En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
© SEBASTIEN BOZON / AFP
Bonnes feuilles
Crise démocratique : le sentiment d’abandon des citoyens français
Publié le 15 décembre 2018
Combien, dans la France d'aujourd'hui, se sentent en réalité ignorés, laissés pour compte ? Combien estiment que leurs voix ne sont plus entendues ? L'enquête de François Miquet-Marty, "Les oubliés de la démocratie" (publiée chez Michalon), dresse un portrait inquiétant de notre société clivée et sourde à elle-même. Extrait 1/2.
Sociologue et sondeur, François Miquet-Marty est président de Viavoice, institut d’études et de conseil en opinions. Il a notamment publié L’Idéal et le Réel : enquête sur l’identité de la gauche (Plon, 2006).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Miquet-Marty
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sociologue et sondeur, François Miquet-Marty est président de Viavoice, institut d’études et de conseil en opinions. Il a notamment publié L’Idéal et le Réel : enquête sur l’identité de la gauche (Plon, 2006).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Combien, dans la France d'aujourd'hui, se sentent en réalité ignorés, laissés pour compte ? Combien estiment que leurs voix ne sont plus entendues ? L'enquête de François Miquet-Marty, "Les oubliés de la démocratie" (publiée chez Michalon), dresse un portrait inquiétant de notre société clivée et sourde à elle-même. Extrait 1/2.

La maladie qui affecte la démocratie française est particulièrement profonde : nombre de citoyens, dans la France d’aujourd’hui, s’estiment abandonnés. Laissés pour compte, négligés, oubliés. Et cependant ils considèrent qu’ils vivent des parcours très particuliers, et qu’ils traversent des épreuves importantes. Beaucoup ont le sentiment de n’être pas pris en compte, alors même que, en raison du caractère démocratique du régime politique, ils devraient avoir droit de cité. Il s’agit, autrement dit et fondamentalement, d’un sentiment d’exclusion démocratique. Et cette exclusion n’affecte pas la part la plus secondaire de nous-mêmes, mais notre existence et les épreuves marquantes que nous affrontons, les sentiments les plus vifs qui nous animent, les visions du monde auxquelles nous sommes attachés. Cet « abandon » signe le déroulement tranquille d’une démocratique politique qui, d’après les intéressés, néglige ou ignore les hommes, selon leur propre perception. À ce titre, ces Français qui ne  s’estiment pas personnellement partie prenante de la démocratie pensent, de façon légitime, ne pas vivre au sein d’une véritable démocratie.

Il apparaît que cette solitude démocratique procède d’une évolution profonde dans la France des quarante dernières années. Pour indiquer ici le processus à l’œuvre de façon synthétique, l’histoire vécue par une large partie de l’opinion française depuis les années 1970 a été celle d’une disparition progressive des moyens d’exister au sein de la société et de la sphère démocratique, de trouver une place dans la vie de la cité. Des abandons anciens et essentiels, amplifiés depuis plusieurs décennies, connaissent aujourd’hui des vigueurs nouvelles. Surtout s’impose l’idée, neuve et essentielle, selon laquelle nos « vérités humaines » ne trouvent nulle place dans la cité démocratique moderne. Ces vérités sont tissées des épreuves et des joies de nos vies quotidiennes, du lot de tout ce qui, à l’échelle de chaque jour, compte vraiment dans la vie des hommes. Par définition ces vérités humaines n’acquièrent nulle audience sur la scène démocratique qui se déploie sous le regard des citoyens ; ne disposent de nul écho au sein de cette vie politique médiatisée avec laquelle beaucoup considèrent ne plus entretenir aucun rapport.

La France au cours des quarante dernières années a fermé ses fenêtres démocratiques. Depuis la Révolution, l’individualisme démocratique fait foi, l’ensemble des médiations (partis politiques, syndicats), difficilement conquises depuis la fin du XIXe siècle, étaient considérées avec circonspection, ne reste plus, bien souvent, qu’un champ de ruines, c’est-à-dire des individus qui se retrouvent seuls, confrontés à des épreuves qu’ils estiment majeures mais que nul, ni au sein de la société, ni parmi les élus, ni parmi les médiateurs en crise, n’est à même de répercuter, de dire, de faire valoir, de prendre en compte, et, in fine, de défendre. Une régression démocratique est donc en marche, rapide et pour l’instant inexorable.

Extrait du livre de François Miquet-Marty, "Les oubliés de la démocratie", publié chez Michalon. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Statistiques du ministère de l’intérieur : Christophe Castaner ou l’imagination au pouvoir
02.
14 tonnes d’aide humanitaire française pour le Venezuela confisquées à Caracas par la Garde nationale
03.
Ce que le projet de loi Dussopt sur la fonction publique indique des renoncements d’Emmanuel Macron
04.
Un président étranger à son peuple mais aussi de plus en plus étranger à la communauté internationale
05.
Ces inquiétants progrès de l’idéologie décoloniale en France
06.
+ 4,2% des prix de la grande distribution en raison de la loi Alimentation ? Comment les autorités démontrent leur impuissance à soutenir les agriculteurs
07.
Une mystérieuse créature sème la panique dans un parc chinois
01.
Christine Lagarde, la directrice du FMI, prévient d’un risque grave de tempête mondiale mais personne ne semble l’entendre
02.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
03.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
04.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
05.
Statistiques du ministère de l’intérieur : Christophe Castaner ou l’imagination au pouvoir
06.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
03.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
04.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
05.
Derrière le complotisme, l’énorme échec de 50 ans d’égalitarisme et de progressisme à marche forcée impulsés par l’Education nationale comme par la culture dominante
06.
Flambée d’antisémitisme et de violences politiques : ces erreurs politiques et macroéconomiques à ne pas reproduire pour enrayer la crise
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
HOBBES17
- 16/12/2018 - 16:10
abandon ou absence d'intérêts (3/3)
depuis 40 ans on a privilégié :
- les riches
- l'autre : l'étranger, l'immigré, le gens du voyage, le musulman, le non blanc
avec des lois foisonnantes, complexes et donc difficilement applicables
avec des techniques de plus en plus élaborées provoquant du chômage

le reste est accessoire
BienVu
- 16/12/2018 - 14:57
Abandon ou absence d'intérêt (2/2)
Autre exemple. Pourquoi s'étonner aujourd'hui, que dans la société de consommation individuelle qui est la notre depuis plusieurs décennies (comme l'ont montré déjà de multiples ouvrages, comme ceux de Gilles Lipovetsky) « aucun n’estime avoir des intérêts communs à défendre, de façon prioritaire, avec d’autres personnes d’une même région ou d’une même circonscription. Et a fortiori, aucun n’estime que les députés soient les porte-voix de ces groupes sans existence réelle ». Est-ce que les travailleurs de l'usine sidérurgique de la commune où je suis né, petite enclave industrielle où le PC faisait le plein de voix, se sentaient représentés par le député de la circonscription, chirurgien donc grand bourgeois et maire du chef-lieu de canton ? C'est vrai qu'il y avait le PC et sa courroie de transmission la CGT...
Dans ces conditions, me dira-t-on à Atlantico, pour vous faire une opinion, il faut acheter le bouquin et le lire en entier. Pourquoi pas ?
BienVu
- 16/12/2018 - 14:56
Abandon ou absence d'intérêt ? (1/2)
D'accord, il ne s'agit que d'extraits du livre. Et il est hâtif de porter un jugement peu ou prou définitif. Mais, c'est parce j'ai éprouvé une certaine irritation devant ce flot d'affirmations qu'aucun argument ne venait étayer. Par exemple, l'auteur évoque «cette vie politique médiatisée avec laquelle beaucoup considèrent ne plus entretenir aucun rapport. » Mais alors, pourquoi les chaînes d'information en continu diffusent-elles régulièrement les débats politiques avant les élections présidentielles sinon parce qu'elles savent qu'elles obtiendront des record d'audience ? Et plus fort encore, elles sont allées jusqu'à diffuser les primaires des partis politiques, et ça a bien marché de leur point de vue, en bilan d'audience. Personnellement, je n'écoute jamais les informations et encore moins les débats à la télé.