En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© ATTA KENARE / AFP
Atlantico business
La guerre du pétrole n’aura pas lieu. Mais avec Donald Trump qui veut asphyxier l’Iran, on joue avec le feu
Publié le 25 avril 2019
Donald Trump veut décidément fermer le marché mondial à l’Iran. Le pétrole a réagi à la hausse, mais c’est sans risque sur les prix.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Donald Trump veut décidément fermer le marché mondial à l’Iran. Le pétrole a réagi à la hausse, mais c’est sans risque sur les prix.

Le président américain a décidément de la suite dans les idées. La Maison Blanche a annoncé cette semaine que l’administration américaine n’accepterait aucune dérogation à l’embargo pour importer du pétrole iranien. Le pétrole a immédiatement augmenté à 75 dollars le baril, sauf que les experts pensent que cette fois, le pétrole ne pourra pas s’envoler. C’est à voir.

Depuis le rétablissement des sanctions sur le secteur de l’énergie, début novembre, huit Etats bénéficiaient d’exemptions. Washington ne les renouvellera pas après leur échéance, c’est à dire le 1er mai. C’est clair net et précis.

Dès son arrivée à la Maison Blanche, le président américain, poussé par les faucons de son entourage qui n’ont jamais admis la chute du shah et l’avènement d’un régime islamique, avait entrepris de pénaliser l’Iran pour « sa politique révolutionnaire » et surtout les risques de prolifération du nucléaire militaire.

Il avait d’ailleurs dénoncé l’accord signé avec les Occidentaux prétendant que dans cette affaire, les Iraniens ne tiendraient pas leurs engagements de renoncer au nucléaire. En bonne logique, Donald Trump a donc blacklisté l’Iran et interdit aux entreprises américaines de commercer avec ce pays, puis selon la bonne vieille habitude de l’extraterritorialité des lois américaines, il a menacé de sanctions extrêmement graves tous les pays et toutes les entreprises qui conserveraient des relations avec Téhéran.

Par conséquent, les banques, les constructeurs automobiles, les groupes hôteliers, les groupes pétroliers ont fermé et déménagé. Ils n’avaient aucun moyen de se protéger des sanctions. Ni les gouvernements, ni l’Union européenne n’ont su ou n’ont voulu développé de systèmes de garanties.  Les entreprises françaises n’ont pas été épargnées, de même que les allemandes ou les italiennes.  Pas moyen d’échapper aux sanctions, sauf à prendre le risque d’avoir à payer des amendes considérables ou de se voir fermer le marché américain.

Donald Trump vient donc de renouveler les interdits en ciblant cette fois tous les Etats qui achètent encore du pétrole aux Iraniens. Il poursuit sa politique dure à l’égard de la République islamique et vient même de placer les Gardiens de la révolution sur la liste des organisations terroristes.

Sur les huit Etats concernés, la Grèce, l’Italie et Taiwan avaient déjà arrêté mais il restait de très gros clients, la Turquie, la Corée du Sud, l’Inde et surtout la Chine. En mars, Pékin a acheté 628 000 barils par jour sur les 1,7 million exportés en moyenne par l’Iran. Soit le tiers du pétrole iranien.

Très logiquement, le gouvernement chinois a très mal vécu cette interdiction sans dire s’il se conformerait aux mesures américaines. Parce que la Chine peut avoir les moyens de transgresser ces mesures américaines dans la mesure où elle a mis en place avec l’Iran des systèmes de troc. Cela dit, Pékin sait très bien que cette nouvelle disposition anti-iranienne va encore compliquer les négociations en cours avec les USA.

L’Inde, de son côté, a besoin du pétrole iranien et pour l’instant n’a pas encore réagi.

Maintenant, la vraie question est de savoir quel sera l’impact de ces embargos sur le prix du pétrole. Les prix du brut se sont redressé assez violemment, à 75 dollars le baril, pour se calmer très vite au bout de 48 heures. L’explication est très simple.

Le président américain a pris soin de s’organiser pour ne pas provoquer une flambée des prix qui auraient ruiné les automobilistes américains. Or, le risque existait dans la mesure où les réserves de l’Iran en pétrole représentent l’équivalent des réserves de l’Arabie Saoudite, Donald Trump s’est donc assuré du soutien de l'Arabie Saoudite et de ses alliés qui ont promis d’ouvrir les vannes autant qu’il sera nécessaire pour stabiliser les prix. Pour Ryad, Téhéran est l’ennemi juré.

Il n’y aura donc pas de guerre des prix, les producteurs du Golfe fourniront au marché mondial ce qu’il faudra pour compenser l‘absence du pétrole iranien. La guerre est d’autant moins probable qu’au prix actuel, l’Amérique est très indépendante, y compris au Moyen-Orient parce que les producteurs américains peuvent très bien augmenter leur production nationale et exporter.

Les autorités iraniennes, de leur côté, ont assez mal pris cette décision. Dès lundi, l’amiral commandant la marine des Gardiens de la Révolution a averti qu’ils fermeraient le détroit d’Ormuz (porte de sortie du Golfe Persique) si l’Iran ne pouvait plus l’utiliser - sous-entendu, pour expédier son brut. Le gouvernement a quant à lui dénoncé des mesures « illégales dans leur principe même ». Sauf que sur le marché, on raconte volontiers que l’Iran a développé des réseaux informels permettant de contourner les sanctions, en utilisant des tankers invisibles, des bateaux qui coupent leur transpondeur afin de livrer clandestinement leur cargaison, ou alors et en passant par l’Irak ». Beaucoup d’experts pensent que les livraisons informelles ou clandestines augmenteront pour compenser la baisse des exportations.

Par conséquent, Téhéran fulmine, sa diplomatie vitupère contre l’Amérique mais sur le terrain, on essaie de s’arranger.

Pour Washington, 40 % des revenus du budget proviennent des ventes de pétrole. En coupant les exportations, l’objectif est clair, la Maison Blanche veut mettre en faillite l’Iran et obliger son gouvernement à partir. Le jeu est très dangereux.  La situation économique est certes déjà détériorée. En 2018, l’Iran a enregistré une croissance négative (-3,9 % selon le FMI). Les prévisions pour 2019 sont encore plus mauvaises (-6 %), mais l’Iran dispose de réserves. Les politologues ne pensent pas qu’en étant économiquement étranglée, la population iranienne se retournerait contre ses dirigeants. Donald Trump joue avec le feu : 80 % des Iraniens ont une opinion défavorable des Etats-Unis.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
03.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
04.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
05.
SOS médecins : les hebdos au chevet de l'Europe ; Bellamy laisse Nicolas Sarkozy de marbre et atomise Dupont-Aignan ; L'ami milliardaire qui finance Francis Lalanne ; Valls souffre, le PS meurt (selon lui)
06.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
07.
Attention danger politique pour Emmanuel Macron : voilà pourquoi l’électorat en marche est à manier avec grande précaution
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
05.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
06.
Le Monde a découvert une nouvelle et grave pathologie : la droitisation des ados !
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
06.
Emmanuel Macron, l’Europe, le RN et les Gilets jaunes : un cocktail détonnant de vérités et d’erreurs intellectuelles ou politiques majeures
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Marie-E
- 25/04/2019 - 15:00
bof
l Inde est entrain de chercher un autre approvisionnement
La Russie va rirer les marrons du feu
cela va tres mal pour les ayatollahs qui repriment durement la population et qui ont remplace le chef des Gardiens de la Revolution
L Iran couine avec le Venezuela contre les USA aupres de l ONU en defendant le multilateralisme
J espere que les mollahs vont debarrasser le plancher pour le bien etre de la population lq serenite dans le voisinage et la paix dans le monde
Ensuite resteront les Freres musulmans et les waabites et ce n est pas mieux