En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
info atlantico
© AFP
Info Atlantico
Et après quoi ? 41% des Français affirment qu'ils pourraient voter pour une liste Gilets Jaunes aux européennes et 13% en sont certains
Publié le 07 décembre 2018
Selon un sondage IFOP pour Atlantico, le mouvement des Gilets jaunes apparaît déjà comme une force politique potentielle.
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon un sondage IFOP pour Atlantico, le mouvement des Gilets jaunes apparaît déjà comme une force politique potentielle.

 

Atlantico : Malgré un léger tassement du soutien des Français au mouvement des Gilets jaunes, 41% des Français se disent prêts à voter pour une liste Gilets jaunes à l'occasion des prochaines élections européennes. Comment analyser un tel résultat ?

Jérôme Fourquet : Ce chiffre de 41% apparaît en miroir du score "soutien et sympathie" des Français à l'égard du mouvement. On voit plusieurs cercles concentriques. Il y a d'abord plusieurs dizaines de milliers de personnes qui sont les Gilets jaunes actifs qui manifestent et qui tiennent les ronds-points. Ensuite nous voyons que 18% de Français qui se pensent et se définissent Gilets jaunes, ce qui est beaucoup. Ensuite nous avons les 52% autres pourcents qui nous disent qu'ils ne sont pas Gilets jaunes mais qui soutiennent ou comprennent le mouvement. Si nous additionnons l'ensemble, cela est à peu de choses près le niveau de soutien et de sympathie que l'on mesure avec d'autres formulations dans d'autres enquêtes. Ces 50% de Français qui soutiennent ou comprennent sont aussi beaucoup dans l'anti-macronisme. Mais en plus de ces 50%, il y a ces 18% qui sont dans quelque chose qui est plus que de l'anti-macronisme, ce sont les personnes qui disent partager le combat et le constat et qui s'identifient aux représentants du mouvement qui sont médiatisés. Ce niveau est important.

Jusqu'à présent les enquêtes se sont essentiellement attachées à mesurer le soutien ou la sympathie à ce mouvement inédit. Nous avons voulu aller plus loin avec Atlantico alors que la contestation se poursuit et que l'éventualité d'une structuration politique commence à être débattue au sein de cette mouvance, et mesurer ce que pensaient réellement les Gilets jaunes dans la société française, plus que le simple niveau de soutien. Cette enquête nous permet ainsi d'observer que nous avons 18% de Français qui se sentent Gilets jaunes. Il ne faut pas considérer que ces 18% ont tous vocation à être à la manifestation de ce 8 décembre à Paris ou en province ni que ces 18% correspondent à ceux qui se sont impliqués dans les différents mouvements qui tiennent encore les barrages. Cela est plus large que cela, et cela peut correspondre aux gens qui ont pu mettre le gilet jaune sur leurs tableaux de bord ou qui ont manifesté certaines formes de soutien sur les réseaux sociaux, ou se considèrent comme pleinement solidaires de ce combat et des revendications, mais aussi avec le vécu des Gilets jaunes tel qu'il a été exprimé dans les médias. La base de départ est donc de 18%. Habituellement quand on regarde et analyse la société française dans un institut de sondages, soit on est sur un prisme électoral soit sur un prisme qui est davantage sociologique, et ce mouvement des Gilets jaunes n'est ni un électorat ni l'expression chimiquement pure d'une classe sociale.

La question est donc de savoir qui ils sont et combien pèsent-ils ? Le profil qui se dessine touche toutes les tranches d'âge – un peu moins les retraités - on voit un tiers des ouvriers qui se considèrent Gilets jaunes, mais aussi 24% des employés ce qui nous fait 27% des catégories populaires qui se définissent ou se pensent comme Gilets jaunes. C'est beaucoup moins dans les professions intermédiaires (13%) et chez les cadres (11%), et cela remonte fortement chez les travailleurs indépendants, et nous sommes aussi à 27% chez les chômeurs, et encore à 15% chez les retraités.  C'est aussi une des premières fois que l'on a une convergence entre d'une part les catégories populaires et d'autre part les indépendants alors que sociologiquement et économiquement, par exemple sur le rapport à la fiscalité, il existe un fossé entre ces deux groupes. Ils se retrouvent ici sur quelque chose de commun qui sont les fins de mois difficiles, l'impression de payer sans rien n'avoir en retour, mais aussi une proximité culturelle qui fait que le mépris est clairement ressenti de la part d'Emmanuel Macron. Alors que nos classes moyennes qui sont salariées, nos cadres, s'identifient beaucoup moins à ce mouvement-là. Lorsque l'on regarde la géographie, on constate sans surprise que cela marche nettement mieux en communes rurales (25%) que dans l'agglomération parisienne (11%), avec 17% dans les agglomérations de province.

Politiquement, on voit qu'un tiers de l'électorat de Marine Le Pen RN et un tiers de celui de Debout la France qui se sentent Gilets jaunes, et 24% des électeurs de Jean Luc Mélenchon. On voit donc une forte composante de gauche, avec aussi des électeurs de Benoît Hamon, et seulement 5% des électeurs d'Emmanuel Macron. On peut donc voir que le "recrutement" se fait principalement aux deux extrêmes.

Il y a trois phénomènes qui opèrent sur les ronds-points. Il y a des relations qui se nouent entre les gens, ont créé du lien. Il y a une prise de conscience politique et les revendications évoluent, c'est ce qui ressort de la réaction aux actes du gouvernement "c'est trop peu et c'est trop tard", désormais les gens se sont consultés. Et le dernier élément est la prise de conscience, une politisation de personnes qui sont généralement assez éloignées du politique. Les gens se disent que le chômeur, l'assistante matérielle, l'ouvrier et l'agriculteur ou le boulanger composent une même classe, avec les mêmes problématiques, les mêmes adversaires et les mêmes revendications.

 

 

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
04.
Cet autre mea culpa que devrait envisager Emmanuel Macron pour préserver la fin de son quinquennat
05.
Dear Melania : pourquoi les médias se trompent (aussi) sur la First Lady
06.
La droite s'insurge contre un nouveau clip raciste et haineux du rappeur Nick Conrad
07.
L'association WWF accusée de soutenir des programmes de stérilisation forcée aux abords de parcs nationaux en Afrique et en Inde
01.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
02.
Aveuglement ? Un dîner caritatif est organisé à Saint-Denis au profit d’un Centre de formation des Oulémas soupçonné d’entretenir de troubles liens avec les dhijadistes anti-occidentaux
03.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
04.
Le Monde a découvert une nouvelle et grave pathologie : la droitisation des ados !
05.
Ce que les experts de l’OMS recommandent pour réduire les risques de démence sénile
06.
L'OPA du néo-sultan Erdogan sur la diaspora turque de France et d’Europe via les écoles et les mosquées
01.
“Droite Trocadéro” contre “droite mercato” : ce que cache la querelle entre LR et ex LR ralliés au macronisme
02.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
03.
Le glyphosate, le dernier débat hystérique de tous ceux qui se méfient de l’Europe et du progrès
04.
De l'art d'utiliser les morts : et Nathalie Loiseau enrôla Simone Veil dans sa campagne
05.
Emmanuel Macron, l’Europe, le RN et les Gilets jaunes : un cocktail détonnant de vérités et d’erreurs intellectuelles ou politiques majeures
06.
Gilets jaunes, six mois déjà et ces questions restées sans réponse sur les défis auxquels fait face notre démocratie
Commentaires (16)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
xenophon
- 09/12/2018 - 09:45
Le pire n'est jamais sûr!
Quelle pagaille! La somme de la dénonciation des incompétences n'a jamais fait une compétence! Autant mettre la désignation de nos dirigeants comme en jeu lors d'une loterie !L' ENA de la foule connectée serait probablement plus destructrice que l'ENA de nos élites.
xenophon
- 09/12/2018 - 09:45
Le pire n'est jamais sûr!
Quelle pagaille! La somme de la dénonciation des incompétences n'a jamais fait une compétence! Autant mettre la désignation de nos dirigeants comme en jeu lors d'une loterie !L' ENA de la foule connectée serait probablement plus destructrice que l'ENA de nos élites.
edac44
- 09/12/2018 - 09:31
La manipulation par les sondages
Comment peut-on ""bidonner"" un sondage ? Quelles sont les techniques, non seulement dans la rédaction des questions, dans les modes d interrogation, mais aussi dans la publication des résultats et dans la façon de les commenter ? Depuis de nombreuses années, à chaque élection, on parle de manipulation des sondages. Mais où s arrêtent l erreur, la maladresse, l imprécision et où commence la manipulation ?
Si vous ne voulez pas mourir idiot,
c'est ici ==> https://www.amazon.fr/manipulation-par-sondages-G%C3%A9rard-Dahan/dp/2343034761