En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Combien de contaminés par le Coronavirus, maintenant nommé : COVID-19 ? Des chiffres médicaux, politiques, économiques ou financiers ?

02.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

03.

Les Imams d'Europe se mobilisent contre la radicalisation… sans grande perspectives de succès

04.

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

05.

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

06.

Municipales : Agnès Buzyn meurt et ne se rend pas

07.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Mal nommer les choses : Emmanuel Macron en plein vertige camusien face aux députés LREM

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

06.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

03.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

06.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

ça vient d'être publié
light > Insolite
L'habit ne fait pas le moine
Elle simule un voyage à Bali depuis Ikea
il y a 2 heures 33 min
pépites > International
La gestion politique du Coronavirus
Un avocat chinois arrêté pour avoir critiqué la gestion de l'épidémie par les autorités
il y a 3 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Théâtre : "Le fantôme d'Aziyade" de Pierre Loti : Quête initiatique, nostalgique et fascinante sur les rives de l'amour et du Bosphore

il y a 5 heures 44 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 17 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 7 heures 20 min
décryptage > Société
Engagez-vous qu'ils disaient

Piot Pavlenski : artiste, voyou, les deux ?

il y a 9 heures 12 min
décryptage > Politique
Honneur au courage malheureux

Municipales : Agnès Buzyn meurt et ne se rend pas

il y a 9 heures 56 min
décryptage > Economie
Jalousie

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

il y a 10 heures 20 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Santé, retraite : le secteur de l‘assurance fait le pari d’être moins cher et plus efficace que la sécurité sociale ...

il y a 10 heures 57 min
décryptage > Politique
Post Griveaux

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

il y a 12 heures 42 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Allemagne : Le gouvernement condamne des projets d’attentats « effrayants » contre plusieurs mosquées
il y a 1 jour 3 heures
pépites > International
Le Camp des saints
La population grecque redoute l'invasion migratoire
il y a 2 heures 55 min
pépites > Politique
Nouveau rebondissement
La compagne de Piotr Pavlenski mise en examen
il y a 3 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "Tu seras un homme, mon fils" de Pierre Assouline : Un portrait inattendu, saisissant et remarquable de Rudyard Kipling

il y a 6 heures 12 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

il y a 8 heures 40 min
décryptage > Politique
A l'école du politique

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

il y a 9 heures 28 min
décryptage > Religion
Pas d'amalgames

Les Imams d'Europe se mobilisent contre la radicalisation… sans grande perspectives de succès

il y a 9 heures 56 min
décryptage > Politique
Pas d'union à l'horizon

Municipales : Marine Le Pen maintient sa fervente opposition à l’union (locale) des droites

il y a 10 heures 36 min
décryptage > Société
Je t’aime moi non plus

Liaison fatale : avoir ou ne plus avoir un smartphone, telle est la question

il y a 12 heures 14 min
décryptage > Politique
Les entrepreneurs parlent aux Français

La vertu française, un puritanisme venu d’ailleurs ? Liberté française ubérisée ?

il y a 1 jour 3 heures
pépites > Société
Mobilisation
Appel des taxis parisiens à manifester vendredi devant la Gare de Lyon
il y a 1 jour 4 heures
© PASCAL GUYOT / AFP
© PASCAL GUYOT / AFP
Qu'ils traversent la rue

Objectif plein emploi : quand Emmanuel Macron révèle malencontreusement qu’il confond chômage structurel et chômage conjoncturel

Publié le 27 avril 2019
Les mots utilisés par Emmanuel Macron quand il parle du plein emploi dénotent d'importantes confusions économiques.
Alexandre Delaigue est professeur d'économie à l'université de Lille. Il est le co-auteur avec Stéphane Ménia des livres Nos phobies économiques et Sexe, drogue... et économie : pas de sujet tabou pour les économistes (parus chez Pearson). Son...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre Delaigue
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre Delaigue est professeur d'économie à l'université de Lille. Il est le co-auteur avec Stéphane Ménia des livres Nos phobies économiques et Sexe, drogue... et économie : pas de sujet tabou pour les économistes (parus chez Pearson). Son...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les mots utilisés par Emmanuel Macron quand il parle du plein emploi dénotent d'importantes confusions économiques.

Atlantico : "Le chiffre du plein emploi, c'est les économistes qui le fixent, ce n'est pas un taux. Je pense que le chiffre de 7% est tout à fait atteignable si on continue les réformes et notre stratégie au même rythme donc je ne remets pas du tout en cause cet objectif", a déclaré Emmanuel Macron lors de sa conférence de presse. "La stratégie et les réformes" du gouvernement peuvent elles conduire le pays au plein emploi ?

Alexandre Delaigue : Non, tout simplement non. Il y a ici une confusion totale. Les économistes distinguent le chômage structurel du chômage conjoncturel. Le niveau de chômage structurel est le taux de chômage le plus faible que l’on puisse obtenir en fonction des structures de l’économie, c’est à dire en fonction du mode d'indemnisation, de l’information sur le marché du travail etc..ces élément qui sont véritablement les structures de l’économie.

Si nous sommes au dessus de ce taux de chômage structurel, on dit alors que nous sommes dans un chômage conjoncturel qui est la conséquence d’une insuffisance de la demande. Or, le chiffre de 7% évoqué ici est celui du chômage structurel, ce n’est donc pas un taux de chômage qui peut diminuer en faisant des réformes de structures, parce que c’est un chômage qui est le résultat d’un problème de demande.

Il y a un problème de demande dans l’économie, ce qui veut dire, soit qu’il y a un problème de politique monétaire qui n’est pas suffisamment expansionniste, soit que le gouvernement devrait avoir un déficit public plus élevé, soit qu'il faudrait que tous les autres pays aient envie d’acheter nos produits et exporter davantage, ou encore que les ménages français fassent plus appel au crédit. Bref, il faudrait que la demande soit plus élevée pour le chômage diminue.  Ensuite, une fois que nous en sommes arrivés là, c’est là que l’on pourrait éventuellement envisager des réformes structurelles.

"La question du plein emploi, elle est même plus profonde, c'est de s'assurer qu'on améliore, je ne veux pas rentrer dans la technique, notre croissance potentielle, et donc que l'on arrive à baisser notre chômage structurel. Parce qu'au fond aujourd’hui, je pourrais vous dire qu'on est au plein emploi avec beaucoup de chômage, parce que nous avons un chômage structurel qui est très élevé." Comment analyser la vision du chef de l'Etat sur la question du plein emploi ?

C’est une confusion totale, comme je l’ai indiqué précédemment, entre ce qu’est le chômage structurel et ce qu’est le chômage conjoncturel. C’est aussi une confusion dans l’énoncé qui indique que la solution résiderait dans une croissance potentielle plus forte, si on raisonne au niveau macroéconomique. Mais le problème de fond, c’est qu’avant de vouloir faire augmenter la croissance potentielle (ce qui est très difficile -et pour être très clair les économistes ne savent pas très bien comment y parvenir dans un pays riche)  il faudrait déjà atteindre ce niveau de croissance potentielle. Et donc on en revient encore une fois à ce même problème qui est l’insuffisance de la demande et donc à un régime de politique macroéconomique insuffisant pour soutenir la demande. On peut toujours dire qu’il y a de bonnes raisons pour ne pas agir de la sorte, que cela soit les règles européennes ou autres, on peut chercher toutes les bonnes raisons que l’on veut pour justifier de ne pas le faire, mais nous sommes ici face à un aveuglement complet. On ne veut pas dire que le problème est avant tout un problème de demande, mais il faut être sérieux. Comment peut-on dire de manière sérieuse que le chômage structurel en France a doublé entre 2008 et aujourd'hui ? Cela n’a aucun sens. Que le marché du travail français fonctionne mal, oui, que l’on améliore ces dysfonctionnements par des réformes structurelles, c’est une possibilité, mais encore faudrait-il rappeler qu’énormément de réformes structurelles ont été faites depuis pas mal de temps, et que l’on en voit pas beaucoup les effets. Pourquoi ? Peut-être faudrait-il se poser la question de ce qu’est le régime macroéconomique dans lequel on est.  Le problème ici est que l’on ne veut même pas se poser la question, on part du principe que la question n’existe pas, c’est cela qui est aberrant.

De plus, le chômage structurel est difficile à estimer parce qu’on ne sait qu’il a été atteint que lorsqu'on le touche. C’est à dire que quand vous avez une économie qui est très fortement stimulée, on pourrait prendre l’exemple de l’économie américaine de la fin des années 90 ou celle des années actuelles, par les politiques monétaire et budgétaire. Dans de cas là, le chômage va diminuer régulièrement. Pour les économistes, on atteint le chômage structurel quand, d’un seul coup, le chômage n’arrive plus à diminuer et que l’on constate une accélération de l’inflation. En d’autres termes, la seule manière de trouver le niveau de chômage structurel, c’est de “taper” dedans. Mais en France, nous n’avons jamais tapé dedans. On voit des périodes pendant lesquelles le chômage diminue, mais le problème est qu’il diminue très lentement, et que nous ne sommes jamais allés assez loin pour savoir à quel niveau il se situe. Et il est tout à fait possible qu’il soit en dessous du niveau auquel il est estimé aujourd'hui. D’ailleurs, on constate que dans tous les pays dans lesquels le chômage a baissé suite à une augmentation de la demande, à chaque fois, les estimations de chômage structurel étaient trop élevées. Quand les Etats-Unis ont atteint un taux de chômage de 6%, puis de 5%, puis de 4%, à chaque fois on pensait avoir atteint l

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Combien de contaminés par le Coronavirus, maintenant nommé : COVID-19 ? Des chiffres médicaux, politiques, économiques ou financiers ?

02.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

03.

Les Imams d'Europe se mobilisent contre la radicalisation… sans grande perspectives de succès

04.

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

05.

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

06.

Municipales : Agnès Buzyn meurt et ne se rend pas

07.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Mal nommer les choses : Emmanuel Macron en plein vertige camusien face aux députés LREM

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

06.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

03.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

06.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Caustik317
- 29/04/2019 - 02:59
Macron,
.. n'a pas le moindre diplôme d'économie. D'où son échec économique actuel et cuisant. Des demi réformettes insuffisantes pour donner un coup de fouet à notre déficit commercial extérieur . Pour 2018 déficit : 63 milliards. Allemagne (+) 200 MILLIARDS ! Et on nous cache que pour 2019, notre balance commerciale externe , sera de 100 milliards.. Ce qui confirme que l'économie française ira de plus en plus mal l'avenir.
assougoudrel
- 27/04/2019 - 23:08
Qu'attendre d'un président qui
dit que l'immobilier n'est pas une économie réelle. Il mélange tout et confondrait une fiente de poule avec un œuf.
pierre de robion
- 27/04/2019 - 22:42
Article abscon!
Le niveau de chômage structurel est le taux de chômage le plus faible que l’on puisse obtenir en fonction des structures de l’économie,...mode d'indemnisation, de l’information sur le marché du travail etc..: je suppose que l'employabilité fait partie des etc...
On aura beau changer les règles d'indemnisation, une entreprise embauche quand elle a un marché, donc une main d'oeuvre qui par sa qualification et ses coûts lui permet de produire à un prix attractif,compte tenu de ses contraintes sociales et fiscales en particulier!
Sinon, elle robotise ou ferme ou pire s'expatrie!
Quand nos économistes à 2 balles comprendront-ils qu'en système capitaliste le but de l'entreprise c'est le profit et non la philanthropie, sauf dans la mesure où elle peut améliorer le profit.
On a essayé d'autres systèmes, ce ne fut guère concluant!