En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

02.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

03.

Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste

04.

L’Allemagne mobilise 1300 milliards d’euros pour se sortir de la crise... La France 3 fois moins, cherchez l’erreur

05.

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

06.

Les troubles obsessionnels compulsifs d’Erdogan : Le panislamisme, la résurgence de la grandeur ottomane… et incidemment attaquer la France

07.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

01.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

02.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

05.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

06.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

04.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

05.

"Le plaisir sexuel est simplement divin" a déclaré le pape François. Il nous étonnera toujours…

06.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

ça vient d'être publié
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 5 heures 21 min
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 7 heures 25 min
pépites > Santé
Health Data Hub
Santé : l’Assurance maladie met son avis en suspens sur le mégafichier de données individuelles
il y a 8 heures 22 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste
il y a 10 heures 5 min
décryptage > France
Loi

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

il y a 11 heures 22 min
décryptage > France
Drame humain

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

il y a 12 heures 21 min
pépite vidéo > Société
Fermeture des bars et des restaurants
Covid-19 : l'incompréhension de la maire de Marseille, Michèle Rubirola, suite aux annonces d'Olivier Véran
il y a 12 heures 49 min
décryptage > Economie
Industrie

Sauver Bridgestone à tout prix ? Et si on parlait de ces emplois industriels qui ne trouvent pas preneurs...

il y a 13 heures 37 min
décryptage > Santé
Lutte contre le virus

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

il y a 14 heures 22 min
pépites > Santé
Lutte contre le virus
Olivier Véran dévoile de nouvelles mesures dans le cadre de la lutte contre la Covid-19 et précise que "la situation continue globalement de se dégrader"
il y a 1 jour 2 heures
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 6 heures 8 min
light > Culture
Ministère de la Culture
Gabriel Matzneff est définitivement privé d'aide publique
il y a 7 heures 57 min
pépites > Europe
Vers de nouvelles sanctions de l'UE ?
Biélorussie : l'Union européenne refuse de reconnaître Alexandre Loukachenko comme président malgré sa "prestation de serment"
il y a 9 heures 43 min
pépites > Justice
Justice
Financement libyen : la cour d'appel de Paris rejette les recours de Nicolas Sarkozy et de ses proches
il y a 10 heures 19 min
décryptage > International
Influence de la Turquie

Les troubles obsessionnels compulsifs d’Erdogan : Le panislamisme, la résurgence de la grandeur ottomane… et incidemment attaquer la France

il y a 12 heures 6 min
décryptage > France
Il m’a démasqué

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

il y a 12 heures 38 min
décryptage > Environnement
Transition écologique

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

il y a 13 heures 20 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’Allemagne mobilise 1300 milliards d’euros pour se sortir de la crise... La France 3 fois moins, cherchez l’erreur

il y a 14 heures 5 min
décryptage > Politique
Candidat idéal ?

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

il y a 14 heures 46 min
light > Culture
Icône de la chanson française
La chanteuse Juliette Gréco est morte à l'âge de 93 ans
il y a 1 jour 3 heures
© LOUISA GOULIAMAKI / AFP
© LOUISA GOULIAMAKI / AFP
Austérité

4,5% d'excédent budgétaire : la Grèce va mieux, mais voilà pourquoi elle est encore très loin d’aller bien

Publié le 25 avril 2019
Avec Eric Dor
Surprise ! La Grèce affiche un excédent budgétaire de 4,5% du PIB pour 2018 après des années de chaos économique.
Eric Dor
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eric Dor est docteur en sciences économiques. Il est directeur des études économiques à l'IESEG School of Management qui a des campus à Paris et Lille. Ses travaux portent sur la macroéconomie monétaire et financière, ainsi que sur l'analyse...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Surprise ! La Grèce affiche un excédent budgétaire de 4,5% du PIB pour 2018 après des années de chaos économique.
Avec Eric Dor

Atlantico : Après des années de chaos économique, la Grèce d'Alexis Tsipras affiche un excédent budgétaire record pour la zone euro, avec 4.5% de surplus pour l'année 2018. Comment la Grèce est parvenue à un tel résultat ? 

Eric Dor : Les autorités grecques ont en effet dégagé un surplus primaire de 4,4% du produit intérieur brut en 2018. Ce surplus primaire est la différence entre les recettes des administrations publiques et leurs dépenses hors charges d'intérêts sur la dette publique. 
La Grèce dépasse ainsi largement l'objectif qui lui a été assigné. Les créanciers de la Grèce, essentiellement les fonds européens FESF et MES contrôlés par les gouvernements de la zone euro, et le FMI, l'ont en effet contrainte à dégager un surplus primaire de 3,5% du PIB nominal de 2018 jusqu’en 2022 et ensuite de 2,2% en moyenne à partir de 2023 jusqu’en 2060.

Cette performance budgétaire résulte d'abord des mesures d'austérité drastiques que les créanciers de la Grèce lui ont ordonnées. Ces mesures impactent aussi bien les recettes, avec par exemple celles de TVA ou des taxes foncières, que les dépenses, comme les pensions de retraite qui ont été fortement réduites. De manière globale le gouvernement a fortement comprimé les dépenses publiques. Les investissements publics ont par exemple diminué de 29% en 2018, comparés à leur valeur déjà très déprimée de 2017. Depuis 2009, les investissements publics ont diminué de 58%. Evidemment, si cette politique de sous-investissement améliore les comptes publics à court terme, cela entraîne une dégradation des infrastructures, qui nuit à la croissance potentielle.

Quel est encore le chemin à parcourir pour que la Grèce puisse retrouver un niveau de prospérité équivalent à son pic de 2008 ? Cet objectif est-il réaliste à court terme ? 

La production de richesses du pays reste extrêmement déprimée. Le produit intérieur brut en termes réels était encore, en 2018, inférieur de 23,9% à son sommet de 2007. La consommation privée en termes réels en 2018 était encore inférieure de 25% à son sommet à la même époque. Le pouvoir d'achat des ménages reste en effet totalement dégradé. Le revenu disponible réel des ménages de 2018 est encore inférieur de 32% à son sommet de 2009. Comme la population a baissé à cause de l'émigration au cours de cette période, le revenu disponible réel des ménages par résident est, en 2018, inférieur de 29,5% à son sommet de 2009. 
Si la croissance du produit intérieur brut réel en 2008 a été de 1,9%, donc assez bonne, c'est une performance assez exceptionnelle due à la dynamique du marché global européen. La croissance décélère fortement maintenant en Europe. De toute manière la croissance potentielle à long terme est très réduite en Grèce à cause du sous-investissement privé et public, et de la perte de capital humain due au chômage massif de longue durée et à l'émigration des jeunes bien éduqués. Depuis le minimum atteint en 2013, la croissance annuelle moyenne du produit intérieur brut réel par résident jusqu'en 2018 s'est limitée à moins de 1,2%. A ce rythme il faut des dizaines d'années pour retrouver le  produit intérieur brut réel par résident d'avant la crise.

Si certains se félicitent de cette amélioration, ne peut-on pas regretter des choix qui ont entraîné la Grèce dans une forme de convalescence infinie ? Quels sont les dégâts structurels qui ont pu être provoqué par cette approche de gestion de la crise grecque ? 

L'erreur commise par la communication des autorités européennes est de mesurer les progrès de la Grèce à l'aune de ses possibilités de retourner emprunter sur les marchés financiers. Elles se félicitent que la Grèce ait pu emprunter récemment sur les marchés. Les exigences de grands surplus primaire ont pour objectif de réduire progressivement la dette publique en pourcentage du produit intérieur brut, et ainsi donner confiance aux investisseurs internationaux. Mais, d'une part, se focaliser sur le retour du pays sur les marchés ignore la vraie problématique qui est celle de la prospérité des citoyens, qui reste très dégradée. D'autre part, les politiques qui dopent le surplus primaire à court terme peuvent nuire à la solvabilité du pays à long terme.
Les politiques d'austérité excessive ont en effet fortement diminué la croissance potentielle en Grèce. Les dépenses d'investissement privé et public  se sont effondrées et sont encore, en 2018, inférieures de 58% à leur sommet de 2009. Le capital physique s'est donc fortement dégradé. Le capital humain s'est également fortement déprécié, et a été aggravé par l'émigration massive. Le taux de croissance potentiel est donc inférieur aux perspectives formulées par les autorités européennes, comme l'indique de FMI. Celui-ci indique également que l'effort de surplus budgétaire demandé à la Grèce est irréaliste sur une aussi longue période.
Si le taux de chômage a diminué en Grèce, à 18,5% après avoir été à 27,7% au sommet de la crise, c'est marginalement dû à une légère augmentation de l'emploi, mais fortement causé par une diminution de la population active. Le manque d'opportunités d'emploi a provoqué une forte émigration, surtout des jeunes éduqués. La population active jeune a diminué de 30% depuis le début de la crise. Même comme cela, le taux de chômage des jeunes dépasse encore 39% en Grèce.

Depuis le sommet de 2009 jusqu'avant la reprise, l'emploi a diminué de 18% en Grèce, et même de 23% en heures travaillées car le temps partiel a augmenté pour les jobs qui restaient. Depuis le début de la reprise, l'augmentation annuelle moyenne de l'emploi a été limitée à 1.4%, et même à 1,2% en heures travaillées.

La spécialisation productive de la Grèce reste également inadaptée pour permettre un fort rebond de la croissance à long terme. les programmes d'ajustement auraient dû privilégier la reconversion des structures productives. Les perspectives restent donc déprimées et c'est facile de comprendre pourquoi.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hoche38
- 26/04/2019 - 19:05
Bravo Bruxelles!
Il est certain que les relations entre Bruxelles et la Grèce, resteront dans l'histoire, le chef d'œuvre politique et économique de l'Union Européenne.

Benvoyons
- 25/04/2019 - 12:04
Grèce n'est pas encore en forme mais
IDE: 2017 Flux ont atteint 4 Mds$, & plus de 3,8Mds$ en 2018 par les États de l'UE Pays-Bas, Luxembourg, Allemagne, France, Belgique, Italie et Espagne. Les Banques de l'UE se sont assises sur 100Mds€ de la dette Grecque. En fait l'UE aurait du mettre en Justice la Banque Américaine Goldman Sasch pour qu'au moins elle rembourse son salaire & les préjudices pour le montage financier frauduleux. 20Mds€ à 50Mds€.