En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

06.

Mais pourquoi la pollution en Inde est-elle bien pire qu’en Chine ?

07.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Présomption d’innocence et tribunaux sont-ils indispensables si l’accusé a vraiment l’air méchant ?

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

04.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

05.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

06.

LR : l’illusion de la renaissance par le local

ça vient d'être publié
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Levothyrox : le combat des associations pour obtenir la vérité

il y a 1 heure 40 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Le 10 mai 1981 : un jour maudit pour la droite

il y a 1 heure 40 min
décryptage > Société
Ras des pâquerettes ?

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

il y a 1 heure 41 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

il y a 1 heure 42 min
Grossière erreur...
Etats-Unis : un jeune américain choque Twitter après s'être déguisé en Jawad Bendaoud pour Halloween
il y a 14 heures 44 min
light > Culture
Hommage
Abou Dabi inaugure sa nouvelle avenue Jacques Chirac
il y a 16 heures 27 min
décryptage > Politique
Vraiment ?

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

il y a 18 heures 20 min
décryptage > Sport
Réel succès ?

Cette maladie du tennis français qui se cache derrière la victoire de la France en finale de la FED Cup

il y a 21 heures 48 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les mystères médicaux autour de l’affaire de la nouvelle formule du Levothyrox

il y a 22 heures 25 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Au secours ? Amazon veut rendre Alexa intelligente en traitant nos données personnelles
il y a 22 heures 37 min
décryptage > Economie
(Petite) révolution

Révolution dans la Silicon Valley : les investisseurs américains veulent des entreprises rentables maintenant et pas uniquement des licornes en croissance

il y a 1 heure 40 min
décryptage > Politique
Malédiction

Guillaume Tabard : « La droite devrait s’inspirer de François Mitterrand pour faire renaître LR »

il y a 1 heure 41 min
décryptage > Economie
Commerce et stratégie

Amorce de détente : mais que veulent vraiment obtenir les Etats-Unis de la Chine ?

il y a 1 heure 42 min
pépite vidéo > Politique
Journée de commémorations
11 novembre : Emmanuel Macron inaugure un monument en mémoire des soldats morts
il y a 14 heures 13 min
pépites > International
Incertitude
Bolivie : Morales démissionne, le pays plonge dans l'incertitude
il y a 15 heures 38 min
pépites > Terrorisme
Expulsion
La Turquie va expulser 11 djihadistes français dans les prochains jours
il y a 16 heures 56 min
décryptage > Europe
Les entrepreneurs parlent aux Français

Margrethe Vestager : Démission !! Le Breton vite ! Mais nous sauvera-t-il ?

il y a 18 heures 35 min
décryptage > Economie
(Piètres) raisons

1,3% de croissance en France : pourquoi pas plus ? Quatre (piètres) raisons et une obligation

il y a 22 heures 2 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

La droite française est-elle maudite ? : les causes historiques de la malédiction de la droite

il y a 22 heures 25 min
décryptage > Environnement
Immobilité

Mais pourquoi la pollution en Inde est-elle bien pire qu’en Chine ?

il y a 22 heures 46 min
© ABDULMONAM EASSA / AFP
© ABDULMONAM EASSA / AFP
Saintes-nitouche ?

Tous hypocrites ? Petite vérité sur l’usage de la violence en politique

Publié le 04 décembre 2018
L'usage de la violence en politique est pourtant vieux comme le monde.
Vincent Tournier est maître de conférence de science politique à l’Institut d’études politiques de Grenoble.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Tournier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Tournier est maître de conférence de science politique à l’Institut d’études politiques de Grenoble.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'usage de la violence en politique est pourtant vieux comme le monde.

Atlantico : Au lendemain des événements qui ont marqué Paris ce 1er décembre, dans le cadre du mouvement des gilets jaunes, ne peut-on pas voir une forme d'hypocrisie des commentaires concernant la violence ? Au regard du rôle de la violence dans l'action politique, comment faire la part des choses entre ce qui a été perçu comme une violence émanant du gouvernement - essentiellement rhétorique -, celle des gilets jaunes qui exprimaient en majorité une colère de ne pas pouvoir vivre du fruit de leur travail, et la violence des casseurs ? 

Vincent Tournier : Pour l’instant, il est difficile de savoir d’où viennent précisément les violences. Emanent-elles des gilets jaunes ou des groupes ultras qui noyautent les manifestations, ou bien encore des deux ? Cette seconde hypothèse semble crédible car on sent qu’il y a dans ces mobilisations une rage et une colère que l’on n’a pas vues en France depuis longtemps, du moins parmi les gens qui ne cherchent pas la violence pour le plaisir. Comment en est-on arrivé là ? Comment expliquer un tel ressentiment ? L’arrogance du pouvoir y a indéniablement contribué. Depuis qu’il est candidat, Emmanuel Macron a multiplié les remarques désobligeantes à l’encontre des gens modestes, y compris lorsqu’il a ironisé sur les « mâles blancs » ou les « gaulois réfractaires », formule qui a d’ailleurs été brandie sur les banderoles en guise de défi. 
Par ailleurs, dès le début du mouvement, le gouvernement a opté pour une stratégie de délégitimation radicale en proclamant que les gilets jaunes ne sont que de vulgaires « séditieux » ou qu’ils incarnent la « peste brune ». Avec un tel tir de barrage, le gouvernement signifie qu’il n’entend accorder aucune légitimité aux manifestants et à leurs revendications, mais en même temps, il se prive de toute marge de négociation : peut-on discuter avec des fascistes ? 
Cette attitude est l’aboutissement d’un cycle. C’est tout le problème de la façon dont le petit peuple a été traité au cours des dernières décennies, c’est-à-dire en gros depuis le début de ce qu’on a appelé la crise de la représentation politique, dont les signes ont été la hausse de l’abstention, la poussée du Front national et l’échec du référendum sur la Constitution européenne en 2005. En gros, la réaction a systématiquement consisté à dire : ces gens-là ne méritent aucune considération, donc on ne négocie rien, on continue comme avant. Cette manière de traiter les problèmes n’est pas acceptable dans une démocratie. Il n’est pas possible de traiter par le mépris une portion aussi forte du corps électoral. En particulier, le fait d’avoir instauré un interdit absolu autour du FN, au lieu de chercher à traiter les problèmes, y compris par la prise en compte de certaines demandes, a créé un tort considérable à la démocratie dont le gouvernement risque de payer le prix fort aujourd’hui. Le message qui a été envoyé aux électeurs est simple : c’est une fin de non-recevoir. On leur a dit : vous n’avez rien à attendre de la démocratie ; inutile de compter sur une éventuelle alternance, elle n’arrivera jamais car vous êtes dans le camp du mal. Une stratégie de ce type, qui empêche une résolution politique des conflits, est assurément la meilleure manière d’inviter les gens à descendre dans la rue et à tout casser. 

Comment comprendre ce qui semble être devenu le tabou ultime de l'action politique, dans un pays pourtant profondément marqué, historiquement, par de tels événements ? 

Que la violence soit un tabou est tout de même une bonne chose. Personne ne peut se réjouir de voir des dégradations ou, pire, des agressions. Normalement, il existe en France un accord tacite qui consiste à contenir la violence, que ce soit du côté des manifestants ou du côté de la police. Cela fait partie des legs positifs de notre histoire nationale qui a connu des poussées de violence très fortes durant les nombreuses guerres civiles qui se sont succédé, que celles-ci soient religieuses, politiques ou sociales. Du coup, à partir en gros de l’épuration de 1945 et des grèves de 1947, le niveau de violence a fortement baissé, y compris pendant les grandes crises comme Mai-68 ou novembre 1995.  
Aujourd’hui, avec les gilets jaunes, on a le sentiment que les choses pourraient basculer. Des actions comme l’incendie de la préfecture au Puy-en-Velay témoignent d’une tension très vive. Selon la presse, les préfets sont eux-mêmes inquiets et parlent d’une situation quasi-insurrectionnelle. On a même entendu un gilet jaune souhaiter la nomination du général de Villiers, ce qui fait penser à la crise boulangiste des années 1880, lorsque la République a failli être emporté par le général Boulanger, soutenu par un vaste mécontentement populaire . 

Si la situation actuelle est particulièrement inquiétante, c’est pour deux raisons. La première est que le pays est enfoncé dans des contradictions insurmontables, notamment sur la politique écologique, laquelle se révèle désormais clairement pour ce qu’elle est, à savoir une politique destinée à satisfaire les intérêts d’une classe sociale. S’ajoutent à cela d’autres contradictions majeures, que ce soit sur l’immigration, l’islam ou la sécurité. Il y a ici contradiction parce que les objectifs souhaités par les uns pour accroître leur bien-être (l’ouverture des frontières, la tolérance pour les cultures différentes, la liberté individuelle) provoquent des effets négatifs sur les autres, et inversement. Ces préférences sont tellement antinomiques qu’il devient difficile de penser qu’elles pourront être réglées par la voie démocratique.

La seconde raison est que le mouvement des gilets jaunes ne dispose d’aucun relais dans la classe dirigeante, notamment chez les journalistes et les artistes. Certes, quelques intellectuels ont pris leur parti (assez peu au demeurant), mais aucune de ces personnalités n’émane du mouvement lui-même. Pour l’heure, le mouvement n’est donc pas vraiment en mesure de verbaliser ses revendications, d’exprimer son désarroi, de lui donner un sens et une raison d’être. La vidéo diffusée dimanche par France 5, où l’on voit Jacqueline Broumault, la ministre chargée de la cohésion des territoires, en train de discuter avec quelques gilets jaunes, est éclairante pour comprendre le malaise. On y voit une ministre plutôt affable, de bonne composition, soucieuse de laisser s’exprimer les personnes présentes. Mais l’échange tourne rapidement au dialogue de sourds, les gilets jaunes ayant visiblement du mal à s’expliquer, ce qui n’empêche pas l’un des participants de partir sur un ferme « on ne lâchera rien ». 

Selon un sondage Harris interactive, 72% des Français soutiennent encore les Gilets jaunes, tout en désapprouvant les violences. N'est-t-on pas face, en partie au moins, à une forme d'acceptation de la confrontation actuelle de la part de la population ?

C’est une situation assez classique de participation par procuration. Beaucoup de gens comprennent le mouvement, s’en sentent solidaires, mais ne vont pas participer. Il faut toutefois insister sur un point : la participation est ici très coûteuse. On a affaire à un mouvement spontané, non encadré par un appareil politique, syndical ou associatif, dont on sait pas sur quoi il va déboucher, et qui de plus se déroule parfois pendant les heures de travail. Surtout, le mode d’action s’inscrit d’emblée dans l’illégalité puisque les manifestations ne sont pas déclarées et que les blocages sur la voie publique sont interdits. S’ajoutent à cela les actes de violence, qui peuvent rebuter ou inquiéter. Bref, il faut être très motivé pour s’y rendre. Beaucoup de personnes se trouvent probablement dissuadées de participer tout simplement parce qu’elles n’ont pas envie de prendre des risques, de se retrouver en garde à vue et d’être poursuivi par la justice. 
Le maintien d’un haut niveau de soutien dans l’opinion, non affecté par les dégradations et les violences, montre que le mouvement bénéficie d’une forte empathie. Il se pourrait même que la répression ait pour conséquence d’amplifier ce soutien, d’autant plus que la thèse selon laquelle le gouvernement laisserait agir les casseurs pour discréditer le mouvement semble assez approuvée sur les réseaux sociaux. Tous ces éléments indiquent en tout cas que le mouvement est susceptible de s’amplifier, voire de dégénérer. Sachant qu’il existe aujourd’hui en France de nombreux groupes qui ne rêvent que d’en découdre avec l’Etat, le gouvernement devrait songer rapidement à une porte de sortie politique, même si on ne voit pas bien ce qui, en l’état actuel des choses, pourrait régler les problèmes en profondeur. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

06.

Mais pourquoi la pollution en Inde est-elle bien pire qu’en Chine ?

07.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Présomption d’innocence et tribunaux sont-ils indispensables si l’accusé a vraiment l’air méchant ?

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

04.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

05.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

06.

LR : l’illusion de la renaissance par le local

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
AZKA
- 05/12/2018 - 08:15
L'Etat contre la Nation
L'Etat des 10 premières métropoles , immigrationniste, bobo et vendu aux minorités des "fiertés" CONTRE la Nation de "mâles blancs" et de nombreuses "tricoteuses" qui n'en peuvent plus de l'arrogance de cette caste puante des "progressistes" de l'impôt.
Loupdessteppes
- 04/12/2018 - 12:19
Il est difficile de voir d'ou viennent les violence ?
Vous plaisantez, monsieur Tournier ? Ou peut-être avez-vous besoin d'une bonne paire de lunettes de realpolitik ? Il est tellement facile et honteux de mêler les gilets jaunes à la violence ! Vous ne quittez donc jamais la Fac de Grenoble ? Vous n'allez jamais dans les quartiers ? Par contre la participation par procuration et j'ajouterais la collaboration vous connaissez peut-être ?