En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Thomas COEX / AFP
Economie mondiale

Hausse des prix mais fondamentaux qui poussent à la baisse : ces grands paradoxes du marché du pétrole

Publié le 09 avril 2019
Depuis la fin de l'année 2018, les prix du baril du pétrole ont connu une forte progression pour atteindre à nouveau un seuil de 70$.
Jean-Pierre Favennec est un spécialiste de l’énergie et en particulier du pétrole et professeur à l’Ecole du Pétrole et des Moteurs, où il a dirigé le Centre Economie et Gestion. Il a publié plusieurs ouvrages et de nombreux articles sur des sujets...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Francis Perrin a travaillé pendant plusieurs années comme journaliste et consultant indépendant sur l’énergie et les matières premières. Il est chercheur associé au Policy Center for the New South (Rabat) et directeur de recherche à l'IRIS (Paris).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Pierre Favennec
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Pierre Favennec est un spécialiste de l’énergie et en particulier du pétrole et professeur à l’Ecole du Pétrole et des Moteurs, où il a dirigé le Centre Economie et Gestion. Il a publié plusieurs ouvrages et de nombreux articles sur des sujets...
Voir la bio
Francis Perrin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Francis Perrin a travaillé pendant plusieurs années comme journaliste et consultant indépendant sur l’énergie et les matières premières. Il est chercheur associé au Policy Center for the New South (Rabat) et directeur de recherche à l'IRIS (Paris).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis la fin de l'année 2018, les prix du baril du pétrole ont connu une forte progression pour atteindre à nouveau un seuil de 70$.

Atlantico : En quoi cette nouvelle hausse du prix du baril apparaît paradoxale dans un environnement laissant entendre que le bassin permien, aux Etats-Unis, devrait être en capacité de faire progresser l'offre de près de 5 millions de barils/jours d'ici à la fin 2022 ? En quoi une telle capacité pourrait-elle signaler une possibilité de prix bas durables pour l'avenir ? 

Jean-Pierre Favennec : Les variations du prix du pétrole au cours des derniers mois sont impressionnantes. Après avoir atteint 85 dollars début Octobre 2018 (pétrole Brent), les opérateurs, anticipant les sanctions américaines sur l'Iran et donc un arrêt des exportations de brut iranien et un manque de pétrole brut sur les marchés, le prix du brut est tombé à 50 dollars vers Noël. Explication : Donald Trump a fait pression sur l'Arabie Saoudite et la Russie pour qu'ils augmentent leur production et surtout, pour éviter une augmentation du prix de l'essence au moment des élections de mid term, décisives pour la politique américaine. Le président américain  a, à la surprise générale, mis en place des "waivers", exemptions des sanctions, permettant à l'Iran de continuer à exporter son brut vers 8 pays dont la Chine, l'Inde, le Japon, la Corée du Sud, Taïwan, la Turquie, la Grèce et l'Italie. Le marché, très suffisamment approvisionné a alors provoqué une chute des prix. 

Les producteurs de pétrole, face à cette chute des prix, ont repris leurs mesures de réduction de la production. On se souviendra également que les investissements dans de nouveaux projets pétroliers (recherche, mise en production de nouveaux gisements) sont au plus bas depuis 2014, ce qui fait craindre une diminution de la production de pétrole à terme alors que la demande continue à croître en particulier dans les pays émergents.

La grande inconnue est la production de pétroles de schistes américains, en particulier dans le prolifique champ du permien. Dans ce bassin la production est prévue augmenter très sensiblement en particulier si le prix du baril se maintient à un niveau proche du niveau actuel. Une forte augmentation de la production de pétrole de schistes pourrait jouer un rôle important sur les prix.

Francis Perrin : Le prix du Brent produit en mer du Nord a dépassé le seuil des $71 par baril le 8 avril à Londres et la hausse depuis la fin 2018 est de près de 35%. C'est le résultat de la hausse de la demande pétrolière mondiale, de la réduction de la production de l'OPEP et de dix pays non-OPEP dont la Russie, des sanctions américaines contre l'Iran, de l'effondrement du Venezuela, des espoirs sur les marchés quant à un accord commercial entre les Etats-Unis et la Chine et, tout récemment, du regain des tensions militaires en Libye. Ce sont des facteurs de court terme et ceux-ci pèsent d'un poids considérable sur les marchés pétroliers.

Pour le moyen terme à présent, nous avons effectivement la perspective d'une forte hausse de la production pétrolière des Etats-Unis qui, selon l'Agence Internationale de l'Energie (AIE), pourrait augmenter de 4 millions de barils par jour (Mb/j) entre 2018 et 2024. De plus, d'autres pays verront leur production croître dans cette période: le Brésil, l'Irak, la Norvège, les Emirats Arabes Unis sans oublier le cas du Guyana, en Amérique du Sud, qui deviendra un producteur et exportateur de pétrole au début 2020.

Cela ne veut cependant pas dire que les prix du pétrole vont forcément baisser à moyen terme car il ne faut pas oublier la demande. Selon l'AIE, elle pourrait être supérieure de 7 Mb/j en 2024 à son niveau de 2018. Nous vivons dans un monde qui continue à consommer chaque année plus de pétrole du fait du poids des pays émergents et en développement et ce n'est pas fini. Il est donc trop tôt pour annoncer une baisse durable des cours de l'or noir.

Ne peut on pas également voir un paradoxe découler d'une volonté des pouvoirs publics de réduire la dépendance des ménages et des entreprises des produits pétroliers, et ainsi de pousser les prix vers le bas, rendant l'incitation paradoxale ? 

Jean-Pierre Favennec : En Europe et en France, la consommation de produits pétroliers diminue (elle augmente au contraire dans la plupart des pays non - européens). La volonté de réduire les émissions de gaz à effet de serre et en particulier les émissions de CO2 conduit à des politiques qui ont pour objectif de réduire la consommation d'énergies fossiles.
Mais des politiques sont surtout à l'oeuvre dans les pays européens. Dans les pays émergents, même si la volonté de réduire les émissions de gaz à effet de serre existe, les besoins en hydrocarbures augmentent et cette augmentation provoque une hausse tendancielle du prix du brut

Francis Perrin : Cette volonté existe en effet, notamment en lien avec la lutte contre le changement climatique. C'est un élément à prendre en compte dans une analyse portant sur le long terme et le très long terme. Mais, à court et à moyen terme, la consommation pétrolière mondiale va continuer à augmenter en Asie, au Moyen-Orient et en Amérique Latine. Or, le poids des pays émergents et en développement dans l'économie mondiale est tel aujourd'hui qu'ils suffisent à tirer à la hausse la consommation pétrolière mondiale. Certes, en France et en Europe, la consommation pétrolière n'augmente plus et elle peut même baisser mais il ne faut pas penser que nous soyons actuellement le centre du monde économique, pétrolier et énergétique. Ce serait une grave erreur.

Peut-on estimer, au regard de ces transformations concernant aussi bien l'offre que la demande, que les équilibres pétroliers vont se trouver effectivement bouleversé durant les prochaines années ? 

Jean-Pierre Favennec : Il y aura certainement des modifications importantes dans les prochaines années. Du coté de l'offre, si la production de la Libye ou du Venezuela est en chute, le potentiel des schistes américains est très important. Du coté de la demande, si la croissance des pays émergents entraîne une croissance de la demande d'énergie et de pétrole, des mesures visant à la limitation de la pollution et des émissions de CO2, le développement des véhicules électriques pourraient à terme amener à une stabilisation de la demande de pétrole

Francis Perrin : Il y a plusieurs évolutions très importantes sur les marchés pétroliers mondiaux et la hausse de la production pétrolière des Etats-Unis depuis 2008, grâce au pétrole non conventionnel, est sans aucun doute un aspect majeur. Sans cela, les prix du brut seraient aujourd'hui beaucoup plus élevés. Et, si la consommation pétrolière n'était pas encore orientée à la hausse, ces prix seraient beaucoup plus bas. N'oublions pas non plus les stratégies de l'OPEP et de ses alliés non-OPEP et les troubles géopolitiques (Iran, Venezuela, Libye, etc.). Tous ces facteurs sont dominants dans le court et le moyen terme.

Dans le long et le très long terme, le facteur climatique prendra de plus en plus d'importance. La consommation pétrolière mondiale ne continuera pas à augmenter jusqu'à la fin des temps. La grande question est de savoir quand nous atteindrons une phase de plateau de cette consommation: 2030, 2035, 2040 ou au-delà ? Les paris sont ouverts. Mais, ce qui est sûr, c'est que l'on n'a pas encore fini de parler des fluctuations des prix du brut à la baisse et à la hausse pendant de nombreuses années.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

02.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

03.

Quand Isabelle (Saporta) trompe Yannick (Jadot) avec Gaspard (Gantzer) et que le vrai cocu s'appelle David (Belliard)

04.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

05.

La fin des Bisounours : les experts en marketing découvrent que plus d’un Français sur deux avoue une attirance pour « les méchants »

06.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

07.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

04.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

04.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

05.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

06.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires