En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Une nouvelle souche plus contagieuse du coronavirus aurait été identifiée au Vietnam

02.

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

03.

L’UNEF de Nanterre a choisi quatre femmes qui ont "influencé" le cours de l’Histoire : curieusement elles sont toutes de la même couleur !

04.

Covid-19 : si le bon élève Hong Kong est désormais confronté à une 3e vague, saurons-nous en éviter une 2e alors que nous sommes beaucoup moins rigoureux ?

05.

Affaire des écoutes de Nicolas Sarkozy : le Conseil d'Etat rejette la requête du Syndicat de la magistrature

06.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

07.

Ces malencontreux facteurs économiques qui annulent d’ores et déjà l’impact du grand plan de relance européen

01.

Ce que son opposition au projet ITER révèle de la véritable nature de Greenpeace

02.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

03.

Chaudières à fioul et à charbon : une interdiction moins vertueuse qu’il n’y paraît

04.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

05.

Jerusalema : ça fait longtemps que ça n’était pas arrivé mais 2020 s’est trouvée un tube de l’été planétaire

06.

Pères et maris dangereux ? Quand Alice Coffin oublie opportunément les guerres judiciaires sans fondements menées par des mères sans scrupules

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Alerte à l’aliénation idéologique : pire que les nouveaux extrémistes progressistes, les idiots utiles qui leur ouvrent les portes

03.

Chaudières à fioul et à charbon : une interdiction moins vertueuse qu’il n’y paraît

04.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

05.

PMA pour toutes : le conservatisme sociétal est-il une cause définitivement perdue ?

06.

Statues déboulonnées : la Martinique est-elle encore en France ?

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Lutte contre la pandémie
Une nouvelle souche plus contagieuse du coronavirus aurait été identifiée au Vietnam
il y a 9 heures 25 min
pépites > International
Inquiétudes pour la démocratie
La France renonce à ratifier "en l'état" l'accord d'extradition avec Hong Kong
il y a 10 heures 57 min
light > Europe
Enquêtes en cours
L'ancien roi Juan Carlos, soupçonné de corruption, décide de quitter l'Espagne
il y a 12 heures 31 min
pépites > Santé
Wuhan
Covid-19 : la mission de l'OMS en Chine a terminé son travail préparatoire dans le cadre de l'enquête sur l'origine du virus
il y a 15 heures 3 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Relance ou investissement ? Présent simple ou avenir composé ? Être en France ou aux USA ?

il y a 18 heures 14 min
pépite vidéo > Science
Mission accomplie
SpaceX : les images de l'amerrissage des deux astronautes américains
il y a 18 heures 59 min
décryptage > Société
Sélection inclusive

L’UNEF de Nanterre a choisi quatre femmes qui ont "influencé" le cours de l’Histoire : curieusement elles sont toutes de la même couleur !

il y a 20 heures 53 min
décryptage > Economie
Incertitudes sur les marchés

Le COVID-19 s’attaque surtout au dollar

il y a 21 heures 28 min
décryptage > International
Centre d'attraction

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

il y a 22 heures 32 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

TikTok première victime du bras de fer entre la Chine et les États-Unis. Donald Trump va décider de fermer la star montante des réseaux sociaux

il y a 23 heures 14 min
light > Politique
Vacances studieuses
Emmanuel Macron pourrait recevoir Angela Merkel et Nicolas Sarkozy au Fort de Brégançon cet été
il y a 10 heures 17 min
pépites > Social
Rentrée sociale agitée
Les Gilets jaunes feront-ils leur retour dès le 12 septembre prochain ?
il y a 11 heures 35 min
light > Religion
Inquiétudes
L'ancien pape Benoît XVI serait dans un état "extrêmement fragile"
il y a 13 heures 49 min
pépites > Justice
Nouveau rebondissement
Affaire des écoutes de Nicolas Sarkozy : le Conseil d'Etat rejette la requête du Syndicat de la magistrature
il y a 15 heures 38 min
pépites > Environnement
Temps d’adaptation
Barbara Pompili décide de repousser l'interdiction des terrasses chauffées à l'hiver 2021
il y a 18 heures 32 min
décryptage > Environnement
Environnement

C’est la biodiversité du "beau" qu’il faut apprendre et transmettre et non la biodiversité du calcul, du chiffre, du nombre

il y a 20 heures 28 min
décryptage > Santé
Avertissement

Covid-19 : si le bon élève Hong Kong est désormais confronté à une 3e vague, saurons-nous en éviter une 2e alors que nous sommes beaucoup moins rigoureux ?

il y a 21 heures 8 min
décryptage > Consommation
Cocktail & Terroir

Les idées cocktails originales de l’été : avec de l’Absinthe, essayez le Green Beast

il y a 22 heures 2 min
décryptage > Politique
No non-sense

Séduire les "vrais gens" : le match des résultats Boris Johnson / Emmanuel Macron. Avantage...

il y a 22 heures 57 min
décryptage > Europe
Milliards à l'eau

Ces malencontreux facteurs économiques qui annulent d’ores et déjà l’impact du grand plan de relance européen

il y a 23 heures 28 min
© ERIC PIERMONT / AFP
© ERIC PIERMONT / AFP
Scénario catastrophe

Les vraies raisons pour lesquelles Bruno Le Maire estime que « l’euro n’a jamais été aussi menacé »

Publié le 23 mai 2019
Bruno Le Maire redoute une crise grave de l’euro. Or, les marchés ne bougent pas et tous les experts de la monnaie s’interrogent sur les raisons de « cette prédiction de catastrophe ».
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Le Maire redoute une crise grave de l’euro. Or, les marchés ne bougent pas et tous les experts de la monnaie s’interrogent sur les raisons de « cette prédiction de catastrophe ».

Si le ministre de l’économie de la deuxième puissance économique de l’Union européenne, qui est aussi la 5e puissance mondiale, membre fondateur de la monnaie unique et co-gérant-partenaire clef de la Banque centrale européenne  affirme haut et fort que l’euro est au bord d’une crise grave, que la monnaie unique n’a jamais été aussi menacée, il doit forcément être écouté.

Bruno Le Maire n‘est pas un amateur, il a fait des études (l’ENA), il a une carrière importante dans les milieux d’affaires et les milieux européens. Bref, c’est un type sérieux, toujours prêt à regretter que les hommes politiques ne parlent pas toujours en pleine responsabilité, c’est un homme sobre, ennemi des fake news. Un homme entouré par des experts et des compétences reconnues par le monde entier.

Donc logiquement, si ce que dit Bruno Le Maire correspond à la réalité, ça aurait dû immédiatement provoquer la panique des marchés et suscité moult commentaires de la part des autorités monétaires.

La phrase de Bruno Le Maire n’a suscité aucune réaction des marchés, les taux d’intérêt, qui sont un des marqueurs clef de la bonne santé d’une monnaie, n’ont pas bougé d’un millimètre et la France continue de pouvoir emprunter des tonnes de milliards d’euros à un prix qui ne transpire aucune inquiétude.

Pour finir, la Banque centrale de l’Union Européenne n’a pas relevé alors que c’est directement de son ressort. Mario Draghi, le président de la BCE, n’a pas cillé, tout juste un léger sourire du bout des yeux qui laisse transparaitre un sarcasme toute en finesse, comme savent le faire les Italiens.

Bref, le propos de Bruno Le Maire ne correspondait à aucune réalité immédiate : l'euro se porte plutôt bien, il représente 20% des moyens de paiement du commerce mondial, et actuellement, les sondages réalisés dans l'Union européenne, qui s‘avèrent pourtant très eurosceptiques, révèlent que dans aucun pays de la zone euro, les peuples veulent sortir de l’euro, aucun candidat sérieux n’a mis à son programme la sortie de l’euro. Certains en parlent, mais aucun n’a de plan précis ou de projet structuré. Y compris en Italie où Salvini, qui s’était fait élire avec cette promesse de sortir de l’euro, a retiré ce projet une fois arrivé au pouvoir, y compris en France, où Marine le Pen a cessé d’en parler. Les eurosceptiques veulent tout changer en Europe. Tout, sauf la monnaie unique.

 

Alors pourquoi Bruno Le Maire voit-il l’euro au bord de l’implosion ? Trois hypothèses.

 

La première, la plus probable, c’est que, devant des sondages qui mettent la liste de Marine Le Pen en tête, les membres du gouvernement s’affolent un peu. Dans les deux jours qui précèdent un scrutin à risque, tout est bon pour faire peur et ramener les électeurs dans le cercle de la raison. Le problème, c’est que le ministre de l’économie décrédibilise sa parole. Il descend au niveau de la démagogie la plus vulgaire dont il a souvent fustigé les pratiquants. C’est absurde et ridicule.

 

La deuxième hypothèse, c’est qu'il a des éléments pour étayer un probable scénario de crise, mais dans ce cas-là, les experts du monde financier le sauraient et auraient déjà réagi. Dans un sens ou dans l’autre. Alors les experts n’excluent pas une nouvelle crise, mais parce que la crise fait partie du fonctionnement de l’économie mondialisée. Le mouvement cyclique inhérent à l’économie fait qu’il y aura une nouvelle crise d’ajustement, ou même structurelle. Mais quand et où ? Personne ne le sait. Le monde est même très bien armé, pour tuer dans l‘œuf toute crise ou en amortir les effets. La crise de 2008 restera très exceptionnelle. Quelques experts, dont c’est le métier, nous prédisent chaque mois que le monde a une chance sur deux de traverser une crise. Ils ne se trompent jamais, et pour cause. Une chance sur deux !  Mais ces experts n’ont aucune utilité, sauf de vendre de l’anxiété aux petites gens. Comme ils sont nombreux à le croire, ils gagnent beaucoup d’argent à annoncer la crise.

 

La troisième hypothèse est beaucoup plus plausible. Sur la base d’études récentes et nombreuse, Bruno Le Maire a sans doute voulu dire que l’euro a beaucoup d’ennemis, beaucoup d’adversaires qui œuvrent à sa perte.

A l’intérieur de l'Union européenne, tous ceux qui prêchent pour une sortie de la zone euro, font le lit de ceux qui spéculent. Le Brexit profitera avant tout aux financiers. Beaucoup de spéculateurs sont prêts à jouer beaucoup d’argent sur une crise de l'euro, un peu comme Georges Sorgos l’a fait à plusieurs reprises dans sa carrière. Certains considèrent que l’état d’endettement dans les pays de la zone euro est tel que nous ne sommes pas à l’abri d’un risque de défaut dans une banque de l’Union européenne, en Allemagne, et surtout en Italie. C’est la raison pour laquelle les banques européennes sont parmi les plus sécurisées du monde. Bruno Le Maire a d’ailleurs participé au renforcement des ratios de solvabilité qui sont beaucoup, plus lourds à supporter que dans les banques anglo-saxonnes qui ont été progressivement dérégulées pour leur faciliter le travail et exercer une concurrence qui peut paraître déloyale.

Par ailleurs, et ça n’est un secret pour personne, des grands pays dans le monde rêvent de voir l’euro disparaître. A commencer par les Etats-Unis qui considèrent l'euro comme le principal concurrent du dollar. Donald Trump cherche  à déstabiliser l’Europe, oui parce qu‘il cherche à affaiblir l‘euro. Les Américains ont toujours œuvré contre la monnaie européenne. Les grands producteurs de pétrole ou de gaz ont toujours travaillé en dollars. Quant aux Chinois, ils commencent tout juste à pratiquer l’euro, mais leur besoin de recyclage de leurs excédents monétaires est tel que c’est en dollars qu’ils travaillent.

Dernier point, mais Bruno Le Maire n‘en a pas parlé. La guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis commencent à peser selon l’OCDE, sur la croissance mondiale. Il est évident que si le ralentissement de l'activité se confirmait, nous risquerions une crise de liquidité aussi grave qu’en 2008. Et dans ce cas, l’Europe et l’euro ne seraient pas épargnés.

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lasenorita
- 23/05/2019 - 16:21
Le Parlement européen est pour la mondialisation!
Le Parlement européen c'est le déni de démocratie à force de mondialisation! La France a perdu 26.000€par personne, en 20 ans, à cause de l'euro, les industries françaises partent à l'étranger voir https://www.breizh-info.com/2019/05/23/119556/lunion-europeenne-couterait-plus-quelle-ne-rapporte-aux-francais..la balance entre dépenses pour l'Europe et ses recettes (PAC, subventions, etc.) se traduit par un déficit de 155€ par habitant ou 622€ par foyer fiscal...Les souverainistes sont ceux qui approuvent la souveraineté des peuples à disposer d'eux-mêmes, ils s'opposent aux mondialistes(les LREM, etc..)..
corbon1943
- 23/05/2019 - 09:49
rien à craindre pour la France avec le bruno ,
phénix mondialement reconnu pour gérer l'économie et l'industrie ; voir Ascoval , GE alsthom , etc