En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

02.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

03.

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

04.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

05.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

06.

Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause

07.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

06.

La réaction de la femme de Griveaux

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

ça vient d'être publié
pépites > Economie
Lourdes conséquences ?
Impact du Coronavirus: la Banque de France devrait réviser à la baisse sa prévision de croissance pour 2020
il y a 1 min 14 sec
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Le Premier ministre italien Giuseppe Conte évoque la responsabilité d'un hôpital dans la propagation du coronavirus en Italie
il y a 1 heure 5 min
Symbole du Printemps arabe
L'ancien président égyptien Hosni Moubarak est mort à l'âge de 91 ans
il y a 3 heures 30 min
décryptage > Media
WikiLeaks

Julian Assange : l’héritage malgré les défauts

il y a 5 heures 14 min
décryptage > Politique
Laïcité à géométrie variable

Le parti communiste de Montpellier pris en flagrant délit de sexisme orientaliste ?

il y a 6 heures 5 min
décryptage > Politique
Elections municipales

Priorités… ou pas : ce que la bataille sur la propreté et la sécurité à Paris révèle de la nature profonde des candidats

il y a 7 heures 48 min
décryptage > Société
Triste réalité

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

il y a 8 heures 31 min
décryptage > France
Génération Ouin Ouin ?

Fracture sociale française : toutes les fragilités ne se valent pas

il y a 9 heures 7 min
light > Culture
Généreux donateurs
Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause
il y a 19 heures 53 min
light > Culture
"Lucky 7"
Justin Bieber a détrôné le record d'Elvis Presley sur le marché musical américain avec son septième album numéro un des charts
il y a 23 heures 7 min
pépites > Politique
Détermination
Réforme des retraites : Edouard Philippe indique qu'il prendra ses "responsabilités" sur le recours au 49-3
il y a 39 min 21 sec
light > Culture
Les bons comptes font les bons amis
Les acteurs de la série Friends de retour dans un épisode spécial
il y a 1 heure 26 min
pépites > Economie
Redressement des finances publiques
La Cour des comptes exhorte le gouvernement à accélérer la baisse des dépenses
il y a 3 heures 56 min
décryptage > Europe
Le point de vue de Dov Zerah

L'Europe post-Brexit

il y a 5 heures 45 min
décryptage > Société
Mais quel scandale…

Savez-vous ce qu'est "l'appropriation culturelle"? La poursuite de la colonisation par des moyens sournois et apparemment inoffensifs !

il y a 7 heures 16 min
décryptage > Environnement
Oscillation Arctique

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

il y a 8 heures 2 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Coronavirus : un risque de pandémie provoque une panique boursière, menace l’économie mondiale de blocage et fragilise le régime chinois

il y a 8 heures 52 min
décryptage > Santé
Inquiétudes

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

il y a 9 heures 20 min
light > France
Liberté religieuse
Asia Bibi va être reçue par Emmanuel Macron vendredi 28 février dans le cadre de sa demande d'asile
il y a 20 heures 48 min
light > Justice
Conséquences judiciaires de la vague #MeToo
Harvey Weinstein a été reconnu coupable à New York d'agression sexuelle et de viol
il y a 23 heures 48 min
© SEBASTIEN SALOM GOMIS / AFP
© SEBASTIEN SALOM GOMIS / AFP
Décroissance noire

Yannick Jadot conspué pour avoir défendu l’économie de marché : ce que le dogmatisme de la décroissance fait perdre à l’écologie

Publié le 05 mars 2019
En se déclarant favorable "à la libre entreprise et à l'économie de marché", Yannick Jadot, tête de liste EELV, s'est attiré les foudres d'autres écologistes indiquant que l'écologie suppose une remise en question de notre modèle économique basé sur la croissance.
Alexandre Delaigue est professeur d'économie à l'université de Lille. Il est le co-auteur avec Stéphane Ménia des livres Nos phobies économiques et Sexe, drogue... et économie : pas de sujet tabou pour les économistes (parus chez Pearson). Son...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre Delaigue
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre Delaigue est professeur d'économie à l'université de Lille. Il est le co-auteur avec Stéphane Ménia des livres Nos phobies économiques et Sexe, drogue... et économie : pas de sujet tabou pour les économistes (parus chez Pearson). Son...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En se déclarant favorable "à la libre entreprise et à l'économie de marché", Yannick Jadot, tête de liste EELV, s'est attiré les foudres d'autres écologistes indiquant que l'écologie suppose une remise en question de notre modèle économique basé sur la croissance.

Atlantico : En se déclarant favorable "à la libre entreprise et à l'économie de marché", Yannick Jadot, tête de liste EELV,  s'est attiré les foudres d'autres écologistes indiquant que l'écologie suppose une remise en question de notre modèle économique basé sur la croissance. Ne pourrait-on pas craindre, à l'inverse, qu'un modèle de décroissance aurait plus de chance de s'achever en crise politique plutôt qu'en succès écologique ? 

Alexandre Delaigue : Le problème qui est toujours présent avec la décroissance c'est que si on veut chercher là une solution pour la crise écologique on se retrouve avec des changements d'une telle ampleur qu'on voit difficilement comment ils deviendraient possibles. On a un déphasage entre un discours de microécologie - manger bio, etc - et de l'autre l'ampleur de l'effort à réaliser. Quelques mesures ont pu être faites là-dessus. Mais si on voulait voir en termes de PIB mondial ce qui serait compatible avec des émissions à peu près limitées, si on part du principe que dans le même temps on réduit les inégalités mondiales - on ne peut pas dire à trois milliards de personnes vous allez devoir rester pauvres pour sauver le climat. C'est inconcevable et ce ne sera jamais accepté. Quand on fait le calcul, on se retrouve avec des revenus de l'ordre de 4000 à 5000 euros par an pour tout le monde jusqu'à la fin du siècle. Soit une division par 4 ou 5 du revenu qu'ont la plupart des français. On se retrouverait avec le seuil de pauvreté français. L'ampleur est telle qu'on voit mal comment les gens pourraient l'accepter. Piketty avait fait un calcul il y a quelques années: en calculant l'évolution de la population mondiale et la capacité de carbone consommable d'ici à la fin du siècle. A capacité constante, chaque personne peut émettre une empreinte carbone équivalente à celle d'un régime vegan par an. En gros, votre crédit carbone est: vous pouvez manger vegan toute l'année, mais vous n'avez plus rien, pour vous chauffer, pour vous déplacer. Zéro émission supplémentaire. Si on veut uniquement un recours à la décroissance pour arriver à ça, c'est inconcevable. Soit on condamne les deux tiers de l'humanité à la pauvreté, soit cela signifie pour le tiers restant des diminutions de revenus tellement importantes qu'on voit mal comment elles pourraient être acceptées. Chacun peut faire ce genre de choix individuellement. Mais de manière générale, comment envisager une seconde un programme comme ça ? On n'a guère d'autre choix que d'aller dans le sens de techniques qui permettraient de maintenir au minimum le niveau de vie dans les pays riches tout en ayant moins de conséquences pour l'environnement. On peut à la limite envisager un arrêt de la croissance dans les pays riches.  

En quoi la croissance, notamment par le biais de l'innovation -que celle-ci soit publique ou privée, pourrait-elle plus faire partie de la solution que du problème ?

On a souvent une idée reçue sur la croissance qui est qu'on fait plus que ce qu'on fait déjà. Il faut reconnaître qu'une partie de la croissance consiste à augmenter l'intensité de notre prélèvement sur la nature quelle que soit sa forme. Il va falloir plus de terres, plus d'eau, etc. De la même manière, quand les revenus des gens augmentent, cela passe par une empreinte écologique plus importante. Mais il n'y a pas de raison pour que ce soit le cas. La croissance est un changement dans lequel on a des choses qui étaient inaccessibles. Il n'y a aucune raison d'imaginer une empreinte écologique accrue. Plein de situations permettent de croître en changeant les techniques et en réduisant l'empreinte environnementale et fonctionnent pour d'autres problèmes écologiques. On a évité le problème de la couche d'ozone, non pas en n'utilisant plus de réfrigérateur, mais parce qu'on a trouvé des technologies nouvelles qui permettaient de passer à côté. Aujourd'hui il faut trouver des techniques pour remplacer le charbon. Dans ce domaine-là, des tas de directions sont possibles. Cela passe par de l'innovation technologique, en trouvant des substituts. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

02.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

03.

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

04.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

05.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

06.

Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause

07.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

06.

La réaction de la femme de Griveaux

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Caustik317
- 06/03/2019 - 02:50
Il y a encore,
beaucoup de naïfs adolescents parmi les écolos. L'économie de marché, nous baignons dedans depuis l'antiquité. Ce sont bien les échanges commerciaux qui ont contribué au développement des grandes civilisations ; les grands ports aussi ! Dire "je n'en veux pas" revient à voter contre la lune, la pluie ou le soleil. La politique se porterait mieux si l'on cessait de pourchasser les moulins à vent !
Caustik317
- 06/03/2019 - 02:50
Il y a encore,
beaucoup de naïfs adolescents parmi les écolos. L'économie de marché, nous baignons dedans depuis l'antiquité. Ce sont bien les échanges commerciaux qui ont contribué au développement des grandes civilisations ; les grands ports aussi ! Dire "je n'en veux pas" revient à voter contre la lune, la pluie ou le soleil. La politique se porterait mieux si l'on cessait de pourchasser les moulins à vent !
ajm
- 05/03/2019 - 18:37
nouvelle religion
Cette crise écologique est une hystérie médiatique enveloppée dans une idéologie quasi religieuse qui ne supporte pas la contradiction et dont les fondements rationnels et scientifiques sont de plus en plus indiscernables.