En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

02.

La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

05.

Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

07.

Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
pépites > Politique
"Les actions s'intensifieront"
Lutte contre l'islamisme : Emmanuel Macron annonce la dissolution du collectif "Cheikh Yassine" et s'engage à "intensifier" les actions
il y a 33 min 56 sec
décryptage > France
Frivolités de banlieue

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

il y a 2 heures 58 min
pépites > Education
Fléau de la haine en ligne
Les collègues de Samuel Paty expriment leur "vive inquiétude face à l'impact des réseaux sociaux"
il y a 4 heures 12 min
pépites > France
Ampleur de la catastrophe
Alpes-Maritimes : les dégâts des crues ont été évalués à 210 millions d'euros par les assurances
il y a 5 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Yoga" d'Emmanuel Carrère : une leçon de vie, la liberté a un prix

il y a 6 heures 49 min
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 7 heures 47 min
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 8 heures 32 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Le père d'une élève du collège de Conflans-Sainte-Honorine et un militant islamiste auraient été en contact avec le jeune tchétchène qui avait annoncé sa volonté d'agir
il y a 9 heures 3 min
light > Science
Paquebot
Un projet de récupération de la radio du Titanic pour l'exposer provoque une bataille juridique
il y a 9 heures 27 min
light > Economie
Taxes
La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans
il y a 10 heures 2 min
light > Culture
Mea Culpa
Covid-19 : Nicolas Bedos reconnaît avoir écrit un texte "excessif et maladroit"
il y a 2 heures 36 min
décryptage > Justice
Justice

Abliazov, un délinquant financier dissimulé derrière le statut de réfugié politique ?

il y a 3 heures 23 min
pépites > France
Emotion
L'hommage national à Samuel Paty se déroulera dans la cour de la Sorbonne ce mercredi
il y a 5 heures 24 min
pépites > France
Seine-Saint-Denis
Emmanuel Macron en déplacement à Bobigny ce mardi pour faire le bilan de la lutte contre l'islamisme
il y a 6 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Amérique n'existe pas" d’après "Histoires enfantines", de Peter Bichsel : la candeur du regard, le vertige du langage

il y a 7 heures 4 min
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 8 heures 27 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 8 heures 48 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka
il y a 9 heures 20 min
décryptage > Environnement
Objectifs

Emissions de carbone : la Chine se décide enfin à faire payer ses pollueurs

il y a 9 heures 33 min
décryptage > Santé
Bienfaits

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

il y a 10 heures 2 min
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
Sondage

Prime exceptionnelle de fin d’année : comment Emmanuel à Macron a (nettement) privilégié son électorat sans le vouloir

Publié le 25 avril 2019
L’Ifop pour Salaire-Brut-En-Net.fr a interrogé les salariés du privé sur leurs salaires, leurs aspirations et l'impact de la "prime Macron". Et les résultats ne sont pas brillants (sauf si vous êtes un électeur de Macron).
François Kraus
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Kraus est Directeur des études politiques au département Opinion de l'Ifop.   
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’Ifop pour Salaire-Brut-En-Net.fr a interrogé les salariés du privé sur leurs salaires, leurs aspirations et l'impact de la "prime Macron". Et les résultats ne sont pas brillants (sauf si vous êtes un électeur de Macron).

Atlantico : Votre sondage IFOP pour le site "salaire brut en net" (https://www.salaire-brut-en-net.fr/enquete-ifop-salaire/) révèle que la prime Macron n'aurait bénéficié qu'à une minorité de salariés. Quels sont les profils qui ont pu bénéficier de cette prime ? 

François Kraus : La première question est d’abord de savoir combien de personnes ont touché cette prime. On voit que l’on est loin d’être sur un dispositif qui a bénéficié à l’ensemble des Français puisqu’à peine 3 salariés d’entreprises sur 10 (publiques ou privées) ont touché cette prime, qui pouvait être versée jusqu’au 31 mars. L’intérêt de cette enquête était de faire un bilan et on voit que seuls 29% des salariés en ont bénéficié. On peut aussi expliquer ce chiffre par le fait que les personnes gagnant plus de trois SMIC nets ne pouvaient prétendre à cette prime. Pourtant, on voit dans cette enquête que ce ne sont pas les plus pauvres qui en ont bénéficié puisque ce sont plutôt les personnes qui touchent un salaire moyen / moyen élevé qui en ont profité (entre 1500 et 3000 euros nets par mois) alors que les personnes touchant un salaire net inférieur à 1500 euros n’en ont pas profité. Cela peut s’expliquer notamment parce qu’il s’agit, dans de nombreux cas, de contrats précaires qui ne sont pas forcément rattachés aux accords d’entreprises.

Une autre explication de ce phénomène est la taille des entreprises, on voit dans cette enquête que 38% des personnes employées dans les  grandes entreprises de plus de 500 salariés ont touché la prime alors que le chiffre tombe à 15% pour les PME ou les micro entreprises de moins de 10 personnes .

Comment juger du niveau de satisfaction des Français concernant leurs salaires ? Comment ce sentiment s'inscrit-il dans la crise politique que traverse le pays actuellement ? 

La question qui se pose au gouvernement est de savoir quels sont les leviers pour augmenter le pouvoir d’achat. Une des solutions que Emmanuel Macron souhaite mettre en avant est la pérennisation de la “prime Macron” qui tomberait chaque année. Avec un risque de cannibalisation, d’effet d’aubaine de la part des chefs d’entreprises qui renonceraient ou baisseraient les augmentations de salaires au profit de cette prime défiscalisée qui leur coûte peu. C’est un risque qui peut se produire dans un contexte de fort mécontentement des salariés du secteur privé au sens large à l’égard de leurs salaires. Parce que la majorité des salariés ne sont pas satisfaits de leurs salaires à l’heure actuelle. C’est un contexte de forte insatisfaction des Français qui s’inscrit dans un climat de stagnation des revenus. 55% des Français sont insatisfaits, et seul un quart d’entre eux a pu bénéficier d’une augmentation en ce début d’année 2019 (24%). Ce qui est peut être également la conséquence de la prime Macron. Cela ne reflète pas un marché de l’emploi qui serait en tension avec des entreprises qui rencontreraient des difficultés de recrutement. On retrouve ce schéma d’une polarisation de l’emploi en France, entre des cadres, des dirigeants salariés, des fonctions spécialisées, qui bénéficient d’augmentations alors que le reste de la population, et notamment les personnes peu diplômées sont fortement insatisfaites en termes de rémunération. On voit ici un clivage socio politique que l’on retrouve, entre les gagnants et les perdants de la mondialisation, entre les cadres des centres-villes, et les zones périurbaines avec les ouvriers et les chômeurs. Le mouvement des Gilets jaunes, qui est la cause de la mise en place de la prime Macron, montre le mécontentement global des Français à l’égard de leur pouvoir d’achat, et en premier lieu à l’égard de leur salaire.   

Comment ce clivage se diffuse-t-il au niveau politique ? 

C’est une variable lourde. On voit très clairement que le niveau de vie, et en premier lieu, le niveau de salaire est un critère fort du vote. L’électorat d’Emmanuel Macron représente ceux qui sont satisfaits à l’égard de leur niveau actuel de rémunération, alors que les électorats “proches”, comme le PS ou les LR seront plus partagés, tandis que les électorats extrêmes, France Insoumise et Rassemblement national, sont aussi ceux qui sont les plus mécontents. On voit que le salaire et le réussite professionnelle est un élément essentiel de la structuration des électorats en France.    

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires