En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© KAZUHIRO NOGI / AFP
Atlantico business
Après l’éviction de Carlos Ghosn, Renault obligé d’abandonner tout pouvoir de direction chez Nissan en dépit de sa position au capital
Publié le 18 décembre 2018
Alors que Nissan se cherche un nouveau président, les dirigeants de Renault, humiliés, sont complètement évincés de la direction du groupe japonais.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que Nissan se cherche un nouveau président, les dirigeants de Renault, humiliés, sont complètement évincés de la direction du groupe japonais.


Théoriquement, le conseil d’administration de Nissan doit nommer un nouveau président en remplacement de Carlos Ghosn qui a été destitué à la suite de son arrestation pour le moins violente, le 19 novembre dernier. Mais visiblement, les administrateurs représentants de Renault, principal actionnaire avec 44% du capital, n’auront pas leur mot à dire. C’est donc en spectateur que les Français vont assister à ce conseil d’administration. 
La semaine dernière, Renault a demandé la convocation d’une Assemblée générale d’actionnaires extraordinaire pour mesurer et communiquer l’impact de l’affaire Carlos Ghosn sur le fonctionnement interne de Nissan. Renault n’a pas reçu de réponse. 
Tout se passe comme si les dirigeants de Renault avaient perdu tout pouvoir au sein de Nissan, et que Nissan prépare, avec le soutien de l’actionnariat local, le divorce avec Renault.  
Pour beaucoup d’observateurs, cette hypothèse est totalement plausible mais évidemment très risquée pour l’avenir des deux groupes. 
Alors que Carlos Ghosn se morfond dans une cellule assez morbide de Tokyo depuis plus d’un mois maintenant, les langues commencent à se délier. 
En réalité, on sait maintenant que la cohabitation n’a jamais été idyllique. Au départ, quand Louis Schweitzer a pris cette participation importante (44% du capital) dans le groupe Nissan, (c’était en 1999), les relations se passaient normalement entre le groupe japonais très malade et son nouveau mécène français. Normalement, mais Nissan n’avait pas le choix. Les opérations de sauvetage menées tambour battant par Carlos Ghosn ont été acceptées certes, mais mal digérées. Tout le monde au Japon reconnait que Carlos Ghosn a permis de sauver l’entreprise de la faillite, tout le monde reconnaît que, sans Renault, Nissan aurait été incapable de dépasser ses conservatismes et de redevenir un leader du marché.  Mais tout le monde sait aussi que les Japonais ont payé le prix fort avec plus de 20 000 suppressions d’emplois dans un pays dont la fierté est de protéger les emplois à vie, avec aussi une direction générale complètement décapitée de ses cadres locaux considérés comme responsables du désastre passé. Or, les Japonais humiliés n‘ont jamais pardonné. 
Aujourd’hui, alors que le groupe s’est redressé et que sur le plan commercial et financier, il domine largement l’alliance par rapport à Renault, tout se passe comme si les dirigeants japonais avec lesquels Carlos Ghosn pilotait ce groupe, avaient décidé de prendre les pleins pouvoirs. 
Le problème, c’est que la structure du capital ne le leur permettait pas. Avec 44% du capital, c’est évidemment Renault qui avait juridiquement le pouvoir final, même si, dans les faits, Nissan a économiquement beaucoup plus de puissance. 
Chez Renault, on a toujours pensé, depuis le premier jour de l'alliance, qu’il faudrait clarifier la situation par une union plus claire et une direction unifiée. Chez Renault, on avait entrepris de faire évoluer la situation. Emmanuel Macron, ministre de l'Economie, avait, le premier, considéré que cette cohabitation était fragile et surtout malsaine, dans la mesure où son équilibre ne tenait que par la présence et l’autorité de Carlos Ghosn. Et c’est un peu vrai, Carlos Ghosn présidait Renault, Nissan, Mitsubishi et pour chapeauter les trois entreprises, il dirigeait aussi l’Alliance. Un peu beaucoup, pour un seul homme mais Carlos Ghosn expliquait à Paris que les dirigeants de Nissan, les actionnaires japonais et le gouvernement de Tokyo, n'accepteraient jamais une prise de pouvoir totale par Renault et une réunification du groupe. 
Alors, certains pensaient qu’il se servait des ambiguïtés de l‘alliance pour protéger sa propre situation puisqu’il tenait l’édifice, mais la réalité était aussi que les Japonais de Nissan ne supporteraient jamais de passer sous la coupe d’un actionnariat français dont ils peuvent désormais très bien se passer. Et c’est encore plus vrai depuis que l’Etat français bénéficie de plus d’un quart des droits de vote en tant qu’actionnaire de Renault.  C’était trop pour eux.
De là à penser que les Japonais ont monté une affaire pour faire tomber Carlos Ghosn de son trône, il y a un pas que beaucoup ont franchi. Sauf que le mal est fait. Que Carlos Ghosn soit coupable ou innocent des dysfonctionnements dont on l’accuse ou le soupçonne, il a perdu la partie, destitué par Nissan et Mitsubishi. Dans la foulée, les actionnaires français se retrouvent sur le banc de touche, l’Alliance est menacée. 

A Paris, les actionnaires, dont l‘Etat français, ont mis en place une structure provisoire à deux têtes, avec un président non exécutif Philippe Lagayette et un directeur général, Thierry Bolloré qui était déjà le numéro 2. Ces deux-là reconnaissent ne plus avoir de pouvoir chez Nissan. 
L’hypothèse d’une séparation totale leur paraît être dans les projets des Japonais, mais semble très compliquée à réaliser sans dommage, compte tenu des liens qui ont été tissés. Au niveau de la recherche, des outils de production qui sont communs, des plateformes et des réseaux commerciaux. Cela dit, on reconnaît aussi que Nissan est devenu le leader naturel sur les grands marchés mondiaux, en Amérique latine, aux USA et en Chine. Et que finalement, Renault aurait beaucoup à perdre de la séparation. L‘alliance, avec plus de 10 millions de véhicules vendus par an, dispose d’un poids considérable dès qu’il s’agit de négocier des prestations ou des achats auprès des fournisseurs et surtout de tous les acteurs et partenaires de la voiture de demain : les grands du digital qui rêvent de la voiture autonome et connectée ou des fabricants de batteries (principalement chinois).

Côté français, on défend donc pour l’instant la structure actuelle de l’alliance, mais on recherche activement en coulisse, l’homme miracle qui pourrait mettre un peu d’ordre dans un tel faisceau industriel et financier. Pas facile d’imaginer la vie après un divorce aussi important. Pas facile d’imaginer sauver cette cohabitation. L’homme qui recueille les suffrages pourrait être Jean-Dominique Senard. C’est lui qui, avec Nicole Notat, avait conduit le débat sur « la raison d’être de l’entreprise ». Il connaît bien le marché mondial de l’automobile, puisqu’il préside Michelin, fonction qu’il a d’ailleurs déjà prévu de quitter en 2019. Une raison d’être, il va falloir que Renault s’en trouve une s’il doit continuer sa route seul.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
04.
Cet autre mea culpa que devrait envisager Emmanuel Macron pour préserver la fin de son quinquennat
05.
Dear Melania : pourquoi les médias se trompent (aussi) sur la First Lady
06.
La droite s'insurge contre un nouveau clip raciste et haineux du rappeur Nick Conrad
07.
L'association WWF accusée de soutenir des programmes de stérilisation forcée aux abords de parcs nationaux en Afrique et en Inde
01.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
02.
Aveuglement ? Un dîner caritatif est organisé à Saint-Denis au profit d’un Centre de formation des Oulémas soupçonné d’entretenir de troubles liens avec les dhijadistes anti-occidentaux
03.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
04.
Le Monde a découvert une nouvelle et grave pathologie : la droitisation des ados !
05.
Ce que les experts de l’OMS recommandent pour réduire les risques de démence sénile
06.
L'OPA du néo-sultan Erdogan sur la diaspora turque de France et d’Europe via les écoles et les mosquées
01.
“Droite Trocadéro” contre “droite mercato” : ce que cache la querelle entre LR et ex LR ralliés au macronisme
02.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
03.
Le glyphosate, le dernier débat hystérique de tous ceux qui se méfient de l’Europe et du progrès
04.
De l'art d'utiliser les morts : et Nathalie Loiseau enrôla Simone Veil dans sa campagne
05.
Emmanuel Macron, l’Europe, le RN et les Gilets jaunes : un cocktail détonnant de vérités et d’erreurs intellectuelles ou politiques majeures
06.
Gilets jaunes, six mois déjà et ces questions restées sans réponse sur les défis auxquels fait face notre démocratie
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
edac44
- 19/12/2018 - 07:48
œil pour œil, dent pour dent et pour une dent, toute la gueule !
Comme beaucoup de peuples arrogants et prétentieux dont la France a toujours fait partie, le Japon n'a jamais digéré le coût social du redressement de Nissan et l'arrogance de son PDG français Carlos Ghohn.
Beaucoup, hors Japon (quoi que ...) s’interroge sur la mise en place d'un coup fourré contre Carlos Ghosn pour l'évincer et reprendre par la force le pouvoir.
Dans tous les cas, coup fourré ou pas, le mal est fait et le divorce devra être consommé entre Renault et Mitsubishi-Nissan en préservant ce qui peut encore l'être mais avec le "Précieux" de l'Elysée, sa finesse d'esprit et "ses gros sabots" à l'international, ce n'est pas gagné.
Décidément, nous vivons vraiment une époque formidable ...
lepaysan
- 18/12/2018 - 19:55
Nissan a flingué Ghosn
Nissan a repris son indépendance en finguant Ghosn. Mais que d'erreurs commise par arrogance technocratique, énarchique comme le disent certains commentaires. Humilier les japonais était une hérésie, on devait s'attendre au retour de bâton et penser que les japonais allaient accepter d'être dirigés par plus petit et francais,relève de l'inexpérience totale de l'international. Ghosn n'est probablement pas un saint mais le japon s'est comporté comme Louis 14 avec Fouquet
Phlt1
- 18/12/2018 - 18:21
et après.?.
Ignorance et arrogance de Macron. Ignorance et arrogance de Nissan.!. En réalité, la "fierté" des Japonais ne vaut pas grand chose dans le monde du 21ème Siècle et je crains que l'actuel Directeur Général de Nissan ne se prenne les pieds dans le tapis de ses traditions.!. Ce n'est pas la première fois que la "fierté" japonaise conduit ses entreprises ou son peuple dans le mur: l'Empereur Hirohito s'était fait rouler dans la farine par un clan de Généraux lors de la Deuxième Guerre Mondiale. Je pense que le gouvernement japonais ainsi que l'équipe dirigeante de Nissan feraient bien de se souvenir qu'en ce début de 21ème Siècle la nécessité de collaborer avec le reste du monde est incontournable. Quant aux dirigeants Français, s'ils acceptent de se faire piquer ce qu'ils ont construit, c'est leur problème. Moi je n'utiliserais pas la diplomatie dès lors que l'emprisonnement de Ghosn est bien un coup monté, j'utiliserais les mêmes armes et je prendrais les mesures pour décapiter Nissan partout ou c'est possible, en commençant par une campagne mondiale de dénigrement pour déshonorer Nissan (fierté.!): un japonais ne comprend que la Force, la vraie, celle qui est sans peur.!.