En direct
Best of
Best of du 24 au 30 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête ses 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof

02.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

03.

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

04.

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

05.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

06.

Menace terroriste : "On affronte des masses qui veulent nous détruire", alertent les services de renseignement

07.

Le fondement juridique des amendes liées aux violations bénignes du reconfinement est-il solide ?

01.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

02.

Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête ses 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

06.

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

03.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

04.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

05.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

06.

Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé

ça vient d'être publié
pépites > France
Attaque
Lyon : un prêtre orthodoxe blessé par balle ; l'assaillant en fuite
il y a 5 heures 7 min
pépite vidéo > Culture
Disparition
15 des meilleures scènes de Sean Connery en Bond, James Bond
il y a 8 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Menhir d'or" : Du pur Goscinny et Uderzo, en images et en sons

il y a 10 heures 52 min
pépite vidéo > Religion
Religions
L'archevêque de Toulouse, Robert Le Gall, se dit contre le droit au blasphème
il y a 11 heures 52 min
pépites > Terrorisme
Débandade
Seuls 26% des Français font confiance au gouvernement pour lutter contre le terrorisme
il y a 12 heures 55 min
décryptage > France
Justice

Le fondement juridique des amendes liées aux violations bénignes du reconfinement est-il solide ?

il y a 13 heures 47 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’économique française a rebondi de 18 % au 3ème trimestre, preuve que le système de production peut tenir, à condition qu’on lui fiche la paix...

il y a 14 heures 17 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

Pierre Gide : le quotidien difficile d’un avocat sous l’Occupation

il y a 14 heures 27 min
décryptage > International
J-4

Bidenomics : quel impact pour l’économie d’un (éventuel) président démocrate ?

il y a 14 heures 28 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête ses 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof
il y a 14 heures 29 min
pépites > France
On en a gros
Reconfinement : des maires refusent la fermeture des commerces non-alimentaires
il y a 7 heures 34 min
light > Culture
Disparition
L'acteur Sean Connery est décédé à l'âge de 90 ans
il y a 9 heures 21 min
pépites > Terrorisme
Danger
Menace terroriste : "On affronte des masses qui veulent nous détruire", alertent les services de renseignement
il y a 11 heures 32 min
pépites > International
Soumission
Caricatures : Justin Trudeau veut un débat sur des "exceptions" à la liberté d'expression
il y a 12 heures 13 min
décryptage > France
Pour nous sonne le glas

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

il y a 13 heures 40 min
décryptage > Santé
Apéros vidéo

Comment gérer la consommation d’alcool pendant le confinement ?

il y a 13 heures 58 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

GIGN - RAID : aux origines de la création des unités d’élite

il y a 14 heures 26 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Savoir repérer les manipulateurs : comment dire non à une personne malveillante et manipulatrice ?

il y a 14 heures 27 min
décryptage > International
Exemple

Petites leçons venues des Etats-Unis pour les conservateurs français

il y a 14 heures 29 min
décryptage > Société
Changement de visage

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

il y a 14 heures 31 min
© LUDOVIC MARIN / AFP
© LUDOVIC MARIN / AFP
Atlantico Business

Emmanuel Macron devra revoir sa copie s’il veut sortir du casse-tête chinois des Gilets jaunes

Publié le 22 avril 2019
Entre l’émotion suscitée par l’incendie de Notre-Dame, l’attente des Gilets jaunes, la violence des black blocs et la préparation des élections européennes, Emmanuel Macron se retrouve dans une situation assez inextricable.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Entre l’émotion suscitée par l’incendie de Notre-Dame, l’attente des Gilets jaunes, la violence des black blocs et la préparation des élections européennes, Emmanuel Macron se retrouve dans une situation assez inextricable.

Inextricable. Le désastre de la cathédrale de Paris et l’émotion suscitée auraient pu lui faire gagner du temps dans la reprise en main de la gouvernance française. En réalité, tous ces évènements ont encore un peu plus brouillé les cartes. Ces évènements tragiques ont servi de révélateur à une nouvelle ridiculisation des opposants au régime. L‘ampleur des dons financiers a braqué une partie des Français engagés dans le mouvement des Gilets jaunes et notamment ceux qui n’ont plus d’autres revendications que de s’attaquer aux institutions. 

Emmanuel Macron doit cette semaine sortir d’un véritable casse-tête chinois : il doit tout à la fois répondre aux Gilets jaunes de la première heure, éradiquer la violence de ceux qui n’ambitionnent plus que détruire la république, lancer la campagne pour les Européennes et remettre le pays sur les rails. 

Avant l'incendie de la cathédrale, il pensait sans doute qu‘une série de mesures techniques portant sur le pouvoir d’achat, les impôts et le temps de travail, décorée de quelques réformes symboliques comme la suppression de l’ENA, suffiraient. Les réactions qui se sont multipliées lui ont montré clairement que ça ne suffirait pas, bien au contraire. 

Le président de la République doit donc revoir sa copie avec trois objectifs très simples désormais.

D’abord, faire cesser les violences. Les Français des centre-villes et les commerçants  sont exaspérés par le spectacle hebdomadaire des affrontements. La haine grandissante à l’encontre des forces de l’ordre n‘est plus supportable. Les slogans lors du dernierweek end, invitant les policiers à se suicider, étaient abjects. Quoi qu’on en dise, il va falloir rappeler que la France reste un Etat de droit, démocratique, et ne pas hésiter à protéger ce privilège quoi qu'il en coute. 

Ensuite, il faudra évidemment répondre aux revendications immédiates, afin de soulager les difficultés que rencontrent certaines catégories de Français, sans pour autant insulter l’avenir en payant tout à crédit comme trop souvent.

Enfin, il faudra aussi relancer le débat européen qui constitue la seule issue possible aux difficultés et aux risques du populisme qui se développe un peu partout.

La réponse d’Emmanuel Macron de jeudi prochain, tant attendue devrait se dérouler sur trois plans. 

Le premier sera très convenu, puisqu’il doit se composer des mesures techniques de soutien au pouvoir d’achat, à la baisse d’impôt dont la plupart ont déjà fuité depuis la semaine dernière. La plupart ont été accueillies dans l'indifférence ou presque. C’est dire combien il lui faudra soigner la présentation et la mise en perspective. La difficulté de l’exercice tient au fait que la majorité des revendications auxquelles il doit répondre correspond à des intérêts individuels, et la somme de ces intérêts individuels ne forme pas l’intérêt général. Ils sont même assez contradictoires. Il faut donc trouver une cohérence à tout cela. 

Le deuxième plan doit structurer et présenter cette cohérence. Et cette cohérence passe par un rappel pédagogique de la stratégie de politique fondé sur le diagnostic de départ : le manque de compétitivité du système économique français. Emmanuel Macron peut amender sa trajectoire, mais il ne peut pas lui tourner le dos. Ce pays a besoin de renforcer son potentiel d’innovation et de production industrielle, pour augmenter ses marges de manœuvre. Actuellement, il importe beaucoup plus qu’il n‘exporte, nous sommes donc dépendants de l’extérieur quant à nos approvisionnements. Actuellement, l’Etat et l’administration dépensent beaucoup plus que ce que représentent les impôts et taxes, ce qui nous rend dépendants des créanciers étrangers. 

La stratégie est donc de retrouver son indépendance économique et financière et donc sa souveraineté.

Le troisième plan porte évidemment sur la perspective européenne. Quelle Europe, avec qui et pourquoi faire ? L’affaiblissement de l’Allemagne crée une situation nouvelle. Elle nous ouvre l’opportunité d’inventer un nouveau leadership, mais l’affaiblissement de l’Allemagne nous crée de nouvelles obligations ou contraintes. Si l’Allemagne décroche de sa ligne stratégique parce que son industrie est fragilisée, l’Allemagne va aussi retirer la garantie financière qu‘elle apportait au système européen et qui valait à l’euro des taux d’intérêt extrêmement bas. Il va falloir se battre dans des conditions plus normales. 

C’est cette normalité qu’il va falloir inventer. L‘Allemagne ne sera plus le bouc émissaire de service pour nous exonérer de faire des efforts de redressement. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Gré
- 22/04/2019 - 22:40
Sylvestre, le pompier pyromane
Ainsi donc, "il va falloir rappeler que la France reste un Etat de droit, démocratique". Il aurait été aussi bien que le sire Macron et sa cour s'en rappellent avant de lancer les policiers à l'attaque contre des manifestants qui - au départ - étaient bien pacifiques. Les images - autres que celles distillées par la presse "éducative", mais authentiques malgré tout - prouvent à suffisance que la France est depuis le début de la crises des GJ un Etat dont le Droit n'est plus tout-à-fait démocratique, càd respectueux de la liberté et de l'égalité de tous, notamment devant le traitement réservé à la révolte. Préconiser de rajouter une couche à la violence policière et au deux poids/deux mesures judiciaire pour "résoudre" la crise des GJ n'abaissera certainement pas le niveau de la révolte.
TPV
- 22/04/2019 - 15:21
Le printemps est là, 25 degrés
Les manifestants en t shirt et les policiers en hyperthermie avec 15 kg de barda.
hoche38
- 22/04/2019 - 14:47
En avant contre la lèpre populiste!
Ah Monsieur Sylvestre, quel magnifique programme que celui de notre président printemps, reprenant le flambeau de l'Europe de Bruxelles, tombé de mains allemandes défaillantes! L'électorat populaire va être enthousiasmées. Marine Le Pen c'est fini!