En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'Union européenne envisage d'exclure la Hongrie et la Pologne du fonds européen de relance

02.

Crise économique : l'OCDE prévoit que la planète va se redresser en 2021... sauf l'Europe qui restera à la traîne. Mais pas par hasard

03.

Valéry Giscard d'Estaing : « Brexit ou pas, l'Europe à 28 n’est pas gouvernable sans réformes profondes... »

04.

Et maintenant les skieurs... Qui arrêtera le gouvernement dans sa folle (et sanitairement vaine) dérive sur les libertés publiques ?

05.

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

06.

Attaque contre un producteur de rap : mais à quoi servira vraiment l'emprisonnement de deux des quatre policiers violents ?

07.

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

03.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

04.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

05.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

04.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

05.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

06.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

ça vient d'être publié
décryptage > Science
Espace

ClearSpace-1 : l’opération anti-débris spatiaux qui sauvera nos satellites (et nos GPS)

il y a 2 min 59 sec
décryptage > High-tech
Course aux vaccins

IBM détecte des cyber-attaques en cours contre la distribution des vaccins anti-Covid dans le monde : alerte écarlate ou rouge pâle ?

il y a 43 min 54 sec
Montrer l’exemple
Covid-19 : les anciens présidents américains Barack Obama, George W. Bush et Bill Clinton sont prêts à se faire vacciner en direct
il y a 11 heures 18 min
pépite vidéo > Politique
Allocution présidentielle
Retrouvez l’intégralité du discours d’Emmanuel Macron en hommage à Valéry Giscard d’Estaing
il y a 12 heures 11 min
pépite vidéo > Politique
Disparition de VGE
Mort de Valéry Giscard d’Estaing : retrouvez l’analyse de Jean-Sébastien Ferjou dans "Soir Info"
il y a 13 heures 31 min
pépites > Media
Déprogrammation
Mort de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron décide de reporter son entretien à Brut de 24 heures
il y a 18 heures 41 min
pépites > Europe
Grisbi
L'Union européenne envisage d'exclure la Hongrie et la Pologne du fonds européen de relance
il y a 19 heures 10 min
pépites > Politique
Hommage du chef de l’Etat
Mort de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron s'exprimera à 20 heures pour lui rendre hommage
il y a 19 heures 55 min
pépite vidéo > Politique
Hommage
Mort de Valéry Giscard d’Estaing : retrouvez les cinq moments-clés de sa vie politique
il y a 21 heures 48 min
décryptage > Justice
Suites judiciaires

Attaque contre un producteur de rap : mais à quoi servira vraiment l'emprisonnement de deux des quatre policiers violents ?

il y a 22 heures 28 min
décryptage > Politique
Héritage politique

Mort de VGE : mais qu’est devenue la droite libérale en France ?

il y a 23 min 9 sec
décryptage > Religion
Séparatisme

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

il y a 1 heure 1 min
pépites > Santé
Conférence de presse
Covid-19 : Jean Castex confirme que « la vaccination sera gratuite pour tous »
il y a 11 heures 45 min
pépites > Politique
Hommage à l’ancien chef de l’Etat
Décès de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron décrète un jour de deuil national le mercredi 9 décembre
il y a 12 heures 40 min
pépites > Santé
Menaces pour la course aux vaccins
IBM alerte sur des cyberattaques en série sur la chaîne logistique des vaccins contre la Covid-19
il y a 14 heures 48 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Sarkozy coache Darmanin, Macron tance ses ministres; Hidalgo n’a aucune ambition mais un sens du devoir pour la France; Le Point s’inquiète des milliards de l’argent magique du Covid, Marianne des vaccins
il y a 18 heures 56 min
pépites > Santé
Campagnes de tests
L'Assemblée nationale se prononce en faveur du dépistage systématique du Covid-19
il y a 19 heures 27 min
décryptage > France
Conseil supérieur de l’audiovisuel

Contrôle de l’accès au porno des mineurs : le CSA étale son inculture technique

il y a 21 heures 24 min
décryptage > France
Gardiens de la paix

Police, une institution à bout de souffle… républicain ?

il y a 22 heures 14 min
décryptage > Science
Recherche scientifique

Cette découverte du programme d’intelligence artificielle de Google qui révolutionne la biologie et la médecine

il y a 22 heures 36 min
© Reuters
© Reuters
Atlantico Business

Grand débat : Les Français font moins d’enfants, mais se mettent à créer des entreprises. Le parallèle est bizarre, mais ça peut s’expliquer !

Publié le 17 janvier 2019
La baisse de la fécondité est engagée alors que la création d’entreprises bat des records. Curieux ! Il y a des informations comme celles-là dont le seul rapprochement fait question.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La baisse de la fécondité est engagée alors que la création d’entreprises bat des records. Curieux ! Il y a des informations comme celles-là dont le seul rapprochement fait question.

L’actualité nous livre parfois des informations qui sont sans rapport au premier abord mais qui, mises côte-à-côte, nous éclairent un peu sur notre façon de vivre et d’évoluer. Intéressant dans le cadre du grand débat où nous dit-on, aucune question ne sera taboue, mais où la cohérence des réponses ne nous est pas interdite.

L’année 2018 restera très particulière. C’est l’année où le taux de fécondité a baissé, donc moins d’enfants, alors que, depuis un demi-siècle, la démographie a été notre principale force.

A coté de cette baisse, 2018 a été une année de record historique pour la création d’entreprise, ce qui prouve le dynamisme entrepreneurial du pays.   

Alors, on peut imaginer toutes les exégèses possibles, sur le rapport entre les deux phénomènes. Mais ce qui est plus intéressant, c’est de voir dans les deux cas, pourquoi et pour quels effets ? Pourquoi moins d’enfants et pourquoi plus d’entreprises? Avec quelles conséquences?

La baisse de la population est désormais analysée à la loupe par tous les démographes et les économistes. Parce que la démographie a toujours été, avec la technologie, le nerf de la guerre économique. On savait déjà que depuis trois ans, le taux de fécondité était tombé dans le bas de la fourchette prévisionnelle établie par l’INSEE, soit environ 1,8 enfant par femme. Nous sommes effectivement tombés à 1,87 enfant par femme. D’où un nombre de naissances à 750 000 en 2018 contre 789 000 naissances prévues et attendues.

La force de ce pays a été jusqu’à maintenant d’assurer l’équilibre de sa population avec un taux de fécondité proche de 2 enfants par femme.

Alors la baisse du taux de fécondité, et mécaniquement de la natalité, n’a pas que des inconvénients. A très court terme, la baisse du nombre d’enfants allège les comptes publics. Moins d’enfants, c’est moins de crèches, moins d’écoles. Sait-on que le nombre d’enfants scolarisés a   diminué de 33 000 enfants en 2018. 33 000, ce n’est pas rien.

Mais à moyen et long terme, les enfants vieillissent. Et moins d’enfants, c’est moins d’actifs, donc moins de travail, moins de richesses créées, donc moins de croissance, moins de recettes fiscales et sociales, mais plus de dépenses parce que le budget social augmente parce que le coût des retraites augmente. C’est d’ailleurs le conseil d’orientation des retraites qui, dans son rapport 2018, a tiré la sonnette d’alarme destinée à ceux qui préparent la réforme du système de retraite.

C’est un phénomène que connaît bien l’Allemagne où la baisse démographique apparaît véritablement comme son point de faiblesse. Avec l’approche d’une période qui sera difficile à gérer, puisque les experts considèrent que l'Allemagne rencontrera de vrais problèmes financiers à partir de 2030.

Alors pourquoi cette baisse en France ?  Difficile de répondre à la question, parce que la politique familiale particulièrement généreuse n’a pas été hypothéquée. Il faut surtout voir les raisons dans le climat général d’inquiétude qui règne sur le pays depuis dix ans environ. La baisse du taux de fécondité ne serait donc que l’application du principe de précaution. Si l’avenir n’est pas sur, si le chômage n’est pas réductible, inutile de faire des enfants si c’est pour qu'ils vivent dans une situation aussi incertaine.

Alors, l'explication se tient sauf que si elle était évidente, les Français ne battraient pas des records de créations d’entreprises, ce qui est quand même un sport et un statut très risqué.

 

L’année 2018 restera dans les annales de l’économie comme une année de tous les records pour la création d’entreprises.

Plus de 700 000 entreprises ont été créées, 691 283 nouvelles entreprises exactement, soit 100 000 de plus qu’en 2017. Le précédent record date de 2010, l’année où l’on a inventé le statut d’auto-entrepreneur.

Alors l’autoentreprise a toujours autant de succès puisque le nombre de micro- entreprises a progressé de 25%, contre 8,7% en 2017, le nombre d’entreprises individuelles de 20% et le nombre de sociétés de 1,6%. C’est donc bien une vague de naissance à laquelle on assiste et notamment des microentreprises ; à noter que ce mouvement a été favorisé par le doublement des seuils de chiffres d’affaires en deçà duquel on a le droit d’opter pour un statut très simplifié.

Alors, cette évolution est très intéressante parce qu’elle peut marquer un intérêt pour la prise de risque et l’entreprenariat, mais encore faudrait-il que ces microentreprises puissent grossir, ce qui n’est pas le cas, avec en plus une mortalité beaucoup trop forte dans les premières années. La question est de savoir si cet afflux de créations d’entreprises n’est pas plutôt le contrecoup du chômage de masse. Qu’il y ait un changement culturel, sans doute, mais qu'il y ait des choix par défaut, aussi. C’est parce que le travail manque comme salariés que beaucoup se sont résolu à créer leur propre emploi. C’est aussi parce que le salaire est excessivement chargé (en cotisations) que beaucoup préfèrent un travail individuel. D’autant que la digitalisation et l'uberisation des rapports commerciaux favorisent cette évolution.

Dans ce cas-là, il y a un rapport entre la chute du taux de fécondité et l’explosion des créations d’entreprises. Si les Français font moins d’enfants parce que l’évolution économique est trop incertaine, c’est aussi parce qu’il y a moins de travail qu‘ils créent leur propre emploi.

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 17/01/2019 - 20:14
Renouvellement population
C’est pour cela que l’état admet tant d’immigrés et leur foule de momes. Quand on voit ces enfants qu’ils nous font, ne comptons pas sur eux pour pour payer les impôts ni nos retraites, ils ne sont pas venus pour travailler, mieux on donne une retraite pour les immigrés de plus de 65 ans,
Françoise Michaelis
- 17/01/2019 - 08:21
Enfants
La France est très généreuse dans sa politique familiale et le problème de l'évolution économique me semble fallacieuse.
Ceux qui font le plus d'enfants dans le monde sont qui n'ont pas accès à la contraception et ceux qui vivent dans des sociétés pauvres ou la seule richesse est l'enfant.
En France la natalité est encore importante chez les noirs et les arabes ou "minorités" en langage politiquement correct francais.
Et puis ,de nos jours, dans la riche europe,les gens preferent les chiens ou les robots, triste société!