures supplémentaires défiscalisés, primes de fin d’année, etc.) pour traiter la crise des « gilets jaunes ». Avec le versement de l’acompte des réductions d’impôt au mois de janvier, c’est une dizaine de milliards d’euros qui ont été redistribués. Mais, pour le moment, la fourmis l’emporte sur la cigale. Le recul de l’investissement immobilier et des immatriculations de véhicules neufs sont des manifestations de cette préférence pour l’épargne financière.

Les annonces contradictoires en début d’année sur l’état de la conjoncture ont certainement inquiété les ménages qui restent dubitatifs face à l’amélioration de la situation du marché de l’emploi. Le climat de défiance est important ce qui les conduit à être prudents. Ils préfèrent conserver d’importantes liquidités et renforcer également la poche « assurance vie » en fonds euros.

Quelles pistes pourrait explorer le gouvernement d'Edouard Philippe pour inverser cette tendance ?

La restauration de la confiance ne se décrète pas. Elle se construit jour après jour. Il faut éviter les changements de caps inconsidérés. Depuis le début de l’année 2018, le gouvernement godille. Le Premier Ministre devrait énoncer clairement des objectifs : miser sur le digital, les biotechnologies, l’innovation, etc. Le Président de la République a déclaré remettre le travail au cœur de l’économie mais il faudrait que le gouvernement traduise cette incantation en actes. La désescalade des prélèvements avec un plan crédible assis sur une décrue des dépenses publiques seraient à même de relever la confiance.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
moneo
- 27/05/2019 - 18:01
simple
ils ont une trouille bleue de l'avenir
claira
- 26/05/2019 - 19:02
Trop d'incertitudes et de précarité
Bonne analyse de l'auteur .
Il occulte cependant la nécessité absolue ,avec toutes les remises en cause des statuts et l'opacité sur les retraites d' être prudents notamment pour les personnes âgées qui n'ont plus accès au crédit et qui ne trouvent plus a se loger
D'autre part il n'est plus possible pour les "particuliers " d'investir compte tenu de la rapidité des changements et des interêts quasi nuls . la bourse leur est quasiment fermée
Bercy ne rêve que de mettre le grappin sur ces "economies" ce qui serait du vol

jurgio
- 26/05/2019 - 14:44
Hier, nous avions eu Macron et on a demandé des sous
Aujourd'hui on les reçoit de Macron mais on les garde car on ne sait pas ce que Macron fera demain.