En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

03.

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

04.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

05.

François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste

06.

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

07.

Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
Effets de la parole présidentielle
Déconfinement : la SNCF a connu une hausse de 400% des ventes de billets de train juste après les annonces d’Emmanuel Macron
il y a 5 heures 12 min
light > Sport
"El Pibe de Oro"
Mort de la légende du football argentin, Diego Maradona, à l’âge de 60 ans
il y a 7 heures 29 min
pépites > Politique
"Le changement, c’est maintenant"
François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste
il y a 9 heures 2 min
pépites > France
Séparatisme
Le Conseil d'Etat confirme la dissolution de l'association BarakaCity et la fermeture de la Grande mosquée de Pantin
il y a 10 heures 44 min
décryptage > France
Chantier titanesque

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

il y a 13 heures 6 min
Farce
Le Premier ministre canadien piégé par l'appel téléphonique d'une fausse Greta Thunberg
il y a 13 heures 27 min
décryptage > Sport
Bryson DeChambeau

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

il y a 13 heures 50 min
light > People
Santé
Dans une contribution publiée dans le New York Times, Meghan Markle raconte qu'elle a fait une fausse couche cet été
il y a 14 heures 14 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

il y a 14 heures 31 min
pépites > International
Avion
Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens
il y a 14 heures 52 min
Futur best-seller
L'enquête fleuve de Society sur l’affaire Xavier Dupont de Ligonnès va être publiée sous le format d’un livre accessible dès le 9 décembre
il y a 6 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Madre" de Rodrigo Sorogoyen : un thriller bouleversant sur une mère en deuil de son fils…

il y a 8 heures 28 min
pépites > Economie
Changement de stratégie
IBM envisagerait la suppression de près d’un quart de ses effectifs en France
il y a 10 heures 14 min
Big Brother
Comment passer inaperçu sur l'avenue du Bonheur, truffée de caméras, à Pékin
il y a 11 heures 47 min
décryptage > Politique
Elus locaux

Radicalisation : pour un meilleur partage de l'information

il y a 13 heures 17 min
décryptage > France
Contradictions

Covid et terrorisme : deux poids, deux mesures. Pourquoi le Conseil constitutionnel s’est placé dans une contradiction qui risque de lui porter préjudice

il y a 13 heures 31 min
pépites > Politique
Désaveu
Loi sécurité globale : 30 abstentions, 10 votes contre chez LREM, la majorité envoie un avertissement à Gérald Darmanin
il y a 13 heures 54 min
décryptage > Consommation
Alimentation

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

il y a 14 heures 16 min
décryptage > International
Big Brother

Un QR code santé pour voyager : bienvenue dans le monde selon Xi Jinping

il y a 14 heures 49 min
pépite vidéo > Economie
"Quoi qu’il en coûte"
Bruno Le Maire : "Nous nous fixons 20 années pour rembourser cette dette Covid"
il y a 15 heures 12 min
© PASCAL GUYOT / AFP
© PASCAL GUYOT / AFP
Qu'ils traversent la rue

Objectif plein emploi : quand Emmanuel Macron révèle malencontreusement qu’il confond chômage structurel et chômage conjoncturel

Publié le 27 avril 2019
Les mots utilisés par Emmanuel Macron quand il parle du plein emploi dénotent d'importantes confusions économiques.
Alexandre Delaigue
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre Delaigue est professeur d'économie à l'université de Lille. Il est le co-auteur avec Stéphane Ménia des livres Nos phobies économiques et Sexe, drogue... et économie : pas de sujet tabou pour les économistes (parus chez Pearson). Son...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les mots utilisés par Emmanuel Macron quand il parle du plein emploi dénotent d'importantes confusions économiques.

Atlantico : "Le chiffre du plein emploi, c'est les économistes qui le fixent, ce n'est pas un taux. Je pense que le chiffre de 7% est tout à fait atteignable si on continue les réformes et notre stratégie au même rythme donc je ne remets pas du tout en cause cet objectif", a déclaré Emmanuel Macron lors de sa conférence de presse. "La stratégie et les réformes" du gouvernement peuvent elles conduire le pays au plein emploi ?

Alexandre Delaigue : Non, tout simplement non. Il y a ici une confusion totale. Les économistes distinguent le chômage structurel du chômage conjoncturel. Le niveau de chômage structurel est le taux de chômage le plus faible que l’on puisse obtenir en fonction des structures de l’économie, c’est à dire en fonction du mode d'indemnisation, de l’information sur le marché du travail etc..ces élément qui sont véritablement les structures de l’économie.

Si nous sommes au dessus de ce taux de chômage structurel, on dit alors que nous sommes dans un chômage conjoncturel qui est la conséquence d’une insuffisance de la demande. Or, le chiffre de 7% évoqué ici est celui du chômage structurel, ce n’est donc pas un taux de chômage qui peut diminuer en faisant des réformes de structures, parce que c’est un chômage qui est le résultat d’un problème de demande.

Il y a un problème de demande dans l’économie, ce qui veut dire, soit qu’il y a un problème de politique monétaire qui n’est pas suffisamment expansionniste, soit que le gouvernement devrait avoir un déficit public plus élevé, soit qu'il faudrait que tous les autres pays aient envie d’acheter nos produits et exporter davantage, ou encore que les ménages français fassent plus appel au crédit. Bref, il faudrait que la demande soit plus élevée pour le chômage diminue.  Ensuite, une fois que nous en sommes arrivés là, c’est là que l’on pourrait éventuellement envisager des réformes structurelles.

"La question du plein emploi, elle est même plus profonde, c'est de s'assurer qu'on améliore, je ne veux pas rentrer dans la technique, notre croissance potentielle, et donc que l'on arrive à baisser notre chômage structurel. Parce qu'au fond aujourd’hui, je pourrais vous dire qu'on est au plein emploi avec beaucoup de chômage, parce que nous avons un chômage structurel qui est très élevé." Comment analyser la vision du chef de l'Etat sur la question du plein emploi ?

C’est une confusion totale, comme je l’ai indiqué précédemment, entre ce qu’est le chômage structurel et ce qu’est le chômage conjoncturel. C’est aussi une confusion dans l’énoncé qui indique que la solution résiderait dans une croissance potentielle plus forte, si on raisonne au niveau macroéconomique. Mais le problème de fond, c’est qu’avant de vouloir faire augmenter la croissance potentielle (ce qui est très difficile -et pour être très clair les économistes ne savent pas très bien comment y parvenir dans un pays riche)  il faudrait déjà atteindre ce niveau de croissance potentielle. Et donc on en revient encore une fois à ce même problème qui est l’insuffisance de la demande et donc à un régime de politique macroéconomique insuffisant pour soutenir la demande. On peut toujours dire qu’il y a de bonnes raisons pour ne pas agir de la sorte, que cela soit les règles européennes ou autres, on peut chercher toutes les bonnes raisons que l’on veut pour justifier de ne pas le faire, mais nous sommes ici face à un aveuglement complet. On ne veut pas dire que le problème est avant tout un problème de demande, mais il faut être sérieux. Comment peut-on dire de manière sérieuse que le chômage structurel en France a doublé entre 2008 et aujourd'hui ? Cela n’a aucun sens. Que le marché du travail français fonctionne mal, oui, que l’on améliore ces dysfonctionnements par des réformes structurelles, c’est une possibilité, mais encore faudrait-il rappeler qu’énormément de réformes structurelles ont été faites depuis pas mal de temps, et que l’on en voit pas beaucoup les effets. Pourquoi ? Peut-être faudrait-il se poser la question de ce qu’est le régime macroéconomique dans lequel on est.  Le problème ici est que l’on ne veut même pas se poser la question, on part du principe que la question n’existe pas, c’est cela qui est aberrant.

De plus, le chômage structurel est difficile à estimer parce qu’on ne sait qu’il a été atteint que lorsqu'on le touche. C’est à dire que quand vous avez une économie qui est très fortement stimulée, on pourrait prendre l’exemple de l’économie américaine de la fin des années 90 ou celle des années actuelles, par les politiques monétaire et budgétaire. Dans de cas là, le chômage va diminuer régulièrement. Pour les économistes, on atteint le chômage structurel quand, d’un seul coup, le chômage n’arrive plus à diminuer et que l’on constate une accélération de l’inflation. En d’autres termes, la seule manière de trouver le niveau de chômage structurel, c’est de “taper” dedans. Mais en France, nous n’avons jamais tapé dedans. On voit des périodes pendant lesquelles le chômage diminue, mais le problème est qu’il diminue très lentement, et que nous ne sommes jamais allés assez loin pour savoir à quel niveau il se situe. Et il est tout à fait possible qu’il soit en dessous du niveau auquel il est estimé aujourd'hui. D’ailleurs, on constate que dans tous les pays dans lesquels le chômage a baissé suite à une augmentation de la demande, à chaque fois, les estimations de chômage structurel étaient trop élevées. Quand les Etats-Unis ont atteint un taux de chômage de 6%, puis de 5%, puis de 4%, à chaque fois on pensait avoir atteint l

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
caustik317
- 29/04/2019 - 02:59
Macron,
.. n'a pas le moindre diplôme d'économie. D'où son échec économique actuel et cuisant. Des demi réformettes insuffisantes pour donner un coup de fouet à notre déficit commercial extérieur . Pour 2018 déficit : 63 milliards. Allemagne (+) 200 MILLIARDS ! Et on nous cache que pour 2019, notre balance commerciale externe , sera de 100 milliards.. Ce qui confirme que l'économie française ira de plus en plus mal l'avenir.
assougoudrel
- 27/04/2019 - 23:08
Qu'attendre d'un président qui
dit que l'immobilier n'est pas une économie réelle. Il mélange tout et confondrait une fiente de poule avec un œuf.
pierre de robion
- 27/04/2019 - 22:42
Article abscon!
Le niveau de chômage structurel est le taux de chômage le plus faible que l’on puisse obtenir en fonction des structures de l’économie,...mode d'indemnisation, de l’information sur le marché du travail etc..: je suppose que l'employabilité fait partie des etc...
On aura beau changer les règles d'indemnisation, une entreprise embauche quand elle a un marché, donc une main d'oeuvre qui par sa qualification et ses coûts lui permet de produire à un prix attractif,compte tenu de ses contraintes sociales et fiscales en particulier!
Sinon, elle robotise ou ferme ou pire s'expatrie!
Quand nos économistes à 2 balles comprendront-ils qu'en système capitaliste le but de l'entreprise c'est le profit et non la philanthropie, sauf dans la mesure où elle peut améliorer le profit.
On a essayé d'autres systèmes, ce ne fut guère concluant!