En direct
Best of
Best of du 12 au 18 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Renault en plein chaos post Ghosn

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Plus urgent que le vote de l'interdiction du voile en sorties scolaires, le combat contre un anti-racisme dévoyé

05.

Fortunes américaines vite dilapidées et richesses italiennes transmises à travers les siècles : l’héritage dans tous ses états

06.

Comment l'image de la présidence d'Emmanuel Macron a été écornée par l'affaire Benalla et ses mystères

07.

Ce "petit" problème de ressources humaines qui complique la réindustrialisation de la France

01.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

02.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

06.

Renault en plein chaos post Ghosn

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

04.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

05.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

06.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

ça vient d'être publié
pépites > Justice
Défense
Rachida Dati dénonce une "instrumentalisation" dans le cadre de l'information judiciaire dans l'affaire Ghosn
il y a 20 min 50 sec
pépites > Politique
Neutralité religieuse
Elections municipales : Bruno Retailleau propose un projet de loi pour interdire les "listes communautaristes"
il y a 2 heures 56 min
décryptage > High-tech
Données personnelles

Apple, Twitter, Facebook : ces amis qui vous veulent du mal

il y a 4 heures 8 min
pépites > Politique
Voix sociale et républicaine
Des élus PS et des soutiens d'Emmanuel Macron signent une tribune en faveur de la création d'un "pôle de gauche" dans la majorité
il y a 4 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

"Le dernier hiver du Cid" de Jérôme Garcin : le chagrin et la piété

il y a 6 heures 7 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
La Nasa a dévoilé les combinaisons des astronautes qui marcheront sur la Lune ; Le système planétaire le plus proche de nous a des propriétés étranges
il y a 7 heures 17 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L'amélioration des conditions de travail de la police passera par la restauration de l'autorité de l'Etat et par une modernisation en profondeur

il y a 7 heures 19 min
décryptage > Culture
Culture

"Fleurs de Légion" de Stéphane Giocanti : un véritable roman d’initiation

il y a 7 heures 25 min
décryptage > Europe
Bras de fer politique

Jusqu’à quand une poignée de parlementaires britanniques s’opposera-t-elle à l’inéluctable - le Brexit ?

il y a 8 heures 37 min
pépites > International
Cessez-le-feu
Recep Tayyip Erdogan menace les combattants kurdes en cas de non-respect de l’accord
il y a 21 heures 34 min
pépites > Politique
Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI
Election présidentielle : Marine Le Pen confirme son "envie d'être candidate" en 2022
il y a 2 heures 4 min
pépites > Justice
Dénonciation calomnieuse
Alexandre Benalla a déposé une plainte contre l'association Anticor
il y a 3 heures 34 min
pépite vidéo > Europe
Avenir du Royaume-Uni
Brexit : Boris Johnson se résigne à demander un nouveau report
il y a 4 heures 13 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 5 heures 21 min
décryptage > Société
Culpabilisation à grande échelle

Plus urgent que le vote de l'interdiction du voile en sorties scolaires, le combat contre un anti-racisme dévoyé

il y a 7 heures 12 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment l'image de la présidence d'Emmanuel Macron a été écornée par l'affaire Benalla et ses mystères

il y a 7 heures 18 min
rendez-vous > Science
Atlantico Green
Les recherches prometteuses de chimistes japonais sur de nouveaux matériaux plastiques qui permettent de fixer le CO2
il y a 7 heures 21 min
décryptage > Finance
Monnaies

Facebook : comment le Libra pourrait bien changer le dollar

il y a 7 heures 52 min
décryptage > Société
Transmission

Fortunes américaines vite dilapidées et richesses italiennes transmises à travers les siècles : l’héritage dans tous ses états

il y a 8 heures 53 min
Vallée des Rois
Egypte : découverte exceptionnelle de trente sarcophages de plus de 3.000 ans
il y a 23 heures 3 min
© DENIS CHARLET / AFP
© DENIS CHARLET / AFP
Loi alimentation

+ 4,2% des prix de la grande distribution en raison de la loi Alimentation ? Comment les autorités démontrent leur impuissance à soutenir les agriculteurs

Publié le 18 février 2019
Selon une étude réalisée par le cabinet Nielsen, les prix des 100 références majeures de marques fabricants de produits de grande con-sommations auraient augmenté de 4.2% dans les hypermarchés entre le 26 janvier et le 9 février, et de 3.1% dans les supermarchés.
Jean-Marc Boussard est économiste, ancien directeur de recherche à l’INRA et membre de l’Académie d’Agriculture.Il est l'auteur de nombreux ouvrages dont La régulation des marchés agricoles (L’Harmattan, 2007). 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Boussard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Boussard est économiste, ancien directeur de recherche à l’INRA et membre de l’Académie d’Agriculture.Il est l'auteur de nombreux ouvrages dont La régulation des marchés agricoles (L’Harmattan, 2007). 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon une étude réalisée par le cabinet Nielsen, les prix des 100 références majeures de marques fabricants de produits de grande con-sommations auraient augmenté de 4.2% dans les hypermarchés entre le 26 janvier et le 9 février, et de 3.1% dans les supermarchés.

Atantico : Concrètement qui seront les bénéficiaires de ces hausses de prix constatée dans les hypermarchés par le cabinet Nielsen ?

Jean-Marc Boussard : D’abord, il ne faut pas surestimer ces hausses : elles concernent les prix  de produits de luxe ( comme les alcools,) alors que les surgelés salés sont stables, et que les produits frais ont légèrement baissé. Nielsen évalue à 3€ par an la perte de pouvoir d’achat des ménages concernés : ce n’est tout de même pas grand chose !  

Par ailleurs, si, apparemment,  les bénéficiaires seront d’abord les grandes surfaces concernées, cependant que les victimes seront les consom-mateurs, il ne faut pas se faire d’illusions : ce n’est pas de gaieté de coeur qu’un commerçant vend à perte (du moins, sans bénéfice) : s’il le fait, c’est qu’il y trouve son intérêt. Interdire cette pratique ne pourra donc que nuire au bénéfice du commerçant. Finalement, il se pourrait que personne ne gagne dans cette affaire, qui ne fera que des perdants. 

Enfin, on peut se demander si ces hausses ne se seraient pas produites même en l’absence de cette loi : fin janvier-début février, on fait les comptes après les fêtes. Les spiritueux ne sont plus des « produits d’appel » intéres-sants, car les consommateurs n’ont plus les yeux rivés sur eux. On peut donc les remettre à leurs prix « normaux ». En revanche, à cette époque, les con-sommateurs refont leurs stocks de fournitures de bureau : le papier devient donc un point de comparaison, et c’est pour cela que son prix baisse, comme le montre l’enquête du cabinet Nielsen...

Dans un avis rendu en décembre dernier, l'autorité de la concurrence avait indiqué : "les deux dispositifs (...) reposent sur une élévation des marges de la grande distribution au détriment des consommateurs finaux plutôt que sur une modification de la relation entre producteurs et distributeurs". Peut-on véritablement considérer que cette loi avait pour objectif de "ruisseler" vers les producteurs et les agriculteurs ?  

Assurément,  tel était bien l’objectif affiché.  Mais  sera-t-il atteint ? J’en doute fortement, et pour deux raisons : 

D’abord, les produits en question ne sont nullement des denrées agri-coles vendues en l’état, mais le résultat de transformations profondes de la matière première par les industries alimentaires : Quelle est l’importance de l’anis et de l’alcool dans le coût de production du pastis ? Sans doute à peine celui de la publicité ! Inversement, dans le segment des produits frais peu transformés, les hausses sont très faibles voir négatives : on ne pourra donc pas grâce à elles distribuer aux agriculteurs de juteux bénéfices ... 

Ensuite, en admettant que les bénéfices des commerçants augmentent, on ne voit pas pourquoi ces derniers les répercuteraient sur leurs fournisseurs. Peut-être les dirigeants de super-marchés ont-ils bon coeur ? En réalité, ils se font entre eux une concurrence féroce, et certains, de temps à autre, font faillite: c’est une situation toujours angoissante pour les intéressés, qui verrons dans ces dispositions législatives un moyen de refaire un peu leurs réserves de trésorerie sans prendre de risques supplémentaires puisque les autres seront dans la même situation qu’eux-mêmes.   

C’est pourquoi je crains que cette mesure spectaculaire ne soit rien d’autre qu’un voile pudique jeté sur l’impuissance des autorités, en même temps qu’un geste publicitaire ciblé sur les naïfs... 

Le ministre de l'agriculture, Didier Guillaume avait pourtant an-noncé "Si tout le monde joue le jeu, il n'y aura pas d'augmentation des prix dans les grandes surfaces". Le dispositif mis en place pouvait-il produire un résultat autre que les hausses de prix constatées ? 

De fait, comme on le voit, il n’y aura pas eu de grosses augmentations de prix dans les grandes surfaces, sinon sur quelques produits bien particu-liers, peu susceptibles de justifier des ristournes aux agriculteurs. 

On vient de voir  pourquoi  le bénéfice correspondant, s’il existe,  n’aurait de toute façon pas eu de raison d’être redistribué.  Mais il y a autre chose : les fournisseurs des super-marchés, ce ne sont pas des agriculteurs, mais des industriels. Pour que « tout le monde joue le jeu », il faudrait donc que les industriels eux mêmes transmettent ces hausses aux agriculteurs. Or pour des raisons pratiques, les industriels  sont nécessairement en situation de  monopole vis à vis des agriculteurs, car, évidemment, on ne va pas doubler le kilométrage du camion  qui ramasse le lait pour le seul plaisir de mettre deux laiteries en concurrence ! Dans ces conditions, les industriels (même si ce sont des coopératives...) sont forcément en situation d’imposer leurs prix, qu’il est de leur intérêt de choisir aussi bas que possible. La seule limite en la matière se trouve dans la possibilité, pour l’agriculteur, de renoncer à une production, ce qui peut priver l’industriel de sa source de matière première. Mais renoncer à une production est souvent difficile pour l’agriculteur, qui n’a pas forcément d’alternative.... 

On ne voit donc pas comment de faibles hausses de quelques prix de super-marché pourraient avoir un effet quelconque sur les prix payés aux agriculteurs. Au final, il faudrait savoir si l’on compte sur le marché pour déterminer revenus et quantités produites, ou si l’on veut légiférer directement sur les prix, comme c’était le cas dans les années 1950... (avec un certain succès à cette époque, pour sortir des pénuries de guerre, et d’autres types de problèmes, pour éviter la surproduction ).  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Renault en plein chaos post Ghosn

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Plus urgent que le vote de l'interdiction du voile en sorties scolaires, le combat contre un anti-racisme dévoyé

05.

Fortunes américaines vite dilapidées et richesses italiennes transmises à travers les siècles : l’héritage dans tous ses états

06.

Comment l'image de la présidence d'Emmanuel Macron a été écornée par l'affaire Benalla et ses mystères

07.

Ce "petit" problème de ressources humaines qui complique la réindustrialisation de la France

01.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

02.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

06.

Renault en plein chaos post Ghosn

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

04.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

05.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

06.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Sidewinder
- 21/02/2019 - 07:36
Ben oui
Et plus l'état veux se mêler des détails de l'économie et plus l'économie va mal. Bon, quand les Français comprendront-ils que l'économie est fluide et qu'il faut la laisser faire toute seule ?
Caustik317
- 19/02/2019 - 01:25
Monstrueux !
De cette façon, sont volés, et les agriculteurs qui continuent à se suicider et les consommateurs, perdants de 3% ! Honte à ce pays socialo-communiste. Cette société est malade. Sous Mitterrand les benêts socialistes, voulaient transformer les agriculteurs en jardiniers paysagistes ! 40 années de crétins au pouvoir et voici le merveilleux résultat !!
ajm
- 18/02/2019 - 15:33
Crédit interentreprises
GuyBernard: quand le prix de l'argent est pratiquement nul, ce qui est encore le cas , le profit tiré du crédit interentreprises devient insignifiant, en l'espèce pour la grande distribution c'est leur prix de leur refinancement à court terme auprès du système bancaire ou des marchés financiers, pour les grands noms comme Carrefour c'est epsilonesque.