En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

03.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

06.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

07.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

06.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

ça vient d'être publié
décryptage > International
Un foulard sur les yeux

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

il y a 2 min 53 sec
décryptage > Environnement
Green-Washing

Quand les Etats européens trichent avec les règles de comptabilité pour faire croire à leur vertu énergétique

il y a 54 min 50 sec
décryptage > Economie
Analyse

Journée mondiale pour l'élimination de la pauvreté : croissance, recettes empiriques ou politiques sociales, qu’est-ce qui marche ?

il y a 1 heure 9 min
décryptage > Social
Atlantico Business

J’aime ma boite : 64 % des salariés aiment leur entreprise, mais l’inverse est-il vrai ?

il y a 1 heure 22 min
décryptage > Religion
Double impasse

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

il y a 1 heure 32 min
light > Insolite
L'homme qui murmurait à l'oreille des chevaux
Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument
il y a 18 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"L'aube des idoles" de Pierre Bentata : Voici décortiquées quelques croyances d’aujourd’hui, souvent prêtes à l’emploi, parfois radicales…

il y a 19 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Cinéma : Fahim : Avec cette histoire vraie, Pef quitte la comédie pour le drame sociétal

il y a 19 heures 56 min
pépite vidéo > Société
Polémique
Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"
il y a 22 heures 28 min
décryptage > Société
Blog

Ce qu’être libéral signifie vraiment

il y a 1 jour 6 min
décryptage > Social
Merci patron...

J'aime ma boite : mythe ou réalité ?

il y a 17 min 42 sec
décryptage > Economie
Nouveau Monde

Bye bye Uber, Deliveroo ou WeWork ? Voilà pourquoi le mode de vie urbain des années 2010 est en train de s’effondrer

il y a 1 heure 3 min
décryptage > Europe
Axe anglo-allemand

Brexit : la France mal à l’aise dans un deal négocié principalement entre Londres et Berlin

il y a 1 heure 10 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Pour Finkielkraut, Zemmour est tombé dans le piège tendu par l’islam radical ; Bayrou essaie encore de faire partir Philippe de Matignon ; 40 salariés chez LREM pour la com digitale, 1 chez LR ; Pour Salvini le fascisme est aussi mort que le communisme
il y a 1 heure 28 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 15 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 17 heures 26 min
pépites > Religion
Off
En privé, Macron trouve "irresponsable de faire des amalgames et de stigmatiser" sur l'islam
il y a 18 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre Audio : "La cage dorée" de Camilla Lackberg, Les livres s'écoutent aussi

il y a 19 heures 51 min
pépites > Environnement
Usine à gaz
Pourquoi le "Green Deal" d'Ursula von der Leyen pourrait bien être un projet mort-né
il y a 21 heures 39 min
décryptage > Religion
Touche pas à mon Islam !

Non, il ne faut pas parler de Mohamed Merah, ni des souffrances des chrétiens d'orient : la croisade de France Culture contre l'islamophobie des médias

il y a 23 heures 38 min
décryptage > International
Cynisme

La Syrie, dernier tombeau des idéalismes

il y a 1 jour 26 min
© ATTA KENARE / AFP
© ATTA KENARE / AFP
Atlantico business

La guerre du pétrole n’aura pas lieu. Mais avec Donald Trump qui veut asphyxier l’Iran, on joue avec le feu

Publié le 25 avril 2019
Donald Trump veut décidément fermer le marché mondial à l’Iran. Le pétrole a réagi à la hausse, mais c’est sans risque sur les prix.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Donald Trump veut décidément fermer le marché mondial à l’Iran. Le pétrole a réagi à la hausse, mais c’est sans risque sur les prix.

Le président américain a décidément de la suite dans les idées. La Maison Blanche a annoncé cette semaine que l’administration américaine n’accepterait aucune dérogation à l’embargo pour importer du pétrole iranien. Le pétrole a immédiatement augmenté à 75 dollars le baril, sauf que les experts pensent que cette fois, le pétrole ne pourra pas s’envoler. C’est à voir.

Depuis le rétablissement des sanctions sur le secteur de l’énergie, début novembre, huit Etats bénéficiaient d’exemptions. Washington ne les renouvellera pas après leur échéance, c’est à dire le 1er mai. C’est clair net et précis.

Dès son arrivée à la Maison Blanche, le président américain, poussé par les faucons de son entourage qui n’ont jamais admis la chute du shah et l’avènement d’un régime islamique, avait entrepris de pénaliser l’Iran pour « sa politique révolutionnaire » et surtout les risques de prolifération du nucléaire militaire.

Il avait d’ailleurs dénoncé l’accord signé avec les Occidentaux prétendant que dans cette affaire, les Iraniens ne tiendraient pas leurs engagements de renoncer au nucléaire. En bonne logique, Donald Trump a donc blacklisté l’Iran et interdit aux entreprises américaines de commercer avec ce pays, puis selon la bonne vieille habitude de l’extraterritorialité des lois américaines, il a menacé de sanctions extrêmement graves tous les pays et toutes les entreprises qui conserveraient des relations avec Téhéran.

Par conséquent, les banques, les constructeurs automobiles, les groupes hôteliers, les groupes pétroliers ont fermé et déménagé. Ils n’avaient aucun moyen de se protéger des sanctions. Ni les gouvernements, ni l’Union européenne n’ont su ou n’ont voulu développé de systèmes de garanties.  Les entreprises françaises n’ont pas été épargnées, de même que les allemandes ou les italiennes.  Pas moyen d’échapper aux sanctions, sauf à prendre le risque d’avoir à payer des amendes considérables ou de se voir fermer le marché américain.

Donald Trump vient donc de renouveler les interdits en ciblant cette fois tous les Etats qui achètent encore du pétrole aux Iraniens. Il poursuit sa politique dure à l’égard de la République islamique et vient même de placer les Gardiens de la révolution sur la liste des organisations terroristes.

Sur les huit Etats concernés, la Grèce, l’Italie et Taiwan avaient déjà arrêté mais il restait de très gros clients, la Turquie, la Corée du Sud, l’Inde et surtout la Chine. En mars, Pékin a acheté 628 000 barils par jour sur les 1,7 million exportés en moyenne par l’Iran. Soit le tiers du pétrole iranien.

Très logiquement, le gouvernement chinois a très mal vécu cette interdiction sans dire s’il se conformerait aux mesures américaines. Parce que la Chine peut avoir les moyens de transgresser ces mesures américaines dans la mesure où elle a mis en place avec l’Iran des systèmes de troc. Cela dit, Pékin sait très bien que cette nouvelle disposition anti-iranienne va encore compliquer les négociations en cours avec les USA.

L’Inde, de son côté, a besoin du pétrole iranien et pour l’instant n’a pas encore réagi.

Maintenant, la vraie question est de savoir quel sera l’impact de ces embargos sur le prix du pétrole. Les prix du brut se sont redressé assez violemment, à 75 dollars le baril, pour se calmer très vite au bout de 48 heures. L’explication est très simple.

Le président américain a pris soin de s’organiser pour ne pas provoquer une flambée des prix qui auraient ruiné les automobilistes américains. Or, le risque existait dans la mesure où les réserves de l’Iran en pétrole représentent l’équivalent des réserves de l’Arabie Saoudite, Donald Trump s’est donc assuré du soutien de l'Arabie Saoudite et de ses alliés qui ont promis d’ouvrir les vannes autant qu’il sera nécessaire pour stabiliser les prix. Pour Ryad, Téhéran est l’ennemi juré.

Il n’y aura donc pas de guerre des prix, les producteurs du Golfe fourniront au marché mondial ce qu’il faudra pour compenser l‘absence du pétrole iranien. La guerre est d’autant moins probable qu’au prix actuel, l’Amérique est très indépendante, y compris au Moyen-Orient parce que les producteurs américains peuvent très bien augmenter leur production nationale et exporter.

Les autorités iraniennes, de leur côté, ont assez mal pris cette décision. Dès lundi, l’amiral commandant la marine des Gardiens de la Révolution a averti qu’ils fermeraient le détroit d’Ormuz (porte de sortie du Golfe Persique) si l’Iran ne pouvait plus l’utiliser - sous-entendu, pour expédier son brut. Le gouvernement a quant à lui dénoncé des mesures « illégales dans leur principe même ». Sauf que sur le marché, on raconte volontiers que l’Iran a développé des réseaux informels permettant de contourner les sanctions, en utilisant des tankers invisibles, des bateaux qui coupent leur transpondeur afin de livrer clandestinement leur cargaison, ou alors et en passant par l’Irak ». Beaucoup d’experts pensent que les livraisons informelles ou clandestines augmenteront pour compenser la baisse des exportations.

Par conséquent, Téhéran fulmine, sa diplomatie vitupère contre l’Amérique mais sur le terrain, on essaie de s’arranger.

Pour Washington, 40 % des revenus du budget proviennent des ventes de pétrole. En coupant les exportations, l’objectif est clair, la Maison Blanche veut mettre en faillite l’Iran et obliger son gouvernement à partir. Le jeu est très dangereux.  La situation économique est certes déjà détériorée. En 2018, l’Iran a enregistré une croissance négative (-3,9 % selon le FMI). Les prévisions pour 2019 sont encore plus mauvaises (-6 %), mais l’Iran dispose de réserves. Les politologues ne pensent pas qu’en étant économiquement étranglée, la population iranienne se retournerait contre ses dirigeants. Donald Trump joue avec le feu : 80 % des Iraniens ont une opinion défavorable des Etats-Unis.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

03.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

06.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

07.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

06.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Marie-E
- 25/04/2019 - 15:00
bof
l Inde est entrain de chercher un autre approvisionnement
La Russie va rirer les marrons du feu
cela va tres mal pour les ayatollahs qui repriment durement la population et qui ont remplace le chef des Gardiens de la Revolution
L Iran couine avec le Venezuela contre les USA aupres de l ONU en defendant le multilateralisme
J espere que les mollahs vont debarrasser le plancher pour le bien etre de la population lq serenite dans le voisinage et la paix dans le monde
Ensuite resteront les Freres musulmans et les waabites et ce n est pas mieux