En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

03.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

04.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

05.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

06.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

07.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Investigations
Covid-19 : l'OMS « fera tout » pour connaître l'origine du virus
il y a 10 min 38 sec
light > Media
Nouveaux projets
Jean-Pierre Pernaut va lancer un « Netflix des régions » le 18 décembre prochain
il y a 1 heure 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes de fer, elles ont incarné la saga Wendel" de Alain Missoffe et Philippe Franchini : de la Révolution à la Ve République, portraits de quinze femmes d'exception au cœur d'une dynastie prestigieuse. Un récit captivant

il y a 1 heure 34 min
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 3 heures 45 min
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 4 heures 29 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 5 heures 58 min
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 6 heures 31 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 7 heures 38 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 8 heures 1 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 8 heures 30 min
pépites > Media
Entretien avec le chef de l’Etat
Emmanuel Macron sera interviewé ce jeudi 3 décembre en direct sur Brut
il y a 34 min 34 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Grande épreuve" de Etienne de Montety : Grand Prix du roman de l'Académie Française 2020 - Une religion chasse l’autre… Inspirée par l’assassinat du père Hamel

il y a 1 heure 20 min
pépites > France
Effet boule de neige
Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger
il y a 2 heures 17 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 4 heures 17 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 5 heures 48 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 6 heures 25 sec
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 7 heures 33 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 7 heures 49 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 8 heures 9 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 8 heures 36 min
© ABDULMONAM EASSA / AFP
© ABDULMONAM EASSA / AFP
Saintes-nitouche ?

Tous hypocrites ? Petite vérité sur l’usage de la violence en politique

Publié le 04 décembre 2018
L'usage de la violence en politique est pourtant vieux comme le monde.
Vincent Tournier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Tournier est maître de conférence de science politique à l’Institut d’études politiques de Grenoble.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'usage de la violence en politique est pourtant vieux comme le monde.

Atlantico : Au lendemain des événements qui ont marqué Paris ce 1er décembre, dans le cadre du mouvement des gilets jaunes, ne peut-on pas voir une forme d'hypocrisie des commentaires concernant la violence ? Au regard du rôle de la violence dans l'action politique, comment faire la part des choses entre ce qui a été perçu comme une violence émanant du gouvernement - essentiellement rhétorique -, celle des gilets jaunes qui exprimaient en majorité une colère de ne pas pouvoir vivre du fruit de leur travail, et la violence des casseurs ? 

Vincent Tournier : Pour l’instant, il est difficile de savoir d’où viennent précisément les violences. Emanent-elles des gilets jaunes ou des groupes ultras qui noyautent les manifestations, ou bien encore des deux ? Cette seconde hypothèse semble crédible car on sent qu’il y a dans ces mobilisations une rage et une colère que l’on n’a pas vues en France depuis longtemps, du moins parmi les gens qui ne cherchent pas la violence pour le plaisir. Comment en est-on arrivé là ? Comment expliquer un tel ressentiment ? L’arrogance du pouvoir y a indéniablement contribué. Depuis qu’il est candidat, Emmanuel Macron a multiplié les remarques désobligeantes à l’encontre des gens modestes, y compris lorsqu’il a ironisé sur les « mâles blancs » ou les « gaulois réfractaires », formule qui a d’ailleurs été brandie sur les banderoles en guise de défi. 
Par ailleurs, dès le début du mouvement, le gouvernement a opté pour une stratégie de délégitimation radicale en proclamant que les gilets jaunes ne sont que de vulgaires « séditieux » ou qu’ils incarnent la « peste brune ». Avec un tel tir de barrage, le gouvernement signifie qu’il n’entend accorder aucune légitimité aux manifestants et à leurs revendications, mais en même temps, il se prive de toute marge de négociation : peut-on discuter avec des fascistes ? 
Cette attitude est l’aboutissement d’un cycle. C’est tout le problème de la façon dont le petit peuple a été traité au cours des dernières décennies, c’est-à-dire en gros depuis le début de ce qu’on a appelé la crise de la représentation politique, dont les signes ont été la hausse de l’abstention, la poussée du Front national et l’échec du référendum sur la Constitution européenne en 2005. En gros, la réaction a systématiquement consisté à dire : ces gens-là ne méritent aucune considération, donc on ne négocie rien, on continue comme avant. Cette manière de traiter les problèmes n’est pas acceptable dans une démocratie. Il n’est pas possible de traiter par le mépris une portion aussi forte du corps électoral. En particulier, le fait d’avoir instauré un interdit absolu autour du FN, au lieu de chercher à traiter les problèmes, y compris par la prise en compte de certaines demandes, a créé un tort considérable à la démocratie dont le gouvernement risque de payer le prix fort aujourd’hui. Le message qui a été envoyé aux électeurs est simple : c’est une fin de non-recevoir. On leur a dit : vous n’avez rien à attendre de la démocratie ; inutile de compter sur une éventuelle alternance, elle n’arrivera jamais car vous êtes dans le camp du mal. Une stratégie de ce type, qui empêche une résolution politique des conflits, est assurément la meilleure manière d’inviter les gens à descendre dans la rue et à tout casser. 

Comment comprendre ce qui semble être devenu le tabou ultime de l'action politique, dans un pays pourtant profondément marqué, historiquement, par de tels événements ? 

Que la violence soit un tabou est tout de même une bonne chose. Personne ne peut se réjouir de voir des dégradations ou, pire, des agressions. Normalement, il existe en France un accord tacite qui consiste à contenir la violence, que ce soit du côté des manifestants ou du côté de la police. Cela fait partie des legs positifs de notre histoire nationale qui a connu des poussées de violence très fortes durant les nombreuses guerres civiles qui se sont succédé, que celles-ci soient religieuses, politiques ou sociales. Du coup, à partir en gros de l’épuration de 1945 et des grèves de 1947, le niveau de violence a fortement baissé, y compris pendant les grandes crises comme Mai-68 ou novembre 1995.  
Aujourd’hui, avec les gilets jaunes, on a le sentiment que les choses pourraient basculer. Des actions comme l’incendie de la préfecture au Puy-en-Velay témoignent d’une tension très vive. Selon la presse, les préfets sont eux-mêmes inquiets et parlent d’une situation quasi-insurrectionnelle. On a même entendu un gilet jaune souhaiter la nomination du général de Villiers, ce qui fait penser à la crise boulangiste des années 1880, lorsque la République a failli être emporté par le général Boulanger, soutenu par un vaste mécontentement populaire . 

Si la situation actuelle est particulièrement inquiétante, c’est pour deux raisons. La première est que le pays est enfoncé dans des contradictions insurmontables, notamment sur la politique écologique, laquelle se révèle désormais clairement pour ce qu’elle est, à savoir une politique destinée à satisfaire les intérêts d’une classe sociale. S’ajoutent à cela d’autres contradictions majeures, que ce soit sur l’immigration, l’islam ou la sécurité. Il y a ici contradiction parce que les objectifs souhaités par les uns pour accroître leur bien-être (l’ouverture des frontières, la tolérance pour les cultures différentes, la liberté individuelle) provoquent des effets négatifs sur les autres, et inversement. Ces préférences sont tellement antinomiques qu’il devient difficile de penser qu’elles pourront être réglées par la voie démocratique.

La seconde raison est que le mouvement des gilets jaunes ne dispose d’aucun relais dans la classe dirigeante, notamment chez les journalistes et les artistes. Certes, quelques intellectuels ont pris leur parti (assez peu au demeurant), mais aucune de ces personnalités n’émane du mouvement lui-même. Pour l’heure, le mouvement n’est donc pas vraiment en mesure de verbaliser ses revendications, d’exprimer son désarroi, de lui donner un sens et une raison d’être. La vidéo diffusée dimanche par France 5, où l’on voit Jacqueline Broumault, la ministre chargée de la cohésion des territoires, en train de discuter avec quelques gilets jaunes, est éclairante pour comprendre le malaise. On y voit une ministre plutôt affable, de bonne composition, soucieuse de laisser s’exprimer les personnes présentes. Mais l’échange tourne rapidement au dialogue de sourds, les gilets jaunes ayant visiblement du mal à s’expliquer, ce qui n’empêche pas l’un des participants de partir sur un ferme « on ne lâchera rien ». 

Selon un sondage Harris interactive, 72% des Français soutiennent encore les Gilets jaunes, tout en désapprouvant les violences. N'est-t-on pas face, en partie au moins, à une forme d'acceptation de la confrontation actuelle de la part de la population ?

C’est une situation assez classique de participation par procuration. Beaucoup de gens comprennent le mouvement, s’en sentent solidaires, mais ne vont pas participer. Il faut toutefois insister sur un point : la participation est ici très coûteuse. On a affaire à un mouvement spontané, non encadré par un appareil politique, syndical ou associatif, dont on sait pas sur quoi il va déboucher, et qui de plus se déroule parfois pendant les heures de travail. Surtout, le mode d’action s’inscrit d’emblée dans l’illégalité puisque les manifestations ne sont pas déclarées et que les blocages sur la voie publique sont interdits. S’ajoutent à cela les actes de violence, qui peuvent rebuter ou inquiéter. Bref, il faut être très motivé pour s’y rendre. Beaucoup de personnes se trouvent probablement dissuadées de participer tout simplement parce qu’elles n’ont pas envie de prendre des risques, de se retrouver en garde à vue et d’être poursuivi par la justice. 
Le maintien d’un haut niveau de soutien dans l’opinion, non affecté par les dégradations et les violences, montre que le mouvement bénéficie d’une forte empathie. Il se pourrait même que la répression ait pour conséquence d’amplifier ce soutien, d’autant plus que la thèse selon laquelle le gouvernement laisserait agir les casseurs pour discréditer le mouvement semble assez approuvée sur les réseaux sociaux. Tous ces éléments indiquent en tout cas que le mouvement est susceptible de s’amplifier, voire de dégénérer. Sachant qu’il existe aujourd’hui en France de nombreux groupes qui ne rêvent que d’en découdre avec l’Etat, le gouvernement devrait songer rapidement à une porte de sortie politique, même si on ne voit pas bien ce qui, en l’état actuel des choses, pourrait régler les problèmes en profondeur. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
TPV
- 05/12/2018 - 08:15
L'Etat contre la Nation
L'Etat des 10 premières métropoles , immigrationniste, bobo et vendu aux minorités des "fiertés" CONTRE la Nation de "mâles blancs" et de nombreuses "tricoteuses" qui n'en peuvent plus de l'arrogance de cette caste puante des "progressistes" de l'impôt.
Loupdessteppes
- 04/12/2018 - 12:19
Il est difficile de voir d'ou viennent les violence ?
Vous plaisantez, monsieur Tournier ? Ou peut-être avez-vous besoin d'une bonne paire de lunettes de realpolitik ? Il est tellement facile et honteux de mêler les gilets jaunes à la violence ! Vous ne quittez donc jamais la Fac de Grenoble ? Vous n'allez jamais dans les quartiers ? Par contre la participation par procuration et j'ajouterais la collaboration vous connaissez peut-être ?