En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© Tolga AKMEN / AFP
Atlantico business
Brexit : à J-9, les 4 scénarios impossibles. A croire que le chaos annoncé profite à beaucoup de monde
Publié le 20 mars 2019
Si Theresa May ne réussit pas à convaincre son Parlement sur son deal, le risque de chaos est plus que probable.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si Theresa May ne réussit pas à convaincre son Parlement sur son deal, le risque de chaos est plus que probable.

A 9 jours de la date fixée pour le Brexit et à la veille d’un sommet européen exceptionnel à Bruxelles (jeudi et vendredi), Theresa May espère encore convaincre son Parlement d’accepter l’accord qui a été négocié par les membres de l’Union européenne. Il lui manque encore 75 voix à rallier. La semaine dernière, le texte avait été rejeté avec 149 voix d'écart et mi-janvier à 230 voix d'écart.

En attendant, on nage en plein imbroglio politique et constitutionnel puisque le président de la Chambre des communes, John Barcow, a prévenu que le gouvernement ne pouvait pas soumettre au vote des députés la même proposition que celle qui avait été rejetée les semaines précédentes.

C’est absolument interdit par la Constitution britannique et contraire à la démocratie. La situation de Theresa May est donc affreusement compliquée. Les scenarios qu‘elle a à sa disposition ne sont pas légion.

1er scenario, le coup de force. Elle peut tenter de forcer l’interdit constitutionnel et proposer à nouveau son texte aux parlementaires.

2e scenario, elle peut réussir à modifier le contenu de son deal et proposer des modifications qui lui permettraient d’obtenir une majorité mais il lui faudrait dans le même temps avoir l’assurance que l’Union européenne accepte à l’unanimité le nouvel accord. Ce qui est pratiquement impossible à obtenir à l’unanimité. Les modifications possibles ne sont pas très nombreuses.

3e scenario, elle peut donc demander un délai de réflexion assez court qui lui permettrait de préparer très rapidement une transition vers le Brexit dont la date serait repoussée à fin juin, c’est à dire juste avant les élections européennes.

4e scenario, elle peut aussi demander un délai très long, c’est à dire deux ans et plus, ce qui oblige la Grande Bretagne à revenir dans le jeu des élections européennes pour lequel elle ne s’est absolument pas préparée. Beaucoup y voient là une solution honteuse pour abandonner le Brexit.

Alors, ces deux derniers scenarios sont certes envisageables, mais dans l’un comme l’autre, Theresa May n’a aucune assurance sur l’adhésion unanime de l’Union européenne.

La position de l’Union européenne a toujours été claire. Michel Barnier, qui a conduit cette négociation, a obtenu l’unanimité des membres de l’Union européenne sur une position très simple : puisque la Grande Bretagne a voté pour le Brexit, l’Union Européenne ne peut que respecter le vote des Anglais et mettre au point un accord de divorce qui ménage les intérêts des uns et des autres et évite un trop grand désordre.

L‘accord négocié entre Londres et Bruxelles paraissait correspondre à cet objectif. Le deal proposé par Theresa May solde les comptes entre la Grande Bretagne et l’Union européenne et organise la sortie des Anglais des institutions, mais maintient la libre circulation des biens et des services, à condition que ces échanges respectent les normes et les règles européennes.

C’est cet accord-là sur lequel Theresa May n’a pas obtenu de majorité au Parlement. Mais comme cette majorité n’a pas voulu prendre la responsabilité d’un Brexit sans deal en votant contre la semaine dernière, Theresa May se retrouve dans une situation inextricable.

A croire que la perspective d’un Brexit sans deal, un hard Brexit, porteur de désordre important et de difficultés économiques, est souhaité par un certain nombre de Britanniques.

Mais qui peut souhaiter le chaos provoqué par un hard Brexit non préparé ?  Les spéculateurs professionnels de la City, ceux qui rêvent de transformer la Grande Bretagne en un vaste paradis fiscal qui pourrait attirer les capitaux plus ou moins propres du monde entier, c’est possible.

Les riches - et même les hyper riches – qui ont déjà pris leurs précautions et qui se sont expatriés à l’étranger en attendant de revenir, c’est également possible.

Mais les hard Brexiters les plus convaincus appartiennent à des puissances étrangères qui pensent tirer parti d’une déstabilisation de l’Europe. A l’Ouest comme à l‘Est, on connaît les pays qui pensent profiter d’une implosion de l’Union européenne.

C’est la raison pour laquelle le sommet de l’Union européenne de ce jeudi et vendredi sera évidemment crucial. Les pays membres de l’Union européenne de leur côté ont assez peu de marges de manœuvre.

D’un côté, ils savent très bien qu’un Brexit dur va affaiblir l’efficacité du système européen. Mais de l’autre, ils ne peuvent pas accepter un compromis qui permettrait aux Anglais de profiter de tous les avantages d’un  grand marché sans en payer leur quote-part des frais de fonctionnement.  

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
1er Mai : les Gilets jaunes se préparent pour l'"acte ultime"
02.
La vraie raison qui pousse Apple à multiplier le nombre d’Iphones qu’ils veulent lancer chaque année
03.
Ce rapport du Conseil national de productivité rédigé par des proches d’Emmanuel Macron préfigure-t-il le vrai tournant du quinquennat ?
04.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
05.
Les effroyables supplices infligés à Ravaillac, l’assassin du "bon roi" Henri IV
06.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
07.
Les princes William et Harry n’auraient jamais dû s’appeler ainsi
01.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
02.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
03.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
04.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
05.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
06.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
05.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
06.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 20/03/2019 - 15:26
Chaos en France plutôt.
En tout cas, le chaos actuellement, c'est en France pas en GB. Le taux de chômage de la GB ( 3.9%) est historiquement bas et le taux d'emploi (76%) historiquement haut
patafanari
- 20/03/2019 - 10:54
Bataille de Fontenoy (bis)
Messieurs les Anglais, tirez (vous) les premiers !
Benvoyons
- 20/03/2019 - 10:37
Hoche 38 fois la tête pour entendre ton résonnement :)
Barnier ne décide de rien il ne fait que négocier avec son équipe Européenne & se sont ls 27 pays représentés par leurs élus qui décident de ce qui est possible ou pas possible avec l'UK. May respecte son mandat alors qu'elle était contre le Brexit. Quand l'UK a demandé de quitter elle connaissait le règlement de l'UE puisqu’elle l'avait signé avec ds différences notoires par rapport aux autres pays de l'UE. Donc la décision de l'UE ne peut être inférieur à ce que l'UK a signé pour être dans l'UE. Si il y a Brexit dur cela ne sera qu'une décision de l'UK aucunement de l'UE même si cette solution est préjudiciable aux 2 mais plus sur l'UK. En effet l'UK si Brexit dur va devoir se désintégrer car l’Écosse deviendra indépendante. Voir comment fera & deviendra l'Irlande du Nord avec des Frontières avec l'Irlande du Sud?
Aucune punition de l'UE vis à vis de l'UK tout est & était dans le règlement de l'UE signé par l'UK pour adhérer,quitter comme tous les autres pays UE pas plus pas moins.
Question2005:« Approuvez-vous le projet de loi qui autorise la ratification du traité établissant une constitution pour l'Europe"
UE n'a aucune constitution ! Respect total du vote