En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’Europe paralysée face au péril turc : cette question brûlante à poser à Emmanuel Macron

02.

Comment la politique iranienne de Trump a jeté Téhéran dans les bras de Pékin

03.

Le chauffeur de Bayonne a été lynché à mort : le ministre des transports a osé parler « d’incivilités » !

04.

Monsieur, madame, le, la maire de Lyon…

05.

Le nombre de cas de Covid-19 double tous les deux jours à Marseille

06.

Quand le budget européen prévu pour gérer les crises agricoles est affecté au maintien des migrants syriens en Turquie

07.

Union européenne : la réglementation sur les travailleurs routiers déchirent les Européens

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

04.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

05.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

06.

L’Europe paralysée face au péril turc : cette question brûlante à poser à Emmanuel Macron

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

03.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

04.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

05.

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

06.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Atlantico Business

Plutôt l’offre que la demande : Macron enterre le mythe keynésien et parie sur l’entreprise pour redresser la situation économique et sociale

il y a 16 min 27 sec
pépites > Economie
EMPLOI
Macron annonce une exonération de cotisations et 300.000 contrats d'insertion pour les jeunes
il y a 17 heures 30 min
pépites > Santé
SANTÉ
Macron souhaite le masque obligatoire dans tous les lieux publics clos
il y a 18 heures 48 min
light > France
FÊTE PERCHÉE
Un DJ va mixer en haut de la grande échelle des pompiers
il y a 19 heures 21 min
pépites > France
CORONAVIRUS
Le nombre de cas de Covid-19 double tous les deux jours à Marseille
il y a 20 heures 3 min
pépite vidéo > France
DÉFILÉ
14 juillet : Trois miraculés d’une intervention au Mali vont défiler
il y a 20 heures 50 min
décryptage > Société
Des mots pour mentir

Le chauffeur de Bayonne a été lynché à mort : le ministre des transports a osé parler « d’incivilités » !

il y a 22 heures 26 min
décryptage > France
BACCALAURÉAT 2020

Baccalauréat 2020 : la cuvée coronavirus a été livrée

il y a 22 heures 51 min
décryptage > Economie
WIKI AGRI

Quand le budget européen prévu pour gérer les crises agricoles est affecté au maintien des migrants syriens en Turquie

il y a 23 heures 18 min
décryptage > Europe
UNION EUROPÉENNE

Union européenne : la réglementation sur les travailleurs routiers déchirent les Européens

il y a 1 jour 4 min
décryptage > Politique
Oral de rattrapage

Macron, l'incompris... mais la faute à qui ?

il y a 27 min 34 sec
pépite vidéo > Santé
FÊTE NATIONALE
Emmanuel Macron souhaite rendre le masque obligatoire dans les lieux publics clos
il y a 17 heures 41 min
light > Insolite
BON APPÉTIT
Une cliente trouve une tête de lézard dans sa bolognaise, l'enseigne s'excuse
il y a 18 heures 56 min
pépites > France
COMMÉMORATION
Nice commémore les quatre ans de l'attentat de Nice
il y a 19 heures 34 min
pépites > France
FRANCE
"MACRON ASPHYXIE L'HÔPITAL" une banderole déployée durant la cérémonie
il y a 20 heures 33 min
décryptage > Media
L'ART DE LA PUNCHLINE

Un 14 juillet en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 21 heures 54 min
décryptage > Société
Inclusivement vôtre

Monsieur, madame, le, la maire de Lyon…

il y a 22 heures 42 min
décryptage > International
INTERNATIONAL

Que fait la France - trop souvent et encore seule - au Sahel ?

il y a 23 heures 1 min
décryptage > Politique
POLITIQUE

Le Ségur de la Santé, ou la victoire de la bureaucratie sur l'intérêt général

il y a 23 heures 40 min
décryptage > Science
SCIENCE

Coronavirus, 2eme vague et crise économique : 2020, l’été de la grande dissonance cognitive

il y a 1 jour 44 min
© RAYMOND ROIG / AFP
© RAYMOND ROIG / AFP
Atlantico Business

L‘aide aux Gilets jaunes pour près de 18 milliards d’euros est allée principalement enrichir les pays pétroliers et les Chinois

Publié le 08 mai 2019
Le prix de l’essence se vend à plus de 1,60 euros le litre cette semaine, au plus haut depuis six ans. Les pays fournisseurs en sont les seuls bénéficiaires. Sans parler des Chinois dont les importations ont augmenté.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le prix de l’essence se vend à plus de 1,60 euros le litre cette semaine, au plus haut depuis six ans. Les pays fournisseurs en sont les seuls bénéficiaires. Sans parler des Chinois dont les importations ont augmenté.

Dégâts collatéraux. Les économistes et les analystes se félicitent de l’amélioration de la situation économique française et ils ont raison. La croissance se tient mieux que prévue, les prévisions d’investissements industriels sont plutôt optimistes, la consommation galope et les chiffres de l’emploi s’améliorent. La conjoncture apporte donc des éléments positifs capables de dresser un bilan des deux premières années du quinquennat Macron, bien meilleur que ce qui est ressenti sur les ronds-points encore tenus par les gilets jaunes.

Cela dit, quand on regarde en détail tous ces chiffres livrés au bon moment par l’Insee, on est obligé de modérer le diagnostic. 

1er point, les entreprises françaises ont amélioré leurs marges principalement grâce au CICE qui avait été mis en place par Manuel Valls sous François Hollande. Quoi qu‘on dise, cet allègement de charges fiscales a produit ses fruits sur la trésorerie des entreprises.

2e point, le discours pro-business d’Emmanuel Macron au début de son mandat, les réformes structurelles qui ont été courageusement passées, loi travail et allègement de la fiscalité sur le capital, ont amélioré la visibilité et les perspectives. D’où principalement les prévisions d’investissement industriel qui viennent de sortir ;

3e point, la politique de la BCE très accommodante et la baisse à un niveau très bas des taux d’intérêt ont délivré des liquidités très importantes dans les entreprises et le secteur du bâtiment. 

4e point, l’ensemble des mesures décidées pour répondre aux Gilets jaunes et restaurer le climat social ont représenté quelques 18 milliards d’euros, entre ce qui avait été annoncé en décembre et ce qui est sorti de la dernière conférence de presse. Ces 18 milliards d’euros représentent un soutien au pouvoir d’achat et donc à la consommation des ménages. 

La résultante de tous ces ressorts fait que l’économie française équilibre actuellement les effets d’une politique de l’offre (CICE, fiscalité sur le capital) et les attentes d’une politique de la demande (aides au pouvoir d’achat et baisses d’impôts directs). Le problème est que le budget ne permettra pas de conduire l’économie avec les deux moteurs. Il faudra bien trouver le financement des plans de soutien d’une façon ou d’une autre.  Sinon, le logiciel finira par bouger sur l’ampleur de l’endettement public. 

Sans attendre, on voit déjà apparaître les effets pervers de ces prescriptions. L’économie française a beaucoup de mal à assumer et à affronter les contraintes extérieures. 

Quand le prix du pétrole augmente dans des proportions importantes sur les marchés internationaux, nous n'avons aucun  moyen d’y répondre, sinon de payer. Le prix du pétrole a augmenté de 35% depuis trois mois, à près de 75 dollars le baril. Le prix de l’essence sans-plomb se vend donc aux environs de 1,60 euros le litre. Le gazole, un peu moins, mais l'ensemble des carburants a désormais atteint le niveau qu‘il avait juste avant le début du mouvement des gilets jaunes. 

Les taxes n’y sont pour rien. La hausse du prix du baril de pétrole à l’international explique la flambée des prix à la pompe depuis deux mois. Le gouvernement a suspendu toutes les hausses de taxes habituellement réalisées en janvier. Mais les hausses de prix ont mécaniquement gonflé la facture pétrolière qui s’est accrue de 13 milliards depuis le début de l’année. Quand on sait qu'on aura distribué 18 milliards, on peut dire que près de 13 milliards auront été récupérés par les pays producteurs et notamment les pays du Golfe, l’Arabie saoudite, la Russie et l‘Algérie. 

Mais parallèlement, on s’aperçoit aussi que le déficit commercial s’est accru de 5 milliards d’euros. Soit 5 milliards d’importations en plus. Des importations en provenance principalement des pays émergents, en particulier de la Chine, premier fournisseur de la grande distribution. 

Si on ajoute à la facture pétrolière (13 milliards) la facture payée à la Chine (5 milliards) et le surplus d’épargne de précaution constituée, on n’est pas très loin du montant payé par l’Etat. Tous ces facteurs ne sont évidemment pas rassurants. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (17)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 09/05/2019 - 17:38
Distinguo à faire.
Sur le budget " gilet jaune" il convient de bien distinguer ce qui est le simple retour à la situation ante , comme la reindexation des petites retraites ( une partie des retraités récupère ce qui leur avait été retiré par le gouvernement de Macron, sans plus et avec retard), non augmentation prévue d'impôt, de ce qui est aides ou allocations nouvelles. Il est scandaleux de prendre de l'argent à une partie des citoyens puis d'appeler " cadeau" le fait d'annuler quelques mois après la ponction fiscale ou sociale en question
Benvoyons
- 09/05/2019 - 17:21
Xavier bossut - 09/05/2019 - 12:00 Il manque un paramètre
& sans lui ton analyse ne tient pas (2013 pour 1€ j'avais 1,36$ & en 2019 aujourd'hui pour 1€ j'ai 1,0645$ )
Maintenant la taxe a augmenté aussi.
Mais si tu enlèves les taxes (35Mds€) elles seront reportées sur d'autres produits car les milliards servent aux écoles Hôpitaux, à payer les Artistes donc la Culture, etc... donc les charges de l’État dont un report sur les communes & les régions.
xavier69
- 09/05/2019 - 12:00
prix de l'essence etc..
en 2013 prix du baril:114$ , prix de l'essence 1,3€ ; en 2019 prix du baril 75$ prix de l'essence 1,6€ avé cesar ,ceux qui se font avoir systématiquement te salue .

Pour memo ,l'origine des gilets jaune était : arrêtez de nous taxer ,ce n'était pas donnez nous du pognon (que vous allez bien prendre quelque part )