En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

La réaction de la femme de Griveaux

04.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

05.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

06.

Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée

07.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

01.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

02.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

03.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

04.

Comment la guerre d’Algérie a fini par ruiner la politique de rayonnement de la France dans le monde arabe

05.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

06.

L’hiver noir du macronisme : quels lendemains pour LREM ?

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

La réaction de la femme de Griveaux

ça vient d'être publié
pépites > Société
Profilage
Le PDG de Rynair fait polémique en expliquant que les terroristes sont souvent des hommes seuls musulmans, pas des familles
il y a 52 min 49 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Serpent et la Lance Acte 1" : Un thriller Aztèque comme vous n'en avez jamais vu !

il y a 3 heures 55 min
décryptage > Culture
Too much

Start-up nation oui, anglais à l’eurovision non : qui importe quel mot dans le français d’aujourd’hui ?

il y a 5 heures 42 min
décryptage > Consommation
Evènement

Salon de l'agriculture 2020 : à la découverte de cette agriculture qui "vous tend les bras"

il y a 6 heures 59 min
décryptage > Education
Machine aveugle

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

il y a 7 heures 46 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

L’Algérie d’Abdelaziz Bouteflika à l’heure du Printemps arabe

il y a 7 heures 53 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Le choc démographique : trop d’humains, pas assez de ressources

il y a 7 heures 54 min
décryptage > Economie
Economie à l'arrêt

Comment faire sans la Chine ? Le G20 finance tente de sauver la production mondiale du coronavirus

il y a 8 heures 19 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.
il y a 8 heures 28 min
light > Insolite
Trésor inestimable
Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée
il y a 18 heures 9 min
pépites > International
Enquête
L’association L’Arche révèle des abus sexuels qu'aurait commis Jean Vanier, son fondateur
il y a 1 heure 24 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une histoire d’amour" : Intensité discutable

il y a 4 heures 8 min
décryptage > France
Image d'Epinal

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

il y a 6 heures 7 min
décryptage > Environnement
Absurdité

Nucléaire : au-delà de Fessenheim, un gâchis français

il y a 7 heures 30 min
décryptage > Environnement
Bonnes feuilles

Les distorsions de concurrence qui sont préjudiciables aux agriculteurs français

il y a 7 heures 53 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les intellectuels américains et la crise de la civilisation

il y a 7 heures 54 min
décryptage > Société
Bataille à mener

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

il y a 8 heures 8 min
décryptage > Atlantico business
Dialogue

La « Food révolution » pourrait rapprocher le monde agricole et les écologistes...Encore faudrait-il qu’ils le veuillent

il y a 8 heures 23 min
pépites > Politique
Hommage et émotion
Les obsèques de Michel Charasse vont se dérouler le mercredi 26 février à Puy-Guillaume, en présence d’Emmanuel Macron
il y a 17 heures 56 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 20 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 19 heures 21 min
© LUCAS BARIOULET / AFP
© LUCAS BARIOULET / AFP
(R)évolution

Pour continuer à exister, le Libéralisme doit se reconnecter aux classes moyennes

Publié le 05 janvier 2019
L’épisode de la révolte populaire des Gilets jaunes est venu clore de manière spectaculaire (et extrêmement violente) une année 2018 qui semble avoir été celle d’une nouvelle avancée dans la révolte du "petit peuple" contre ses élites.
Thibault Muzergues est un politologue européen, auteur de La Quadrature des classes.  ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thibault Muzergues
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thibault Muzergues est un politologue européen, auteur de La Quadrature des classes.  ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’épisode de la révolte populaire des Gilets jaunes est venu clore de manière spectaculaire (et extrêmement violente) une année 2018 qui semble avoir été celle d’une nouvelle avancée dans la révolte du "petit peuple" contre ses élites.

Après une année 2016 marquée par les chocs du Brexit et de l’élection de Donald Trump, 2017 avait au contraire consacré une contre-attaque des « libéraux » européens, avec les défaites sans appel de Marine Le Pen en France et de Geert Wilders au Pays-Bas. Mais les dynamiques sont changeantes, et les triomphes électoraux des populistes en Hongrie, en Italie, au Brésil ainsi que la révolte populaire des gilets jaunes donnent peu de motifs d’espoir aux cercles libéraux (ou progressistes) européens pour 2019, année d’élections européennes. 

Pourtant, le bilan de l’année qui vient de se terminer est plus contrasté. Il faut d’abord prendre les bons marqueurs : le libéralisme ne se résume pas à un combat entre « progressistes » internationalistes et « nationalistes » partisans d’une charité bien ordonnée. En effet, vu sous cet angle,  le débat est déjà terminé : ce n’est pas tant Xi Jinping ou Vladimir Poutine qui ont fait basculer le monde que les leaders des autres démocraties mondiales – Shinzo Abe au Japon, Narendra Modi en Inde ou Donald Trump aux Etats-Unis, qui ont consacré la victoire d’un retour aux réflexes de protection des populations nationales, et l’Union Européenne ferait bien de s’adapter à cette nouvelle donne avant qu’il ne soit trop tard.

Le Libéralisme ne se résume néanmoins pas à cette définition très réductrice : c’est d’abord un concept par lequel l’État de droit se substitute à l’arbitraire pour que celui-ci n’écrase pas l’individu, et où un équilibre existe entre les droits des minorités et la volonté de la majorité. Tel est le sens d’une démocratie libérale, qui s’oppose à un autre concept plus « continental » de « démocratie illibérale », qui prône lui la suprématie d’une majorité souvent fantasmée et du pouvoir sans contraintes légales ou minoritaires. Or, ce débat est encore loin d’être tranché, et les illibéraux ne sont pas si forts que ne le laissent apparaitre les résultats électoraux cités plus haut.

A commencer par Viktor Orbán. Prophète autoproclamé de la démocratie illibérale, ce dernier a certes été triomphalement réélu au printemps 2018, mais il n’a pas réussi à transformer son succès sur la scène européenne : sa tentative de prendre au moins en partie le contrôle du PPE (ou tout du moins de compter ses troupes en vue des européennes de 2019) s’est soldé par une défaite cinglante, et le dirigeant hongrois se retrouve aujourd’hui tellement isolé qu’il a dû abandonner le terme de « démocratie illibérale » dans ses discours, lui substituant la défense des valeurs chrétiennes. Au cours de l’année 2018, Orbán a également perdu, au moins partiellement, des alliés de poids : la Pologne s’est progressivement désolidarisée de la Hongrie cette année, notamment en raison de son flirt de plus en plus ouvert avec Vladimir Poutine. Quant à la Slovénie, l’investissement exceptionnel qu’il avait fait en soutenant ouvertement la candidature de l’ancien Premier Ministre Janez Janša aux élections législatives de mai 2018 n’a pas été rentable, le discours illibéral de Jansa faisant l’unanimité contre lui lors des négociations de coalition malgré une majorité nette dans les urnes, avec à la clé la nomination d’un gouvernement libéral.

Pendant ce temps, de l’autre côté de l’Atlantique, la victoire des Démocrates au Congrès lors des Midterms de Novembre rééquilibre le système américain et va forcer Donald Trump à composer avec des contrepouvoirs forts– signe que la démocratie libérale en Amérique a encore de beaux jours devant elle malgré la polarisation de sa société. On pourrait également se demander si le Brésil ne vivra pas un scénario similaire, alors que le nouveau président devra partager les pouvoirs avec un parlement qui ne lui est en rien acquis et à des gouverneurs également très puissants.

L’illibéralisme est donc loin d’avoir gagné la partie, mais l’incapacité des démocraties libérales à enregistrer des victoires décisives est frappante : la révolte des Gilets jaunes en France, ou la difficulté pour les Suédois à former une coalition sans le soutien de l’extrême-droite montre combien il est très difficile pour les modérés de reprendre l’initiative à long-terme. La raison première en est l’incapacité des libéraux à sortir d’un ghetto urbain certes intellectuellement confortable, mais absolument inadéquat pour assurer la légitimité à moyen-terme de leurs politiques. Dans nos paysages politiques désormais définis par quatre classes sociales - la classe créative, urbaine et progressiste, la classe moyenne « provinciale » plus traditionnelle socialement mais libérale sur les questions économiques, la « nouvelle minorité » ouvrière blanche qui demande que l’Etat s’occupe d’elle (et où l’on retrouve les Gilets jaunes), et une classe de millenials frustrés par l’incapacité de la société à accéder à leurs attente socio-économiques – la première semble vouloir fonctionner en vase clos, tandis que les deux dernières sont en pleine rébellion contre le système car elle s’estiment lésées par les élites, pour des raisons diverses. 

La réinsertion à long-terme des deux classe rebelles (qui implique également qu’on prenne en compte leurs revendications) doit être un objectif prioritaire des gouvernements occidentaux. Mais à court-terme, les élites doivent renouer le lien avec la classe moyenne, qui reste la clé de nos joutes électorales : des Etats-Unis à la Pologne en passant par le Brésil ou l’Italie, c’est bien leur basculement qui a permis aux populistes de l’emporter. Barrington Moore le disait déjà en 1966 : « no bourgeoisie, no democracy ». Sans le soutien de la classe moyenne, le libéralisme est condamné.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

La réaction de la femme de Griveaux

04.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

05.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

06.

Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée

07.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

01.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

02.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

03.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

04.

Comment la guerre d’Algérie a fini par ruiner la politique de rayonnement de la France dans le monde arabe

05.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

06.

L’hiver noir du macronisme : quels lendemains pour LREM ?

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

La réaction de la femme de Griveaux

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 05/01/2019 - 18:57
Libéraux
Mais où ont-ils vu des libéraux au pouvoir en France? Ce n'est que toujours plus de règlements, de prélèvements obligatoires et de redistribution et subventions. Quant au progrès il faudrait nous dire où il se situe car même en ouvrant grand les yeux...
TPV
- 05/01/2019 - 15:19
Libéralisme progressiste condamné ?
Ça S'arrose!