En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

02.

Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette

03.

Enquête administrative sur le PNF : utile ruée dans les brancards d’Éric Dupont Moretti ou taureau dans un magasin de porcelaine ?

04.

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

05.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

06.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

07.

Alerte aux finances : le RN, un parti à la dérive

01.

L’inquiétant système chinois de notation sociale qui menace le monde

02.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

03.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

04.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

05.

Droit des arbres : ce danger insidieux qui nous guette quand l'humain n'est plus qu'un vivant parmi d'autres

06.

L’intelligence artificielle avait abîmé la beauté des échecs, voilà comment elle pourrait la renouveler

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

03.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

04.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

05.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
pépites > International
Menace
Les Etats-Unis accusent le Hezbollah de stocker du nitrate d'ammonium en Europe
il y a 38 min 17 sec
pépites > France
Prudence
Inondations : le Gard en alerte rouge, la Lozère et l'Hérault en vigilance orange
il y a 2 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le théorème du parapluie" : Le spectacle est permanent, émerveillons-nous !

il y a 3 heures 46 min
pépite vidéo > Insolite
Spiderman
Paris : un homme interpellé après avoir escaladé la tour Montparnasse à mains nues
il y a 4 heures 32 min
décryptage > Politique
Politisation de la justice

Enquête administrative sur le PNF : utile ruée dans les brancards d’Éric Dupont Moretti ou taureau dans un magasin de porcelaine ?

il y a 5 heures 56 min
décryptage > France
Gouverner, c'est prévoir

Les leçons de notre impréparation face au Covid ont-elles été tirées face aux autres risques majeurs identifiés par les livres blancs ?

il y a 7 heures 19 min
décryptage > International
Rival systémique

Marxiste dedans, ultralibérale dehors, la Chine fait perdre ses moyens à l'Europe

il y a 7 heures 57 min
décryptage > Politique
Le pelé, le galeux c’est lui

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

il y a 8 heures 15 min
décryptage > Défense
Bonnes feuilles

Les 100 mots de la guerre : de la guerre nucléaire à la paix en passant par la peur

il y a 8 heures 20 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’ère des victimes : le règne de la tyrannie des minorités et de la privatisation de la censure

il y a 8 heures 20 min
pépites > Economie
Blacklist
Interdiction de TikTok aux Etats-Unis : la Chine annonce des mesures de rétorsion
il y a 1 heure 21 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La bombe" : une histoire explosive

il y a 3 heures 42 min
pépite vidéo > Religion
Débat pas simple
Voile à l'Assemblée : pour Jean-Sébastien Ferjou, "le voile a une double nature, privée et politique"
il y a 3 heures 51 min
pépites > International
Disparition
États-Unis : Ruth Bader Ginsburg, juge à la Cour Suprême, est décédée
il y a 5 heures 5 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette
il y a 7 heures 33 sec
décryptage > Société
La vérité est ailleurs

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

il y a 7 heures 40 min
décryptage > Economie
Dépenses à crédit

Jusqu’à quand pourrons-nous financer nos dépenses de santé par la dette ?

il y a 8 heures 7 min
décryptage > Science
Bonnes feuilles

Comment les chiffres transforment les algorithmes en véritables menaces

il y a 8 heures 19 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

il y a 8 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Turner – Peintures et Aquarelles- Collection de la Tate : la fascinante exposition d’un “Voyageur de Lumière”

il y a 16 heures 49 min
© LUDOVIC MARIN / AFP
© LUDOVIC MARIN / AFP
Turbo pessimistes

Seuls 16% des Français ont le sentiment de bénéficier personnellement de la politique d’Emmanuel Macron : qu’en est-il vraiment ?

Publié le 11 mai 2019
Selon un sondage BVA, la popularité d'Emmanuel Macron après deux ans de mandat s'établit à 32 %. D'après cette étude, 16 % des personnes interrogées ont le sentiment de bénéficier de la politique gouvernementale.
Eric Heyer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Heyer est Directeur adjoint au Département analyse et prévision de l'OFCE (observatoire français des conjonctures économiques - centre de recherche en économie de Sciences Po).
Voir la bio
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon un sondage BVA, la popularité d'Emmanuel Macron après deux ans de mandat s'établit à 32 %. D'après cette étude, 16 % des personnes interrogées ont le sentiment de bénéficier de la politique gouvernementale.

Atlantico.fr : Selon un sondage réalisé par BVA en partenariat avec la Tribune, seuls 16% des Français considèrent bénéficier personnellement de la politique d'Emmanuel Macron. Qu'en est-il de la réalité ? Comment estimer la proportion de Français ayant pu bénéficier, ou qui bénéficieront directement ou indirectement des mesures mises en place par Emmanuel Macron ? Ne sont-ils pas plus nombreux que ces 16% ? 

Eric Heyer : Si l'on prend en compte uniquement les mesures fiscales, il y a certainement plus de gagnants que 16%, en particulier en ce qui concerne les budgets de 2018 et de 2019. Bien entendu, on n'a pas complètement intégré les dernières mesures, comme la baisse de l'impôt sur le revenu. Mais avant ces mesures, il y avait au contraire à peu près 70% des Français qui étaient gagnants, en tout cas il y avait beaucoup plus de gagnants que de perdants, pour ce qui est des mesures fiscales.

Il est certain qu'il y a plus de gagnants que de perdants parce que ces mesures fiscales sont essentiellement financées par le déficit. Malgré le fait que les baisses d'impôt leur bénéficient directement, les Français comprennent que le gouvernement leur reprendra demain ce qu'il finance aujourd'hui grâce à son déficit, et ne se considèrent donc pas comme gagnants. Cela explique en partie les 16%. Par ailleurs, même si on annonce les baisses d'impôt, tant qu'elles ne sont pas effectives, les Français n'y croient pas non plus.

Quant aux mesures fiscales, telles que la flexibilisation du marché du travail et les ordonnances Pénicaud, le salarié a le sentiment d'être moins protégé et a donc l'impression d'y perdre. Lorsqu'il était encore candidat, Emmanuel Macron promettait à la fois la flexibilisation et davantage de protection des salariés, à travers la mise en place, d'un côté, d'ordonnances du marché du travail qui « libèrent l'économie » selon ses propres mots, et flexibilisent les salariés ; et de l'autre, la réforme du logement, de l'assurance-chômage et de la formation professionnelle, doublées de réformes qui ouvrent aux prises de droit (plus de personnes protégées par l'assurance-chômage, augmentation de la qualité des logements, permettre à tout le monde d'accéder à une relation professionnelle de bonne qualité).

On s'aperçoit aujourd'hui que si le « volet flexibilisation » a bien été mis en place, le « volet protection » est venu un peu buter sur la contrainte budgétaire, laquelle ne permet pas d'ouvrir l'assurance-chômage à tout le monde et protège moins les personnes en moyenne à cause des économies prévues sur les dépenses. L'équilibre n'est donc pas complet, ce qui peut expliquer le sentiment des Français qui ont l'impression d'avoir été, pour l'instant, plus précarisés qu'autre chose.

Edouard Husson : Machiavel, qui a tranché le lien entre action publique et morale, et qui imprègne toute la politique moderne, incite les dirigeants à maîtriser les apparences plutôt que de poursuivre le bien commun. A l’âge démocratique, cela veut dire communiquer, communiquer, communiquer. La conséquence, perverse, est que la politique devient toujours plus affaire de perception. Emmanuel Macron a obtenu 24% des voix au premier tour de l’élection présidentielle; les mesures qu’il a annoncées le 10 décembre 2018 et le 25 avril 2019 touchent un cercle plus large de Français; et pourtant seuls 16%, selon le sondage BVA publié hier, ont le sentiment d’être bénéficiaires de l’action qu’il mène! Malgré les cadeaux fiscaux, budgétaires, et le grand débat ! En fait, le président est pris au piège de sa communication et de son style de pouvoir. La politique moderne, post-machiavélienne, est aussi affaire d’individualisme. “Le Prince” conduit au triomphe de la subjectivité. Aucun de nos présidents n’a autant dit “Moi, je....”. La conférence de presse du 25 avril a tourné, avec la complicité de plusieurs journalistes, à une sorte de gigantesque psychanalyse publique. C’en était indécent. Alors que tant de Français souffrent dans leur chair des conséquences de 30 ans de politique monétaire absurde, alors que les forces de l’ordre ont pour ordre d’exercer une répression sans précédent dans l’histoire de notre république, le président a fait part de ses états d’âme, dit comme il était heureux ou bien malheureux de voir que telle ou telle chose se passât comme elle se passait. A force de tout ramener à lui, à force de “la ramener” tout simplement, le Président a sans doute, depuis deux ans, divisé par deux, ou deux et demi, ses soutiens potentiels dans l’opinion.

Quelles sont les mesures qui ont pu toucher, ou qui toucheront, le plus de Français ? 

Eric Heyer : Sans doute les mesures qui ont touché le plus de personnes sont la taxe d'habitation et le transfert de cotisations vers la CSG, qui a permis de faire un gain de pouvoir d'achat pour les salariés du secteur privé. Quasiment tous les salariés du secteur privé y ont gagné, les fonctionnaires n'y ont rien gagné et les inactifs y ont perdu. Sur ces mesures, il y a donc eu plus de gagnants que de perdants, même si les finances publics sont un jeu à somme nulle. Puisque c'était annoncé, les retraités ne se sont pas tellement plaints à ce moment-là ; ils se sont plaints le jour où ils ont appris que leurs pensions ne seraient pas indexées sur l'inflation.

D'autres mesures ont-elles pu affecter négativement les Français, ce qui pourrait venir expliquer ce chiffre , à priori restreint, de 16% ? 

Eric Heyer : Probablement la taxe carbone mais elle a été retirée. L'augmentation du prix de l'essence à la pompe touche beaucoup de personnes très vite et est une des raisons principales à la montée du mécontentement qui a déclenché le mouvement des Gilets jaunes. Le gouvernement a fait marche arrière mais le mal était déjà fait.

Réaliser une distinction entre ceux qui ont l'impression de bénéficier ou non des mesures du gouvernement ne donne-t-il pas une idée assez fidèle de la politique économique et fiscale d'Emmanuel Macron ?

Eric Heyer : Si l'on met de côté les mesures prises en réaction au mouvement des Gilets jaunes et si l'on regarde les premiers budgets qui ont été votés – ceux de 2018 et de 2019 -, les gagnants sont essentiellement les 5% les plus aisées de l'économie, avec la transformation de l'ISF en IFI et le prélèvement forfaitaire unique. Le deuxième budget est vraiment dans la ligne politique de Macron : il faut que le travail paie, il faut augmenter le pouvoir d'achat des actifs et le financer en prélevant du pouvoir d'achat aux inactifs et aux retraités, il faut taxer la rente immobilière et non la rente financière.

Pour équilibrer ces premières mesures, d'autres mesures sont de plus en plus mises en place, les mesures du 10 décembre 2018 et celles qui sont en train d'être prises par Bercy. Celles-ci visent beaucoup plus les classes moyennes, qu'il s'agisse des actifs ou des inactifs, voire les classes moyennes supérieures avec l'impôt sur le revenu et la réforme qui est en train d'être menée.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 12/05/2019 - 16:47
La France égalitaire mais en divisions catégorielles
Les gouvernements ont l'habitude de calculer les soulagements fiscaux selon une rhétorique électorale. Mais, en revanche, ils font aussi de nouveaux riches, comme le contribuable qui passera de juste au-dessous de la barre des 2000 à juste au-dessus et qui ne bénéficiera plus de rien car d'un revenu trop élevé !
lémire
- 11/05/2019 - 19:25
"répression sans précédent dans l'histoire de notre république"
Charonne, Creys-Malville, Malik Oussekine, c'était sous la IVème ? C'est quoi ce délire bobo sur une répression "sans pareille" ? Et depuis quand, dans un journal de droite, plaint-on les black blocks et ceux qui les accompagnent dans des manifestations interdites ?
lasenorita
- 11/05/2019 - 17:05
71% des jeunes Français ne font pas confiance à l'Europe!
Selon un sondage IFOP,réalisé pour le 9 mai: la campagne pour les ''européennes'' n'intéresse que 32% des Français inscrits sur les listes électorales voir https://www.breizh-info.com/2019/05/11/118645/elections-europeennes-sondage-jeunes-identitaire et voir https://www.ifop.com/wp-content/uploads/2019/05/116194-Rapport-30.04.2019.pdf 23% seulement voteront...la jeunesse sera absente parce que 71% des jeunes font davantage confiance aux institutions nationales qu'européennes!...