En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

03.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

04.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

05.

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

06.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

07.

La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France

01.

Médiapart : tout ce que vous direz pourra être retenu contre vous

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine

ça vient d'être publié
light > Media
Bon rétablissement
Michel Drucker ne sera pas de retour sur France 2 avant 2021 après son opération
il y a 3 min 19 sec
Pollution
Réchauffement climatique : des gisements de méthane se décongèlent dans l'océan Arctique relâchant du gaz à effet de serre
il y a 46 min 45 sec
pépites > Education
Education Nationale
Rentrée du 2 novembre : un hommage à Samuel Paty sera organisé dans les écoles
il y a 2 heures 16 min
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 5 heures 29 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 6 heures 3 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 6 heures 25 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

il y a 7 heures 19 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 8 heures 2 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 8 heures 50 min
décryptage > Politique
Trouvaille linguistique

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

il y a 9 heures 15 min
pépites > Politique
Campagne sous tension
Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia
il y a 25 min 13 sec
pépites > France
Tchétchénie
Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"
il y a 1 heure 21 min
pépites > Justice
Décision
La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin
il y a 3 heures 2 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 5 heures 37 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 6 heures 21 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 6 heures 58 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 7 heures 33 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 8 heures 24 min
pépites > Justice
Terrorisme
Selon Gérald Darmanin, le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) est une officine contre la République
il y a 9 heures 8 min
décryptage > Politique
Cendres et bouillie

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

il y a 9 heures 18 min
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
Manifestations

Gilets jaunes : anatomie d’un cas de garde à vue à motif aléatoire

Publié le 16 avril 2019
Ce lundi 15 avril, le journaliste David Dufresne publiait son 624e signalement au ministère de l'intérieur, dans le cadre du mouvement des Gilets jaunes, s'appuyant sur un enregistrement audio pointant un motif aléatoire retenu pour une garde à vue.
Régis de Castelnau
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Avocat depuis 1972, Régis de Castelnau a fondé son cabinet, en se spécialisant en droit social et économie sociale.Membre fondateur du Syndicat des Avocats de France, il a développé une importante activité au plan international. Président de l’ONG «...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce lundi 15 avril, le journaliste David Dufresne publiait son 624e signalement au ministère de l'intérieur, dans le cadre du mouvement des Gilets jaunes, s'appuyant sur un enregistrement audio pointant un motif aléatoire retenu pour une garde à vue.

Atlantico : Cet enregistrement permet-il de caractériser cette situation ? Comment interpréter ce cas ?

Régis de Castelnau : Très simplement. Les parquets ont reçu des consignes de la chancellerie pour procéder à des arrestations « préventives » illégales accompagnées de gardes à vue illégales. Le Canard enchaîné avait révélé le contenu d’un e-mail envoyé par le procureur du tribunal du grande instance de Paris à ses troupes. D’après ces consignes, les procureurs étaient invités à maintenir les gens arrêtés en garde à vue, même s’il n’y avait aucun motif pour le faire. L’objectif étant bien évidemment de les empêcher d’exercer leur liberté constitutionnelle de manifestation. Il semble que cette pratique se soit généralisée à la France entière ce qui en dit long sur la conception du pouvoir macroniste du respect des libertés publiques fondamentales et en particulier celles d’aller venir et de manifester. Parce qu’à l’écoute de l’enregistrement, nous avons l’illustration des techniques utilisées. On arrête les gens massivement, on les met en garde à vue, et c’est seulement à ce moment-là que l’on pioche dans le Code pénal pour savoir quelles infractions les services de police vont pouvoir utiliser pour justifier la rétention des personnes arrêtées. « Plouf plouf, toi ce sera « dégradations », plouf plouf, toi ce sera « rébellion », plouf plouf, toi ce sera « jet de projectiles ». Et tout ceci est évidemment couvert par des magistrats zélés qui ne voient aucun inconvénient à d’aussi grossières violations de la loi qu’ils sont pourtant chargés de faire respecter.

Il serait peut-être utile de rappeler aux agents publics que sont les procureurs et les fonctionnaires de police le texte de l’article 432-4 du Code pénal

« Le fait, par une personne dépositaire de l'autorité publique ou chargée d'une mission de service public, agissant dans l'exercice ou à l'occasion de l'exercice de ses fonctions ou de sa mission, d'ordonner ou d'accomplir arbitrairement un acte attentatoire à la liberté individuelle est puni de sept ans d'emprisonnement et de 100 000 euros d'amende. »

Si l’État de droit dont le pouvoir se rengorge à toute occasion, n’était pas à géométrie variable désormais dans notre pays, il y a longtemps qu’il aurait été mis fin à ces pratiques et que les responsables auraient été sanctionnés

Que peut révéler ce cas d'espèce sur la situation globale des gardes à vue depuis le début du mouvement des Gilets jaunes ?

Les brutalités policières à foison que chacun peut voir sur d’innombrables vidéos qui circulent relèvent de la législation sur les violences accomplies par des fonctionnaires dans l’exercice de leurs fonctions. Depuis le début mouvement des gilets jaunes, ceux qui s’y livrent sont scrupuleusement protégés de toute poursuite malgré les évidences. Mais s’agissant de ces interpellations et de cette utilisation systématique, délibérée et organisée des gardes à vue comme outil d’arrestations préventives, nous sommes en présence d’une décision politique pour porter atteinte au droit de manifester. Le pire répétons-le est que ces dérives sont organisées par ces magistrats, pourtant chargés de faire respecter la loi. Auxquels les forces de police ne font qu’obéir. On rappellera cependant à ces dernières, qu’obéissant ainsi à des ordres aussi manifestement illégaux, elles engagent leurs propres responsabilités pénales.

Nous avons là l’illustration de l’acharnement obtus d’Emmanuel Macron, qui incapable d’imaginer une solution politique à la crise, n’envisage comme sortie qu’une répression policière et judiciaire sans précédent depuis la guerre d’Algérie. Et avec cette instrumentalisation, il a pris le risque de porter atteinte à la confiance qui devrait exister entre les citoyens et les autorités policières et judiciaires. Cette confiance est désormais lourdement obérée, et probablement pour longtemps.

Quels sont les recours potentiels dans un tel cas ? Quelles pourraient en être les conséquences, à terme, pour le gouvernement ?

La question est de savoir combien de temps une partie la magistrature française peut accepter de continuer à faire ce sale boulot. On rappellera que malheureusement au zèle des parquets à exécuter les ordres illégaux du gouvernement, s’est ajouté celui de beaucoup de juges du siège qui ont oublié que leur mission n’était pas de rétablir l’ordre mais de rendre la justice, ce qui n’est pas la même chose. Procédures illégales, incriminations fantaisistes et peines parfois délirantes, le mouvement des gilets jaunes a payé un lourd tribut à cette ivresse répressive.

En ce qui concerne les recours, il n’y a pas grand-chose à espérer pour le moment parce qu’en effet la répression des illégalités exposées ici relève de la compétence de la justice… Tout le monde aura noté l’assourdissant silence des organisations syndicales de magistrats pourtant habituellement très prolixes quand il s’agit de donner de leçons. Il faut simplement prendre date, et que toutes ces infractions et ces atteintes aux libertés fassent l’objet de plaintes et qu’il en reste ainsi la trace.

Car en fait la question est essentiellement politique. La presse et les gouvernements étrangers, jusqu’aux institutions internationales stupéfaits de ces dérives ont manifesté leur émotion. Dans l’opinion publique française la perception de cette réalité est acquise. Les deux corps concernés, police et justice qui ont accepté, d’être le bras armé de la seule solution répressive, sont aujourd’hui incontestablement traversés par des contradictions. Il est clair que des changements politiques adviendront, personne ne pouvant raisonnablement penser que cette situation de blocage puisse perdurer. Il n’est pas audacieux de dire que le quinquennat d’Emmanuel Macron est terminé sous sa forme initiale. Ceux qui ont été à la manœuvre de ce qui s’est produit depuis le mois de novembre en matière d’atteintes aux libertés auront à rendre des comptes. Il faudra y veiller.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
CHABLIS
- 17/04/2019 - 12:33
où est le modérateur d'Atlantico ?
Condamner sans preuve ni débat est un must des temps actuels. Donc la justice, prise en l'espèce en l'institution du parquet, n'est pas indépendante et obéit aux ordres de la Chancellerie, et en plus la police et aussi les gendarmes (en particulier les Officiers) mettent en oeuvre des ordres illégaux, donc en contradiction avec le code de l'honneur.
Excusez moi d'être en colère, mais sans aucune preuve, cet article sent "la merde" et je pense qu'un modérateur pourrait quelques fois se pencher sur certaine affirmation aussi grave et improuvée. Mais enfin, l'époque est plus à l'insulte, au procès d'intention, qu'à un long développement argumenté avec des faits précis et des preuves.
Ganesha
- 16/04/2019 - 15:14
Titre parfaitement mensonger !
Il n'y a même un lien permettant d'avoir accès à l'exemple promis !