En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

02.

Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

05.

Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka

06.

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

07.

La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
pépites > Politique
"Les actions s'intensifieront"
Lutte contre l'islamisme : Emmanuel Macron annonce la dissolution du collectif "Cheikh Yassine" et s'engage à "intensifier" les actions
il y a 6 heures 7 min
décryptage > France
Frivolités de banlieue

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

il y a 8 heures 32 min
pépites > Education
Fléau de la haine en ligne
Les collègues de Samuel Paty expriment leur "vive inquiétude face à l'impact des réseaux sociaux"
il y a 9 heures 46 min
pépites > France
Ampleur de la catastrophe
Alpes-Maritimes : les dégâts des crues ont été évalués à 210 millions d'euros par les assurances
il y a 11 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Yoga" d'Emmanuel Carrère : une leçon de vie, la liberté a un prix

il y a 12 heures 23 min
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 13 heures 21 min
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 14 heures 6 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Le père d'une élève du collège de Conflans-Sainte-Honorine et un militant islamiste auraient été en contact avec le jeune tchétchène qui avait annoncé sa volonté d'agir
il y a 14 heures 37 min
light > Science
Paquebot
Un projet de récupération de la radio du Titanic pour l'exposer provoque une bataille juridique
il y a 15 heures 1 min
light > Economie
Taxes
La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans
il y a 15 heures 36 min
light > Culture
Mea Culpa
Covid-19 : Nicolas Bedos reconnaît avoir écrit un texte "excessif et maladroit"
il y a 8 heures 10 min
décryptage > Justice
Justice

Abliazov, un délinquant financier dissimulé derrière le statut de réfugié politique ?

il y a 8 heures 57 min
pépites > France
Emotion
L'hommage national à Samuel Paty se déroulera dans la cour de la Sorbonne ce mercredi
il y a 10 heures 58 min
pépites > France
Seine-Saint-Denis
Emmanuel Macron en déplacement à Bobigny ce mardi pour faire le bilan de la lutte contre l'islamisme
il y a 11 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Amérique n'existe pas" d’après "Histoires enfantines", de Peter Bichsel : la candeur du regard, le vertige du langage

il y a 12 heures 38 min
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 14 heures 1 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 14 heures 22 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka
il y a 14 heures 54 min
décryptage > Environnement
Objectifs

Emissions de carbone : la Chine se décide enfin à faire payer ses pollueurs

il y a 15 heures 7 min
décryptage > Santé
Bienfaits

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

il y a 15 heures 36 min
Bonnes feuilles

L'influence des physiocrates au XVIIIe siècle sur la sacralisation du travail

Publié le 17 février 2019
Jean-Pierre Deschodt publie "La face cachée du socialisme français" aux éditions du Cerf. À l'heure où le PS est en crise, ce livre exhume les sources contradictoires et embarrassantes de la pensée socialiste. Et si l'impasse était originelle ? Extrait 2/2.
Jean-Pierre Deschodt
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Professeur des Universités, Jean-Pierre Deschodt est également directeur du département d'histoire de l'ICES, l'Institut catholique de Vendée.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Pierre Deschodt publie "La face cachée du socialisme français" aux éditions du Cerf. À l'heure où le PS est en crise, ce livre exhume les sources contradictoires et embarrassantes de la pensée socialiste. Et si l'impasse était originelle ? Extrait 2/2.

Que ce soit dans le domaine politique et social, économique ou démographique, la liberté est au cœur de tous les changements du XIXe siècle; elle est la cheville ouvrière du progrès industriel, technique et bancaire, constituant le principe et la fin de toute forme d’enrichissement. 

Si l’on se place sur le terrain de l’économie politique, celle-ci revêt jusqu’au milieu du XVIIIe siècle un caractère essentiellement pragmatique – de la même façon que la physique et la chimie avaient commencé par un recueil d’expériences pratiques. Le mérite d’avoir élevé l’économie au rang de science formulant des lois revient à l’école dite physiocrate, fondée par François Quesnay (1694-1774) et qui regroupe des économistes comme Mirabeau père, Dupont de Nemours et Turgot. Très vite, les physiocrates s’engagent dans la promotion des libertés économiques. 

Leur influence se mesure à l’édit Turgot d’abolition des corporations de métiers, le 12 mars 1776. L’examen des motifs insiste notamment sur l’existence d’un droit imprescriptible de travailler, «propriété de tout homme» louant ses bras à la fabrique et aux métiers, droit que musellent les corporations. Le progrès des arts, l’émulation dans l’industrie, l’accession des femmes au travail sont autant d’éléments qui plaident en faveur d’un travail sans entrave.

La source du mal, expliquait Turgot, est dans la faculté même, accordée aux artisans d’un même métier de s’assembler, et de se réunir en un corps.

La liberté pourvoit à tout, en particulier elle contribue, pense-t-on, à l’équilibre par le jeu de la libre concurrence. Telle est la croyance de ce nouveau régime qui ne craint ni les encombrements d’ouvriers sur le marché du travail, ni leur inexpérience, ni le rapport de force entre maître et artisan. Malgré les considérations optimistes du législateur, la pagaille l’emporte. Trois mois après la chute du contrôleur général des finances Turgot, un édit d’août 1776 modifie la précédente loi, sans toutefois l’abolir, mais les corporations sont en partie rétablies. Le régime espère ainsi conserver ce qu’il y a de bon dans les deux organisations économiques opposées, faire en quelque sorte l’amalgame entre tradition et modernité. L’esprit de réforme continue de souffler en faveur d’une constitution organique du travail. 

Dans la continuité de ses idées nouvelles, la Révolution française sacralise un peu plus le travail et prétend régénérer l’homme en lui imposant sa règle sociale: «tout par l’individu et pour l’individu». Ceci posé, l’individualisme a un coût, qui sera humain et social. 

La nuit du 4 août 1789, en abolissant sans débat les privilèges, aurait pu porter un coup fatal au régime des corporations. Or il n’en est rien. La question de principe concernant son abrogation n’est posée aux députés que dix-neuf mois plus tard. En effet, le rapporteur du comité des contributions publiques, Pierre d’Allarde, monte à la tribune de l’Assemblée le 15 février et prononce un réquisitoire impitoyable contre les «maîtrises et jurandes». Son argumentaire reprend celui avancé par les physiocrates quinze années auparavant. D’Allarde y ajoute toutefois des références contemporaines: «La faculté de travailler est un des premiers droits de l’homme», le système corporatif le compromet. Cependant l’examen de ce projet ne va pas sans susciter la question suivante: faut-il redouter une inflation de l’effectif ouvrier? En tant que bon disciple de Quesnay, D’allarde décrète « que le nombre des artisans est toujours proportionnel aux besoins de la consommation et limité par eux ». La libération du commerce constitue alors une œuvre bienfaisante par l’émulation qu’elle suppose, par la simplification qu’elle facilite, notamment en matière fiscale; par la création de la patente enfin, cet impôt sur le revenu commercial et industriel venant se substituer à la «contribution du vingtième» qui concernait l’ensemble de la population du royaume (le clergé, la noblesse, le Tiers État) et dont la quote-part versée au trésor représentait 5% des revenus. 

Dès le 2 mars 1791, le deuxième article du décret d’Allarde rappelle lapidairement les nouvelles conditions du développement économique, traduisant le nouvel état d’esprit du législateur en la matière:

À compter du 1er avril prochain, les offices de perruquiers, barbiers, étuvistes, les droits de réceptions des maîtrises et jurandes et tous privilèges de profession sont supprimés.

Mais cela ne suffit pas. De nombreuses tentatives de coalition voient le jour: les charpentiers parisiens se forment en une union fraternelle pour obtenir un salaire minimum de 50 sous la journée. Ou encore les maréchaux-ferrants, qui réclament une réduction d’une heure de la journée de travail dont ils exigeaient qu’elle commence à 5 heures pour s’achever à 19 heures. En riposte à cet activisme, les associations ouvrières sont formellement prohibées par la fameuse loi Le Chapelier, votée par l’Assemblée constituante le 14 juin 1791. La loi interdit formellement toute espèce d’organisation ouvrière, toute délibération, toute pétition se réclamant d’une profession. Allant même jusqu’à punir sévèrement tout attroupement et toute atteinte à la liberté du travail, la grève se trouve donc proscrite explicitement par l’article 7 de la loi:

Ceux qui useraient de menaces ou de violences contre les ouvriers usant de la liberté accordée par les lois constitutionnelles au travail et à l’industrie, seront poursuivis par la voie criminelle et punis suivant la rigueur des lois, comme perturbateurs du repos public.

À travers ces sévères dispositions, Isaac Le Chapelier vise les sociétés d’aide et de soutien.

Extrait du livre de Jean-Pierre Deschodt, "La face cachée du socialisme français", publié aux éditions du Cerf.   

Lien direct vers la boutique Amazon : ICI

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires