En direct
Best of
Best of du 18 au 24 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

02.

Pourquoi nous devrions nous inquiéter que l’Etat veuille pousser à une hausse des salaires (alors même que la question se pose bel et bien)

03.

Ces pistes révolutionnaires que la BCE pourrait explorer pour sauver la zone euro de la japonisation

04.

Villes fermées et quarantaine : ce qui pourrait (ou pas) se passer en France en cas de pandémie aigüe

05.

Coronavirus chinois : Agnès Buzyn confirme trois premiers cas avérés en France, à Bordeaux et à Paris

06.

Quand Bruno Le Maire se couche devant Trump… et affirme qu'il se tient debout…

07.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

03.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

04.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

05.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

06.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

01.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

02.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

03.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

04.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

05.

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

06.

Petit cynisme entre amis: Davos attend plus de Greta Thunberg que de Donald Trump pour protéger le système libéral capitaliste

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Santé
Prévention
Trois premiers cas du coronavirus en France : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Agnès Buzyn
il y a 3 heures 9 min
pépites > Santé
Enrayer la progression du virus
Coronavirus chinois : Agnès Buzyn confirme trois premiers cas avérés en France, à Bordeaux et à Paris
il y a 4 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La jungle des océans. Crimes impunis, esclavage, ultraviolence, pêche illégale" de Ian Urbina : enquête percutante sur les mauvaises pratiques en mer

il y a 7 heures 39 min
light > Insolite
Psychose ?
Coronavirus : le jeu vidéo "Plague Inc." rencontre un franc succès
il y a 8 heures 46 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la souris fait un sourire et quand le soleil fait sa ronde : c’est l’actualité des montres garantie sans coronavirus
il y a 9 heures 45 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Les chrétiens d'Afrique subsaharienne menacés par le terrorisme islamiste
il y a 12 heures 11 min
décryptage > Politique
Objectif 2022 ?

Ségolène Royal ou le retour d’un fervent désir d’avenir (personnel)

il y a 14 heures 6 min
décryptage > Economie
C'est gonflé quand même…

Quand Bruno Le Maire se couche devant Trump… et affirme qu'il se tient debout…

il y a 14 heures 56 min
décryptage > Economie
Revue stratégique

Ces pistes révolutionnaires que la BCE pourrait explorer pour sauver la zone euro de la japonisation

il y a 15 heures 56 min
décryptage > France
Pression

Pourquoi nous devrions nous inquiéter que l’Etat veuille pousser à une hausse des salaires (alors même que la question se pose bel et bien)

il y a 16 heures 29 min
pépites > International
Vive inquiétude
L’association française SOS Chrétiens d’Orient a annoncé la disparition de quatre de ses collaborateurs en Irak
il y a 3 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"En couple (situation provisoire)" : un an après, la pièce à succès de Jean-Michel Ribes retrouve le haut de l'affiche

il y a 7 heures 29 min
pépites > Politique
Violence
Elections municipales : la permanence de l'ancien candidat Pierre-Yves Bournazel a été vandalisée
il y a 8 heures 13 min
pépite vidéo > Santé
Grands moyens
Lutte contre le coronavirus : la Chine va construire un hôpital en dix jours afin de faire face à l'épidémie
il y a 9 heures 28 min
pépites > Faits divers
Enquête en cours
Plusieurs morts dans une fusillade en Allemagne à Rot am See
il y a 10 heures 21 min
pépites > Politique
Confidences du chef de l'Etat
Violences en France, communautarisme, islam : Emmanuel Macron se confie aux médias après son déplacement en Israël
il y a 13 heures 2 min
décryptage > Economie
Entreprises menacées par le virus ?

Wuhan, la plus connectée à la France des villes chinoises

il y a 14 heures 36 min
décryptage > Politique
Revanche de la Ligue ?

Matteo Salvini, chronique d’un retour annoncé

il y a 15 heures 9 min
décryptage > Politique
Echiquier politique

Mais que prépare pour 2022 le "bordel" politique sans précédent des municipales ?

il y a 16 heures 15 min
décryptage > High-tech
Intrusion malveillante et vol de données

Comment protéger votre smartphone d’un piratage à la Jeff Bezos

il y a 16 heures 52 min
© ludovic MARIN / POOL / AFP
© ludovic MARIN / POOL / AFP
Grand Débat

Pourquoi la refonte complète du modèle social est plus urgente que la réforme des institutions politiques

Publié le 05 février 2019
Emmanuel Macron va débattre cette semaine avec les chefs de partis et les responsables syndicaux, mais il ne semble pas croire que c’est le modèle social français qui a asphyxié la société française
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Macron va débattre cette semaine avec les chefs de partis et les responsables syndicaux, mais il ne semble pas croire que c’est le modèle social français qui a asphyxié la société française

En recevant cette semaine les chefs de partis et les responsables syndicaux, Emmanuel Macron montre qu‘il a quand même évolué, parce que, jusqu'à maintenant, il n’avait rien fait pour les prendre en compte. Au contraire, il a tout fait pour les exécuter.Les corps intermédiaires étaient déjà mal en point avant son élection. Mais après, il les a complètement asphyxiés. Le dégagisme n'a épargné personne. Aujourd’hui, il se rappelle que les corps intermédiaires existent et qu’ils pourraient peut-être lui être utilesdans le rétablissement de l’équilibre de fonctionnement dans ce pays. Quoi qu’on dise, quoi qu‘on fasse, de grands débats en fausses polémiques, le pouvoir aura besoin de relais et la France aura besoin de contre-pouvoirs.

La question à laquelle Emmanuel Macron ne répond jamais, parce qu’il ne se la pose pas, est de savoir quel projet d’organisation sociale et politique pourrait justifier des réformes.

La France s’est mise à échanger, parfois de vrais arguments,mais souvent de vaines invectives. Mais au-delà, on s’aperçoit bien que la France toute entière souffre d’un mal qu'elle n'ose pas qualifier. Elle commence par se plaindre du poids des impôts, du manque de pouvoir d’achat, de la défaillance des services publics, du chômage des uns, de l’assistance des autres, des trop riches et des nantis etc. De manifs en manifs, la France en arrive à condamner son système politique et dans la foulée, ses dirigeants, tous pourris. La réalité de cette déprime tourne chez certains à la colère, c’est la quasi faillite du modèle social français.Unmodèle social qui date de l’après-guerre, et des ordonnances du Général de Gaulle. Qui est donc beaucoup plus ancien que la Vème République.

Ce modèle a institué des assurances sur la santé, la retraite et le chômage, au sein de la sécurité sociale gérée par les syndicats de salariés et des patrons. Ce modèle correspondait à la situation politique de l’époque et répondait à la situation économique. La France avait besoin de cimenter ses structures sociales pour soutenir son effort de redressement économique. Ce modèle social a permis d’accompagner les Trente Glorieuses, avec succès.

Sauf qu’à partir des années 1970, quand le monde a commencé à changer de paradigme, ce modèle social est devenu beaucoup plus difficile à gérer. Parce que la compétition économique s’est durcie et qu‘elle a obligé les entreprises à modifier ses arbitrages, parce que les organisations syndicales se sont recroquevillées sur elles-mêmes. 

Et pendant presque 40 ans, les gouvernements, de droite et de gauche, n’ont pas voulu regarder la dégradation du modèle social et sa lente asphyxie. Plus grave, ils n'ont pas voulu reconnaître que la lourdeur du système hypothéquait la dynamique économique. Pour maintenir la paix sociale, les gouvernements finissaient par boucher les trous.

Notre système de redistribution sociale bat aujourd’hui tous les records d’archaïsme : poids des dépenses publiques et sociales, poids des impôts et taxes. Le système est tellement abimé que les responsables s’en remettent à l’Etat pour faire ses fins de mois. Le système n’a plus que l’apparence du paritarisme. C’est l'Etat qui gère et qui empêche chaque année l’implosion.

C’est d’autant plus grave, que ce système ne remplit plus ses objectifs. D’où la grogne, la rogne et la colère chez tous ceux qui ont besoin d’assurances sociales.

Il est évident pour tout le monde que ce modèle ne peut pas échapperà une remiseàplat. Et que ça plaise ou non, cette réforme passe par introduire plus de liberté et de responsabilité, mais aussi plus de concurrence et de transparence dans son fonctionnement.

Le modèle auquel tout le monde pense est celui de l'assurance automobile. C’est une assurance obligatoire qui est souscrite par chaque assuré, qui choisit librement son prestataire, qui choisit le type d’assurance, l’ampleur de sa couverture. Et qui bénéficie de bonus ou de malus selon son comportement au volant. Ce système dans lequel des acteurs du secteur privé,des mutualistes et des entreprises publiques se font concurrence, fonctionnetrès bien selon les principes assuranciels. L’Etat n’intervient que pour fixer le cahier des charges et le code applicable àtous.

Maintenant, le fonctionnement de l’assurance automobile serait parfaitement applicable dans le domaine de l’assurance des personnes, à propos de la santé, de la retraite et même du travail.D’ailleurs, l'assurance santé complémentaire du système social existe, l’assurance retraite complémentaire existe grandement chez tous ceux qui souscrivent des assurances vies, et pourquoi pas des assurances emplois.

Concrètement, un tel modèle reviendrait à rendre aux salariés, la totalité de son salaire brut et de le laisser libre de le dépenser comme il le souhaite. Idem pour les chefs d’entreprise et pour les professions libérales.

Alors beaucoup viendront nous expliquer que le salarié ne gèrera pas cette épargne sociale. Il ne saura pas le faire ! Certains automobilistes conduisent aujourd’hui sans assurance, et même sans permis, c’est vrai. Et pour le plus grand malheur des tiers qui peuvent en être victime. Au point de s’assurer contre ce type de risque.

Mais on peut imaginer une assurance quasi universelle qui couvrirait les risques de base minimum. Un peu sur le principe du revenu universel, ou de la prime d’activité. On reviendrait alors à la séparation d’origine entre ce qui relève véritablement de la solidarité sociale et ce qui devrait relever alors de la responsabilité individuelle.

Les partenaires sociaux ne sont pas opposés à ce type de réforme et la plupart savent bien qu’ils doivent eux aussi modifier leur modèle de fonctionnement. Ils ont peu de clients. Ils doivent se rendre « désirables » et participerà la transparence du fonctionnement des affaires publiques et sociales.

Quant à l’Etat,il retrouverait des marges de manœuvre pour s’occuper des services publics régaliens - justice, défense, affaires étrangères - mais aussi solidarité sociale, école et formation.

Jusqu’alors, on a compris qu’il y avait une revendication forte de liberté individuelle et de responsabilité chez les Gilets jaunes. Les syndicats ont semble-t-il (la CFDT notamment) compris cette demande de modernité.

Mais le gouvernement n’a jusqu'alors donné aucun signe que la réforme irait jusqu'à toucher le modèle social. Son cout, son organisation, son efficacité.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

02.

Pourquoi nous devrions nous inquiéter que l’Etat veuille pousser à une hausse des salaires (alors même que la question se pose bel et bien)

03.

Ces pistes révolutionnaires que la BCE pourrait explorer pour sauver la zone euro de la japonisation

04.

Villes fermées et quarantaine : ce qui pourrait (ou pas) se passer en France en cas de pandémie aigüe

05.

Coronavirus chinois : Agnès Buzyn confirme trois premiers cas avérés en France, à Bordeaux et à Paris

06.

Quand Bruno Le Maire se couche devant Trump… et affirme qu'il se tient debout…

07.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

03.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

04.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

05.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

06.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

01.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

02.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

03.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

04.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

05.

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

06.

Petit cynisme entre amis: Davos attend plus de Greta Thunberg que de Donald Trump pour protéger le système libéral capitaliste

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Podoclaste
- 06/02/2019 - 09:03
Optimiste
Les corps intermédiaires, des contre-pouvoirs ?! C'est pour le moins naïf dans ce pays. Sans compter que la presse s'oublie régulièrement quand elle parle des corps intermédiaires. Les idées de M. Sylvestre tiennent la route, on ne peut payer pour tout et pour tous, responsabiliser est toujours une bonne chose. Je ne souscris pas aux réactions gauchisantes de certains commentateurs qui semblent penser qu'il suffit de continuer de voler les riches pour payer les cas sociaux à ne rien faire.
edac44
- 06/02/2019 - 08:34
Pourquoi les classes moyennes supérieures sont-elles matraquées
Pourquoi les classes moyennes supérieures sont-elles matraquées fiscalement ???
==> http://bit.ly/2Gs0rQK
Comme nous l'a annoncé Michel Audiard voilà quelques années: «le jour est proche où les Français n'auront plus que l'impôt sur les os» !
Et ce jour est certainement encore plus proche pour la classe moyenne supérieure qui, depuis plusieurs années, subit de plein fouet la frénésie fiscale des gouvernements successifs.
Le plus gros handicap de la France, c'est d'attirer les pauvres (en tout genre) et de faire fuir les riches, surtout les très riches car ces derniers ont (et auront toujours) les moyens de se soustraire au racket fiscal qui sévit dans notre pays depuis plus de 40 ans.
Pour la classe dite moyenne, c'est toujours ...
"pay or die" (marche ou crève !...)
calinou
- 05/02/2019 - 20:39
Responsabilité
Enfin une analyse qui va dans le bon sens et la responsabilité individuelle. Chaque citoyen doit pouvoir décider de ce qui est bon pour lui et ne plus compter sur l'état providence qui est au bord de l'implosion.