En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

03.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

06.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

07.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

The Economist : Emmanuel Macron affirme que l'Otan est en état de "mort cérébrale" et que l'Europe est en danger

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Greco" au Grand Palais : Greco, ce génie...

il y a 2 min 53 sec
pépites > International
Bras de fer
Recep Tayyip Erdogan considère que les propos d'Emmanuel Macron sur l’Otan et la Turquie sont "inacceptables"
il y a 1 heure 26 min
décryptage > Europe
Facilité

Souveraineté numérique : attention aux pièges de l’ambition politique européenne

il y a 2 heures 28 min
décryptage > Consommation
Enchères Patek Philippe

Une montre en acier adjugée à 28 millions d’euros, c’est extravagant, mais n’est-ce pas indécent ?

il y a 3 heures 15 min
décryptage > International
Lueur d'espoir

Quand l’Amérique du Sud trahit les espoirs de la gauche radicale … à moins que ce ne soit l’inverse

il y a 3 heures 52 min
rendez-vous > Social
Politico Scanner
Décembre social en vue : mais que souhaitent vraiment les Français ?
il y a 4 heures 6 min
décryptage > Economie
BCE

"En finir avec une politique monétaire insensée ?" Petite démolition argumentée d’un raisonnement 100% faussé

il y a 4 heures 41 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Face à l’offensive de Disney, Amazon, Google et Apple, les chaînes de télé et le cinéma risquent d’être définitivement dépassés

il y a 5 heures 37 min
pépites > France
Hommage
Un jardin du souvenir pour les victimes des attentats du 13 novembre 2015 sera bientôt ouvert à Paris
il y a 17 heures 59 min
pépites > International
Impeachment
Destitution de Donald Trump : ouverture d'auditions publiques historiques au Congrès
il y a 20 heures 40 min
light > High-tech
Mickey détrône Netflix
10 millions de personnes se sont abonnées à Disney + en un seul jour
il y a 1 heure 35 sec
décryptage > Politique
Engagement

Combats de gauche : alerte à la supériorité morale

il y a 2 heures 7 min
décryptage > Santé
Manger avec Atlantico

Vous n'aimez pas les épinards ? Cette étude scientifique vous explique pourquoi

il y a 2 heures 39 min
décryptage > Politique
Espèce protégée ?

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

il y a 3 heures 39 min
décryptage > International
Crise

Fin de l’histoire : leçons planétaires d’une démission bolivienne

il y a 3 heures 58 min
décryptage > Social
La réforme venait du froid

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

il y a 4 heures 24 min
décryptage > Santé
Journée “hôpital mort”

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

il y a 5 heures 10 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
L'Express voit Macron paralysé; Rachida Dati fait face à ses ennemis; Ségolène Royal veut faire taire les siens, et le PS qu'elle arrête de détourner son temps de parole; Retraite: plus les Français sont âgés, plus ils la souhaitent tardive
il y a 5 heures 47 min
pépite vidéo > Terrorisme
Lutte contre le terrorisme
13 Novembre : selon Laurent Nuñez, l'état de la menace terroriste reste "toujours aussi élevé"
il y a 20 heures 20 min
pépites > International
Révolte
Liban : une déclaration du président Michel Aoun provoque la colère des manifestants
il y a 21 heures 26 min
© Paul FAITH / AFP
© Paul FAITH / AFP
No borders

Theresa May piégée par la frontière irlandaise, Bruxelles pourrait lui proposer de réunifier les deux Irlande

Publié le 02 février 2019
Si Theresa May a réussi à convaincre une majorité de députés d’accepter un accord sur le Brexit, elle n’a pas de majorité sur le maintien d’une libre circulation entre les deux Irlande.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si Theresa May a réussi à convaincre une majorité de députés d’accepter un accord sur le Brexit, elle n’a pas de majorité sur le maintien d’une libre circulation entre les deux Irlande.

Comment éviter la restauration d’une frontière irlandaise? C’est la question que Theresa May va finalement poser aux Européens. Parce que si elle a réussi à convaincre une majorité de députés d’accepter un accord sur le Brexit, elle n’a pas de majorité sur le maintien d’une libre circulation entre les deux Irlande. A Bruxelles, on commence à penser qu’il faudra organiser la réunification des deux Irlande. Que cette réunification soit sous la bannière britannique ou irlandaise. C’est la seule solution qui éviterait de prendre le risque de reconstruire ce mur de la honte. Reste à savoir si les Irlandais seront d’accord.

La situation britannique n’a jamais été aussi inextricable sauf que maintenant, le Parlement a admis avec une assez forte majorité qu’il fallait sortir de l’Union européenne avec un deal qui protège les intérêts économiques de part et d’autre. Mais la même majorité ne se retrouve pas pour s’entendre sur la nature du deal.

Les partisans d’un hard Brexit n’ont pas perdu la partie, mais ils ont accepté que Theresa May retourne à Bruxelles pour négocier quelques assouplissements à l’accord qu’elle avait obtenu après deux ans de négociations.

Cela dit, à Bruxelles, il n’est pas question de renégocier tant que Theresa May n’aura pas dit très clairement ce qu'elle voulait changer. Peut être ne le sait-elle pas elle-même. Les Européens ont compris qu’une fois de plus, la Grande Bretagne essayait de gagner du temps et surtout, essayait de jouer sur les nerfs des Européens en espérant fissurer cette belle unanimité qu’elle a trouvée face à elle. 

En fait, cette situation, qu’on décrit très souvent comme la chronique d’une catastrophe annoncée, s’apparente davantage à un jeu de rôle dans une série télévisée dont le cynisme vaut bien celui qui a fait le succès de House of cards. Avec chaque semaine un nouveau rebondissement.

Acte 1 : Theresa May a obtenu de ses députés un refus catégorique d’un Brexit sans accord. Il y aura donc bien un divorce, mais ce divorce sera assorti d’un accord qui fixera les relations entre les partis.

Acte 2 : l’accord qui avait été négocié par Theresa May est acceptable, à l’exception d’un point particulièrement sensible et qui porte sur le sort réservé à l’Irlande. Au terme de l‘accord, le Royaule-Uni sort évidemment de toutes les institutions européennes, mais conserve ses accords de libre circulation et notamment en matière de commerce et de finance avec l’Union européenne. On oublie les projets de douanes et on continue de faire du commerce comme avant. La seule différence est que le Royaule-Uni devra appliquer des accords et des normes sur lesquels elle ne pourra plus intervenir, puisqu’elle sera sortie des organismes de contrôle et de régulation.

Le seul point délicat de cet accord est qu’il fallait reconnaître que l’Irlande du nord était rattachée de fait à l’Union européenne de part sa relation particulière avec l‘Irlande du sud.

Acte 3 : Pour les Européens, il est inimaginable, inconcevable, que les deux Irlande soient séparées par une frontière, un mur de brique et de honte qui, il y a plus de 25 ans, a encore fait des morts et provoqué beaucoup de douleurs. Pas question d’autoriser de nouvelles guerres de religion entre l’Irlande du Nord protestante et british et la République d’Irlande, catholique et celtique. Et c’est vrai qu’en 25 ans, les choses ont beaucoup changé.

Or, les Anglais, qui ont voulu le Brexit, sont intraitables. Ils acceptent la libre circulation des biens, des services et des capitaux, mais ne veulent pas maintenir une porte d’entrée aussi large vers le Royaule-Uni via l’Irlande. Trop facile. Après tout, les Brexiter ont avant tout protesté contre les migrations.

La situation est donc bloquée à cause de cette frontière que les Anglais Brexiter veulent ériger.

Acte 4 : les Européens sont parfaitement conscients que le projet d’accord capote sur la question irlandaise. Alors, dans l’entourage de Michel Barnier, se prépare une proposition assez originale qui consisterait à proposer de réunir les deux Irlande sous la bannière britannique.

Cette proposition, dont l’auteur serait un proche de Michel Barnier dit-on, ne serait pas forcément bien accueillie par les Irlandais eux-mêmes, mais ça ne change pas grand chose par rapport à la situation actuelle puisqu’ils  garderaient leur liberté de faire du commerce avec l’Union européenne et avec le Royaule-Uni.

Pour les Anglais, la question de la frontière entre les deux Irlande serait résolue.  On pourrait donc s’entendre sur un Brexit avec deal. Lequel deal reprend l’essentiel de ce qui se passait jusqu’à maintenant.

Pour les Européens, l’idée de réunir les deux Irlande qui ne seraient plus sous administration européenne aurait un énorme avantage collatéral. Cette idée reviendrait à transférer à Londres le problème des GAFA et autres multinationales américaines qui ont installé leurs bases européennes en Irlande. Les Google, Facebook, Intel travaillent à partir de l’Irlande. Si cette Irlande n’était plus rattachée à l’Union européenne, l’épineuse question des GAFA, que ce soit sous l’angle fiscal ou social, serait sous la gouvernance britannique.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

03.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

06.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

07.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

The Economist : Emmanuel Macron affirme que l'Otan est en état de "mort cérébrale" et que l'Europe est en danger

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lémire
- 02/02/2019 - 13:48
Frontière, House of cards, etc.
a) House of cards est le remake d'une série britannique (dont je me souviens de quelques épisodes). Les jeux politiciens sont cyniques, on apprend cela en histoire grecque et romaine (et soviétique aussi...)

b) Je ne qualifierai pas l'idée d'une réunification par l'UE de l'Irlande sous la bannière britannique (Barnier aurait viré du génépi au LSD ?), il reste encore 3 mois avant le 1er avril, et les Irlandais ne trouveraient pas ça drôle (ceux qui prophétisent un retour de l'IRA gagneraient leur pari)

c) Une frontière est un mur de la honte ? Le fameux mur avait été là pour empêcher les citoyens de sortir, pas d'entrer. Les européistes ont l'amalgame chevillé au corps.

d) En quoi des contrôles à la frontière sont-ils un mal en soi ? J'ai vécu jusqu'aux années 90 dans un monde où ils étaient acceptés et considérés comme normaux (sauf les interdictions d'importer des chocolats suisses...)

e) Les Britanniques vont faire un mur car ils pensent que l'Irlande filtrera moins bien les migrants extra-européens qu'actuellement ? Ou craignent-ils que les Polonais, Roumains et autres prennent un billet pas cher pour Dublin et "perdent" leur passeport en entrant en Ulster ?
patafanari
- 02/02/2019 - 12:05
Rendons l'Irmande au Royaule-Uni
Et Jean-Marc à son EHPAD;
Tande
- 02/02/2019 - 11:49
absurde
On a connu JMS plus inspiré. il croit vraiment à son scénario? Imaginer une réunification sous la "bannière Britannique"? Et puis quoi? Refaire la guerre civile des années vingt? La Pâques sanglante de 1916?Cela voudrait dire que l'Eire sortirait de l'UE... Quand au contraire, refiler l'Ulster à l'Eire, je pense que ce qui reste de l'armée Britannique n'y suffirait pas pour mater la révolte des Unionistes...
Si on passait à des choses plus réalistes et plus sérieuse? Que des fous y pensent "à Bruxelles" (qui? où?), eut-être. de là à disserter sur une hypothèse totalement fantaisiste, cher JMS, consacrez-vous à d'autres sujets que vous connaissez mieux...