En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
Sondage

Prime exceptionnelle de fin d’année : comment Emmanuel à Macron a (nettement) privilégié son électorat sans le vouloir

Publié le 25 avril 2019
L’Ifop pour Salaire-Brut-En-Net.fr a interrogé les salariés du privé sur leurs salaires, leurs aspirations et l'impact de la "prime Macron". Et les résultats ne sont pas brillants (sauf si vous êtes un électeur de Macron).
François Kraus est Directeur des études politiques au département Opinion de l'Ifop.   
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Kraus
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Kraus est Directeur des études politiques au département Opinion de l'Ifop.   
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’Ifop pour Salaire-Brut-En-Net.fr a interrogé les salariés du privé sur leurs salaires, leurs aspirations et l'impact de la "prime Macron". Et les résultats ne sont pas brillants (sauf si vous êtes un électeur de Macron).

Atlantico : Votre sondage IFOP pour le site "salaire brut en net" (https://www.salaire-brut-en-net.fr/enquete-ifop-salaire/) révèle que la prime Macron n'aurait bénéficié qu'à une minorité de salariés. Quels sont les profils qui ont pu bénéficier de cette prime ? 

François Kraus : La première question est d’abord de savoir combien de personnes ont touché cette prime. On voit que l’on est loin d’être sur un dispositif qui a bénéficié à l’ensemble des Français puisqu’à peine 3 salariés d’entreprises sur 10 (publiques ou privées) ont touché cette prime, qui pouvait être versée jusqu’au 31 mars. L’intérêt de cette enquête était de faire un bilan et on voit que seuls 29% des salariés en ont bénéficié. On peut aussi expliquer ce chiffre par le fait que les personnes gagnant plus de trois SMIC nets ne pouvaient prétendre à cette prime. Pourtant, on voit dans cette enquête que ce ne sont pas les plus pauvres qui en ont bénéficié puisque ce sont plutôt les personnes qui touchent un salaire moyen / moyen élevé qui en ont profité (entre 1500 et 3000 euros nets par mois) alors que les personnes touchant un salaire net inférieur à 1500 euros n’en ont pas profité. Cela peut s’expliquer notamment parce qu’il s’agit, dans de nombreux cas, de contrats précaires qui ne sont pas forcément rattachés aux accords d’entreprises.

Une autre explication de ce phénomène est la taille des entreprises, on voit dans cette enquête que 38% des personnes employées dans les  grandes entreprises de plus de 500 salariés ont touché la prime alors que le chiffre tombe à 15% pour les PME ou les micro entreprises de moins de 10 personnes .

Comment juger du niveau de satisfaction des Français concernant leurs salaires ? Comment ce sentiment s'inscrit-il dans la crise politique que traverse le pays actuellement ? 

La question qui se pose au gouvernement est de savoir quels sont les leviers pour augmenter le pouvoir d’achat. Une des solutions que Emmanuel Macron souhaite mettre en avant est la pérennisation de la “prime Macron” qui tomberait chaque année. Avec un risque de cannibalisation, d’effet d’aubaine de la part des chefs d’entreprises qui renonceraient ou baisseraient les augmentations de salaires au profit de cette prime défiscalisée qui leur coûte peu. C’est un risque qui peut se produire dans un contexte de fort mécontentement des salariés du secteur privé au sens large à l’égard de leurs salaires. Parce que la majorité des salariés ne sont pas satisfaits de leurs salaires à l’heure actuelle. C’est un contexte de forte insatisfaction des Français qui s’inscrit dans un climat de stagnation des revenus. 55% des Français sont insatisfaits, et seul un quart d’entre eux a pu bénéficier d’une augmentation en ce début d’année 2019 (24%). Ce qui est peut être également la conséquence de la prime Macron. Cela ne reflète pas un marché de l’emploi qui serait en tension avec des entreprises qui rencontreraient des difficultés de recrutement. On retrouve ce schéma d’une polarisation de l’emploi en France, entre des cadres, des dirigeants salariés, des fonctions spécialisées, qui bénéficient d’augmentations alors que le reste de la population, et notamment les personnes peu diplômées sont fortement insatisfaites en termes de rémunération. On voit ici un clivage socio politique que l’on retrouve, entre les gagnants et les perdants de la mondialisation, entre les cadres des centres-villes, et les zones périurbaines avec les ouvriers et les chômeurs. Le mouvement des Gilets jaunes, qui est la cause de la mise en place de la prime Macron, montre le mécontentement global des Français à l’égard de leur pouvoir d’achat, et en premier lieu à l’égard de leur salaire.   

Comment ce clivage se diffuse-t-il au niveau politique ? 

C’est une variable lourde. On voit très clairement que le niveau de vie, et en premier lieu, le niveau de salaire est un critère fort du vote. L’électorat d’Emmanuel Macron représente ceux qui sont satisfaits à l’égard de leur niveau actuel de rémunération, alors que les électorats “proches”, comme le PS ou les LR seront plus partagés, tandis que les électorats extrêmes, France Insoumise et Rassemblement national, sont aussi ceux qui sont les plus mécontents. On voit que le salaire et le réussite professionnelle est un élément essentiel de la structuration des électorats en France.    

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

02.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

03.

Quand Isabelle (Saporta) trompe Yannick (Jadot) avec Gaspard (Gantzer) et que le vrai cocu s'appelle David (Belliard)

04.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

05.

La fin des Bisounours : les experts en marketing découvrent que plus d’un Français sur deux avoue une attirance pour « les méchants »

06.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

07.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

04.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

04.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

05.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

06.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires